A partir du 5 février, l'embargo sur le pétrole russe va mettre la pression sur le diesel

Si l'embargo sur le brut russe depuis le 5 décembre ne s'est pas traduit par une envolée des prix du baril, en revanche, celui sur les produits raffinés pourrait se révéler plus délicat, notamment pour le diesel dont le marché connaît déjà des tensions. A quand le gazole à plus de 2 euros le litres ?
Robert Jules
(Crédits : Reuters)

A partir du dimanche 5 février, il sera officiellement interdit aux pays de l'Union européenne d'importer de Russie des produits raffinés du pétrole (diesel, essence, mazout, kérosène...). S'inscrivant dans le programme des sanctions imposées par l'Europe, en rétorsion à l'envahissement russe de l'Ukraine, cette nouvelle interdiction vient après celle du charbon au début du mois d'août 2022 et celle du pétrole brut le 5 décembre 2022.

Cet embargo sera accompagné - comme cela fut le cas pour le pétrole brut - d'un autre mécanisme voulu par les Etats-Unis, l'UE et leurs alliés du G7, qui restreint les conditions d'exportation, notamment en imposant un prix plafond (60 dollars pour le baril de brut russe) et en obligeant les entreprises occidentales qui financent, assurent ou expédient des cargaisons maritimes de produits russes, à ne pouvoir le faire qu'en dessous de ce prix plafond.

Des modalités qui restent à définir

Même si des discussions ont eu lieu notamment entre le Trésor américain et la Commission européenne, les modalités ne sont pas encore fixées. Contrairement à un embargo strict généralisé, ce mécanisme vise à réduire les revenus de l'Etat russe tout en évitant une forte volatilité des prix internationaux par un retrait de l'offre pétrolière russe. Dans le cas du brut, il a été efficace, puisque le prix du baril de Brent évoluait autour de 86 dollars début décembre contre 88 dollars ce lundi. Et selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), les revenus du pétrole pour la Russie étaient en baisse de 3 milliards de dollars en décembre par rapport à novembre, tombant à 12,6 milliards de dollars, son plus faible niveau mensuel depuis février 2021.

Néanmoins, les sanctions sur ces produits raffinés russes pourraient entraîner des perturbations plus importantes que pour le brut, la Russie étant le principal fournisseur de diesel aux pays européens. En effet, si Moscou ne trouve pas de débouchés à ses produits, son secteur du raffinage pourrait réduire son activité, et finalement entraîner une réduction de l'offre à l'échelle mondiale, synonyme de hausse des cours. « Les marchés des produits, spécialement le diesel, sont plus à risque juste au moment où la demande repart à la hausse », avertissait l'AIE, la semaine dernière (voir graphique).

-

Diesel demande

-

De son côté, Moscou a d'ores et déjà annoncé, comme elle l'avait fait pour le brut, que la Russie ne vendrait plus de produits raffinés aux pays qui appliquent les sanctions.

Sources alternatives

Du côté européen, on se veut rassurant. « Nous pensons avoir donné suffisamment de temps à nos marchés pour s'adapter et trouver des offres alternatives », affirmait, Kadri Simson, la commissaire européenne à l'Énergie, le 15 janvier. « Nous avons cartographié toutes ces sources alternatives. Nous pensons que nous sommes préparés, et, surtout, nous avons des réserves stratégiques qui nous donnent confiance », assurait-elle. Les 27 Etats membres de l'UE sont tenus de disposer de stocks de ces produits raffinés équivalents à au moins 60 jours de consommation.

Ils ont d'ailleurs rempli leurs stocks de diesel russe. En décembre, « les exportations russes de diesel ont bondi à un niveau record de 1,2 million de barils par jour (mb/j), dont 720.000 barils par jour étaient destinés à l'Union européenne », soit 60 %, souligne l'AIE, dans son rapport mensuel sur le pétrole. Pour remplacer ce volume, l'Union européenne peut se tourner vers d'autres pays. « Une récente offre de nouvelles capacités du Moyen Orient et de la Chine apportera un soulagement bienvenu. Du diesel chinois est déjà en train d'arriver en Europe, après que Pékin ait augmenté le quota d'exportation l'année dernière », indique l'AIE. Le Koweït a déjà multiplié par cinq ses exportations de diesel vers l'Europe, qui étaient, il est vrai, assez faibles (50.000 b/j). En 2022, outre la Russie, l'Union européenne importait quelque 200.000 b/j de la seule Arabie saoudite et un volume équivalent d'autres pays du Golfe et de l'Afrique. Par ailleurs, quelque 340.000 b/j provenaient de pays asiatiques non OCDE, principalement l'Inde et la Chine, selon les données de l'AIE.

« On risque surtout d'importer du diesel de Chine et d'Inde raffiné à partir de brut russe », ironise une source au sein de l'industrie pétrolière, pour qui « l'inconnue est de savoir si le marché a déjà intégré cette nouvelle donne ». En effet, autant des pays comme l'Inde, la Chine ou certains pays africains sont intéressés par l'achat de brut russe décoté, autant ils le sont moins pour acheter directement des produits raffinés car ils disposent eux-mêmes d'importantes capacités de raffinage. « Il n'est pas impossible de voir en France le prix du litre de diesel dépasser les 2 euros à la pompe en février », avertit cette source. Ces derniers jours, il est en moyenne de 1,90 euro en France.

La pression de Volodymyr Zelensky

In fine, tout dépendra du niveau du plafond qui sera fixé pour chacun des produits raffinés. Il faut qu'il soit suffisamment haut pour inciter la Russie à continuer à exporter mais suffisamment bas pour réduire véritablement les revenus pour la Russie. Pour le brut, certains pays comme la Pologne avaient demandé un plafond du prix du baril de brut russe à 30 dollars, avant de l'accepter à 60 dollars, à condition que le prix soit à nouveau discuté selon l'évolution du marché. Un plafond que le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait également jugé trop élevé pour avoir un réel impact sur les revenus russes permettant à Moscou de poursuivre son effort de guerre.

Robert Jules

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 24/01/2023 à 19:52
Signaler
En parlant de russe : Le plus jeune des petits-fils du général de Gaulle sort depuis plusieurs mois de l’anonymat pour parler, au nom de son grand-père, de la guerre en Ukraine, en reprenant à son compte le point de vue russe. La famille prend ses...

à écrit le 24/01/2023 à 19:42
Signaler
Essayer d'être precis. C'est l'embargo par les pays occidentaux de l'OTAN. Les 3/4 de la planète ne sont pas concernés. Cessez de croire que les pays dits occidentaux sont le monde entier

à écrit le 24/01/2023 à 8:21
Signaler
Je vois la pression sur l'ethanol surtout en ce moment, j'aimerais bien savoir pourquoi même s'il n'y a certainement et encore une fois aucune raison légitime à cela. P.. de dragons célestes ils vont vraiment tout bouffer.

à écrit le 23/01/2023 à 20:08
Signaler
Sans les taxes, le prix serait très supportable . Chez mes amis usa, le litre est à moins de 90cents.

à écrit le 23/01/2023 à 19:42
Signaler
Encore une démonstration qu'on n'avait pas les moyens de prendre des sanctions contre la Russie et qu'on a sacrifié volontairement les Français pour une guerre qui n'impactait pourtant pas leurs intérêts...

le 23/01/2023 à 20:35
Signaler
c est sur que si on attends que les chars de Vladimir arrivent au Rhin pour se bouger ... Par contre une fois qu ils seront la qu est ce qu ils les empechera d aller en France ? On a essayé en 38 de baisser notre pantalon face a un dictateur. le bila...

à écrit le 23/01/2023 à 19:36
Signaler
C'est extrêmement intelligent : la Russie va se faire un maximum de blé en vendant à l'Inde qui va raffiner à notre place....

à écrit le 23/01/2023 à 19:34
Signaler
des gilets jaunes a bonnets rouges, le tout ' quoi qu'il en coute'!!!!!!! je jubile a l'idee de voir ce que ca va donner avec en plus une couche de ZFE ecologiquement bien punitive, donc dans la tolerance de gauche bienveillante

à écrit le 23/01/2023 à 19:13
Signaler
On voudrait pousser les gens à se séparer de leurs diesels qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

le 23/01/2023 à 20:27
Signaler
Mon diesel 2l de cylindrée consomme 5l/100. Un moteur essence équivalent est autour de 7l ... Donc pas question de changer, sans compter payer une TVA élevée

le 24/01/2023 à 18:44
Signaler
@ ben non, Oui un 2l essence on est plus sur 8 a 10 litres (suivant la conduite adoptée) sur autoroute avec regulateur !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.