Vers une croissance sans emplois ?

 |   |  464  mots
La France perdrait encore 13.000 emplois dans le secteur marchand au premier semestre
La France perdrait encore 13.000 emplois dans le secteur marchand au premier semestre (Crédits : reuters.com)
La France perdrait encore 13.000 emplois marchands au premier semestre mais en gagnerait 23.000 dans le secteur non marchand. La baisse du chômage n'est pas encore à l'ordre du jour avec un taux de chômage qui atteindrait 10,2% à la fin juin. Du jamais vu depuis 1997.

Certes, il y a un frémissement sur la croissance. Mais, dans un premier temps, l'emploi ne suivra pas, si l'on en croit la dernière note de conjoncture de l'Insee. Début 2015, la France continuerait même à perdre des emplois marchands (-18.000 au premier trimestre), avant sans doute d'en gagner au deuxième trimestre (5.000). Le solde resterait donc négatif au premier semestre comme il l'était en 2014 (-74.000) et en 2013 (- 66.000). Toutefois, l'Insee remarque que le solde négatif de 13.000 postes lors des six premiers mois de l'année 2015 serait moins marqué que celui enregistré en 2014 (- 37.00 en moyenne par semestre). Et ce, d'après l'Insee, grâce à la légère accélération de l'activité (l'acquis de croissance serait de 0,8% à la mi- année) cumulée avec les effets du pacte de responsabilité (baisses des cotisations et des impôts des entreprises) et ceux du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE). Le tout permettrait de créer (ou sauvegarder) 40.000 emplois au premier semestre 2015. A noter que l'intérim, considéré comme un indicateur avancé de l'emploi, augmenterait légèrement au premier trimestre (+ 8.000 au premier au premier semestre après + 2.000 au second semestre 2014).

Par grand secteur, l'Insee estime que si le tertiaire va créer des emplois, il y aurait 21.000 poste détruits dans l'industrie et également -  21.00 et dans la construction. Si, cette fois, on se focalise sur le secteur non marchand, le nombre d'emplois augmenterait au premier semestre de 23.000 essentiellement du fait des emplois aidés, après avoir déjà connu une hausse de 65.000 en 2014 (dont 49.000 contrats aidés). La loi de finances 2015 a prévu 320.000 entrées dans des dispositifs de contrats aidés non marchands, sur le seul premier semestre, près de 200.000 seraient déjà enregistrés.

Le taux de chômage à un niveau record de 10,2%

Il n'en reste pas moins que tous ces efforts ne parviendront pas - encore - à inverser la courbe du chômage. A la fin de l'année dernière, en France métropolitaine, le taux de chômage s'établissait à 10% (10,4% en incluant les Dom), soit 0,1 point de plus qu'à la fin du troisième trimestre. Sur l'ensemble de l'année 2014, il y a eu 123.000 chômeurs de plus. Or, selon l'Insee, le taux de chômage va augmenter de nouveau de 0,2 point pour s'établir à 10,2% à la mi-juin en France métropolitaine (10,6% en incluant les Dom), son plus haut niveau depuis 1997. La raison en est simple : la croissance est trop faible pour créer assez d'emplois afin d'absorber la progression de la population active. De fait, il y aurait 64.000 personnes en plus sur le marché du travail au premier semestre 2015 après, déjà, une progression de... 160.000 en 2014. La baisse du chômage attendra donc sans doute 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2016 à 12:43 :
Sur les 8.5 millions de sans emploi en france combien sont blancs (d'origine européenne) ?

combiens sont "non blancs" d'origine non européenne d'ascendance migratoire ou non ? parlons clairement sans jeux de mots...

Avec l'interdiction des statistiques ethniques en france,
On ne veut pas nous dire la vérité
a écrit le 07/05/2015 à 7:10 :
Le CICE, et encore moins le CIR qui est utilisé comme effet d'aubaine par de nombreuses grandes entreprises , ont certainement beaucoup moins contribué à la légère reprise que la forte baisse de l'uero qui a eu lieu durant le deuxième semestre 2014 et qui persiste actuellement. D'ailleurs la baisse de la croissance et la flambée du déficit commercial US confirment que c'est la baisse de l'euro qui est à l'origine de la légère "reprise". Affirmer que ce serairt du au CICE et au CIR est de la propagande politique, surtout avec le nombre de destructions d'emploi persistant en France.
a écrit le 05/04/2015 à 11:17 :
ils se lamentent, mais ne font rien, ne voient pas l'éléphan dans le couloir !!

la france a le record européen d'impôts et charges, donc un boulet sur le pouvoir d'achat et la compétitivité des entreprises, record d'effectifs publics et politiques qui se gavent d'argent public..!!!

donc la spécialité de la france, c'est de plomber le secteur public qui créé la richesse pour alimenter l'usine fantome publique et politique

il suffit de faire la chasse aux gaspillages signalés par dizaines de milliards par la CdC, 200 milliards si on fait la somme (régimes spéciaux, suppression du sénat et des départements, rationalisation des services publics et simplification des règles...) et on repart avec 3% de croissance et 2 millions de chômeurs en moins, c'est évident...
Réponse de le 07/05/2015 à 6:44 :
J'ai tendance à être d'accord avec vous, mais la droite a été 10 ans au pouvoir (2002-2012) sans changer ce qu'elle dénonce dès le lendemain de la défaite électorale.
a écrit le 03/04/2015 à 23:00 :
Exemple parfait de gabegie socialiste: "La loi de finances 2015 a prévu 320.000 entrées dans des dispositifs de contrats aidés non marchands, sur le seul premier semestre, près de 200.000 seraient déjà enregistrés". Les "contrats aidés non marchands", ça veut dire quoi ? Des emplois bidons dans des administrations obèses. On croit rêver ! Il faut être en France pour voir une telle absurdité économique et une telle démagogie.
a écrit le 03/04/2015 à 15:48 :
Tout est fait pour que l'emploi ne reparte pas: l'état finance les charges sociales pour les salaires inférieurs à 1.2 smic. la plupart des offres d'emploi actuelles est inférieure à ce niveau donc les chômeurs préfèrent rester au chômage plutôt que travailler pour des nèfles!! les employeurs français trouvent aussi des sous traitants européens qui facturent encore moins cher: c'est encore tout bénéfice!! Se reconvertir quand l'on au chômage: cela est un voeu pieux car où trouver les formateurs? On est fier de vendre plus de voitures en France: où sont-elles produites? De plus, cela supprime des emplois d'avoir des véhicules neufs: ils ont moins besoin de passer au garage pour des révisions et dépannages que des véhicules anciens!!!
Où est passée la baisse du pétrole? pas dans nos portefeuilles car le gasoil augmente gentiment sans faire de bruit.
La baisse de l'euro impacte nos achats de produits étrangers facturés en dollars et comme nous vendons peu en dollars mais beaucoup en euros, c'est encore perdu. Et avec tout ça, on doit pouvoir embaucher !!!!!
Réponse de le 04/04/2015 à 13:47 :
Oui la baisse de l'euro augmente le coût de vos achats. Un exemple parmi d'autres, apple a augmenté tout ses produits de 15%. Dire que le pouvoir d'achat augmente quand le cours du pétrole baisse n'a aucun sens. Vous n'avez pas plus d'argent dans votre poche pour cela. Juste vous le dépenserez différemment. Ce serait comme dire que la baisse de l'immobilier augmente votre pouvoir d'achat! C'est relatif
a écrit le 03/04/2015 à 14:06 :
SI M r HOLANDE ET SONT GOUVERNEMENT NE BAISSE PAS LE CHOMAGE D ICI 2017 ILS IRONS AUX CHOMAGES AUSSI? LE PROBLEME C EST QUE LA DROITE AVANT N A PAS FAIT MIEUX?? ALORS NE ME PARLAIS PAS DU //FN// PERSONNE NI CROIE MEME PAS CEUX QUI VOTENT POUR EUX? ALORS S IL Y A QU ELQU UN SUR LA TOILE QUI PEUT NOUS REMONTEZ LE MORALE ?ONT ATTEND CES RECETTES MIRACLE? ON VOTERAS PEUT ETRE POUR LUI???
Réponse de le 03/04/2015 à 19:07 :
Le passé nous montre la seul vois... Révolte et nouvelle république ! Ou pire encore guerre mondiale.
a écrit le 03/04/2015 à 12:28 :
Mon salaire (et ceux des copines) n'évolue plus depuis des lustres. Les départs ne sont remplacés que par des CDD (quand ils sont remplacés, ce qui n'est pas toujours la cas)... Mais l'année dernière, a salaire inchangé, +28% d'impôts sur le revenu (intégration de la mutuelle que je n'ai pas choisie, et réforme du quotient familial)... Alors que je cotise plein pot et paie cantine, garderie et autres services sans aucune réduction... Le gaz oil s'il baisse au niveau du baril, son prix vient d'être impacte par une hausse de la fiscalité début avril....et son prix ne baisse pas a la pompe... Et j'ai besoin de ma vieille bagnole (1997) pour aller bosser. Qui me dit que ça va mieux ?? Perso, je doute. Seule la fiscalité prospère, et je pense qu'en tant que famille de la classe moyenne (un salaire lourdement taxé et plus du tout de prestations ni de droits mais beaucoup d'obligations) ça ne va pas mieux et que côté consommation c'est mal parti.
Réponse de le 03/04/2015 à 15:29 :
formez vous et/ou bougez de boite pour aller chercher un meilleur salaire, vous avez les solutions entre vos mains et vos oreilles pour améliorer votre quotidien. La liberté il faut s'en servir. C'est pas du yakafocon,, ni une critique à votre endroit mais vous savez bien que c'est fini le temps où tout vous tombez dans le bec sans aller le chercher. Je ne sais bien sur pas quel âge vous avez, mais c'est le plein emploi (5%) entre 30 et 45 ans environ, alors foncez fureter sur le net! Et puis mieux vaut votre situation, que celle d'un jeune sans qualif ou d'un sénior déclassé.
a écrit le 03/04/2015 à 12:19 :
Un État qui ponctionne 57 % de la richesse nationale ne peut pas avoir une économie dynamique. Le gouvernement augmente les impôts, les taxes et la dette continue de progresser, dans ces conditions, le chômage n'est pas près de diminuer.
a écrit le 03/04/2015 à 7:29 :
De la croissance pour le 1% qui detient les 99% des richesses... Surement
a écrit le 03/04/2015 à 6:37 :
Face à un alignement des planètes historique (taux,pétrole, euro/dollar) et exogène, nous avons un alignement diabolique et français (Dépense publique/PIB: 57,3%, Dette publique: 96,5%, Niveau de prélèvement: 45%, Marché du travail bloqué). Pour reprendre l'expression bien connue "pas de bras pas de chocolat", je dirai pas de réforme, pas de croissance assez forte, pas de baisse du chômage. QUAND J'ENTEND NOTRE MINISTRE DU TRAVAIL QUI DIT QU'IL NE SERA PAS CELUI QUI MODIFIERA LE CODE DU TRAVAIL ET QUE J'OBSERVE LE CONSERVATISME DE NOS SYNDICATS NON REPRESENTATIFS, ON PEUT CRAINDRE UNE JOBLESS RECOVERY !!!
Réponse de le 03/04/2015 à 8:31 :
Alignement des planètes ?

