Aux Etats-Unis, Joe Biden tente d'éviter une grève du fret ferroviaire, à deux mois des Midterms

Lundi, le président américain et des représentants de l'exécutif américain ont été en contact avec les syndicats et entreprises de fret ferroviaires, pour éviter que des négociations sociales en cours ne débouchent sur une grève, selon un responsable de la Maison Blanche. Les travailleurs réclament une revalorisation salariales et de meilleures conditions de travail.
Joe Biden veut éviter tout dérapage social et économique avant les élections législatives de mi-mandat qui se tiendront en novembre prochain.
Joe Biden veut éviter tout dérapage social et économique avant les élections législatives de mi-mandat qui se tiendront en novembre prochain. (Crédits : LEAH MILLIS)

La situation est délicate pour Joe Biden alors que se tiendront, en novembre, les élections législatives de mi-mandat. En attendant, le président américain doit éviter tout dérapage social et économique à commencer par des grèves qui perturberaient un des secteurs phares du chef d'Etat : le transport ferroviaire.

Les syndicats réclament une revalorisation salariale, mais aussi de meilleures conditions de travail. Le président américain, qui ne perd jamais une occasion d'affirmer, en général, son soutien aux syndicats, ainsi que des représentants de l'exécutif américain ont été en contact, lundi, avec les syndicats et entreprises de fret ferroviaires, pour éviter que des négociations sociales en cours ne débouchent sur une grève, selon un responsable de la Maison Blanche. « Toutes les parties doivent rester à la table des discussions, négocier de bonne foi, et trouver un accord », a plaidé pour sa part le ministère du Travail dans un communiqué. « Une mise à l'arrêt de notre système de fret ferroviaire serait une issue inacceptable pour notre économie », selon lui. Elle viendrait, en effet, perturber le transport de marchandises, mais aussi celui de passagers. Certaines entreprises ont, d'ailleurs, déjà annoncé des mesures pour gérer le transport de matériaux dangereux ou sensibles. La compagnie de trains de passagers Amtrak a, elle, fait savoir qu'elle annulait, de manière préventive, les trains empruntant trois lignes longue-distance à partir du mardi 13 septembre.

Malgré ces échanges, deux des 12 syndicats, qui représentent des conducteurs de trains, n'avaient pas encore trouvé d'accord sur toutes leurs revendications. Si la partie financière des négociations était réglée, certains points portant sur les conditions de travail restaient en discussion. Les 12 syndicats et les employeurs ont jusqu'au 16 septembre pour trouver un nouvel accord collectif.

Les grèves se multiplient au Royaume-Uni

Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à connaître des mouvements sociaux. Au Royaume-Uni, les grèves se multiplient depuis plusieurs semaines. Même si elles ont été stoppées après le décès de la reine Elizabeth II, décédée jeudi dernier, elles avaient paralysé différents secteurs à plusieurs reprises comme la poste, en août dernier, mais aussi le port de Felixstowe qui est le plus gros pour le fret dans le pays, ainsi que les chemins de fer ou encore le métro londonien. Il s'agissait du plus gros mouvement de grève depuis des décennies. Les travailleurs réclament une augmentation des salaires et de meilleures conditions de travail pour contrer l'inflation galopante, qui dépasse 10% et pourrait grimper à plus de 13% en octobre.

Lire aussiInflation, grèves, énergie : l'automne brûlant de Liz Truss

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.