Wauquiez veut rassembler Les Républicains

 |   |  732  mots
Le temps de la reconstruction est venu, a dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes devant ses partisans réunis dans la station des Estables, à l'issue de son ascension annuelle du Mont-Mézenc, dans son fief de Haute-Loire.
"Le temps de la reconstruction est venu", a dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes devant ses partisans réunis dans la station des Estables, à l'issue de son ascension annuelle du Mont-Mézenc, dans son fief de Haute-Loire. (Crédits : ROBERT PRATTA)
Laurent Wauquiez s'est engagé dimanche à tout faire pour rassembler la famille divisée des Républicains (LR), mais en soulignant que cela ne saurait se faire qu'autour des valeurs de la droite.

Laurent Wauquiez s'est engagé dimanche à tout faire pour rassembler la famille divisée des Républicains (LR), mais en soulignant que cela ne saurait se faire qu'autour des valeurs de la droite. Trois jours après l'annonce de sa candidature à la présidence de LR, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a exprimé sa volonté d'écrire une nouvelle page de l'histoire de la formation, encore sous le coup de l'élimination de son candidat au premier tour de la présidentielle.

"Le temps de la reconstruction est venu", a dit le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes devant ses partisans réunis dans la station des Estables, à l'issue de son ascension annuelle du Mont-Mézenc, dans son fief de Haute-Loire. Il a voulu donner tort aux nombreuses voix qui, parmi les cadres du parti, mettent en cause sa ligne droitière "dure" en s'affichant avec Virginie Calmels, une proche du maire de Bordeaux Alain Juppé, qui vient de le rallier.

"Il a le leadership, l'énergie, le courage", a déclaré au Journal du Dimanche à propos de Laurent Wauquiez cette ancienne chef d'entreprise qui s'affiche comme libérale. Avec la présence de Virginie Calmels, "j'ai voulu envoyer un signal à la totalité de notre famille politique. Je suis fier que nous soyons ensemble", lui a répondu Laurent Wauquiez, qui a insisté aussi sur la présence dans la salle, aux côtés des sarkozystes Eric Ciotti et Brice Hortefeux, de l'ancien président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer ou du député de l'Ain Damien Abad, "Lemairiste" pendant la campagne de la primaire, l'an dernier. "Nous allons faire mentir les esprits chagrins" avec cette image d'unité, a-t-il encore dit, "mon obsession sera le rassemblement (...) Je tendrai la main tout le temps et inlassablement pour essayer de fédérer tous ceux qui composent notre famille politique".

Un cinquième candidat pour la présidence de LR

A la veille de cette démonstration, la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui dit vouloir "peser" sur la ligne de LR sans en briguer la tête, avait mis en garde contre les risques d'éclatement du parti et de "porosité avec le Front national" en cas d'élection de Laurent Wauquiez. Le député LR des Hauts-de-Seine Thierry Solère, chef de file des "Constructifs" qui se sont ralliés à Emmanuel Macron, a dénoncé de son côté sur BFMTV l'ambition de ceux qui veulent transformer la formation en "tea party à la française qui fera des clins d'oeil toujours plus forts au Front national" et "qui jouent sur les peurs en permanence".

Face à ce procès en "droitisation", Laurent Wauquiez a déclaré dimanche que "rassembler ce n'est pas se renier" et que le problème de la droite "n'est pas d'en dire trop mais de ne pas en faire assez quand nous sommes aux responsabilités". "Je ne me renierai pas, je ne trahirai pas nos valeurs parce que j'en ai assez que la droite marche à l'ombre", a-t-il poursuivi. "Certains pensent, et ils font une profonde erreur, qu'assumer ses valeurs, c'est se recroqueviller. Mais non, assumer ses valeurs, c'est rayonner (...) La droite ne parle jamais aussi bien à l'ensemble des Français que quand elle assume ses valeurs et ses idées au grand jour."

Avant Laurent Wauquiez, trois élus avaient annoncé leur candidature à la présidence de LR, le député du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle, Florence Portelli, porte-parole de François Fillon lors de la présidentielle, et Laurence Sailliet, une proche de Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France. Un cinquième, le député du Vaucluse Julien Aubert, de tendance souverainiste, a fait savoir dimanche qu'il se joignait lui aussi à la course en reprochant à Laurent Wauquiez son "parcours idéologique".

"Il vient de l'UDF. Il a été très pro-européen, critiquant les eurosceptiques comme moi. Puis il a basculé. J'ai donc du mal à le caractériser idéologiquement", dit-il dans L'Opinion. "Aujourd'hui, il peut donner le sentiment de tenir des positions proches des miennes. Mais je regarde les actes, pas les paroles. En 2012, il a voté la ratification du traité sur la stabilité financière au sein de l'Union économique et financière. Moi, j'ai voté contre." Le scrutin, réservé aux adhérents de LR, est prévu les 10 et 17 décembre.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2017 à 20:55 :
Un homme de Droite et qui s'assume, quelle horreur ! Vite La Tribune une nouvelle salve contre lui, la précédente ne l'a pas éliminé.
a écrit le 04/09/2017 à 15:06 :
Tout est clair:Macron est en train de s'écrouler piteusement dans les sondages,il est impuissant.Un jeune talent émerge a droite,pour récupérer le pouvoir bientot vacant.
a écrit le 04/09/2017 à 14:57 :
Vauquiez un repoussoir pour électeurs ,en plus flanqué de Ciotti et Hortefeux; à se demander ce que Calmel est venue faire dans cette galère. Sa gestion de Rhone Alpes est d'ailleurs calamiteuse alors au plan national ...
a écrit le 04/09/2017 à 14:21 :
Il ne peut déjà pas rassemblé dans sa Région sous sa présidence. Alors, le LR en morceaux idéologiquement, c'est presque risible.
a écrit le 04/09/2017 à 13:32 :
Il ne veut pas rembourser la dette publique, donc il n'est pas de droite, pour moi. C'est un national-populiste donc je comprend les gens qui craignent une porosité extrême avec le FN.
a écrit le 04/09/2017 à 12:42 :
Wauquiez le pantin téléguidé en catimini par Néness....celui qui a dégondé les LR.
a écrit le 04/09/2017 à 12:39 :
Je n'aime pas Wauquiez, trop a droite, trop proche du FN, je voterais donc Macron la prochaine fois :)
a écrit le 04/09/2017 à 12:16 :
Ces politiques c'est comme de la mauvaises herbes...
Ça veut toujours repousser.
Le centre, les républicains, le pas c'est mort, il faut que les politiciens se mettent à jour notamment en changeant de métier, c'est fini pour eux , ils ont joué et ils ont perdus. Ils peuvent dire Merci à Buisson et M Sarkozy , grave à eux ils auront droit à une retraite anticipée ou une reconversion dans la finance.
a écrit le 04/09/2017 à 11:38 :
La raison d'être des politiques c'est de faire parler d'eux , il leur faut "occuper l'espace médiatique" à défaut ils sont morts , que ce soit en bien ou en mal peu importe et à ce stade c'est réussi pour Wauquiez , reste plus qu'à durer , pour le reste il sera toujours temps de s'adapter selon les circonstances : un plus plus à droite , un peu moins au centre ...
a écrit le 04/09/2017 à 10:40 :
Wauquiez peut rassembler les "Républicains" -on ne sait plus ce que cela sous-entend-, mais ne pourra jamais rassembler les français. Le LR n'a pas de Leader.
a écrit le 04/09/2017 à 10:16 :
Wauquiez l'on ne comprends rien à ce qu'il bavasse, il parle comme un pingouin. Il est un bon repoussoir à électeur, in finé il est l'idiot utile pour le PS ...
a écrit le 04/09/2017 à 9:48 :
De toute façon ,en ce moment ,REM fait le boulot pour eux.
a écrit le 04/09/2017 à 8:34 :
La France l'a trouvé son Donald Trump, le notre plus Donald avec son compère de la même équipe que l'on retrouve d'ailleurs dans le clan Trump le fameux et fumeux Ciotti. La droite dans sa ligne à l'excès mais de plus en plus la plus bête du monde. Avec cette équipe bis du FN pas près de remettre un bulletin dans l'urne.
a écrit le 04/09/2017 à 8:24 :
Une fois de plus, le pouvoir à tout prix,...et l'argent qui va avec...Encore une fois, de belles paroles, mais pas d'actes. Ni gauche, ni droite, mais la France d'abord. Rien sur l'éducation, alors qu'il est urgent d'imposer des cours de savoir vivre dans les écoles et dans les séances d'alphabétisation qui devraient être obligatoires et sanctionnées par des examens.
a écrit le 04/09/2017 à 4:08 :
Ortefeu, chioti, ne manquent que morano ou la dati.
a écrit le 03/09/2017 à 19:29 :
La valeur de la droite c'est le travail, la valeur du RPR UMP LR c'est l'argent. En effet comme d'habitude cela sera facile de les rassembler sur la valeur de l'argent c'est juste que de l'argent les citoyens en ont de moins en moins et du coup c'est forcément un élément de moins en moins rassembleur.

Quant à la valeur travail c'est une notion qu'ils ont oublié depuis belle lurette.
Réponse de le 03/09/2017 à 21:14 :
Vous êtes un peu dur. Regardez François Fillon, si il n'accordait pas autant d'importance à la valeur travail, il n'en aurais pas donné à toute sa famille .
Réponse de le 04/09/2017 à 11:16 :
johnmckagan: excellent, réponse très amusante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :