Le marché pétrolier parie sur une reprise de la croissance en Chine

La décision de Pékin d'abandonner sa politique « zéro Covid » devrait permettre un rebond de la croissance, et donc de la demande pétrolière, chez le premier importateur mondial de brut. Les cours du Brent ont progressé de 8,7% en un mois. Selon l'Agence internationale de l'énergie, les besoins chinois de pétrole et de produits raffinés, notamment de kérosène, devraient augmenter de 5,7% cette année. Mais l'agence reste prudente en raison des incertitudes sur l'évolution de la pandémie dans le pays durant le premier trimestre.
Robert Jules
Un tanker décharge sa cargaison de pétrole via un pipeline dans le terminal pétrolier du port de Yantai, dans la province de Shandong, en octobre dernier. Sur les huit premiers mois de 2022, les importations de brut étaient en baisse de 4,7% par rapport à la même période de 2021, selon les données des services des douanes chinois.
Un tanker décharge sa cargaison de pétrole via un pipeline dans le terminal pétrolier du port de Yantai, dans la province de Shandong, en octobre dernier. Sur les huit premiers mois de 2022, les importations de brut étaient en baisse de 4,7% par rapport à la même période de 2021, selon les données des services des douanes chinois. (Crédits : Reuters)

L'abandon par la Chine de sa politique « zéro Covid » dont les confinements à répétition ont fait chuter sa croissance au plus bas depuis 40 ans en 2022, à 3%, (hormis l'année exceptionnelle de 2020) va-t-il faire redémarrer la deuxième économie mondiale? « A la fin 2022, les indices de climat des affaires sont tombés en zone de contraction et les ventes au détail sont attendues en recul d'environ 10% sur un an. Aucun pays ne peut raisonnablement poursuivre dans cette voie », explique Bruno Cavalier, chef économiste chez Oddo BHF, pour qui, « à court terme, l'explosion des infections risque d'accentuer la baisse d'activité mais, une fois la vague passée, il y aura un rattrapage rapide ».

Des cours au plus haut depuis décembre

Sur le marché pétrolier, en tous les cas, on croit à cette reprise. Le cours du baril de Brent progressait ce mercredi de 1,4%, à plus de 87 dollars (+ 8,7% sur un mois) tandis que celui du baril de WTI était en hausse de 1,85 % (+ 8,31% sur un mois), à 81,67 dollars, renouant avec leurs meilleurs niveaux depuis décembre dernier, malgré les risques de récession qui planent aux États-Unis et en Europe.

-

cours du brent

-

« Un retour vers 90 dollars pour le Brent nous amènerait à des niveaux qui n'ont pas été vus depuis début novembre et suggérerait que les traders sont plus optimistes quant aux perspectives économiques mondiales », estime Craig Erlam, analyste chez Oanda.

La demande mondiale de pétrole devrait franchir un record absolu en 2022

Dans son rapport mensuel sur le pétrole, publié ce mercredi, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a ainsi révisé à la hausse, de 200.000 barils par jour, la demande mondiale de pétrole pour 2023, à 1,9 million de barils par jour (mb/j). Elle devrait atteindre 101,7 mb/j, un niveau jamais atteint depuis que l'humanité consomme du pétrole, contre 99,9 mb/j en 2022.

Cette nouvelle estimation intègre une reprise de la demande en Chine, premier importateur et deuxième consommateur de brut au monde. La République populaire compterait à elle seule pour un peu moins de la moitié de la hausse. En effet, selon l'AIE, sa demande augmenterait de 0,854 mb/j (+5,7%) pour atteindre 15,9 mb/j, notamment avec la reprise du trafic aérien national et international, et une demande chinoise de kérosène en hausse de 43,9% par rapport à 2022.

-

pétrole chine

-

Toutefois, avertit l'AIE, la réouverture de la Chine ne se fera probablement pas sans heurts, et la reprise de la demande de pétrole n'est pas certaine, pointant la « sous-déclaration massive » des cas de Covid et une économie fortement affaiblie en 2022.

La demande de pétrole dépendra aussi des dépenses des ménages chinois, difficile à évaluer en raison de leur situation financière, souligne l'agence. « Les difficultés et les perturbations devraient donc prévaloir à court terme. Alors que la Chine fait face à un hiver difficile, la voie de sortie sera sans doute chaotique et longue », avertit l'AIE.

Prudence de l'Opep

Cette prudence se retrouve également dans le rapport mensuel publié mardi par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). Selon ses experts, la demande mondiale de pétrole est prévue en hausse de 2,2 mb/j (+2,23%) en 2023, à 101,8 mb/j. Près d'un tiers de cette hausse de la demande est due à la Chine avec 0,51 mb/j supplémentaires (+3,48%) et l'Inde, avec 0,25 mb/j (+ 4,94%).

Les deux pays consommeront respectivement 15,27 mb/j et 5,41 mb/j. « La demande chinoise de pétrole est en bonne voie pour rebondir en raison du récent assouplissement des mesures de zéro Covid, avec la prévision d'une croissance du PIB de 4,8% en 2023 », indique le rapport tout en avertissant aussi que « cependant, il y a un certaine nombre d'incertitudes au regard des conséquences de la contagion du Covid-19 après la réouverture, en particulier au cours du premier trimestre ».

La dynamique de la demande de pétrole chinoise, mais aussi mondiale, devrait donc plutôt se voir dans la deuxième moitié de 2023.

Signe d'une perspective positive pour l'or noir, le secrétaire général de l'Opep, Haitham Al-Ghais, présent au Forum économique de Davos, confiait dans un entretien à Bloomberg Television, que « l'industrie pétrolière devrait investir davantage pour répondre à la future demande » d'hydrocarbures !

Robert Jules

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 19/01/2023 à 11:25
Signaler
Pour mieux connaître la Chine, lisez les trois récits de Jean Tuan : "Un siècle chinois" (chez CLC Éditions) évoque le parcours de son père chinois arrivé en France en 1929, leur voyage en Chine en 1967 lors de la Révolution culturelle et les incroya...

à écrit le 18/01/2023 à 18:15
Signaler
La croissance de La Chine se tourne vers son marché intérieur ! Elle a toute les infrastructures pour se "passer" du reste du monde ! Elle s'émancipe !

le 18/01/2023 à 18:43
Signaler
@bah Le reste du Monde n'a pas besoin de la Chine. Quant à l'émancipation de la Chine de Xi Jin Ping c'est mal parti tout comme la Russie de Poutine.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.