Au Congrès américain, Macron veut "réinventer le monde libre" avec Trump

Devant le Congrès américain mercredi, Emmanuel Macron a présenté sa vision du monde, en prônant "un multilatéralisme fort" qui ne peux exister sans l'implication des Etats-Unis, tout en fustigeant la politique protectionniste menée par Donald Trump. Autre combat, celui de la protection de l'environnement : il a répété devant un Congrès majoritairement contrôlé par les républicains que, sur le climat, il n'y avait "pas de planète B". Pas de plan B non plus sur l'Iran, d'ailleurs.
Emmanuel Macron a été ovationné par les sénateurs et représentants du Congrès américain.
Emmanuel Macron a été ovationné par les sénateurs et représentants du Congrès américain. (Crédits : Reuters)

Emmanuel Macron a sorti les griffes. Au dernier jour de sa visite d'État à Washington, le président français a présenté, dans un anglais "fluent", sa vision du monde devant le Congrès américain. Dans un discours solennel, très politique, il a appelé les sénateurs et les représentants américains à préserver le multilatéralisme à l'heure où Donald Trump pourrait prendre des décisions unilatérales sur l'Iran et le commerce, au grand dam de ses partenaires internationaux.

En outre, son plaidoyer en faveur de la protection de l'environnement - thème qui n'a pas été abordé lors du tête-à-tête entre les deux chefs d'État mardi-, a provoqué une certaine émulation côté démocrates.

Plus tard dans la journée, il s'est également exprimé, en bras de chemise, devant les étudiants de l'Université George Washington - une université très internationale où la communauté française est particulièrement représentée. "Je suis là pour vous, soyez directs", a-t-il balancé sur l'estrade.

Devant le Congrès, un discours sous le signe de l'amitié franco-américaine

Après avoir été présenté par Paul Ryan, speaker à la Chambre des représentants, le chef de l'État français a commencé son discours sur l'histoire et les valeurs qui unissent les deux alliés, n'hésitant pas à convoquer des figures françaises comme Voltaire ou Lafayette, "qui se disait fils des États-Unis". Et comme ces prédécesseurs, il a longuement insisté sur les liens tissés entre les deux pays pendant les deux derniers conflits mondiaux.

"Nous avons combattu côte à côte dans de nombreuses batailles. Depuis le début des États-Unis, nous avons partagé une vision commune de l'humanité. Nos deux pays sont fondés sur les mêmes idéaux, nous avons travaillé ensemble pour ces idéaux universels : liberté, tolérance, égalité des droits. Et pourtant nous parlons également aussi de liens humains personnels qui nous prennent aux tripes."

Un multilatéralisme à réinventer

Mais très vite, Emmanuel Macron a exposé ses divergences avec Donald Trump : il défend le libre-échange face à la politique protectionniste de son homologue américain, prône un "multilatéralisme fort", en insistant qu'il ne peut exister sans l'implication des États-Unis, et met en garde contre les risques que l'isolationnisme et le nationalisme font courir à l'ordre mondial.

" On peut opter pour l'isolationnisme, le retrait et le nationalisme, cela peut être tentant (...) mais fermer la porte au monde n'empêchera pas le monde d'évoluer (...) Votre rôle a été décisif pour la création et la sauvegarde du monde libre, vous êtes ceux qui doivent maintenant aider à le préserver et à le réinventer", a-t-il ajouté.

Il n'y a "pas de planète B"

Et si ce que l'on retenait de la prestation d'Emmanuel Macron, 58 ans après celle du général De Gaulle, était son plaidoyer pour le climat ? Le président français a appelé les sénateurs et les représentants américains - et, en sus, Donald Trump, qui s'est retiré de l'accord de Paris sur le climat, une promesse de campagne - à relever le défi du changement climatique, car "il n'y a pas de planète B".

"Quel est honnêtement le sens de notre vie si nous vivons en détruisant la planète et que nous sacrifions l'avenir de nos enfants ? Que nos décisions sont de réduire les chances de nos enfants et petits-enfants ? En polluant les océans, en réduisant la biodiversité, nous tuons notre planète. Reconnaissons-le, il n'y a pas de planète B."

Le contraste entre les applaudissements nourris côté démocrates et le silence des élus républicains montre à quel point cette question reste clivante au sein de la société américaine. Le président américain a toujours nié l'existence du réchauffement climatique. D'ailleurs, il n'a pas souhaité aborder ce thème lors du "tête-à-tête" mardi avec son homologue français.

Pour autant, devant un Congrès contrôlé majoritairement par les républicains, Emmanuel Macron s'est dit convaincu que les États-Unis finiraient par rejoindre ce cadre âprement négocié.

Un "objectif clair" sur l'Iran

Il n'y a pas non plus de plan B sur l'Iran. Sur ce sujet, les deux dirigeants se sont engagés mardi à travailler ensemble à un nouvel accord sur le nucléaire iranien. Pour Emmanuel Macron, l'objectif est clair :  "L'Iran n'aura jamais d'armes nucléaires. Ni maintenant, ni dans cinq ans, ni dans dix ans, jamais."

"Il y a un cadre existant pour contrôler l'activité nucléaire de l'Iran, nous l'avons signé à l'initiative des Etats-Unis, la France comme les Etats-Unis l'ont signé, c'est pour cela que nous ne pouvons pas pas nous en débarrasser comme ça. Cet accord ne répond peut-être pas à toutes les préoccupations (...) mais nous ne devons pas l'abandonner sans avoir une alternative" substantielle.

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 27/04/2018 à 18:18
Signaler
Grâce aux américains et à leur technologie nous menons la guerre au Sahel , en Syrie et en Irak .Les Allemands font des photos !Trump est leur président et il est normal d'avoir les meilleures relations possibles avec lui !Relisez Machiavel avant de ...

à écrit le 27/04/2018 à 16:09
Signaler
Le modèle américaniste qui est à la base du macronisme va se déverser sur la France comme sur un territoire occupé. Car Trump regarde aussi du côté du Brexit, et à horizon quelques années, les affaires devraient être meilleures avec le Commonwealt...

à écrit le 27/04/2018 à 11:23
Signaler
C’est sociologique, autant que diplomatique et économique. D'un côte comme de l'autre il faudrait pouvoir s'abstraire des orientations ou soubresauts politiques et économiques pour maintenir les consensus. Les intérêts peuvent parfois diverger, ce...

à écrit le 27/04/2018 à 9:45
Signaler
Tout ce qu'on retiendra de ce voyage c'est: 1°) le comportement immature, étrange et inquiétant de Macron à l'étranger et en voyage officiel. Un jour il bisoute et se laisse tripoter par Trump, le lendemain il assassine en règle sa politique devan...

à écrit le 27/04/2018 à 9:14
Signaler
Théâtreux tête à claques, romantique et suffisant, qui ne comprend rien à la géopolitique.

à écrit le 27/04/2018 à 5:13
Signaler
Le donneurs de leçon in America ? USA en france c est csg!!

à écrit le 26/04/2018 à 17:36
Signaler
Du blabla de salon....sans aucun intérêt...😁😎

à écrit le 26/04/2018 à 17:36
Signaler
Du blabla de salon....sans aucun intérêt...😁😎

à écrit le 26/04/2018 à 16:07
Signaler
A lire les commentaires je me demande pourqui "le français" a souvent tant a dire de négatif sur tout . Une déprime généralisée, un stress intraitable, ou quoi?

le 26/04/2018 à 17:15
Signaler
Je ne crois pas au négatif français mais plus dans le politique qui veut vendre un produit qu'il ne maitrise pas lui même sans oublier les contradictions dernier exemple un ministre dit la dette de la SNCF sera à la charge du contribuable un autre dé...

le 26/04/2018 à 17:41
Signaler
Rien de tout cela une lassitude face à des homme politiques creux qui passent et qui finalement n'apporteny rien à la France. Quel est le but de Macron pour la France au delà de ses declarations de salon et ses postures un peu ridicules de petit garç...

à écrit le 26/04/2018 à 15:32
Signaler
Il ne faut pas respecter les regles, alors on fait quoi avec cette decision stupide des 80km/h!!!

à écrit le 26/04/2018 à 15:06
Signaler
la politique de l espoir a vécu ! sauf pour les très riches

à écrit le 26/04/2018 à 14:31
Signaler
J ai peur, face à cette économie souriante , pour ceux qui en ont , méprisante pour les autres , sauf à faire valoir des dons physiques ou artistiques , qui plaisent à ceux qui en ont . Un nouveau bolchevisme est en préparation l ancien est mort , et...

à écrit le 26/04/2018 à 14:20
Signaler
Tout d’abord merci à M. Trump d’avoir fait atterrir sur terre notre Jupiter national car ce long voyage aux US a montré les limites de se prendre pour le nombril du monde. Deuxièmement oui merci à M. Macron d’avoir donné le chemin, de ne pas respect...

à écrit le 26/04/2018 à 14:16
Signaler
Multilatéralisme: Plusieurs lignes latéraux pour un même objectif ou des objectifs proches des uns des autres Pour former ensemble des frontières ? Une sorte d’alliance ré-visitée ?

à écrit le 26/04/2018 à 13:36
Signaler
D'échec en échac, macron confirme son potentiel d'inutilité et de nuisance. A Strasbourg, le Président a servi aux députés son discours, désormais connu, de "bon européen". Ne désirant pas appartenir à une "génération de somnambules" oeuvrant à la ru...

le 27/04/2018 à 11:34
Signaler
exat,/ exellent resume, chacun est reste sur sa possition ;macron meme en anglais n a ni convaincue ni vaincue ,? ont aurais dit l aurel et ardi se faissant des blagues ??? L ORSQUE L AVENIR EST SANS ESPOIR LE PRESENT PREND UNE AMERTUNE IGNOBLE ///EM...

à écrit le 26/04/2018 à 11:07
Signaler
ET pour quels résultats ? L'UE va t'elel échapper aux droits de douane ? Ben si elle ne fait aucun effort sur son dumping fiscal ou social il est évident qu'elle va aussi se faire taxer. Ils sont décidément trop forts ces américains, quel régal. ...

à écrit le 26/04/2018 à 10:47
Signaler
Macron dieux de l'univers pour un monde des riches?

le 26/04/2018 à 12:49
Signaler
il est vrai qu'il eût mieux valu qu'il soit favorable à un monde de pauvres !!

à écrit le 26/04/2018 à 10:36
Signaler
comme un Notre Dame Des Landes ! le modèle américain n est pas plébiscité chez nous !

à écrit le 26/04/2018 à 10:29
Signaler
C' est assez mal parti. Macron parvient à un niveau de refus jamais égalé en Allemagne.. Vu d’Allemagne. Macron est « à l’origine de tous les conflits qu’il doit régler aujourd’hui » Reuters https://histoireetsociete.wordpress.com/2018/04/23...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.