Le pétrole baisse, mais l'euro aussi baisse, et vu que nous achetons notre pétrole en dollar, le prix a la pompe reste le même (il a même augmenté ces dernières semaines je ne sais pas si vous avez remarqué...).

d'autre part la croissance c'est une augmentation du PIB, donc même si vous économisez 10 euro d'essence, et que vous acheter 10 euros de chaussure a la place, votre PIB reste au même niveau, c'est juste un transfert de consommation, qui ne crée pas de croissance a proprement parlé. Pour qu'il y ait augmentation de croissance, il faut un augmentation de la consommation / dépenses / achats (ce qui implique une hausse des salaires).

Quand aux taux proches de zero, la seule choses qu'ils favorisent, c'est les dettes supplémentaires, le gout du risque et donc les bulles avec des actifs surévalués, qui finiront par éclater.

Je ne vois vraiment pas en quoi tous les points que vous avancer constitueraient un alignement de planètes favorable à la croissance.

Après oui, on peut faciliter les licenciements, mais des gens au chômages ça coute cher, et ça consomme moins.C'est ballot non pour votre croissance ? Il serait temps de réfléchir un peu a ces soient disant formules miracles qui n'en sont pas...la lutte contre le chômage n'est qu'un alibi pour faire passer des mesures qui arrange qu'une infime partie de la population.
Réponse de le 03/04/2015 à 13:07 :
@Rome Ok avec votre remarque sur le pétrole/hausse dollar. Sur le PIB, on a oublié en France que cela veut dire richesse qui peut être créée par la production aussi tirée par les exportations, l'Angleterre a vu sa part de l'industrie dans le PIB passer devant celle de la France. Notre pays s'est massivement désindustrialisé. Ok avec votre analyse sur les taux proches de 0, qui facilitent l'investissement sauf que l'investissement ne repart pas par défaut de confiance. Sur le chômage il est erroné de considérer qu'en dehors des pouvoirs publics qui ont fait le choix du chômage de masse, personne n'a intérêt à voir le chômage progresser.
Réponse de le 05/04/2015 à 11:25 :
à livestrong : l'angleterre a supprimé 500 000 fonctionnaires et a créé de ce fait 700 000 emplois, donc + 200 000 en net !
le spays qui ont fait des efforts repartent bien : italie, irlande.. et ceux qui les ont déjà faites sont loin devant en croissance et en emplois...la france se traine avec la gréce pour n'avoir pas fait grand chose.

si on fait 200 milliards d'économies (cf les gaspillages monstrueux signalés par la cour des comptes : régimes spéciaux 22 milliards, surmadication et rationnalisation des hopitaux 30 milliards, financement des syndicats 4,4 milliards etc etc), on baisse d'autant le simpôts et charges, donc augmentation du pouvoir d'achat et de la compétitivité des entreprises et c'est reparti avec 3% de croissance et 2 millions de chomeurs en moins, évident !! reste à trouver des politiques qui fassent leur travail !!! et non se gaver avec les administrations d'argent public (du privé qui est saigné pour financer l'usine fantôme improductive!) !!.
a écrit le 02/04/2015 à 23:19 :
En fait la croissance physique est élevée mais les prix baissent. Avec le digital on fait du service sans emploi. L'emploi ne sera peut être plus nécessaire pour fonctionner au XXIème siècle. Par contre il faudra toujours des consommateurs d'où une régulation financière à reconstruire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :