Boris Johnson déplore le report du Brexit

 |   |  387  mots
Boris Johnson s'est excusé auprès de son parti pour avoir concédé le report du Brexit.
Boris Johnson s'est excusé auprès de son parti pour avoir concédé le report du Brexit. (Crédits : POOL)
Interrogé par Sky News, le premier ministre britannique a regretté son échec et réédité sa volonté de quitter l'Union Européenne avant la fin 2020.

Boris Johnson s'est excusé dimanche de n'avoir pas réalisé le Brexit le 31 octobre comme il l'avait promis et a défendu son accord de sortie de l'Union européenne critiqué par Donald Trump. S'excuserait-il auprès des membres du Parti conservateur qui l'ont porté au pouvoir pour n'avoir pas tenu sa parole? "Bien sûr", a répondu le Premier ministre britannique à la journaliste qui l'interviewait sur Sky News.

L'échec du Brexit à tout prix

Arrivé au pouvoir en juillet en promettant le Brexit "coûte que coûte" au 31 octobre, Boris Johnson avait juré qu'il préférerait être "mort au fond d'un fossé" plutôt que demander un nouveau report. Mais il a dû manger son chapeau et demander un délai jusqu'au 31 janvier, son accord de divorce négocié avec Bruxelles n'ayant pas passé l'épreuve du Parlement. Le chef du gouvernement a exprimé dimanche ses "profonds regrets".

Le dirigeant conservateur a par ailleurs critiqué le président américain Donald Trump, son ami et allié, qui avait jugé jeudi sur les ondes de la radio britannique LBC, que l'accord négocié avec l'Union européenne ne permettait pas de conclure "d'accord commercial avec le Royaume-Uni". "Je ne souhaite pas dénigrer le président, mais à cet égard, il commet une erreur manifeste. Quiconque regarde notre accord peut constater que c'est un excellent accord", a déclaré Boris Johnson.

"La raison pour laquelle il si douloureux d'avoir ce report n'est pas à cause des promesses ou de mon ego ou autre, mais à cause de l'incertitude que cela signifie pour tout le pays. Les entreprises ne peuvent pas faire de prévisions, les familles ne peuvent pas faire de prévisions, les gens ne savent pas quand va avoir lieu le Brexit", a déploré Boris Johnson.

Expliquant redouter davantage de retard si le Labour, principal parti d'opposition, arrivait au pouvoir à la suite des élections du 12 décembre, il a jugé "folle" la proposition de ce parti de renégocier un accord de sortie et de le soumettre au vote des Britanniques. Boris Johnson a aussi déclaré qu'il ne voyait "aucune raison" de prolonger la période de transition après le Brexit au delà de la date prévue de décembre 2020, estimant que les négociations commerciales "devraient être extrêmement simples".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2019 à 6:25 :
Johnson est véritablement comme les anglais l'appellent "BoJo the Buffoon "....il fait des promesses complètement farfelues puis bloque par trois fois l'accord de Théresa May et jurant crachant qu'il fera un no deal et sortira le 31 Octobre, obtient un accord encore pire que Theresa May qui est également retoqué...maintenant il fini par reconnaitre que c'est pas grave, le pays est entre de bonnes mains, que son deal est le meilleur et que tout ira mieux demain quand tout le monde sera rasé gratis...
Quand a Farage qui refuse de se présenter aux élections, c'est encore plus lamentable...aucun sens des responsabilité, tout juste capable de faire le clown au Parlement Européen et de gagner des fortunes dans les TV de Murdoch, conservatrices et anti européennes...
Pitoyable !
a écrit le 03/11/2019 à 17:05 :
"le président américain Donald Trump, son ami et allié"
Ah bon? Trump a promis au RU un accord commercial "fantastique".
J'ai toujours dit que c'était du flan, cette promesse est une manœuvre grossière pour donner des arguments en faveur du Brexit. Boris Johnson a mordu à l’hameçon en pensant que Trump lui offrait des arguments électoraux sur un plateau mais comme dit le dicton, une promesse n'engage que ceux qui les écoutent. Maintenant Trump passe à la phase n°2 qui est de faire pression pour que le RU fasse un virage nationaliste pro-américain quitte à saborder Boris Johson, qui en refusant de s'en prendre à Trump fait acte d'allégeance. Le RU va devenir une zone de covassalité entre l'UE et les USA.
a écrit le 03/11/2019 à 16:08 :
Malheureusement il n'est pas mort dans son fossé comme il le promettait
Et le voilà donc reparti dans la flatterie et les mensonges..du Boris tout craché.
S chance (et le malheur pour l'Angleterre) c'est qu'il n'y a aucune personnalité crédible en face de lui et au royaume des aveugles les borgnes sont rois.
L'écosse va voter SNP et en route pour Indy2 , même les Gallois se disent que Londres ne les calculent plus. Le DUP d'Arlene Foster s'est bien fait cocufié sur la révision de l'accord du Brexit et va remettre les barbelés.
Bref le Kingdom n'est plus vraiment United!
Réponse de le 03/11/2019 à 17:47 :
Et si ma tante en avait sûr qu' elle s' appellerait mon tonton!
Réponse de le 03/11/2019 à 18:20 :
@loulou
Le Royaume-uni signera un accord commercial fantastique avec les USA et la croissance du PIB passera à 5% le jour où votre tante deviendra votre tonton. Cordialement.
a écrit le 03/11/2019 à 15:00 :
Qui de sérieux et raisonnable peut encore “croire”, car c’est de bien de croyance de nature théologique qu’il s’agit, que l’UE pourra encore continuer longtemps à poursuivre sa prédation et à semer le désastre pendant des années ?

Sachant que l’UE est un simple périmètre fictif et virtuel ne représentant rien ni personne à part les intérêts de l’oligarchie euro-mondialiste d' obédience us qui en tire les ficelles...
Carry on, BJ, carry on
a écrit le 03/11/2019 à 12:52 :
Les anglais vont le débrancher, c'est ce qui peut lui arriver de mieux ainsi qu'à la Grande Bretagne.

Autre pathétique: Farage, qui sent une défaite cuisante arriver pour son parti de nuisibles et qui ne se présentera pas aux élections afin, dit t'il de se consacrer à une campagne nationale de dénigrement du programme de Johnson.
Des amis fuyants, les brexiteurs....
a écrit le 03/11/2019 à 11:44 :
Le Brexit n aura pas lieu du fait de la chambre des communes !
Tous ceux qui ce sont succèdes à la présidence ont joué le rôle qui permettait de gagner du temps , et ca va continuer . Seuls les naïfs n ont pas compris .
a écrit le 03/11/2019 à 11:28 :
Les élections vont éclairé le peuple britannique sur la vérité des propagandes qu'ils subissent! Là est le seul intérêt!
a écrit le 03/11/2019 à 11:25 :
"réédité sa volonté de quitter l'Union Européenne avant la fin 2020"

Hum ça sent encore le report en 2021 ça ! On va gagner du temps hein...

Encore 3 ans comme ça et c'est l'UE qui adopte les règles du Royaume Uni ! C'est que attention hein question fermeté on est là !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :