225 millions emplois à temps pleins détruits en 2020 à cause du Covid-19

 |  | 675 mots
Lecture 3 min.
Sur l'ensemble de 2020, 8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues, soit quatre fois plus que pendant la crise financière de 2009.
Sur l'ensemble de 2020, 8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues, soit quatre fois plus que pendant la crise financière de 2009. (Crédits : CARLO ALLEGRI)
La crise sanitaire a eu un impact dévastateur sur l'emploi dans le monde en 2020, révèle un rapport publié ce lundi par l'Organisation internationale du travail. Or, quels que soient les scénarios de reprise, la baisse du travail risque de se prolonger en 2021.

La pandémie a provoqué des "dommages massifs" sur l'emploi, avec l'équivalent de 255 millions d'emplois perdus en 2020, selon l'Organisation internationale du travail (OIT) lundi.

Sur l'ensemble de 2020, "8,8% des heures de travail dans le monde ont été perdues (par rapport au quatrième trimestre 2019), ce qui équivaut à 255 millions d'emplois à temps plein", soit quatre fois plus d'heures de travail parties en fumée que pendant la crise financière de 2009, souligne l'agence spécialisée de l'Onu, dans son septième rapport consacré à l'impact de la pandémie sur le monde du travail.

Lire aussi : Délais de paiement, fermetures, emploi... trois chocs pour les entreprises en 2020, en images

Ces pertes massives ont entraîné une baisse de 8,3% des revenus du travail dans le monde - si l'on ne tient pas compte des plans d'aide qui ont fleuri un peu partout -, soit 3.700 milliards de dollars ou encore 4,4% cent du Produit intérieur brut mondial, précise l'OIT.

Des chiffres en trompe l'oeil

Pour ajouter un peu plus à la noirceur du tableau, l'OIT souligne que les chiffre du chômage, sont trompeurs : "71% de ces pertes d'emplois (81 millions de personnes) relèvent de l'inactivité plutôt que du chômage, ce qui signifie que ces personnes ont quitté le marché du travail parce qu'elles n'étaient pas en mesure de travailler, peut-être en raison des mesures de restrictions liées à la pandémie ou, tout simplement, parce qu'elles ont cessé de chercher du travail".

Une reprise sous conditions

Depuis que le virus a été détecté en Chine à la fin de 2019, la pandémie a précipité le monde dans une grave crise économique en plus de faire plus de 2,1 millions de morts et d'infecter une centaine de millions de personnes. Et ces chiffres officiels sont sans doute très en-deçà de la réalité.

"Les dernières prévisions pour 2021 indiquent que la plupart des pays devraient connaître une croissance relativement forte dans la deuxième moitié de l'année, au fur et à mesure que les programmes de vaccination seront opérationnels", indique le rapport.

L'Observatoire de l'OIT a prévu trois scénarios. Celui de référence table sur une baisse de 3% des heures de travail en 2021, si la pandémie est sous contrôle et si la confiance des entreprises et des consommateurs revient.

Les plus touchés seront les Amériques, l'Europe et l'Asie centrale.

Le risque d'une croissance inégale

"Nous sommes à la croisée des chemins. L'un d'entre eux mène vers une reprise économique inégale, non-durable, une reprise teintée d'inégalités grandissantes et d'une instabilité croissante, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles crises", met en garde Guy Ryder, directeur général de l'OIT, en indiquant qu'un autre chemin est possible qui passe "par une reprise centrée sur l'humain afin de mieux reconstruire en donnant la priorité à l'emploi, aux revenus et à la protection sociale, au droit du travail et au dialogue social".

En attendant de voir quelles mesures seront mises en oeuvre pour aider la reprise, l'OIT note que les femmes ont été plus touchées que les hommes. "En particulier, les femmes risquaient beaucoup plus que les hommes de devoir quitter le marché du travail et de se retrouver inactives", note l'organisation.

Les jeunes particulièrement impactés

Les jeunes travailleurs ont été également particulièrement impactés, soit en perdant leur emploi, soit en quittant la vie active ou encore en retardant leur entrée sur le marché du travail, note le rapport, qui parle de risque "d'une génération perdue".

Les pertes d'emplois chez les jeunes (âgés de 15 à 24 ans) s'élevaient à 8,7%, par rapport à 3,7% au-delà de 24 ans.

 Sans surprise, le secteur le plus touché par la pandémie est celui des activités d'hébergement et de restauration, qui a perdu un cinquième de ses emplois. Par contre, l'OIT souligne une hausse des embauches au deuxième trimestre et au troisième trimestre 2020 dans l'information et la communication ainsi que dans les activités financières et d'assurances.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2021 à 19:11 :
"Depuis que le virus a été détecté en Chine à la fin de 2019, la pandémie a précipité le monde dans une grave crise économique en plus de faire plus de 2,1 millions de morts et d'infecter une centaine de millions de personnes"
c' est un euphémisme....on pourrait plutôt évoquer les manipulations de virus dans un labo militaire -qui a certainement mal tourné...ou alors pour renverser "l'occident"-
faut renvoyer la facture au gouvernement chinois ou boycotter ses productions.
moi j' ai déjà commencé: aucun pc ordi tel masqueffp2 made in france aucune sauce tomate en conserve entre autre (made in italy = made in china), vêtement made in france ( moins en quantité plus en qualité) que local si possible
a écrit le 26/01/2021 à 9:58 :
En parlant d'emplois :

Elle a tourné la page. Conseillère “presse et communication” d’Emmanuel Macron au début du quinquennat puis porte-parole du gouvernement jusqu’au remaniement de juillet 2020, Sibeth Ndiaye a été nommée secrétaire générale pour la France du groupe Adecco, le 14 janvier dernier. Désormais en charge “des affaires publiques, du juridique, de la communication et des solutions emploi” ainsi que membre du comité exécutif du géant mondial du travail temporaire, l’ancienne dircom’ de l'Elysée a opéré ce virage professionnel avec l’aval de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Depuis la loi sur la transparence de 2013, l’institution contrôle notamment la mobilité public-privé des membres du gouvernement et des collaborateurs du président de la République.

Saisii de la demande de reconversion de Sibeth Ndiaye le 7 décembre dernier, le collège de la HATVP a rendu un avis de compatibilité. Tout en émettant quelques réserves. Si l’absence de relations déclarées avec le groupe d’intérim dans le cadre de ses fonctions au cabinet du président puis au gouvernement lui a permis d’écarter le risque de prise illégale d’intérêts, la Haute autorité a néanmoins estimé que “la nouvelle activité de Sibeth Ndiaye pourrait cependant être susceptible, dans certaines hypothèses, de remettre en cause le fonctionnement normal et impartial de ses anciens services”. En raison de “l’importance du groupe Adecco dans le secteur de l’emploi, il ne saurait être exclu que Sibeth Ndiaye, en tant que secrétaire générale, chargée des relations institutionnelles, accomplisse des démarches en direction de responsables publics avec lesquels elle travaillait dans le cadre de ses fonctions”, précise l’avis de la HATVP, disponible sur son site internet.
Réponse de le 26/01/2021 à 19:03 :
ele fera fonctionner son carnet d' adresse comme tant d'a utres c' est bien pour cela qu' elle a été embauchée...
a écrit le 25/01/2021 à 18:46 :
Il y en a marre de la gestion de la crise par les bronzés !!!
a écrit le 25/01/2021 à 17:46 :
C'est l'un des objectifs du nouvel ordre mondial : appauvrir les peuples, détruire les classes moyennes pour mieux imposer la feuille de route (ID-2020, monnaie digitale, revenu universel, croisements des fichiers et délation, surveillance, traçage et puçage, passeports sanitaire puis social, etc ...). Dailleurs, les élites qui pilotent le projet trouvent le résultat un peu "léger" . Le covid-19 c'est le galop d'essai, tout le monde se rôde. Une grande répétition générale en fait. Ils feront mieux lors de la prochaine pandémie.
Réponse de le 25/01/2021 à 18:41 :
Les adultes peuvent encore résister un peu à cette pression continue mais ce sont les enfants leur priorité , ils veulent les habituer rapidement au nouveau monde qui les attends.d’où le port d'un masque dès 6 ans avec des conséquences importante sur leur psychisme.La peur de l'autre sera leur quotidien.
Réponse de le 26/01/2021 à 19:04 :
elle est où votre potion magique ? à moins que ce ne soit celle qui rend vert ou fait pousser des champignons...
a écrit le 25/01/2021 à 17:43 :
Le problème, c'est que l'on met la faute sur de l'invisible et non sur les politiques suivies!
a écrit le 25/01/2021 à 15:38 :
Et tout ça parce que nos politiciens incompétents, du monde entier donc à un moment il serait temps de se demander pourquoi une si gigantesque coincidence, n'ont pas voulu protéger les personnes à risques tout en protégeant les actifs et les jeunes, ils n'ont cherché qu'à protéger les personnes à risques pourtant facilement identifiables.

Pourquoi donc ?

Quelle vaste supercherie que notre société quand même hein et ce sans même à avoir à chercher un coupable ou une raison... :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :