Premier incident post-Brexit : la marine britannique arraisonne un bateau de pêche irlandais

 |  | 472 mots
Lecture 3 min.
Le rocher de Rockall est situé à 400 km des côtes de l'Écosse et donc devrait être dans les eaux internationales où les pêcheurs européens peuvent aller librement. Problème: le Royaume-Uni a annexé ce petit rocher en 1955, annexion jamais reconnue par le voisin irlandais. (Ceci est une photo d'illustration, prise en 2012, le navire de patrouille derrière est irlandais.)
Le rocher de Rockall est situé à 400 km des côtes de l'Écosse et donc devrait être dans les eaux internationales où les pêcheurs européens peuvent aller librement. Problème: le Royaume-Uni a annexé ce petit rocher en 1955, annexion jamais reconnue par le voisin irlandais. (Ceci est une photo d'illustration, prise en 2012, le navire de patrouille derrière est irlandais.) (Crédits : Irish Defence Forces)
La télévision irlandaise RTE a filmé l'intervention d'un navire de patrouille britannique empêchant un bateau de pêche irlandais (donc "étranger," depuis le 1er janvier) de prendre du poisson à plus de 400 km des côtes britanniques mais juste à côté d'un petit rocher, Rockall, annexé en 1955 par le Royaume-Uni, qui affirme avoir le contrôle sur les eaux alentours, très poissonneuses. Il y a juste un problème: l'accord conclu avec l'UE autorise les pêcheurs européens à venir pêcher pendant encore cinq ans et demi...

Un navire de patrouille écossais a empêché lundi un chalutier irlandais de pêcher dans l'Atlantique-Nord, justifiant cette intervention par le Brexit, a indiqué la radio-télévision publique irlandaise RTE.

Le "Northern Celt" a été abordé lundi par un patrouilleur de la marine écossaise, le "Jura" alors qu'il s'apprêtait à lancer ses filets dans les eaux de Rockall, rocher de granit situé à environ 400 kilomètres au nord-ouest de l'Écosse et de l'Irlande, a précisé RTE mardi soir.

| VIDÉO : Donegal vessel blocked from fishing around Rockall by Scottish patrol boat

Ce rocher a été annexé en 1955 par le Royaume-Uni, qui affirme avoir le contrôle sur les eaux alentours, très poissonneuses, mais l'Irlande n'a jamais reconnu la souveraineté britannique sur cet affleurement inhabitable de 20 mètres sur 30.

Le capitaine du chalutier s'est vu signifier qu'il ne pouvait "plus pêcher dans les 12 milles nautiques autour de l'affleurement rocheux disputé en raison du Brexit", selon RTE.

"Nous avons connaissance d'un contact entre un bateau de pêche irlandais et un patrouilleur de Marine Scotland (...) le 4 janvier", a indiqué le ministère irlandais des Affaires étrangères, cité par RTE.

Il ajoutait:

"Nous sommes en contact avec les autorités écossaises et britanniques à ce sujet", a-t-il ajouté.

L'accord de Brexit stipule un droit de pêche jusqu'en juin 2026

Le Royaume-Uni, dont l'Écosse fait partie, a quitté le 1er janvier le marché unique et l'union douanière européens, à l'issue d'une période de transition consécutive à sa sortie de l'Union européenne le 31 janvier 2020.

Lire aussi : Accord post-Brexit: un horizon encore incertain pour les pêcheurs du Guilvinec

Un accord commercial conclu in extremis entre Londres et Bruxelles règle notamment la question de la pêche par les bateaux européens dans les eaux britanniques.

Il prévoit de laisser aux pêcheurs européens un accès aux eaux britanniques pendant une période transitoire de 5 ans et demi, jusqu'en juin 2026, au cours de laquelle l'UE devra progressivement renoncer à 25% en valeur de ses prises, qui totalisent environ 650 millions d'euros par an.

Lire aussi : Brexit: le secret des eaux britanniques, si poissonneuses et si convoitées par les pêcheurs de l'UE

L'incident pourrait coûter cher au Royaume-Uni

Si le Royaume-Uni limite l'accès ou les captures de l'UE, Bruxelles peut prendre des mesures de rétorsion en imposant des droits de douane sur les produits de la pêche ou d'autres biens britanniques, voire suspendre une grande partie de l'accord commercial.

Lire aussi : Ce que contient l'accord post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2021 à 20:16 :
ca commence a devenir marrant
ca sera comme avec les etats unis et les droits de retorsion
sauf que le uk qui va eclater et l'europe c'est pas le meme poids question negociation
vivement que salmond demande le Scotxit
ca va mettre un de ces merdiers
les premiers a hurler seront bojo et farrage, c'etait pas prevu, la revolte contre les centres de decisions eloignes des gens qui veulent reprendre leur souverainete en main!
Réponse de le 06/01/2021 à 22:46 :
Lorsque 27 européons ne sont pas capables de s'entendre sur la simple suppression d'un changement d'heure saisonnier contre-productif, on devrait se faire tout petit sur le prétendu poids de négociation de l'UERSS au service des oligarques de Beijing...
a écrit le 06/01/2021 à 19:31 :
L' Ecosse à tout intérêt à créer des incidents entre l'UE et le RU.
Réponse de le 07/01/2021 à 11:18 :
Ce n'est pas l'Ecosse qui donne des ordre à l'armée de sa Majesté. Les ordres viennent de Londres ou d'un Uber lu à galons qui n'a pas compris l'accord. Heureusement d'ailleurs que chaque région ne commande pas l'armée sinon quel b.....
a écrit le 06/01/2021 à 19:30 :
C'est retour vers le futur 4, pas au Far-west, mais au 18e siècle, en Manche ... cool.
a écrit le 06/01/2021 à 18:45 :
"L'incident pourrait coûter cher au Royaume-Uni"

Et ça continue... ^^
a écrit le 06/01/2021 à 17:52 :
Je ne suis pas certain que cette attitude de l'Ecosse soit de nature à s'attirer les bonnes grâces de l'UE dans sa croisade pour intégrer l'UE dans l'hypothèse d'une indépendance future.
Mme Sturgeon n'est pas très cohérente ou peut être que son désir d'émancipation ne fait pas si consensus que cela .
a écrit le 06/01/2021 à 16:55 :
Il semblerait que tous les écossais ne soient pas partisans de l'UERSS...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :