UE-Mercosur : la liste des produits agroalimentaires visés par l'accord

 |   |  581  mots
(Crédits : Reuters)
Viande de boeuf, volaille, porc, riz, sucre, maïs, soja, fromages... l'accord entre l'Union européenne et les 4 pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) comprend une libéralisation des échanges sur une série de produits agricoles, accompagnée de quotas précis pour chaque produit à l'entrée dans l'Union européenne ou dans les pays du Mercosur.

Viande de bœuf, volaille, sucre, mais aussi riz, miel et maïs doux, l'accord entre l'Union européenne et le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) comprend une libéralisation des échanges sur une série de produits agricoles, accompagnée de quotas précis pour chaque produit à l'entrée dans l'Union européenne ou dans les pays du Mercosur.

Il s'agit d'un accord "stratégique" et "équilibré" à l'intérieur de chaque secteur d'activité, a affirmé mardi la chef négociatrice pour l'UE lors d'une rencontre avec la presse à Paris.

"Ce n'est pas l'agriculture qui équilibre l'industrie" comme dans des négociations antérieures de cet accord commercial qui furent des "erreurs", a-t-elle affirmé. "L'accord est équilibré par silo, c'est-à-dire que nous avons cherché le meilleur possible par secteur d'activité" a-t-elle dit.

Une "clause de sauvegarde" est prévue pour suspendre les accords en cas de "dommage" économique sur une filière due à une augmentation "imprévue et significative" des importations, a précisé la Commission européenne.

Sur le seul volet agricole, voici les secteurs concernés par l'accord, selon un document de la Commission publié mardi:

Importations de l'Union européenne :

- Viande de boeuf: 99.000 tonnes d'équivalent-carcasse (55% de viande fraiche et 45% de viande surgelée) pourront être importés depuis les quatre pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay) avec un droit de douane à 7,5%.

- L'accord prévoit aussi de supprimer tous les droits de douane, actuellement à 20%, sur les quelque 60.000 tonnes de viandes importées du Mercosur sous un quota dit "Hilton", qui s'applique aux viandes de qualité issues d'élevage extensifs herbagers.

C'est l'Argentine qui remplit ce quota aux deux-tiers, l'Uruguay exportant quelque 8.000 tonnes par an dans cette catégorie, le Paraguay 1.300 tonnes, et le Brésil ne parvenant pas à remplir son quota de 13.000 tonnes.

- Volaille: 180.000 tonnes supplémentaires à taux zéro.

- Porc: 25.000 tonnes à 83 euros de droit de douane par tonne.

- Sucre: 180.000 tonnes sans droit de douane.

- Éthanol: 450.000 tonnes pour usage dans la chimie sans droit de douane. 200.000 tonnes d'éthanol pour tous usages (y compris carburant) à droit de douane réduit.

- Riz: 60.000 tonnes sans droit de douane.

- Miel: 45.000 tonnes sans droit de douane.

- Maïs doux (pour consommation humaine): 1.000 tonnes sans droit de douane.

- Soja : le soja utilisé dans l'industrie de la nutrition animale européenne bénéficiera aussi de droits de douane réduits ou nuls.

Importations du Mercosur:

- Fromages: 30.000 tonnes sans droit de douane, avec mise en route progressive sur 10 ans.

- Poudre de lait: 10.000 tonnes sans droit de douane

- Lait infantile: 5.000 tonnes sans droit de douane

D'autres produits européens sont concernés par les accords de libéralisation, comme le vin, les alcools, l'huile d'olive, les fruits frais, les pêches, tomates en boîte, le malt, les pommes de terre surgelées, charcuterie, chocolats, biscuits et boissons non alcoolisées, mais les détails n'ont pas été publiés.

L'accord prévoit aussi une coopération sur le bien-être animal et la sécurité alimentaire ainsi que dans la lutte contre la résistance anti-microbienne.

Dans le domaine des indications géographiques protégées (IGP) et autres AOP (appellations d'origine protégées), l'accord prévoit la protection de 335 produits européens par le Mercosur, à un niveau comparable à celui dont ils bénéficient dans l'Union européenne.

A l'inverse, l'UE s'engage à protéger 220 indications géographiques protégées venant du Mercosur (café, etc..).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2019 à 9:45 :
ces memes politiques veulent interdire au gens l avion pour courtes distances pour utiliser le train sous pretecte d environnement.
et là des centaines de milliers de tonnes transportées sur des longues distances ne leur posent pas de problèmes...
inconsistent
a écrit le 03/07/2019 à 15:08 :
On imagine les intermediaires qui vont s'en mettre plein les fouilles dans cette histoire.
a écrit le 03/07/2019 à 13:29 :
Alors que l'écologie pousse a une relocalisation des productions, a éviter les déplacements inutiles, a une consommation de qualité, voilà que l'UE pousse a la surproduction, participe a la destruction environnementale en subventionnant la mondialisation! C'est une vision économique de très court terme qui n'a d'autre avenir que le retour a la misère!
a écrit le 03/07/2019 à 12:46 :
Éleveur dans les Alpes ,mes vaches entretienne les pâtures d alpage ,ou les friche et les ronces commencé a prendre le dessus.....la impossible de semer des céréales juste faire pâturer par mes animaux de juin a octobre importer encore 100000 tonne de viande du Mercosur vas a l encontre du bon sens ,un marché de la viande dejas très morose ,on vie plus de notre travail mais là ça risqué de être là goutte d eau qui vas faire déborder le vase ........alors continuent comme ça importer de la viande a bas coût continuer aussi a crier a tous vas de ne plus manger de viande et demain plus de paysan comme moi pour entretenir les montagnes les alpages les prairies bocagère les prairies humides et bientôt vous verrais les ronces les friches se propager partout avec tous les inconvénients qui vont avec incendie et surtout l images,vous croyez que les touristes vont encore venir dans nos montagnes pour voir des paysages a l abandon ......moi je crois pas alors réfléchissont un peu avant de signer et de crier quelques choses avant qu il ne soit trop tard
Réponse de le 03/07/2019 à 16:08 :
C'est vrai, mais la bourgeoisie LREM s'en tape de tes histoires de paturage, il y a trop de pognon a se partager en cas de réussite de cet accord.Et on apprendra dans quelques années que certains ont grâce à cet accord signé ont un compte en Suisse un peu comme notre Raymond Barre et qui a nourrit ces gosses avec .
Réponse de le 03/07/2019 à 19:40 :
Les importations sont pour toute l'UE,si je ne me trompe?.Par l'absurde,90 000 T de viande pour plus de 500 millions d'habitants,ça ne fait pas lourd la portion par habitant.D'autant plus que je la vois plus prendre la route de l'Italie ou l'Espagne que de la France.Faut surveiller,mais je suis bien plus inquiet sur les accords avec l'Amérique du Nord qui est bien mieux armée pour nous imposer ses lois et détruire nos protections.
a écrit le 03/07/2019 à 12:22 :
Manger local va devenir plus que vital, dommage encore une fois que l'on massacre les classes productrices par contre qui iront machinalement au moins cher.
a écrit le 03/07/2019 à 11:16 :
Soja et maïs transgenique ?
Bœuf et poulets aux hormones ?
Antibiotiques à outrance?
MAIS nous avons aussi le choix de consommer de la viande de France, en se fournissant chez des producteurs bio locaux et surtout en réduisant notre consommation de viande.
L'évidence est qu'il faut s'abstenir de consommer des plats préparés dans les usines à mal bouffe.
C'est certainement dans ces "bouillies" que vont se retrouver la plupart des produits carnés, les céréales et légumes importés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :