Un député raconte sa nuit incognito aux urgences de Douai : "La situation est dramatique"

 |   |  445  mots
(Crédits : Eric Gaillard)
Alors que plus de 150 services d'urgences sont en grève pour réclamer de meilleures conditions de travail, le député PCF Alain Bruneel raconte son expérience de patient incognito, vendredi soir aux urgences de Douai.

"Six heures d'attente et encore, j'ai eu de la chance": après une nuit passée "incognito" sur un brancard aux urgences de Douai (Nord), le député PCF Alain Bruneel dénonce lundi une situation "dramatique", appelant Agnès Buzyn à faire cette expérience, "sans caméra ni collaborateur".

Alors que plus de 150 services d'urgences sont en grève pour réclamer de meilleures conditions de travail, le député communiste du Nord souhaitait "constater" la réalité et "suivre le parcours d'un patient +lambda+", mais sans prévenir la direction de l'hôpital au préalable, a-t-il expliqué à l'AFP. Vendredi soir, il s'est donc rendu aux urgences de Douai, "en simulant des maux de ventre".

3h20 d'attente prévue, qui ont duré 6 heures en fait

"A 21H30, lorsque je suis arrivé devant l'une des deux infirmières régulatrices", chargées de "juger de l'état de gravité" des patients et de les orienter, "plus de 200 personnes, dont 59 enfants, étaient déjà passées dans la journée", a-t-il raconté.

"On a pris ma tension, ma température, j'ai passé un électro-cardiogramme" puis "on m'a indiqué qu'il y avait 3h20 d'attente -hors urgences vitales- avant d'être ausculté par un médecin (...) J'ai finalement attendu six heures", a déploré l'élu.

"La situation est dramatique", "le personnel n'arrête jamais"

"Le personnel fait tout ce qu'il peut, avec ce qu'il a (...) mais la situation est dramatique": "les brancards s'entassent, dans les couloirs" puis "en file indienne avant d'arriver devant les trois box" réservés aux consultations, a-t-il détaillé.

"Il fait une chaleur énorme, le personnel ne peut ni nous donner à boire ni à manger car ils ne savent pas ce qu'on a (...) Des personnes âgées ont besoin d'aller aux toilettes, mais il n'y a pas assez de personnel, alors des patients se lèvent pour aller chercher l'infirmière, accompagnant parfois eux-mêmes ces personnes aux toilettes", a-t-il encore témoigné.

Invite à la ministre de la Santé à se rendre compte par elle-même

"Le personnel, toujours en mouvement, n'arrête jamais" et "se retrouve à bout de souffle", a ajouté M. Bruneel, dénonçant "le manque criant de moyens humains et matériels".

Alors que se profile un été caniculaire, "le gouvernement n'a pas pris le pouls réel de cette situation dramatique", a enfin estimé M. Bruneel, invitant la ministre de la Santé Agnès Buzyn à "passer une nuit aux urgences, sans caméra ni collaborateur, cette expérience valant plus que tous les rapports écrits, passés et à venir".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2019 à 9:19 :
la colère monte de toute part ! les français sont ils devenus des moutons ?
a écrit le 03/07/2019 à 8:28 :
".....appelle Agnès Buzyn à faire cette expérience, "sans caméra ni collaborateur".
C'est pas le genre de la maison ! : Buzin " connait le dossier" en théorie pas en pratique ........ s'en tape complètement car elle parle chiffres , gros sous et en cas d'urgence irait a l'hopital américain où il n'y a pas pénurie !
a écrit le 03/07/2019 à 5:18 :
Venez donc voir mr le depite comment fonctionne un hopital en Coree du sud.
En cas d'urgence, vous etes systematiquent pris en charge par un toubib qui va etablir un prono..
Pour les autres patients qui souffrent d'une pathologie x ou y, toutes les consultations sont reparties par specialites et sur R/V uniquement ce qui assure un service fluide tres efficace, puisqu'on peut prevoir.
Certes cela a un cout, mais d'une efficacite redoutable.
Quand on realise que la medecine francaise des annees 60/70 qui etait au top du top et ce qu'elle est devenue aujourd'hui, on se rend compte que la France est a la derive tel un bateau sans cap.
Réponse de le 03/07/2019 à 8:28 :
....s'il n'y avait QUE la médecine !
a écrit le 02/07/2019 à 21:28 :
Je suis allé au urgence deux fois ces derniers mois. Félicitation au personnel. mais le comportement des patients en attente démontrait très clairement que au minimum 50% n'avait de pathologie urgente. Je ne suis pas médecin et je ne peux l'affirmer, c'est juste une impression.
a écrit le 02/07/2019 à 20:45 :
Les urgences:

Manque de moyen matériel et humain.

1)Créer des Médecins «  fonctionnaires » avec une carte de mobilité sur toute la France.( même quota ds toutes les villes de France au % d’habitants)

Les Médecins qui veulent rester des libéraux , peuvent garder leur statut.

2) séparer les urgences pour le publique fragile ( personnes âgées et enfants ), pour la rapidité des actions de soin


3) plus de lit , brancards, service radiologie , irm..., plus de moyens et d’équipements...

4) une meilleure écoute du personnel hospitalier

Après je trouve que ce «  député «  pointe un réel problème en France , il prend sa mission publique au sérieux , sa responsabilité pour le bien collectif , merci pour son action.
a écrit le 02/07/2019 à 17:33 :
"vendredi soir aux urgences de Douai".

Aucun médecin généraliste un vendredi soir à Douai vers 21H00 qui aurait pu regarder son PB de ventre ,donc qu'est-ce qui reste dans ce cas à part les urgences pour se faire soigner ?

Il y a déjà 5 ans :

Il a fermé son cabinet le 1er octobre dernier. Pour le docteur Luère, l'heure de la retraite a sonné après 36 ans de bons et loyaux services sur la ville de Douai. Il aurait aimé trouver un successeur pour reprendre son activité de généraliste, mais seuls trois médecins ont répondu à son annonce, sans donner de suite.

A Douai, ce n'est pas un cas isolé. Ces trois dernières années, quatre autres généralistes ont pris leur retraite sans successeur. Du coup, ceux qui restent sont débordés et ne peuvent quasiment plus accepter de nouveaux patients. C'est le cas du Dr Lepoutre, récemment il a du supprimer les consultations libres, faute de temps. Il ne travaille plus désormais que sur rendez-vous.

A Douai, ville de 42.000 habitants, il est donc difficile aujourd'hui de trouver un médecin traitant disponible. Une maison de retraite en a fait l'expérience récemment lors de l'arrivée d'un nouveau pensionnaire. Avec une population veillissante, la demande de soins va encore s'accroître. A Douai, les généralistes tirent la sonnette d'alarme. Ils demandent notamment qu'on leur allège les nombreuses tâches administratives qui occupent aussi désormais leur quotidien.
a écrit le 02/07/2019 à 17:32 :
Il faut rétablir d'urgence la garde de médecin généraliste en ville(supprimée par Raffarin en 2003) et vous verrez les urgences se désengorger.Le reste c'est du bla-bla-bla
a écrit le 02/07/2019 à 16:10 :
Pour limiter les engorgements aux urgences des hôpitaux il suffit tout simplement de faire payer une franchise à tous en fonction de la période journée, nuit et WE. Il n y a pas de repas gratuit, rien n est gratuit. La france a introduit la gratuité comme le nouvel eldorado en oubliant complètement son coût. Ces mauvaises habitudes sont à proscrire. Le fait de payer même de manière modique modifie largement les comportements déviants ( idem pour les transports, la Secu......)
a écrit le 02/07/2019 à 15:39 :
On voit bien le problème, mais on a du mal à voir la solution..... Faut-il repenser complètement le système en s’inspirant au passage de ce qu’il se fait ailleurs ??? Ou bien ne serait-ce, comme d’habitude, qu’une question de moyens : humains, techniques, espaces.... ??? Quoiqu’il en soit, les salaires, pour une partie du personnel, ne sont pas à la hauteur ..... Mais si on les paye mieux, cela va coûter plus cher !!!
Réponse de le 03/07/2019 à 8:47 :
......plus cher ?....question de répartition ! .
Moins d'argent aux armées et aux conflits planétaires ,aux assistanats généralisés , aux commémorations de prestige et aux privilèges d'élus de toutes sortes , a l'Europe , aux subventions d'associations douteuses et de pays etrangers et a la "générosité " débridée ( et sur le dos des citoyens )que ce pays n'a plus les moyens d'assumer style gratuité des études pour les étudiants extra-territoriaux ......
Make France fair again ...........
a écrit le 02/07/2019 à 15:35 :
et au même moments les médecins dorment, et ne se déplacent plus la nuit meme pour une urgence qu'ils pourraient soigné a domicile (crise d’asthme), Tous aux urgences ! il faut sanctuariser les urgences pour de bon avec l'aide de ces médecins de ville !
a écrit le 02/07/2019 à 14:39 :
Ce Monsieur nous démontre par l'absurde l'attitude qu'il ne faut pas avoir. Il ne faut simplement pas allé aux urgences quand cela n'a pas lieu d'être. Si demain nous allons tous aux urgences sans raison valable (mal de ventre ...) oui elles seront débordées. C'est juste une question de civisme et de responsabilité de chacun. D'ailleurs les services en charge lui ont indiqué un temps d'attente en relation avec son problème. S'il était arrivé avec une véritable urgence vitale, il aurait été pris en charge immédiatement et c'est bien pour cela que les urgences existent. Et pourtant ce Monsieur est un "Député" et des gens ont voté pour lui. Belle attitude démagogue.
Réponse de le 03/07/2019 à 8:53 :
c'est un temoignage utile ne vous en déplaise car d'un celui d'un ELU de proximité !
(Les témoignages de citoyens lambda tout le monde s'en fout a commencer par ceux qui sont au sommet de l'état et fonctionnent en petit comité fermé !
a écrit le 02/07/2019 à 14:08 :
Comment est-ce possible que la réalité soit différente des Indicateurs remontés au ministère de la santé? La bureaucratie c'est bien (parfois utile, il ne faut pas exagérer), mettre les main dans le cambouis, c'est mieux.
La France n'a jamais été aussi riche, comment est-il possible que nos services publiques s'enfoncent dans la misère? Incompétence, Évasion fiscale amputant le budget de l'état, Carriérisme et Ambition? Probablement un peu de tout
a écrit le 02/07/2019 à 13:27 :
Merci de prendre la peine de descendre dans le monde réel Monsieur le député.
Malheureusement vous ne serez pas imité par les "top managers" de la France qui préfèreront vous répondre que vous n'avez pas la big picture et que vos commentaires bottom-up manquent de perspective....
Réponse de le 03/07/2019 à 8:54 :
.....le snobisme des anglicismes ......

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :