126.000 embauches en mars : les chiffres de l'emploi américain déçoivent

Le nombre de créations d'emplois est de 126.000 en mars, très loin des 245.000 attendus par les analystes. Le chômage reste quant à lui stable à 5,5%.

1 mn

L'estimation médiane des analystes était de 245.000 nouvelles embauches pour mars.
L'estimation médiane des analystes était de 245.000 nouvelles embauches pour mars. (Crédits : © Rick Wilking / Reuters)

L'économie des Etats-Unis a créé beaucoup moins d'emplois qu'attendu en mars tandis que le taux de chômage est resté stable, détaille vendredi 3 avril le département du Travail. L'activité économique n'a généré que 126.000 emplois en mars, soit une chute de 52% par rapport à février.

Deux fois moins qu'attendu

Le chiffre des créations d'emploi déçoit d'autant plus que l'estimation médiane des analystes était de 245.000 nouvelles embauches pour mars. C'est presque deux fois moins. Ce nombre est le plus faible depuis décembre 2013, indique l'agence Reuters. Le taux de chômage est en revanche resté stable à 5,5%, comme s'y attendaient les analystes.

Ce net ralentissement de la création d'emploi s'explique en partie par la vigueur du dollar et l'affaiblissement des cours du pétrole. Ce qui pourrait inciter la Réserve fédérale américaine à ne pas précipiter une hausse des taux d'intérêt qu'elle a pourtant envisagé récemment pour 2015.

Par ailleurs, les chiffres des créations d'emplois pour janvier et février ont été revus à la baisse. Les Etats-Unis ont créé 201.000 emplois en janvier (contre 239.000 initialement) et 264.000 en février (contre 295.000 annoncés précédemment).

A lire aussi : 2014, meilleure année pour les créations d'emplois aux Etats-Unis depuis 15 ans

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 04/04/2015 à 18:50
Signaler
Les USA comme la FRance sont en recession. C'est une croissance negative. La preuve les USA ne peuvent plus vivre sans QE. Et n'ayant pas de QI, ils courent à la catastrophe ! Vive la caste des privilégiés dans ce monde.

à écrit le 04/04/2015 à 11:18
Signaler
Point fondamental: la baisse du prix du pétrole a des effets négatifs. Les USA perdent la guerre des prix avec l’OPEP et la Russie. Leur pétrole de schiste n’est tout simplement pas rentable, et les milliards dépensés dedans sont perdus. Regardez le...

à écrit le 04/04/2015 à 10:07
Signaler
Les food-stamps c'est le rmi US. Mais en nature, pour bouffer, pas pour aller au bistrot.....

à écrit le 04/04/2015 à 5:53
Signaler
le "vent" de la reprise...éphémère, fragile ou je dirai plutôt une forme de communication que l'on emploi pour se rassurer (se rassurer) En tout état de cause des bourses au plus haut, des emplois précaires, des salaires gelés, des investissements a...

à écrit le 03/04/2015 à 18:47
Signaler
Avec 50 millions qui vivent des food-stamps et quelques millions qui s'en sortent dans la nature, vous dire comme "l'emploi" se porte "bien".

à écrit le 03/04/2015 à 16:32
Signaler
Bien sûr les médias, politiques, économistes...nous rabâche que les USA, Angleterre, Allemagne, Irlande... embauchent.OK! Dans les services, le commerce mais avec quelles perspectives d'avenir? Quels salaires? Quelle durée? avec à la clés des conditi...

le 03/04/2015 à 18:15
Signaler
@Zigzang La précarité est l'essence des nouveaux emplois, salaires et conditions de travail au minimum.La croissance est effectivement un mythe, elle signe la proche fin du système économico financier néo libéral dans lequel nous pataugeons. Les jo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.