Avec la pandémie, la reprise s'annonce lente et périlleuse selon le FMI

 |  | 1783 mots
Lecture 10 min.
Le FMI redoute une aggravation du chômage dans les mois à venir.
Le FMI redoute une aggravation du chômage dans les mois à venir. (Crédits : Yuri Gripas)
Le Fonds monétaire international anticipe un effondrement de l'économie mondiale de 4,4% en 2020 contre -5,2% en juin. Malgré cette révision à la hausse, la reprise promet d'être longue, inégale et incertaine selon la cheffe économiste Gita Gopinath.

L'horizon économique s'éclaircit un peu. Selon les dernières projections économiques du Fonds monétaire international (FMI) rendues publiques ce mardi 13 octobre, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait reculer de -4,4% en 2020 et bondir de 5,2% en 2021. Les économistes de l'institution, dans leur rapport intitulé "Vers une longue et difficile ascension" ont légèrement révisé à la hausse leurs prévisions par rapport à celles du mois de juin (-5,2%).

Cette petite amélioration est le reflet d'un meilleur second trimestre qu'anticipé dans les économies avancées, le retour de la croissance en Chine et les signes d'une reprise plus rapide au troisième trimestre.

"Les résultats économiques auraient pu être plus faibles s'il n'y avait pas eu de réponses monétaires, fiscales et régulatoires sans précédent qui ont permis de maintenir un revenu disponible pour les ménages, de protéger la liquidité des entreprises et de soutenir des conditions de crédit favorables. Collectivement, ces actions ont permis d'éviter la répétition de la catastrophe financière de 2008-2009", expliquent les conjoncturistes dans leur rapport.

Lire aussi : Le ciel s'éclaircit légèrement pour l'économie mondiale, d'après le FMI

Pour autant, la multiplication des foyers de contamination en Europe et l'arrivée d'une seconde vague dans des pays comme la France assombrissement sérieusement les perspectives pour la fin de l'année. "La reprise n'est pas assurée tant que le virus continue de se diffuser [...] Partout, les économies doivent faire face à des difficultés pour retrouver des niveaux d'activité antérieurs à la pandémie".

Pour la cheffe économiste du FMI Gita Gopinath, "cette crise est loin d'être terminée. Le niveau de l'emploi est très loin de celui enregistré avant la crise et le marché du travail est devenu plus polarisé avec les jeunes travailleurs à bas revenus et les femmes qui sont bien plus touchées que les autres. Les pauvres sont en train de devenir plus pauvres. Cette sortie de crise devrait être longue, inégale et incertaine".

En outre, le bilan sanitaire catastrophique avec plus...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :