Allemagne : l'excédent commercial baisse pour la première fois en huit ans

 |   |  370  mots
Si les exportations de l'Allemagne sont au plus haut, son excédent commercial a légèrement baissé en 2017.
Si les exportations de l'Allemagne sont au plus haut, son excédent commercial a légèrement baissé en 2017. (Crédits : Fabrizio Bensch)
L'Allemagne a enregistré en 2017 un excédent commercial de 244,9 milliards d'euros, en légère baisse sur un an, malgré des exportations qui ont atteint un niveau record, a indiqué jeudi 8 février l'office fédéral des statistiques.

Sur l'année écoulée, l'Allemagne a vendu, hors de ses frontières, pour 1.279,4 milliards d'euros de biens -soit une hausse annuelle de 6,3%-, tandis qu'elle en a importé pour 1.034,6 milliards d'euros -soit une hausse plus forte encore, à +8,3%.

En 2016, l'excédent commercial s'élevait à 248,9 milliards d'euros, un chiffre légèrement revu à la baisse par l'organisme de statistiques allemand, Destatis par rapport aux 252,9 milliards communiqués l'an dernier.

Dans le détail...

Les exportations allemandes à destination de l'Europe ont augmenté de 6,3% en 2017 à 750 milliards d'euros, avec une hausse de 7,0% des ventes aux pays de la zone euro et de 5,1% aux autres pays européens.

Les exportations vers les pays non européens, donc y compris vers les États-Unis, premier partenaire commercial de l'Allemagne, ont également crû de 6,3% à 529,4 milliards d'euros.

L'Allemagne a en même temps vu ses importations depuis les pays non européens croître de seulement 2,3%, à 352,1 milliards d'euros, tandis que celles en provenance d'Europe ont bondi de 7,9%.

Les excédents commerciaux allemands dans le viseur

Fin janvier, le président américain Donald Trump a de nouveau croisé le fer avec l'Allemagne, dont il juge l'excédent commercial avec les États-Unis excessif. Il a notamment menacé d'instaurer des taxes douanières en représailles pour réduire le déséquilibre, ce qui pourrait notamment nuire à l'industrie automobile allemande.

Quant aux importations en nette hausse provenant d'Europe, elles interviennent alors que l'Allemagne est régulièrement la cible de critiques (notamment du FMI) pour ne pas suffisamment importer et investir, faisant alors profiter, par ricochet, les autres pays européens de son succès économique.

Le contrat du nouveau gouvernement Merkel adopté mercredi à l'arraché souligne néanmoins la volonté continue du pays d'offrir "des opportunités d'exportation pour les entreprises allemandes sur les marchés internationaux".

Lire aussi : Allemagne : que prévoit le nouvel accord de coalition ?

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2018 à 16:06 :
Peut-être Trump va sauver le monde avec son protectionnisme. Si les Chinois et les Allemands décidaient du coup de vraiment développer leur marché intérieur(l'UE pour l'Allemagne), le monde irait bien mieux.
a écrit le 09/02/2018 à 9:40 :
Nous n'avons plus rien à craindre nous avons un président jeune et beau ,la dette,le chômage,les impôts,les taxes,l'insécurité, tout ira mieux demain il est là notre guide.
a écrit le 09/02/2018 à 9:40 :
Nous n'avons plus rien à craindre nous avons un président jeune et beau ,la dette,le chômage,les impôts,les taxes,l'insécurité, tout ira mieux demain il est là notre guide.
a écrit le 08/02/2018 à 20:31 :
Gros allemand, gros exploiteur, pas bien plumer la volaille à l' est pour s' en mettre plein la gibecière ....
https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/CYRAN/57833
a écrit le 08/02/2018 à 20:24 :
Pendant que les Français dépensent leur bel et précieux argent sur les produits Chinois, Américains et Allemands, qu'ils creusent le déficit commercial et continuent à étouffer leurs industries... eh bien, de l'autre côté du Rhin on conçoit, assemble, construit et exporte des produits que les gens veulent et achètent, en particulier dans les pays riches. Et l'écart continue à se creuser de plus en plus, année après année, pendant que chaque Français continue à ne penser qu'à lui-même... avec son p'tit chapeau, son p'tit manteau et sa p'tite auto. :-)
a écrit le 08/02/2018 à 17:09 :
Il faut instaurer une ligne maginot douanière, s'enterrer comme des taupes et attendre le coup de sifflet final !
a écrit le 08/02/2018 à 15:38 :
Il y a un problème dans vos chiffres. Vous écrivez que les importations allemandes ont augmenté de 8,3%, dont 7,9% en provenance d'Europe et 2,3% en provenance de pays non-européens. C'est incohérent...
a écrit le 08/02/2018 à 15:23 :
Trump fait tout pour que le peuple européen l'aime, il dénonce le dumping social, il dénonce le dumping fiscal et maintenant voilà t'il pas qu'il veut faire payer des taxes sur les bagnoles allemandes.

D'un autre côté alors que VW, DAIMELR et BMW gazent des cobayes humains et des animaux, trichent, polluent, les autorités européennes ne font strictement rien pour punir ces méthodes de voyous, une bonne taxe sur le marché américains pour leurs bagnoles ne serait qu'une juste mesure.

Tandis que le monde entier connait Trump, connait Poutine, connait May, président nord coréen et même le premier ministre chinois, quelques uns connaissent un peu Merkel mais les autres ne sont que de sinistres inconnus aux yeux du monde et pour cause, les serviteurs ça fait pas des dirigeants.

Trump avait dit:"LE problème avec l'europe c'est qu'on ne sait pas à qui s'adresser." Tandis qu'il montre du doigt une problématique européenne majeure, les médias ont débattu et fait le buzz sur son doigt.

Vite un frexit

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :