Allemagne : une première avancée vers les 28 heures de travail par semaine

 |   |  669  mots
L'accord négocié entre les représentants d'IG Metall et de la fédération patronale régionale Südwestmetall prévoit notamment une augmentation de 4,3% des salaires.
L'accord négocié entre les représentants d'IG Metall et de la fédération patronale régionale Südwestmetall prévoit notamment une augmentation de 4,3% des salaires. (Crédits : Reuters/Ralph Orlowski)
Après des semaines de conflit, le syndicat IG Metall et les employeurs du secteur de l'industrie ont conclu un accord sur les salaires et le temps de travail dans la région de Bade-Wurtemberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne. Outre la possibilité d'effectuer 28 heures de travail par semaine sous conditions, les salariés ont obtenu une hausse de salaire en échange d'une plus grandes flexibilité.

Les tensions redescendent. Après un bras de fer de plusieurs semaines, le puissant syndicat IG Metall et le patronat allemand ont conclu dans la nuit de lundi à mardi un accord sur les salaires et le temps de travail couvrant le secteur industriel du sud-ouest de l'Allemagne. Ce texte devrait servir de base pour les autres régions de la première puissance économique européenne.

| Lire aussi : L'Allemagne confrontée à une grève inédite dans l'industrie

Que prévoit l'accord ?

L'accord négocié entre les représentants d'IG Metall et de la fédération patronale régionale Südwestmetall prévoit notamment une augmentation de 4,3% des salaires en avril et une hausse d'autres éléments de rémunération étalée sur 27 mois, a précisé devant la presse Roman Zitzelsberger, dirigeant d'IG Metall dans le Bade-Wurtemberg.

En plus de l'augmentation d'avril, les salariés toucheront des primes mensuelles de 100 euros de janvier à mars. A partir de 2019, l'accord prévoit aussi une prime annuelle fixe de 400 euros et un versement équivalent à 27,5% de leur congés payés mensuels. Outre les augmentations et les primes, les salariés pourront réduire leur temps de travail hebdomadaire de 35 à 28 heures pour s'occuper de leurs enfants ou prendre en charge des parents malades ou âgés sur une période maximale de deux ans. En revanche, l'organisation représentative des salariés n'a pas obtenu de compensations financières de la part de leur employeur pour le manque à gagner.

Pour le patron d'IG Metall Jörg Hofmann cité par l'AFP, "l'accord marque un revirement sur la question du temps de travail". Il a ajouté que "pendant trop longtemps la flexibilité du temps de travail a été un privilège des employeurs" et "dorénavant les salariés auront le droit d'opter pour un temps de travail réduit, pour eux-mêmes, leur santé ou leur famille".

-

Joerg Hofmann

-

Jörg Hofmann lors d'une conférence de presse organisée en 2016 à Francfort. Crédits : Reuters/ Kai Pfaffenbach.

Quelles contreparties pour le patronat ?

Les représentants du patronat ont obtenu en contrepartie plus de flexibilité pour les travailleurs. Les dirigeants pourront augmenter le temps de travail à 40 heures sur la base du volontariat avec tous les risques que cela comporte pour les salariés. En moyenne, la durée hebdomadaire de travail s'élève à 35 heures dans ce secteur. Selon des accords signés en 1995, un plafond de 18% des salariés d'une même entreprise pouvait travailler 40 heures par semaine. Mais avec l'accord, cette limite doit être assouplie. Cette flexibilité accrue pourrait accroître les risques de précarité de ces travailleurs.

L'accord global a été conclu dans un premier temps à Stuttgart dans la région de Bade-Wurtemberg. Cette région au tissu industriel dense, où se situent de nombreux constructeurs automobiles, a toutefois valeur de zone pilote pour l'ensemble du secteur de quatre millions de salariés, qui devrait reprendre à son compte le compromis dans les jours à venir.

Un accord non transposable selon Gattaz

Cet accord n'a pas manqué de faire réagir le patronat française. Lors d'une conférence de presse ce mercredi 6 décembre, le président du Medef a estimé que "l'accord trouvé en Allemagne n'est pas transposable en France".

"Qu'il y ait des négociations de ce type-là, je n'ai rien à dire de particulier. Mais ce n'est pas transposable à la France à ce jour", a-t-il déclaré , soulignant que l'Allemagne avait mené depuis 2003 des "réformes fondamentalement importantes (...) qui ont débouché sur ce que certains appellent le miracle allemand."

Il a par ailleurs estimé que ce type d'avancée devait se faire dans le cadre européen.

"Ce qui est important, c'est de le faire collectivement, et je pense que c'est là que le projet européen devient extrêmement important", a-t-il jugé, appelant à "une convergence sur le plan fiscal et sur le plan social". "Si dans 10 ou 15 ans la plupart des pays européens sont à 28 heures par semaine, et bien pourquoi pas ?", a-t-il lancé.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2018 à 21:25 :
quand je lis toutes ces augmentations de salaire, primes simples, exceptionnelles,
primes de bénéfice, je me dis que ces allemands doivent être sur une autre planète,
car chez nous, c'est 0 et quelques pour cent, et, ce qu'on vous donne d'une main, on vous le reprend au triple de l'autre.
Nous sommes vraiment mal parti
a écrit le 07/02/2018 à 18:27 :
Le titre de l'article est racoleur et n'apporte rien de nouveau, si ce n'est que les allemands ont des marges de manœuvre importantes que n'a pas la France !
Comme dirait un certain Coluche," circulez il n'y a rien à voir...."
a écrit le 06/02/2018 à 20:37 :
Un titre trompeur " une première avancée vers les 28 h de travail hebdomadaire ".
Pourquoi laissez- vous penser par ce titre qu'il s'agit là d'une victoire syndicale obtenue de haute lutte, alors que la réalité est tout autre : les syndicats ont obtenu de pouvoir TRAVAILLER 28h PAYEES 28, en acceptant de travailler 40 h si les commandes l'exigent ? Cette mesure bénéficiera sans doute surtout à des femmes travaillant dans des entreprises très frileuses pour accorder des temps partiels.
Réponse de le 08/02/2018 à 7:08 :
En effet, le titre est trompeur mais les trotskistes de salon (ils ont connus sur ce site), les LFI, MLP, NA, FP, FA, BH vont affirmer que si on peut le faire en Allemagne, pourquoi ne pas le faire en France ? ...
L'accord est tout simplement du temps partiel et c'est excellent pour améliorer la flexibilité.
Cordialement
a écrit le 06/02/2018 à 19:53 :
Baisser le temps de travail plutôt que de licencier, une bonne idée ?
a écrit le 06/02/2018 à 19:30 :
28 heures payees 28, on appelle ca ' Teilzeitarbeit'.........
sinon, on sait ce que ca va donner, et les polonais et czeques se frottent les mains...... le probleme en allemagne, c'est les gens qui travaillent en etant pauvres, pas les ouvriers de porsche qui touchent 10.000 euros de prime de participation ( qui baissera colossalement quand les benefs iront au tas, donc ils reperdront de la main droite ce qu'ils ont gagne de la main gauche)
a écrit le 06/02/2018 à 18:07 :
Que dit la délicieuse Verdier-Moulinié de cet accord? Cette dernière vient distiller à longueur d'émissions et au quotidien son venin libéral...au final les bourses se sont-elles remises de leur coup de mou? ....😁😂
a écrit le 06/02/2018 à 18:03 :
28 heures MAIS PAYEES 28 , soit une baisse de salaire de 20 % .
Il faut etre riche pour se le permettre .
Vous auriez aussi pu écrire que ça existe déjà y compris en FRANCE et s'appelle le temps partiel .
Beaucoup de hype pour rien .
a écrit le 06/02/2018 à 14:55 :
Quand je pense que chez nous, on a inventé que la FRANCE était le seul pays au monde aux 35 h.

Mais bon, chez eux, il y a des gens compétents qui bossent, contrairement à chez nous où moins on bosse et moins on est compétent plus on essaye de faire croire le contraire (Voir FILLON et les études sur le temps de travail des députés LREM)
Réponse de le 06/02/2018 à 17:23 :
Les 35h s’est juste une doctrine pour faire croire aux français qu’il sont moins compétant que nos voisins allemand.

Et faire faire croire au travailleurs qu’il ne savent que faire la grève.
Réponse de le 06/02/2018 à 19:32 :
vous ne connaissez rien aux allemands, alors retournez a votre machine a cafe, et a votre pause syndicale, vous ne tiendriez pas une heure au rythme de travail ......
votre copain hollande a cree 3 millions de chomeurs expres, alors que ca baissait partout, et vous la ramenez sur les allemands, vous ne manquez pas de culot
Réponse de le 06/02/2018 à 19:57 :
La France est le pays où l'on travaille le moins d'heures dans tous les pays de l'OCDE, et c'est aussi en France qu'il y a le plus d'absentéisme au travail.

L'idée des 35 h. n'avait que pour seul objectif idéologique et très théorique de favoriser une ''meilleure redistribution'' des heures de travail disponibles sur un plus grand nombre de personnes... pour idéalement baisser le chômage endémique.

L'exercice a été non seulement inutile et futile mais a favorisé la fainéantise au travail... et l'invention française du Club Med au travail.

L'Allemagne a actuellement beaucoup de marge de manœuvre pour stimuler son économie... s'il advenait des troubles prononcées dans l'économie mondiale. En résumé, les germains peuvent hausser le salaire minimum, baisser les impôts des particuliers et des entreprises, investir massivement dans ses infrastructures, baisser les heures de travail dans certains secteurs tout en gardant à peu près le même pouvoir d'achat (effet des seuils d'impôts)...

En somme, l'Allemagne ce n'est pas la France, et c'est ce qui sauve l'UE et l'euro pour le moment.
a écrit le 06/02/2018 à 14:55 :
Quand je pense que chez nous, on a inventé que la FRANCE était le seul pays au monde aux 35 h.

Mais bon, chez eux, il y a des gens compétents qui bossent, contrairement à chez nous où moins on bosse et moins on est compétent plus on essaye de faire croire le contraire (Voir FILLON et les études sur le temps de travail des députés LREM)
Réponse de le 07/02/2018 à 13:56 :
il faut le lire:
Mais bon, chez eux, il y a des gens compétents qui bossent.
Euhh, je travaille en Allemagne et je ne le voi pas réellement. La force de l'allemagne est ce mythe de la qualité qui permet aux allemands de vendre plus cher.
Dans la réalité c'est un mythe, mais comme le pays était la vitrine de l'ouest face au vilains communistes on a favorisé. Au contraire ces vialin communistes ou gaullistes de francais ont été punis pour leurs mauvais choix.
Grâce à cela les allemands ont pu accumuler un capital par tête supérieurs aux autres pays.
Ca n'a rien de miraculeux et ca n'a rien de remarquable.
NB: Avant de me dire que je ne sais pas de quoi je parles, merci de noter que je travialle en allemagne depuis des années pour bénéficier de cette rente. (Faut pas être idiot non plus)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :