Aux Etats-Unis, la FED attendue sur un maintien des taux

La baisse de l'inflation et la santé insolente du marché de l'emploi américain devraient convaincre les gouverneurs de la FED de maintenir les taux à leur niveau une nouvelle fois, sans pour autant relâcher la pression.
Le gouverneur de la Reserve federale Jerome Powell lors d'une conférence de presse début décembre.
Le gouverneur de la Reserve federale Jerome Powell lors d'une conférence de presse début décembre. (Crédits : Reuters)

C'est une semaine décisive à la Réserve fédérale américaine. Après une série spectaculaire de hausse des taux, la Banque centrale américaine doit rendre une nouvelle décision cette semaine sur sa politique monétaire. Les gouverneurs doivent se réunir mardi et mercredi prochain. Viendront ensuite les réunions des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) et de la Banque d'Angleterre. "Nous nous attendons à ce que la Fed se méfie de tout ce qui pourrait pousser les marchés à parier sur des baisses de taux encore plus importantes l'année prochaine et faire baisser les rendements des bons du Trésor à long terme", expliquent les stratégistes d'ING.

L'inflation, meilleure que prévu, se rapproche de sa cible

Ses responsables "ne sont pas prêts à l'admettre publiquement, mais l'inflation des derniers mois, meilleure que prévu, a écarté la perspective de nouvelles hausses des taux", estime Michael Pearce, économiste pour Oxford Economics. Le principal taux directeur de la banque centrale américaine (Fed) devrait donc rester compris entre 5,25 et 5,50%, son plus haut niveau depuis 22 ans.

"La situation de l'emploi semble toujours excellente et l'inflation diminue très rapidement. Et c'est exactement ce que nous avons promis", a récemment salué le président de la Fed de Chicago, Austan Goolsbee. L'inflation a fortement ralenti, depuis juin 2022, et son sommet en plus de 40 ans.

Elle était, en octobre, de 3,0% sur un an, selon l'indice PCE, jauge privilégiée par la Fed, et de 3,2%, selon l'indice CPI, sur lequel sont notamment indexées les retraites des Américains. Même Joe Biden, rompant avec la sacro-sainte indépendance entre Fed et pouvoir politique, a jugé vendredi que les données économiques "n'encourageaient pas la Fed à relever ses taux d'intérêt". Les hausses de taux, en effet, ralentissent l'activité économique. Et, à moins d'un an de l'élection présidentielle, le président ne veut surtout pas voir la croissance marquer le pas.

Pause ou baisse des taux en 2024 ?

Le ralentissement de l'inflation aux Etats-Unis laisse espérer une baisse des taux à partir de 2024. A ce stade, les économistes sont encore dans le brouillard sur le moment de cet assouplissement. « Du point de vue du double mandat de la Fed, les données macro des derniers mois ont évolué dans le bon sens : le chômage ne monte que très lentement et reste bas : l'inflation recule et s'approche de sa cible. Dans l'ensemble, les déclarations des membres du FOMC (comité fédéral) dessinent une plus grande ouverture à un scénario de baisse des taux sans toutefois montrer le désir de passer à l'acte rapidement », explique l'économiste de ODDO BHF, Bruno Cavalier, dans une note. Les marchés tablent sur une baisse en mars prochain.

Mais une dégradation possible du marché du travail ou une stagnation de l'inflation pourrait repousser cette baisse des taux. « C'est possible si les prochains chiffres d'emploi déçoivent vraiment, ravivant le scénario de récession. Si au contraire l'économie reste sur la trajectoire de soft landing, le pivot de la Fed pourrait intervenir plus tardivement », poursuit l'économiste.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 11/12/2023 à 18:32
Signaler
La bce devra baisser ses taux avant la fed, sauf que ça n'arrivera jamais et on se sera encore fait avoir.

à écrit le 11/12/2023 à 2:51
Signaler
L'UE avec la récession qui s'annonce le chômage repartant à la hausse et l'inflation toujours présente va se faire distancer un peu plus par les USA . L'avenir est plus sombre que ne veulent nous le faire croire les Pieds Nickelés de la Commissio...

à écrit le 11/12/2023 à 2:35
Signaler
L'UE avec la récession qui s'annonce le chômage repartant à la hausse et l'inflation toujours présente va se faire distancer un peu plus par les USA . L'avenir est plus sombre que ne veulent nous le faire croire les Pieds Nickelés de la Commissio...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.