Accord Chine-USA : vous avez aimé la phase 1 ? Vous allez adorer la phase 2

 |   |  849  mots
Des accrocs dans la mise en oeuvre de la phase 1 pourraient faire dérailler la phase 2.
Des accrocs dans la mise en oeuvre de la phase 1 pourraient faire dérailler la phase 2. (Crédits : Reuters)
Les concessions réciproques des deux pays apparaissent comme un jeu d'enfant à côté des négociations qui s'annoncent pour la deuxième phase.

Après bientôt deux ans de guerre commerciale, la première phase de l'accord commercial sino-américain a été signée, mercredi, par Donald Trump et le vice-Premier ministre de la Chine, Liu He, à la Maison Blanche. Doivent désormais s'ouvrir les négociations pour la deuxième phase de l'accord, en vue de la signature d'un accord final, dont la date reste encore à déterminer.

D'ici-là, voici un récapitulatif du contenu de l'accord préliminaire signé avec la Chine, ainsi qu'un passage en revue de ce qui doit figurer dans la phase 2 de l'accord.

Qu'y a-t-il dans la phase 1 ?

Aux termes de l'accord préliminaire signé mercredi à Washington entre les deux premières puissances économiques mondiales, Pékin s'engage à accroître ses achats de produits américains (200 milliards de dollars en plus sur deux ans) et l'administration Trump renonce à imposer de nouveaux droits de douane aux exportations chinoises.

Lire aussi : Trump signe l'accord commercial avec la Chine, une victoire politique sur fond de procès en destitution

Les concessions réciproques des deux pays apparaissent comme un jeu d'enfant à côté des négociations qui s'annoncent pour la deuxième phase.

"La Chine ne semble pas avoir fait de concessions qu'elle n'était pas prête à faire de toute façon", relève l'économiste Xu Xiaochun, de l'agence de notation Moody's, soulignant que les dispositions de l'accord qui concernent les services financiers et la protection de la propriété intellectuelle étaient déjà en préparation avant la guerre commerciale.

Que doit figurer dans la phase 2 ?

Le président américain Donald Trump exige de Pékin des concessions qui touchent au cœur même du système économique du régime communiste, à savoir en tout premier lieu les subventions aux entreprises publiques.

L'administration Trump considère ces entreprises, souvent peu rentables, largement subventionnées et bénéficiant de contrats d'État, comme des entraves à la concurrence.

Washington dénonce aussi le "vol", par la Chine, de la propriété intellectuelle des entreprises américaines et exige de nouvelles dispositions juridiquement contraignantes pour y mettre fin, notamment des amendes dissuasives pour les auteurs de contrefaçons.

L'accord de mercredi ne contient en la matière que des orientations très générales: "La Chine reconnaît l'importance d'établir et de mettre en oeuvre un système juridique complet de protection et d'application de la propriété intellectuelle" et "les parties veillent à ce que toutes les personnes physiques ou morales puissent être tenues responsables de l'appropriation illicite de secrets commerciaux", est-il stipulé.

Pékin tiendra-t-il parole ?

Des accrocs dans la mise en oeuvre de la phase 1 pourraient faire dérailler la phase 2, sans compter le contexte politique toujours tendu entre les deux capitales, entre droits de l'Homme, manifestations à Hong Kong et rivalité stratégique.

Lire aussi : Le conflit commercial États-Unis-Chine aura des effets "irréversibles" sur l'économie mondiale

Le ralentissement économique chinois pourrait à lui seul tempérer la disposition de Pékin à acheter effectivement sur deux ans pour 200 milliards de dollars de plus de produits américains.

"À moins que la demande chinoise de produits agricoles et énergétiques américains s'envole, la Chine devra prendre la décision politique de substituer les importations d'autres pays par celles des États-Unis", observent les économistes de la banque ING, Timme Spakman et Iris Pang.

D'ailleurs, "l'accord ne comporte pas de clauses exécutoires en ce qui concerne les promesses d'achats de la Chine", soulignent-ils.

En revanche, le texte stipule que ces achats seront fondés sur des considérations commerciales et que "la situation des marchés, particulièrement en ce qui concerne les produits agricoles, pourra affecter la date des achats pour chaque année en question".

À quand un accord final ?

Les négociations pour la deuxième phase de l'accord s'ouvriront immédiatement après l'accord de phase un, a déclaré la semaine dernière Donald Trump, qui souhaite se rendre en Chine prochainement.

Mais le locataire de la Maison Blanche s'est dit prêt à conclure l'accord définitif après son éventuelle réélection en novembre prochain, dans l'espoir de parvenir à un "meilleur résultat".

L'accord préliminaire suffit au bonheur du président américain pour se présenter à ses électeurs comme celui qui a arraché des concessions mirobolantes aux Chinois. En année électorale et confronté à une procédure de destitution, il pourrait préférer en rester là.

"Nous ne sommes pas sûrs que les États-Unis soient très enclins à reprendre rapidement la négociation", observe l'analyste de Moody's.

En revanche, le président chinois Xi Jinping, confronté à un ralentissement économique, pourrait vouloir conclure avant la présidentielle américaine afin de se défaire au plus vite des droits de douane punitifs toujours en place aux États-Unis sur les produits de Pékin.

Lire aussi : Les Etats-Unis retirent la Chine de la liste des pays suspectés de manipuler leur monnaie

D'autant qu'un éventuel successeur démocrate de Donald Trump risque de s'avérer tout aussi intransigeant, sinon plus, que le président républicain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2020 à 10:10 :
Merci pour cet article qui sort de la bêtise médiatique traditionnelle voulant qu'il faut conspuer Trump, la chaîne de télévision franco-allemande ARTE étant en train de se discréditer sur ce thème.

Oui Trump est largement gagnant sur cette première phase permettant aux états unis de pouvoir prendre leur temps sur ce second acte alors que les chinois eux n'en ont pas de temps justement.

Ensuite ces derniers ne peuvent rien dire, tous les dirigeants du monde leur ayant accordé des tonnes de droits et de privilèges exorbitants, déséquilibrant totalement le jeu de la concurrence, ils en ont bien profité il est logique alors qu'ils sont devenus une puissance financière et économique incontestable que maintenant ils volent de leurs propres ailes non ?

Trump redonne un peu de crédit au jeu économique mondial.
Réponse de le 16/01/2020 à 14:02 :
Trump donne un peu de crédit au jeu économique mondial! Vous avez craqué en écrivant ça, non? Franchement, ce que les états-unis reproche au chinois, c'est ce que eux font au reste du monde avec leur règlement ITAR, leur lois extraterritoriales, leurs mentalité de prédateurs au près de leurs alliés les plus proches. Je ne suis pas pro chinois, au contraire, comme vous dites ils ont bien profité mais dans cette histoire, il me semble qu'en tant qu'europeen, et donc soucieux de la prospérité économique de notre continent, on ne peu decemment prendre parti ni pour l'un, ni pour l'autre.
Réponse de le 16/01/2020 à 15:09 :
@ multipseudos:

"on ne peu decemment prendre parti ni pour l'un, ni pour l'autre"

Ca fait quoi ? Oh ça fait bien 5 ans que j'écris sur ce forum que je me fais troller parce que le troll a toujours peur que l'on soit pour un camp tandis que je n'arrête pas de dire et de prouver que le seul intérêt que j'ai à écrire sur un forum est seulement l’analyse pure, or l'analyse pure n'a pas de camp et si je cite Nietzsche bien souvent, mais c'est sûr encore faut il le savoir, c'est pour enfoncer ce mode de fonctionnement.

Donc ta peur je te le dis et redis je m'en tape, je reste sur mon analyse non partisane seulement basée sur la pensée et en relisant ce commentaire je le trouve totalement logique envers moi-même; aucun amour pourtrump, aucune haine contre les chinois mais du tout ! Dois je t'expliquer ce qu'est de penser ? Tu ne fais que prouver que toi tu ne penses pas tu prêches. Bon sang que vous êtes pénibles les croyants c'est hallucinant...

Lâchez moi maintenant ! Vous avez parfaitement le droit de ne pas me comprendre mais pas de me troller sans me comprendre !

Si vous ne comprenez rien, abstenez vous bon sang !

TRump redonne vie à la puissance politique, tout ceux qui pensent vraiment me donneraient raison or il n'y a qu’eux qui m’intéressent !
Réponse de le 16/01/2020 à 21:39 :
Non je n'ai pas de multiple pseudo, pedro me suffit et je ne vous trolle pas. Lire Nietzsche est une chose, pour ma part c'est le cas, ainsi que kant et Hegel mais le comprendre en est une autre. J'ai apprécié ces fastidieuse lecture mais parfois je l'avoue j'étais largué...concernant Trump je ne vous suis toujours pas. Qu'on l'aime ou pas la n'est pas le problème; La ou vous voyez un fin tacticien moi je ne vois qu'on gros lourdingue qui va au bout de ses promesses de campagnes. Il a déclaré une guerre économique à la chine puisqu'il l'avait promis lors de sa campagne, les effet ne semble pas être a la hauteur même s'il est vrai que l'économie américaine se porte bien, mis à part la dette détenue par la Chine, autant dire que les amerloc ont les c....e a la main et que les chinois n'ont aucun intérêt de tuer la poule aux œufs d'or en faisant preuve de trop d'intransigeance lors des négociations. Ce type prétend régler les problèmes du monde a coup de tweet rageurs. Maintenant que l'élection présidentielle américaine se rapproche, Trump semble vouloir arrêter les frais, je comprend qu'il ne peut peut-être pas se battre sur tous les fronts. Je ne prétend pas que ce type est complètement idiot ou du moins le comprendre parfaitement mais je ne crois pas qu'il faille voir dans ce retournement un quelconque subtil calcul de sa part. Je vous parie que dans deux ou trois semaine on remet ça avec des menaces de rétorsions et de nouveau tweet denoncant la duplicité des chinois... Vous êtes joueur?
Réponse de le 17/01/2020 à 10:34 :
@ multipseudos: J'insiste...

"je ne vois qu'on gros lourdingue qui va au bout de ses promesses de campagnes."

T'as pas l'impression que ya déjà come une contradiction dans ta phrase ? UN politicien qui fait ce qu'il dit tu le nommes "lourdingue" sans rire !?

"Il a déclaré une guerre économique à la chine puisqu'il l'avait promis lors de sa campagne,"

NOn il avait promis de rééquilibrer des accords commerciaux avantageant fortement les chinois même toi tu le dis, donc encore une contradiction décidément, ton acharnement est déjà pénible à lire !

"Maintenant que l'élection présidentielle américaine se rapproche, Trump semble vouloir arrêter les frais"

Arrêtez les frais !? Mais enfin il taxe à 25% 250 milliards d'importation chinoises, des frais comme ça moi j'en veux bien tous les jours sans problème !

J’arrête de suite de te lire et je te signale, j'ai déjà fais un très gros effort là hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :