OMC : ces pays membres inquiets de l'accès au marché européen après le Brexit

 |   |  304  mots
(Crédits : Dado Ruvic)
Des membres de l'Organisation mondiale du commerce ont appelé jeudi 14 novembre l'Union européenne et la Grande-Bretagne à parvenir à un compromis pour garantir l'accès au marché européen et britannique après le Brexit.

Quinze pays, dont les Etats-Unis, l'Inde, l'Australie et le Canada, ont exprimé lors d'une réunion du Conseil de commerce des marchandises de l'OMC leur inquiétude au sujet des quotas tarifaires "Tariff Rate Quotas" (TRQ) appliqués après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Ces quotas d'exportations, essentiellement agricoles, sont négociés à la loupe car ils sont très importants pour les pays exportateurs les plus exposés aux marchés agricoles mondiaux.

Selon les règles de l'OMC, les pays membres recourent à ce système de quotas pour fixer un plafond à l'importation de biens à des tarifs réduits. Les pays non membres de l'UE ont averti que leurs producteurs pourraient perdre l'accès aussi bien au marché britannique qu'européen. Ils craignent que les quotas de l'UE soient remplis par les importations britanniques et ceux de la Grande-Bretagne par les importations de l'UE.

Quotas

"Nous serons rapidement évincés et nous perdrons l'accès aux deux marchés", ont indiqué les Etats-Unis dans un communiqué transmis à la réunion. La Nouvelle-Zélande estime également qu'il était "difficile à imaginer" comment des pays de l'OMC en dehors de l'Europe "pourraient avoir des chances réelles d'accéder à ces quotas".

La Nouvelle-Zélande a demandé à Londres et à Bruxelles de créer des quotas "réservés explicitement à des partenaires de l'OMC autres (que les européens) afin de conserver le même niveau d'accès dont nous bénéficions actuellement ou d'élargir substantiellement (ces quotas) pour prendre en compte les vastes échanges bilatéraux entre l'UE et la Grande-Bretagne".

L'Australie a pour sa part indiqué que ses exportations agricoles vers l'UE, sous le système actuel des quotas, ont déjà subi "des interruptions importantes" en raison des incertitudes entourant l'avenir de ce système après le Brexit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2019 à 23:11 :
Le beurre et l'argent du beurre ...
Réponse de le 16/11/2019 à 11:47 :
... et la crémière sur les genoux !
a écrit le 15/11/2019 à 17:37 :
Je crois que le concepts est simple s'ils l'ons quittes l'union européenne, l'ons perds l'accès au marché commun .
Donc que cela plaise ou non àu pays anglicane de la planaitre.....
Le marché commun s'est pour les europenne, pas pour les autres....
a écrit le 15/11/2019 à 16:29 :
ah!
uncle sam est inquiet
il prefererait que le marche europeen soit ouvert via le uk, avec lequel il pourrait negocier ' a fantastic deal'
et comme ca va pas etre le cas, ca va etre tres complexe, et uncle sam va lacher bojo, qui va trouver que brussels est mechante avec lui
a écrit le 15/11/2019 à 14:39 :
Où l'on constate que l'UE à un pouvoir colossal, forte de ses 500 millions de consommateurs à bon pouvoir d'achat. Le temps est venu de nous réveiller et de danser au même tempo que les autres.
Pour échanger, s'il faut être 2, il faut aussi que l'échange soit équitable.
a écrit le 15/11/2019 à 14:39 :
Si toutes les marchandises des pays tiers de l'OMC transitent par la GB, puisqu'ils rêvent de devenir un "Singapour aux portes de l'Europe" ; il faudra adapter nos quotas d'importation de ces pays et limiter fortement ceux de la GB....
a écrit le 15/11/2019 à 14:08 :
Le Royaume-Uni n'ayant pas grand chose d'irremplaçable à exporter vers l'UE en matière agricole, il serait bien surprenant qu'il remplisse significativement les quotas d'importation à tarif réduit de l'UE. Par contre le Royaume-Uni, très dépendant de l'UE pour les produits agricoles qu'il consomme, pourrait rapidement épuiser lesdits quotas. Mais ça c'est une chose à régler entre le RU et ces pays tiers de l'OMC. Qui ne concerne pas l'UE...
a écrit le 15/11/2019 à 13:11 :
Incroyable information, particulièrement importante. Non seulement notre UE recule tous les jours un peu plus devant les anglais mais en plus voilà que bientôt ils vont aussi reculer face aux autres partenaires commerciaux mondiaux.

Son absence de puissance politique et donc légitimité populaire est en train de s’attaquer directement au consortium financier européen. Tant pis pour eux ils n'ont pas compris qu'en amputant la légitimité démocratique de l'union le compte à rebours avant son explosion était déjà entamé.

Plus on possède et plus on st possédé nos propriétaires d'outils de production et de capitaux n'ont toujours pas compris qu'ils ont besoin d'experts indépendants afin d’enrichir leur réflexion, de les affûter en permanence et non des serviteurs pour l'anéantir.

"Tu veux te décupler ? Tu veux te centupler ? Cherches des zéros" Nietzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :