Aléna : le Mexique menace de mettre fin aux négociations

 |   |  415  mots
Le Canada, les Etats-Unis et le Mexique représentent conjointement le quart du PIB (Produit intérieur brut) mondial avec 7% de la population mondiale, a souligné la semaine dernière la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.
"Le Canada, les Etats-Unis et le Mexique représentent conjointement le quart du PIB (Produit intérieur brut) mondial avec 7% de la population mondiale", a souligné la semaine dernière la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland. (Crédits : Reuters/Lucy Nicholson)
A la veille du deuxième round des négociations du traité de libre-échange de l'Aléna, le Mexique pourrait quitter la table des pourparlers si les Etats-Unis enclenchent une procédure du retrait.

Après les Etats-Unis, le Mexique. Mexico a menacé mercredi de quitter la table des négociations pour l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), alors que le deuxième round doit se dérouler du 1er au 5 septembre. L'origine de leur colère ? La menace de Donald Trump d'enclencher un processus de retrait du traité de libre échange, en vigueur depuis 1994. "Nous devons changer cet accord. Et nous espérons pouvoir le renégocier. Mais si nous n'y parvenons pas, nous allons sortir [de l'Alena] et nous allons recommencer avec un vrai accord" avec le Mexique et le Canada, a-t-il déclaré cette semaine rapporte le Wall Street Journal. Le président américain a également promis que, d'une manière ou d'une autre, le Mexique réglerait la facture du mur qu'il a promis d'ériger à la frontière séparant les deux Etats.

Prié de dire si le Mexique continuerait de négocier si le président américain dénonçait l'Aléna, le ministre mexicain des Affaires étrangères Luis Videgaray a tout simplement répondu "non", rapporte Reuters. Le Mexique se montrait déjà inquiet d'un retrait des Etats-Unis mardi, évoquant la nécessité d'un plan B"La meilleure chose que le Mexique peut faire étant donné la nature atypique de la négociation, c'est d'avoir un plan alternatif, clair et pragmatique, pour faire face à ce qui n'est pas notre objectif - mais qui pourrait être le résultat d'un processus qui n'avance pas", a confié au quotidien El Economista le ministre mexicain de l'Economie Ildefonso Guajardo.

Aléna, "pire accord commercial" selon Trump

Pendant la campagne électorale, l'homme d'affaires devenu président n'avait en effet eu de cesse de dénoncer les accords de libre-échange conclus par Washington. L'Alena, régulièrement qualifié de "pire accord commercial" jamais signé par les Etats-Unis, n'échappait pas à la règle. Donald Trump accuse le Mexique d'être responsable en partie de la désindustrialisation américaine, alors que le coût du travail est plus bas de l'autre côté de la frontière. Washington entend donc s'attaquer au problème du déséquilibre de sa balance commerciale avec le Mexique, qui, depuis la signature du traité, est passée d'un excédent de 1,6 milliard de dollars à un déficit de près de 64 milliards de dollars.

> Lire aussi : Aléna : ce que les Etats-Unis veulent renégocier avec le Mexique et le Canada

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/09/2017 à 10:08 :
Le problème majeur du mexique c'est que au lieu de profiter de la manne qu'a été l'alena pour faire prospérer l'économie, la mafia a augmenté ses profits via l'exploitation humaine et comme c'est la mafia qui tient le pouvoir là bas ce pays n'a pas été capable de progressisme économique et social, bien au contraire.

Donc selon la règle que même une horloge cassée donne la bonne heure deux fois par jour, continuer d'alimenter la mafia mexicaine serait une véritable catastrophe il est temps que ce pays se débarrasse de ce fléau.

"Au Mexique, le massacre de trop" https://www.monde-diplomatique.fr/2014/12/BARAJAS/51018
a écrit le 31/08/2017 à 20:51 :
Les avocats mexicains vont devenir plus cher en rayons, ils n'en cultivent pas aux USA ?
Trump a fait un bilan détaillé du contexte (hors mur) ou ne fonctionne qu'aux impressions, convictions ?
a écrit le 31/08/2017 à 20:30 :
On a beau dire, il lache pas l'affaire le Donnie...
#MAGA

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :