Algérie : le Général Salah, véritable homme fort du pays, est mort

 |  | 355 mots
Lecture 2 min.
Le général Ahmed Gaïd Salah est mort lundi d'une crise cardiaque à l'âge de 79 ans.
Le général Ahmed Gaïd Salah est mort lundi d'une crise cardiaque à l'âge de 79 ans. (Crédits : Ramzi Boudina)
Celui qui tenait les véritables rênes du pouvoir depuis la chute d'Abdelaziz Bouteflika, a succombé, lundi, à une crise cardiaque. De nombreux manifestants algériens réclamaient le départ du chef d'Etat-major de l'armée de terre algérienne, incarnant selon eux, le système d'une élite militarisée et politisée. Pour autant, rien ne laisse penser que sa disparition changera réellement la donne...

Le général Ahmed Gaïd Salah, tout puissant chef d'état-major de l'armée algérienne, a succombé lundi à une crise cardiaque à l'âge de 79 ans.

Le nouveau président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décrété un deuil national de trois jours.

Il a annoncé que le général Saïd Chengriha, chef d'état-major de l'armée de Terre, assumerait dans l'immédiat les fonctions de celui qui était considéré comme le véritable homme fort du pays.

Après la démission d'Abdelaziz Bouteflika en avril sous la pression de la rue, le général Gaïd Salah a supervisé la période de transition qui a conduit à l'élection d'Abdelmadjid Tebboune il y a dix jours, en insistant pour que le scrutin ait lieu malgré l'hostilité d'une grande partie de la population.

Les Algériens ont continué à manifester pour réclamer le départ de l'ensemble de l'élite au pouvoir et le retrait de l'armée de la vie publique.

Si les manifestants ont souvent réclamé la démission du chef d'état-major, un de leurs chefs de file, Islam Benatia, a salué sa mémoire dans un message sur Facebook en le créditant d'avoir "tenu sa promesse de ne pas faire couler le sang des Algériens dans cette période difficile".

Ses funérailles auront lieu mardi, jour des manifestations étudiantes hebdomadaires depuis le début du mouvement de contestation en février.

Le décès du général Gaïd Salah, auquel le président Tebboune avait remis la semaine dernière la médaille de l'Ordre du mérite, ne va sans doute pas affecter la place centrale qu'occupe l'armée dans le système politique algérien.

Les successeurs potentiels ne manquent pas et l'armée n'a montré aucun signe de dissensions internes ces dernières années.

"La hiérarchie militaire est soudée et elle va aller de l'avant après la disparition de Gaïd Salah comme elle l'a fait sous ses ordres", estime un général à la retraite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/12/2019 à 9:29 :
Une dictature profonde
a écrit le 23/12/2019 à 18:13 :
Les Algériens méritent mieux qu'une dictature militaire cachée derrière un faux-nez pseudo démocratique.
Et l'armée algérienne vaut sûrement mieux que ça aussi.
a écrit le 23/12/2019 à 16:00 :
Je me demande si les Algériens sont heureux depuis 1961 dans l'Algérie indépendante mais sous régime de généraux militaires;chômage,violence,corruption etc
Réponse de le 24/12/2019 à 7:51 :
1962 plutot, revoyez vos fiches les algériens ne vous ont rien demandé pensant la crise des gilets jaunes aucun algériens n'a commenté la situation en France donc mêler vous de ce qui vous regarde on lave le linge sale en famille, et je suis pour le hirak au passage mais laisser nous on vous a rien demandé. La France devrait laisser les pays africains se développer au lieu de les dépouiller de leurs ressources, ça donne des leçons de morale au monde et ça crée des conflits la ou y a des intérêts.
a écrit le 23/12/2019 à 15:21 :
Salah malikoum !
Malikoum Salah !
a écrit le 23/12/2019 à 12:06 :
La crise cardiaque c'est plus propre quand même qu'une balle dans la tête.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :