Etats-Unis : à quelques jours d'une nouvelle réunion de la Fed sur des taux, l'inflation recule de nouveau

Après être resté à un niveau stable pendant trois mois, le taux d'inflation aux Etats-Unis est passé de 3,4% sur un an à 3% en octobre, selon l'Indice PCE. La banque centrale américaine doit d'ailleurs se prononcer prochainement en décembre sur un possible maintien de ses taux au niveau actuel, ou sur une hausse de ceux-ci.
La prochaine réunion de la Fed se tiendra les 12 et 13 décembre prochains.
La prochaine réunion de la Fed se tiendra les 12 et 13 décembre prochains. (Crédits : JOSHUA ROBERTS)

Aux Etats-Unis, les bonnes nouvelles s'enchaînent sur le front de l'inflation qui a ralenti à 3,0% en octobre sur un an, au plus bas depuis le printemps 2021, selon l'indice PCE dévoilé ce jeudi. Les trois mois précédents, elle était restée stable à 3,4% sur un an.

En outre, sur un mois, les prix sont restés stables en novembre, alors qu'ils avaient augmenté de 0,4% le mois précédent. C'est mieux qu'attendu, puisque les analystes prévoyaient une légère hausse de 0,1%, selon le consensus de Briefing.com.

Plus tôt en novembre, l'indice CPI avait déjà fait état d'une forte baisse de l'inflation le mois dernier, à 3,2% sur un an, contre 3,7% en septembre, grâce notamment à la baisse des prix de l'essence à la pompe. Sur un mois, l'indice CPI est lui aussi tombé à zéro, avec des prix identiques à ceux de septembre.

Et même l'inflation dite sous-jacente, qui exclut l'alimentation et l'énergie, et a tiré les prix à la hausse pendant des mois, a baissé en octobre. Elle est tombée à 0,2% sur un mois et 3,5% sur un an.

Baisse de la consommation

L'indice PCE, publié par le département du Commerce, demeure néanmoins celui privilégié par la Banque centrale américaine (Fed) dont la prochaine réunion doit se tenir les 12 et 13 décembre. Et cette décélération de la hausse des prix pourrait convaincre l'institution monétaire de maintenir ses taux dans leur fourchette actuelle de 5,25 à 5,50%. C'est, en effet, le scénario majoritairement attendu par les acteurs du marché, selon les estimations de CME Group.

Pour faire ralentir l'inflation, la Fed a, en effet, relevé ses taux progressivement depuis mars 2022, rendant ainsi l'accès au crédit plus onéreux pour les ménages et les entreprises, ainsi encouragés à moins consommer ou investir. Et en effet, les ménages ont fortement ralenti leurs dépenses en octobre, celles-ci n'ont augmenté que de 0,2%, contre 0,7% le mois précédent. Leurs revenus, eux, ont progressé de 0,2% seulement en octobre, contre 0,4% en septembre.

« La légère hausse des dépenses de consommation en octobre (...) confirme que la croissance de la consommation réelle est sur la bonne voie pour ralentir au quatrième trimestre », a commenté Michael Pearce, économiste pour Oxford Economics, dans une note.

L'inflation reste, cependant, supérieure à l'objectif de 2,0%.

Vers une baisse des taux dès le mois de mai 2024 ?

Néanmoins, certains cambistes prédisent que la Fed pourrait baisser ses taux dès le mois de mai de l'année prochaine. Et ce, notamment suite aux déclarations de l'un des gouverneurs de la Fed, Christopher Waller, qui s'est, récemment, dit « de plus en plus confiant dans le fait que la politique monétaire est bien positionnée pour ralentir l'économie et ramener l'inflation à 2% » par an. D'autant que ce gouverneur Waller « est généralement plutôt du côté offensif » de la politique monétaire. Il est « un faucon », c'est-à-dire partisan d'une ligne dure, a rappelé Matthew Weller, analyste de Forex.com.

Lire aussi« Les taux directeurs ne retomberont pas sous les 3% en Europe » (Patrick Artus, Natixis)

« Les opérateurs se font de plus en plus à l'idée que la Fed va dans le sens du marché et qu'on pourrait voir des baisses de taux dès le premier semestre » de l'année prochaine, a ainsi estimé l'analyste. Les intervenants attribuent désormais une probabilité de 65% au scénario incluant au moins une réduction du taux directeur dès mai, contre 41% seulement il y a un mois.

Pourtant, dans le rapport de la dernière réunion de la Fed, les 31 octobre et 1er novembre dernier, les responsables de l'institution avaient tous estimé « qu'il serait approprié de maintenir une politique monétaire restrictive pour un certain temps » afin de s'assurer que l'inflation vient bien se rapprocher de sa cible de 2%. Le Comité de politique monétaire de la Fed avait, lors de cette réunion, maintenu les taux dans la fourchette de 5,25 à 5,50%, pour la deuxième séance consécutive.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 30/11/2023 à 23:42
Signaler
Ils nous saoulent, ils ont qu'à baisser ces taux, et faire enfin baisser les crédits, ça devient n'importe quoi sérieux

à écrit le 30/11/2023 à 19:03
Signaler
Et les marchés financiers n'ont visiblement que ça à faire surveiller les taux, c'est grotesque notre système est une aberration totale.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.