Brexit : "on va s'étriper" avec les Britanniques, prévoit Paris

 |   |  424  mots
M. Le Drian, ancien président de la région de Bretagne, région de pêche très importante en France, estime que le poisson fera partie des points lourds à gérer lors des négociations.
M. Le Drian, ancien président de la région de Bretagne, région de pêche très importante en France, estime que le "poisson" fera partie des "points lourds à gérer" lors des négociations. (Crédits : Benoit Tessier)
"Je pense que sur les questions commerciales ou sur le dispositif de relations futures, que l'on va engager, on va s'étriper pas mal", a déclaré Jean-Yves Le Drian lors de la conférence de sécurité de Munich, grand-messe annuelle sur les questions diplomatiques et de défense.

Le chef de la diplomatie française a dit dimanche s'attendre à une négociation tendue entre l'Union européenne et Londres sur leur relation future post-Brexit, où les deux parties vont "s'étriper".

"Je pense que sur les questions commerciales ou sur le dispositif de relations futures, que l'on va engager, on va s'étriper pas mal", a déclaré Jean-Yves Le Drian lors de la conférence de sécurité de Munich, grand-messe annuelle sur les questions diplomatiques et de défense.

"Mais ça fait partie de la négociation, chacun va défendre ses intérêts", a-t-il ajouté.

Lire aussi : Brexit: à la recherche d'un impossible accord commercial

La pêche, point central des négociations

"Souhaitons qu'elle se fasse le plus rapidement possible même s'il y a beaucoup de sujets et que nous avons des points lourds à gérer", a jugé le ministre français des Affaires étrangères, et "moi j'en ai un en particulier [...] qui est la question du poisson".

M. Le Drian est ancien président de la région de Bretagne, région de pêche très importante en France.

Récemment, il avait prévenu que la France "ne transigerait pas" sur le sujet dans les tractations à venir avec Londres.

"En aucun cas, la pêche ne pourra servir de variable d'ajustement dans les négociations", avait-il averti, faisant valoir que les "Britanniques écoulaient plus de 70% de leur pêche" sur le continent européen.

Les pêcheurs des pays de l'UE sont fortement dépendants des eaux britanniques. Ces dernières représentent 30% du chiffre d'affaires des pêcheurs français.

Lire aussi : Le Brexit ne fait que commencer

Des "intérêts communs" sur la "question sécuritaire"

À Munich, M. Le Drian a jugé en revanche que "sur la question sécuritaire il faut que nous prenions acte de nos intérêts communs" entre UE et Britanniques.

Il a appelé à "avancer" davantage encore dans la coopération à l'avenir, que ce soit au plan bilatéral entre la France et la Grande-Bretagne, au sein de l'Otan, "mais aussi dans des coalitions spécifiques sur des interventions que nous pourrions avoir ensemble".

Le ministre a mentionné en particulier les accords de Lancaster House, en 2010, qui ont renforcé la coopération entre Paris et Londres dans la défense et dont les deux pays vont célébrer cette année le dixième anniversaire. Il a exprimé le souhait de "poursuivre" la coopération dans ce cadre, "y compris sur les sujets sensibles".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2020 à 19:06 :
La France devrait sortir de l'UE au lieu de pleurnicher comme des bébés "ouin ouin ouin les méchants anglais ouin ouin ouin ouin". Les Anglais sont des vrais adultes qui ont pris leur destin en main. Notre gouvernement actuel n'est pas à la hauteur, changeons le, virons les avec nos votes, votons pour des partis anti UE et on sera enfin libres et à égalité avec les Anglais.
a écrit le 19/02/2020 à 9:43 :
Les européistes commencent à se ch... dessus ! PTDR
" L'Europe " (alias " l'Union Européenne ", nuance !) ne marche pas, c'est archi démontré et reconnu dans l'ombre, mais, ça ne fait rien, IL FAUT TOUJOURS PLUS D'EUROPE !
Gribouille n'aurait pas dit mieux. LeDrian place dans ses discours le mot "europe" à la vitesse d'une mitraillette, dans le style " au secours, je me noie !", totalement à cours de vrais arguments.
Pitoyable décomposition d'une succursale financière étatsunienne déguisée en empire de bienfaisance.
a écrit le 18/02/2020 à 18:43 :
Les Anglais, hors services financiers, étaient plus importateurs de produits l'UE et avaient un déficit sur les biens de consommations...Pour la France c'est un des rare pays ou nous avons un excédent commercial comme beaucoup d'autres dans l'UE Allemagne en tête... Donc Les Britanniques, qui sont loin d'être des des dindons de l'année, vont négocier ce qu'ils ont toujours voulu; un libre marché des biens et des capitaux sans plus et pas de réglementations de Bruxelles sur le dos... On se dirigera fatalement vers un accord type CETA comme avec le CANADA...(mais après des années de négos !)
Réponse de le 19/02/2020 à 9:52 :
"un libre marché des biens et des capitaux sans plus et pas de réglementations de Bruxelles sur le dos..." probablement est-ce ce que veulent les britanniques, le beurre et l'argent du beurre... mais c'est incompatible ! Quant à un accord type CETA, il est envisageable avec un pays avec lequel l'UE échange marginalement, pas avec le Royaume-Uni dont l'UE représente quasiment la moitié des échanges.
Réponse de le 21/02/2020 à 20:06 :
les british vuelent vendre sur le marché européen = satisfaire aux normes EU. Avec les droits de douanes et contrôles aux frontières, il est probable d'une délocalisation de nombreuses entreprises, notamment celles qui sont implantées en UK pour vendre sur le marché unique, et je pense notamment aux secteurs automobile.

Concernant le CETA, nos amis canadiens sont pas très content du résultat.

Les anglais auront le choix de bouffer entre le poulet au chlore, importé des USA et le poulet aux normes EU, plus cher en raison des droits de douanes. T'as envie de bouffer du poulet Us ou de la viande aux hormones ?

Pour moi, USA et la future UK ( si elle reste unie) c'est versus 737 max boeing contre airbus. Airbus ne fera jamais 10 milliards de benef comme boeing, malgré un carnet de commandes plus important, mais ce qui peut arriver à Boeing, ne peut pas arriver à airbus, car l'EU aussi bureaucratique qu'elle est, a tiré les leçons de la crise de 2008 et de la vache folle.
a écrit le 18/02/2020 à 7:46 :
Des membres du gouvernement anglais parlent facilement de " trade war " avec la CE et autres amabilités, donc je vois pas quel est le problème que Le Drian utilise ce vocabulaire. Et à tous les partisans de l'UPR et du Frexit qui savent pas lire la presse anglaise : arrêtez vos logorrhées insignifiantes.
a écrit le 18/02/2020 à 7:06 :
Les supporters du Frexit vont-ils vraiment continuer de supporter BoJo et ses revendications farfelues au détriment de nos propres intérêts, comme on peut le lire ci-dessous ?
Des tarés manipulateurs.
Réponse de le 18/02/2020 à 16:43 :
@LeLoup, quand on n'a pas d'arguments, on invoque la psychiatrie. Nos propres intérêts vont nous faire plier face au UK car nous y exportons beaucoup plus que nous importons. Vous voyez, c'est quand même plus classe comme argument que "tarés".
Réponse de le 19/02/2020 à 19:36 :
@ Lapoulette : L'UE représente un marché de 450 Millions de personnes, la Grande Bretagne n'est qu'un marché de 65 millions de personnes. Le résultat est fort simple. Tout le monde y perd mais la Grande Bretagne y perdra beaucoup plus en cas de non accord. Ne soyons pas impatient. Attendons un peu (quelques 5 années au mieux) et l'on tirera des conclusions. La Grande Bretagne a été certes une grande nation impériale sur laquelle le soleil ne se couchait jamais mais le monde a depuis beaucoup changé et l'histoire ne se répète jamais de la même façon.
a écrit le 18/02/2020 à 0:04 :
Ah le bon temps de l'avant guerre, quand chaque nation pointait du doigt les autres pour mieux s'entretuer, mais attention, on envoyait d'abord les bretons et autre colonies au front, ..bon en attendant l irelande du nord reste dans l UE, l Ecosse veut joindre ..donc le brexit c est pour little england, raciste, sénile et nostalgique de l'empire...un peu comme le frexit quoi, financé par la Russie divisons pour mieux régner Camarade Frexit.
Réponse de le 19/02/2020 à 9:55 :
Et encore... si le Grand Londres pouvait larguer le reste de l'Angleterre et rejoindre l'UE, on peut imaginer qu'il le ferait volontiers.
a écrit le 17/02/2020 à 21:17 :
Faute d’un accord commercial englobant la pêche d’ici la fin de la période de transition, les chalutiers européens, notamment français et espagnols, perdront l’accès aux eaux territoriales britanniques avec des conséquences économiques sérieuses. Source RT. Jusqu’à la fin de l’année, les bateaux de pêche des Etats membres de l’Union européenne ont librement accès aux eaux territoriales britanniques et les navires immatriculés au Royaume-Uni bénéficient en contrepartie des mêmes droits dans les eaux des autres Etats. Mais, faute d’accord d’ici la fin de la période de transition, les chalutiers français, espagnols ou portugais pourraient se voir interdire sans préavis l’accès aux eaux poissonneuses du Royaume-Uni, ce dès le 1er janvier 2021. Or, ils y réalisent entre 30% et 50% de leurs prises, c’est donc une menace directe pour la viabilité économique des entreprises de pêche du continent.
Réponse de le 19/02/2020 à 9:57 :
Et l'UE absorbe 70% de la pêche britannique.... ça aussi ça pourrait changer si l'accès aux eaux territoriales britanniques était fermé aux bateaux de l'UE.
Réponse de le 21/02/2020 à 20:18 :
Tu crois que les européens sont stupides ? 80 pourcent de la pêche britannique est vendue en EU.

Si les british ne veulent pas négocier, droits de douanes élévées à la trump. Le prix du poisson augmentera mais le peu de pêche des membres rapportera plus, combinés avec des aides EU. Mais, pour le reste, une déclaration de guerre entre 450 millions de consommateurs contre 70, quelle sera le résultat ?

un brexit dur aura des conséquences, mais pour l'UK, sera pire, catastrophique.
a écrit le 17/02/2020 à 16:55 :
La désunion de l' UE fait la force de Bojo, les allemands poseront culotte pour continuer à vendre leurs grosses voitures à la GB or ce sont les allemands qui pilotent l' Ue sous hégémonie Us en se fichant comme d' une guigne des gesticulations de Macron.

Comment éviter de poursuivre des gesticulations aussi risibles qu' inutiles dans une vaine tentative de tordre le bras aux allemands et au reste de la bande ? Rejoignons Bojo par le FREXIT, comme une urgente urgence, vite ...
Réponse de le 17/02/2020 à 18:20 :
Schäuble a dit ' in is in and out is out'
je ne suis pas sur que les allemands se defroquent pour quelques voitures, qui plus est differentes techniquement a produire
ca a plus coute a l'allemagne de sanctionner la russie, je pense
apres, la ou vous avez raison c'est que Merkel est une Osis, et que donc elle ne comprend pas grand chose
bon, concernant la france, en cas de frexit, votre pays est en faillite ( comme l'argentine) vu que sa dette est libellee en euros ( comme celle de l'argentine en dollars) et que le franc hors de l'euo vaut a paine la moitie ( ca fait une dette a 200% du pib, donc la faillite)
et comme le venezuela, la france serait obliger de tout importer, avec une bonne guerre civile, comme au venezuela ( oui je sais, duflot et melenchon seraient ravis, les autres gens c'est moins sur)
meme lepen a compris pourquoi elle avait perdu en 2017...
Réponse de le 17/02/2020 à 18:55 :
Une dette en euros sera libellée en franc si retour en franc il y a. C’est le principe international de la Lex Monatae. Il n’y aura donc aucune perte.
A la limite une dévaluation du franc de 10-15%. Ainsi une dette d’un euro vaudra un franc.... il faut se renseigner avant de parler ;)
Réponse de le 18/02/2020 à 16:49 :
@churchill, dès le lendemain de la sortie de l'Euro, 90% de la dette sera libellée en Francs au taux de 1 pour 1, nouvelle devise du pays, et ce selon les règles internationales.
a écrit le 17/02/2020 à 16:30 :
"s'étriper sur le question du poisson". C'est du vrai langage de mareyeur ou de poissonnier. Véritable humour anglais. La pêche française n'est pas en meilleure sante que l'agriculture. Peu de vocation. La France est obligée d'importer du poisson des autres pays d'Europe dont UK.
Ce serait plus simple que les pêcheurs choisissent, le moment opportun, le port où débarquer leur poisson, ie où les cours sont les plus élevés (méthode pratiquée en Inde). Il n'y aurait alors plus d'importation, car le poisson n'a d'autre nationalité que celle du bateau. Il est par contre logique que chaque pays gère sa ressource halieutique dans ses eaux territoriales.
Réponse de le 17/02/2020 à 18:30 :
Il est évident qu'il va falloir négocier de façon virile.

On se souvient que Jersey et Guernesey avaient cru malin d'interdire l'accès de leurs zones de pêches aux navires français.
Ca n'a pas duré 3 jours.

l'UE a simplement rappelé à ces deux paradis fiscaux que sans le passeport européen ils ne pourraient plus faire de business avec les européens.

Curieusement les iliens ont préféré les pépettes aux merlans...

Il en sera pareil avec les anglais, beaucoup de démonstrations viriles, mais in fine ils seront beaucoup plus accommodants. Et si jamais l'Ecosse et l'Irlande du Nord faisaient sécessions, il seront même carrément coulants.
a écrit le 17/02/2020 à 16:25 :
A écouter toutes les promesses invraisemblables que BoJo déblatère devant les journalistes et ses partisans, il va de soi qu'on va pas non plus se laisser faire !, et Le Drian est tout à fait dans son rôle.
Réponse de le 17/02/2020 à 17:09 :
Vous êtes comme tous les européistes à avoir passé 5 ans à animer le Project Fear et mal remis de la gueule de bois du Brexit, vous avez échoué. Contentez-vous aujourd ' hui de compter les points, les anglais sont sortis!
a écrit le 17/02/2020 à 16:21 :
Malgré tt le respect que m'inspire sa personne et sa région, Le Drian risque de boire la tasse.
Il y a certainement de plus gros poissons que ceux capturés par la pêche française à traiter ds cette affaire.
Réponse de le 17/02/2020 à 18:32 :
C'est pas lui qui va négocier. Ce rôle revient à Barnier.

Le Drian sera benné avec le reste de la clique après les municipales et ne représentera plus rien (s'il a jamais représenté quelque chose après Hollande).
a écrit le 17/02/2020 à 14:37 :
Ces propos de Le Drian sont absolument intolérables, même s'ils sont dits au second degré. On a l'impression d'un technico commercial lambda qui défend sa paroisse…Au regard des fonctions passées et actuelles qui sont les siennes, un peu plus de "classe" serait bienvenue. Il est un des rares Ministres ayant une certaine expérience mais, décidément, ce gouvernement très "atlantiste" est à l'image de son mentor, un peu trop superficiel...
Réponse de le 17/02/2020 à 17:09 :
@ bernadet ;


Dans la lecture , j 'y vois plutôt l' abandon des marins pêcheurs....
Réponse de le 18/02/2020 à 17:21 :
Ce n'est pas le Drian qui va négocier, c'est l'UE, donc Barnier.
Et ce dernier a prouvé qu'il a de l'endurance et de la ténacité.

Le Drian.... personne n'est sur qu'il sera encore en poste dans un mois après la féssée que va se prendre LREM aux élections locales.
a écrit le 17/02/2020 à 14:14 :
Et alors, c'est la raison d'être des discussions de s’engueuler pour défendre ses intérêts, l'essentiel c'est d'arriver à un résultat. On ne va quand même pas chialer parce que pour une fois ils va falloir qu'il bossent réellement.
a écrit le 17/02/2020 à 13:12 :
La France a tout fait pour "pourrir" la sortie de l'UE des britanniques, non pas par intérêt économique, mais par idéologie, refusant qu'un peuple ouvre les yeux sur les périls migratoires.Nos lobbyistes se sont rependus en mensonges dans tous les médias pour nous assurer du pire pour les anglais. Hélas notre ancrage à l'euros nous empêchera de quitter l'UE, et nous sommes condamnés à subir immigration et concurrence fiscale pour des décennies.
Réponse de le 17/02/2020 à 15:59 :
N'oubliez pas au passage qu'au moins 50% de l'opinion publique outre Manche est d'accord avec ces vilains lobbyistes français. Profitez encore, tant que le visa n'est pas encore obligatoire, de migrer chez le pays de Boris.
a écrit le 17/02/2020 à 12:58 :
Pas besoin de s'etriper avec les anglais puisque l EU va bientôt integrer et devenir plus forte avec les 2 pays les plus mafieux et corrompus que sont l'Albanie et la Macedoine ..notre avenir va etre radieux..
Réponse de le 17/02/2020 à 18:23 :
tout le monde sait sauf macron qu'il ne faut pas qu'ils rentrent ( pas plus que la turquie d'ailleurs)
les pays de l'est et l'allemagne risquent d'etre les premiers a ne pas vouloir de ces gens dont tout le monde connait les moeurs...
sauf a se faire vider les caisses, et vu l'etat de l'europe actuelle c'est pas une bonne idee!
a écrit le 17/02/2020 à 12:46 :
Comme tout les pseudo économistes qui annonçait que se serait une catastrophe pour le pays de quitter l'EU, chômage, inflation, etc...Il n'en est rien et ces comiques se font tout petit maintenant sur les chaînes d'info, le drian devrait faire de même
Réponse de le 17/02/2020 à 13:47 :
J'ai planté des graines hier et il y a des comiques qui rigolent ce matin de ne pas voir l'arbre qui est promis.
Réponse de le 17/02/2020 à 15:04 :
@Masaya : ben c'est un peu normal, le brexit n'a pas encore eu lieu. Il faudra attendre le résultat des négociations et l'engagement de la phase de transition pour y voir plus clair.
Les prévisions des Madame Soleil de tous bords n'engagent que ceux qui y croient...
a écrit le 17/02/2020 à 12:17 :
Le Brexit fait sentir ses premiers effets : la facture devrait augmenter pour tous ceux qui restent, et l’Allemagne prépare déjà la défense de ses intérêts. L’UE qui s' agace y survivra-t-elle ..?
a écrit le 17/02/2020 à 12:05 :
L’idéal serait que l'UE profite du Brexit pour se réformer en profondeur.
1 Relance budgétaire, 2 harmonisation fiscale pour les entreprises et les particuliers
3 Se défendre en adoptant les mêmes règles que les américains pour protéger notre commerce en permettant l'extraterritorialité du droit.4 Élaborer des programmes industriels en créant des groupes de taille mondiale et cesser cette stupide obsession de distorsion de concurrence qui a tellement pénalisé les sociétés européennes.
Réponse de le 17/02/2020 à 13:15 :
Pour cela, il faudrait commencer par une harmonie fiscale, et empêcher les pays qui sont débiteurs en fonds européens comme les polonais de payer avec nos fonds des armes américaines par milliards !
Réponse de le 17/02/2020 à 14:21 :
Il ne suffit pas de décréter l'extraterritorialité du droit. Il faut pour cela pouvoir contraindre. Les états unis le peuvent car ils ont le dollar dans lequel se font toutes les transactions internationales. Ensuite ils possèdent la place financière dont aucune grande banque ne peut se passer. Ils possèdent la première économie mondiale où tout le monde veut avoir accès. Et pour finir, ils sont le leader de la technologie, possédant les brevets et fabricant les pièces maîtresses du puzzle technologique qui sont utilisées dans tous les usages courants et militaires. Voilà pourquoi ils peuvent contraindre tous les autres pays qui en cas d'écart se retrouvent à payer des amendes exorbitantes comme dans le cas la BNP et autres sauf à se passer de dollars et de la place financière Américaine ou encore décréter l'embargo contre l'Iran. La parade n'est donc pas aisée.
Réponse de le 17/02/2020 à 16:12 :
Bien sûr que l'UE a le pouvoir d'imposer l'extraterritorialite du droit au sein de l'UE qd même !!
Il suffit de donner un coup de lift aux traités européens en supprimant entre autre, cette paralysante et imbécile règle de l'unanimité et en menaçant tt particulièrement la Pologne de la Polix.
a écrit le 17/02/2020 à 11:53 :
Attention les anglais sont très malins et bons en négociant contrairement à Le Drian qui plane. Les anglais n'ont rien à perdre et ont des pays dans l'UE qui sont pro anglais et Trump ne sera pas loin. Attention à Trump qui a, du jamais vu, réussi à taxer notre vin. Là-dessus Macron n'a pas fait fort et c'est fait avoir. Les viticulteurs demandent des déjà compensations
Réponse de le 17/02/2020 à 13:58 :
Tous ces arguments me semblent un peu enfantins. Rendre Macron responsable de tout est une position idéologique. C'est le verdict de l'OMC sur un litige entre Airbus et Boeing vieux de 15 ans qui autorise Trump à taxer les produits Français. Le factuel est toujours mieux que l'idéologie ou l'ignorance
a écrit le 17/02/2020 à 10:36 :
On sent que l'UE n'est pas en confiance, alors qui lui suffirait de mener des sanctions comme pour la Russie pour se faire entendre!
a écrit le 17/02/2020 à 10:22 :
Comme ils ont réussi à faire croire que tout serait mieux sans rien promettre de réaliste sur l'après....on va rentrer dans la phase du "Dirty Brexit".
Ne nous laissons pas faire !
a écrit le 17/02/2020 à 10:05 :
Non ils vont nous agresser mais comme ils vont s’appuyer sur les dividendes des actionnaires milliardaires européens, propriétaires de l'UE, au final ils gagneront facilement encore une fois, sans combat.

C'est tellement facile de manipuler des gens cupides d'ailleurs Nietzsche le disait des révolutionnaires, qu'avec les révolutionnaires qui se révoltaient pour leurs seuls intérêts le pouvoir en place pourrait toujours s'arranger, trouver un compromis, que les plus dangereux et donc efficaces des révolutionnaires étaient ceux motivés par une volonté non matérielle comme les enfants par exemple.

Les milliardaires américains eux ont leur pays par exemple, du moins beaucoup d'entre eux, les plus influents comme par hasard. Nos milliardaires eux n'ayant que leurs propres intérêts en ligne de mire, il est facile pour les étrangers de nous piller.
Réponse de le 17/02/2020 à 11:08 :
Peu clair, pour le moins...!
Réponse de le 17/02/2020 à 16:08 :
@ modération: Non mais franchement vous ne croyez pas qu'il vaudrait mieux me filer 100 balles plutôt ?

Mais bon après tout si vous avez que çaà foutre hein...
Réponse de le 19/02/2020 à 22:45 :
"C'est tellement facile de manipuler des gens cupides" c'est sans doute ce qu'ont dû se dire Farage et Johnson le 24 juin 2016 au matin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :