Arctique : nouvelles manoeuvres de l'armée russe

 |   |  315  mots
Début août, Moscou a revendiqué devant les Nations unies, preuves scientifiques à l'appui, la souveraineté sur 1,2 million de km2 dans l'Arctique, aux vastes réserves d'hydrocarbures.
Début août, Moscou a revendiqué devant les Nations unies, preuves scientifiques à l'appui, la souveraineté sur 1,2 million de km2 dans l'Arctique, aux vastes réserves d'hydrocarbures. (Crédits : © Lucas Jackson / Reuters)
Un exercice militaire mobilisant 1.000 soldats et 20 véhicules militaires a été lancé dans le nord de la Sibérie, officiellement pour "vérifier la capacité des forces armées russes à opérer en Arctique".

L'armée russe a lancé, lundi 24 août, de nouvelles manœuvres militaires dans l'Arctique, un territoire dont Moscou a revendiqué plus de 1 million de kilomètres carrés supplémentaires à l'ONU au début de ce mois août.

Pour Moscou, cette zone est stratégique

Ces exercices, qui impliquent plus de 1.000 soldats et 50 véhicules militaires et visent à "vérifier la capacité des forces armées russes à opérer en Arctique", se déroulent dans la péninsule de Taïmyr, dans le nord de la Sibérie.

"Ces manœuvres ont pour objectif d'accroître la sécurité de l'Arctique russe et d'assurer la liberté économique de notre État dans cette région", a commenté, auprès de l'agence Interfax, Vladimir Korolev, le commandant de la Flotte du Nord qui dirige les exercices.

La Russie a déjà mené en mai des manœuvres militaires de grande ampleur dans l'Arctique. En juillet, le pays a modifié sa doctrine navale, mettant l'accent sur l'importance stratégique de cette zone, avec notamment le développement de la Flotte du Nord.

Des territoires riches en hydrocarbures

Début août, Moscou, nanti de preuves scientifiques, avait revendiqué devant les Nations unies, la souveraineté sur 1,2 million de km2 dans l'Arctique, territoire censé receler de vastes réserves d'hydrocarbures. La Russie a mené plusieurs expéditions scientifiques polaires d'envergures afin de collecter des données pour prouver que les limites du plateau continental  russe dans l'Arctique s'étendent bien au-delà de ses limites officielles actuelles. Cette recherche lui donnerait le droit d'étendre sa zone économique exclusive.

Cette requête russe, qui devrait être examinée dans les premiers mois de 2016, pourrait accélérer la course aux revendications dans cette région quasi inhabitée que se disputent depuis des années la Russie, les États-Unis, le Canada, la Norvège et le Danemark.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/08/2015 à 20:12 :
C'est la maffia russe de Poutine et de ses envahisseurs pollueurs qui s'installe en Arctique en prétendant que çà leur appartient. Comme en Ukraine, Géorgie, Moldavie, Iles Kouriles, Carélie finlandaise etc et par la fourniture d'armes en Lybie pour empêcher la vente dé pétrole, en Syrie, Iran etc Il est plus que temps d'un changement de régime en Russie, le FSB y a trop régné y compris au dépens des russes eux-mêmes.
Réponse de le 24/08/2015 à 20:50 :
Toutes ces terres sont des terres russes que cela vous plaise ou non ! et vos amis américains font ils mieux hélas non alors foutez nous la paix avec les russes et le camarade POUTINE lui au moins ne rampe pas devant les américains comme notre cher Président Normal ainsi que les dirigeants européens !!!!! !
Réponse de le 24/08/2015 à 21:44 :
comment se fait il que de grandes nations ne disent rien face a ce dictateur qui en veut toujours plus. on a bien vu que les pays de l UE n etait pas solidaire pour s opposer à Poutine durant l annexion de la crimee. (Hollande qui joue le mediateur entre Merkel et Poutine). enfin bref sa me désole
Réponse de le 24/08/2015 à 21:46 :
D'accord avec booboo
Réponse de le 25/08/2015 à 12:57 :
Je remarque que les Russes ont déposé une demande à l'ONU ce qui marque une nette différence par rapport aux méthodes Américaines.
Les Américains, eux, lorsqu'ils ont besoin de pétrole envoient leur armée détruire un pays, massacrent les civils puis envoient leurs compagnies pétrolières pour extraire la ressource tant désirée.
Bien entendu les compagnies en question ont souvent des liens avec les familles influentes de Washington.

Finalement quand on le compare aux Américains il n'est pas si mal Vladimir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :