Antonio Guterres (Onu) appelle à faciliter l'accès des céréales et engrais russes aux marchés mondiaux

Le secrétaire général de l'institution internationale sonne l'alarme sur les difficultés et la lenteur à organiser les livraisons des céréales russes et ukrainiennes ainsi que des engrais aux pays qui en ont besoin. Il appelle les gouvernements et le secteur privé à assumer leurs responsabilités, comme l'avait prévu l'accord signé le 22 juillet entre la Russie, l'Ukraine et la Turquie sous l'égide de l'Onu.
Antonio Guterres, secrétaire général de l'Organisation des nations unies (Onu).
Antonio Guterres, secrétaire général de l'Organisation des nations unies (Onu). (Crédits : Reuters)

Dans un contexte de forte inflation des prix alimentaires et d'un risque de crise alimentaire dans certains pays, le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, a rappelé, lors d'une conférence de presse ce samedi à Istanbul, qu'« il est important que tous les gouvernements et le secteur privé coopèrent pour (...) ramener sur les marchés » les céréales et engrais russes ainsi que les céréales ukrainiennes sur les marchés mondiaux, conformément à un accord conclu le mois dernier.

« L'autre partie de cet accord global est l'accès sans entrave aux marchés mondiaux de la nourriture et des engrais russes qui ne sont pas soumis à des sanctions », a-t-il souligné.

« Il est crucial de faire sortir plus de nourriture et d'engrais d'Ukraine et de Russie pour calmer davantage les marchés des matières premières et faire baisser les prix pour les consommateurs », a-t-il averti.

Le secrétaire général des Nations unies a fait ces déclarations au lendemain d'un déplacement à Odessa, port du sud de l'Ukraine d'où les exportations de céréales ont récemment repris après une médiation turque.

Un premier navire humanitaire

Mardi, un premier navire humanitaire affrété par l'Onu a quitté le port de Pivdenny, dans le sud de l'Ukraine, avec « 23.000 tonnes de blé à bord de ce navire affrété par le Programme alimentaire mondial des Nations unies », avait indiqué le ministère ukrainien de l'Infrastructure sur Telegram. « Le navire Brave Commander avec du grain pour l'Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrées à l'arrivée aux consommateurs en Ethiopie », a-t-il précisé. Présent au port de Pivdenny dimanche, le ministre ukrainien de l'Infrastructure Oleksandre Koubrakov avait dit espérer que « deux ou trois » navires supplémentaires affrétés par l'Onu pourraient en partir prochainement.

Des zones ultra-militarisées

Mais ce sont les cargaisons du secteur privé qui inquiètent Antonio Guterres. Ainsi, si ces derniers jours, des navires commerciaux ont quitté les ports ukrainiens, chargés de denrées, laissant entrevoir l'espoir pour les Ukrainiens d'écouler une partie des 10 milliards d'euros de céréales qui stagnent encore sur le territoire qu'ils contrôlent, la tâche semble toutefois plus difficile que prévu. Seuls une dizaine de bateaux chargés de céréales ont d'ores et déjà quitté les ports ukrainiens d'Odessa et de Tchornomorsk et peinent à trouver preneurs pour leurs cargaisons.

A l'exemple du « Razoni », le premier navire à avoir quitté un port ukrainien au début du mois dont l'acheteur initial s'était désisté arguant d'une qualité des grains qui s'était sérieusement dégradée après plusieurs mois passés dans la cale du Razoni.

Sans compter que les navires sont contraints de sillonner dans des zones ultra-militarisées, particulièrement proches des côtes d'Ukraine et de Crimée, où les bâtiments de guerre de la marine russe cohabitent avec les mines sous-marines larguées par les Ukrainiens.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 22/08/2022 à 11:38
Signaler
C'est étonnant qu'un européen , fait la promotion d'Erdogan , négocie avec la Russie sans jamais parler d'Europe , et ignore complétement Macron . Elle est toujours absente avec lui , il joue pour Biden , mais Yalta c'est fini et les européens doiven...

à écrit le 21/08/2022 à 10:46
Signaler
Oui il faut protéger la liberté future des ukrainiens. La guerre déclenchées par poutine est une aberration totale. poutine fait n'importe quoi. Les russes sont des monstres. La crimee n'est pas une terre russe mais bien ukrainienne. La parole de po...

à écrit le 20/08/2022 à 22:45
Signaler
Tiens, l'ONU ajoute foi aux propos de Poutine...

à écrit le 20/08/2022 à 18:05
Signaler
Elle est belle la "compétence" de ceux qui voulaient faire un embargo vis a vis de la Russie et la mettre a genoux!

le 21/08/2022 à 10:06
Signaler
ben c'est justement leur incompétence , leur arrogance , et leur soumission aux usa qui va mettre l'europe à genoux....

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.