Brexit : la France ne sacrifiera pas la pêche française et bloquera tout mauvais accord

 |  | 660 mots
Lecture 4 min.
Les États-membres les plus concernés par un accord avec le Royaume-Uni sur la pêche (France, Danemark, Pays-Bas ou Belgique) ont dit préférer conclure sur un no deal, c'est-à-dire le retour aux coûteux tarifs douaniers de l'OMC, plutôt que signer un mauvais accord.
Les États-membres les plus concernés par un accord avec le Royaume-Uni sur la pêche (France, Danemark, Pays-Bas ou Belgique) ont dit préférer conclure sur un "no deal", c'est-à-dire le retour aux coûteux tarifs douaniers de l'OMC, plutôt que signer "un mauvais accord". (Crédits : reuters.com)
Le Premier ministre Jean Castex a martelé jeudi que la pêche française ne pouvait pas être "sacrifiée comme variable d'ajustement" dans les négociations commerciales post-Brexit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni. Certains États membres, en particulier les plus concernés par un accord avec le Royaume-Uni sur la pêche (France, Danemark, Pays-Bas ou Belgique), disent préférer un "no deal" à "un mauvais accord". L'Allemagne, dont certaines sources prétendaient qu'elle prônait un accord "à tout prix", a protesté cet après-midi vouloir certes un accord,"mais pas à n'importe quel prix".

[Article publié le 4.11.2020 à 9:47, MàJ à 15:08 avec protestation de l'Allemagne]

La France opposera son "veto" à un accord commercial post-Brexit s'il ne répond pas à certaines exigences, notamment en matière de pêche, a déclaré vendredi le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune.

"S'il y avait un accord qui n'était pas bon (...) nous nous y opposerions", a-t-il déclaré sur la radio Europe 1. Avec un veto ? "Oui. Chaque pays a le droit de veto", a-t-il ajouté.

La France fera pour cela sa "propre évaluation" de l'accord, a-t-il dit.

"Nous le devons aux Français, nous le devons à nos pêcheurs et à d'autres secteurs économiques", a souligné Clément Beaune.

La pêche française ne sera pas "une variable d'ajustement"

Le risque d'un non-accord "existe" et il "faut s'y préparer", a-t-il par ailleurs répété. "Mais je veux croire qu'on peut avoir un accord et un bon accord", a-t-il également insisté.

Le Premier ministre Jean Castex a martelé jeudi que la pêche française ne pouvait pas être "sacrifiée comme variable d'ajustement" dans les négociations commerciales post-Brexit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni.

Lire aussi : Brexit : le Royaume-Uni joue les durs face à l'UE sur les zones de pêche

Toujours les trois mêmes écueils

Ces négociations, qui ont repris samedi à Londres, butent toujours sur trois points : l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, les garanties réclamées à Londres en matière de concurrence et la manière de régler les différends dans le futur accord.

Les négociateurs sont sous une pression de calendrier croissante car la rupture définitive entre l'UE et le Royaume-Uni aura lieu le 31 décembre, date à laquelle les Britanniques, qui ont officiellement quitté l'UE le 31 janvier, cesseront d'appliquer les normes européennes.

Un "No deal" signifiera le retour aux droits de douanes de l'OMC

Sans accord pour régir leur relation, les deux parties échangeront selon les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas. Au risque d'un nouveau choc économique s'ajoutant à celui de la pandémie.

Selon une source gouvernementale au Royaume-Uni, l'UE a apporté "de nouveaux éléments" inattendus dans la négociation qui pourraient permettre une "percée". L'UE n'est plus qu'à "quelques millimètres" d'avoir concédé tout ce qu'elle pouvait, ont prévenu de leur côté jeudi des sources européennes.

Le Brexit: du sel sur les plaies des 27

Faute de compromis, le Brexit pourrait s'inviter au sommet européen des 10-11 décembre à Bruxelles, et ce, au moment où des failles apparaissent dans l'unité des 27.

Selon plusieurs sources européennes, l'Allemagne, qui occupe la présidence tournante de l'UE, et la Commission européenne veulent un accord "à tout prix".

Mais certains Etats membres, en particulier les plus concernés par un accord avec le Royaume-Uni sur la pêche (France, Danemark, Pays-Bas ou Belgique), disent préférer un "no deal" à "un mauvais accord".

L'Allemagne veut un accord  "mais pas à n'importe quel prix"

L'Union européenne, dont l'Allemagne assure la présidence jusqu'à la fin décembre, est prête à conclure un accord commercial avec le Royaume-Uni sur le Brexit, "mais pas à n'importe quel prix", a prévenu vendredi le porte-parole d'Angela Merkel.

Le "temps presse", a-t-il déclaré alors que la période de transition post-Brexit s'achève dans quatre semaines, et "nous devons nous préparer à tous les scénarios, donc aussi à la possibilité qu'il n'y ait pas d'accord".

"Chacun a ses principes, il y a des lignes rouges, mais il y a malgré tout toujours de la marge pour des compromis", a-t-il toutefois précisé, ajoutant qu'il s'agissait de la "position de base" d'Angela Merkel.

"Pour la chancelière, et (cette position) est inchangée par rapport à ces dernières semaines, il est nécessaire d'avoir une volonté de compromis des deux parties", a-t-il poursuivi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2020 à 19:15 :
Vous savez quel proportion des pêches en mer britanniques sont donnés aux pécheurs européens? 80%!
La France veut que les européens puissent toujours attraper 80% des poissons britanniques, même si le R-U a quitté l'UE, et n'en tire plus les bénéfices. Il n'y a aucun fondement, ni logique derrière une telle demande, à part de l'arrogance à la française.

L'UE a signé des accords bien plus bénéfiques avec le Canada (pas de gouvernance de l'aide d'état etc..) et la Norvège qu'elle ne signera qu'avec le R-U. Bruxelles veut tout simplement punir le R-U pour avoir osé dire Non à un pouvoir non démocratique.

Il est temps que le reste de l'Europe se réveille aussi.
Réponse de le 05/12/2020 à 19:23 :
Vos tirades anti Europe sont lassantes
Réponse de le 06/12/2020 à 9:00 :
@ multipseudos: "Vos tirades anti Europe sont lassantes "

Ben oui on comprend bien c'est ton job, tu es payé combien à défendre une entité corrompue et incompétente dis nous stp ? Peut-être même croyant comme tu es que tu es bénévole. Là tu aurais de l'intérêt...
a écrit le 04/12/2020 à 16:01 :
Où les 27 restent unis jusqu'au bout (ce que je souhaite!) ou les intérêts personnels divergent Dans ce dernier cas le Brexit aura fait beaucoup de mal à un "machin" qui s'appelle l'Europe. De Gaulle alors aura été prophétique On sent bien que avec les Pays-Bas et l'Autriche d'un côté, la Hongrie et la Pologne de l'autre, çà se fissure. L'Allemagne (réunifiée!) ira toujours vers ses intérêts qui ne seront pas forcément les nôtres Sourires en façade, grimaces à l'intérieur: çà va tanguer! En fait on a tout fait pour faire échouer le Brexit et maintenant on est un peu nerveux car on ne sait pas ce qui va se passer réellement
a écrit le 04/12/2020 à 13:22 :
Pays Bas, Belgique et Danemark vont négocier un arrangement avec l'Allemagne , la France en fera les frais . ces pays commercent en proportion beaucoup plus que notre pays avec les britanniques , et ils veulent maintenir cet acquis . nos idéologues vont se retrouver bien seuls .
a écrit le 04/12/2020 à 13:19 :
Faisons confiance à nos chers collègues allemands,qui après avoir semé le bazar en accueillant les migrants que l on traîne toujours du reste ,le cas turc ou les allemands sont absents et maintenant un deal allemand pour sauver leur économie,à quoi sert le couple franco allemand alors que les allemands nous tirent dans les pattes
Réponse de le 04/12/2020 à 14:51 :
@7373, vous n'êtes pas au courant ? le "couple franco-allemand" est un concept franco-français. En Allemagne personne ne connaît.
a écrit le 04/12/2020 à 10:39 :
Bon ben sortir de l'UE en fait c'est hyper facile et en plus on peut en garder tous les avantages en en retirant tous les inconvénients, bravo amis anglais, bien joués ! Suffit juste de se baisser pour ramasser un des nombreux bâtons que notre UE donne systématiquement à ses adversaires.

On se demande bien pourquoi encore y rester la dedans hein par contre... vite un frexit.
a écrit le 04/12/2020 à 10:06 :
Le RU gardera ses zones de peche a la rigueur ils feront une aumone du coté des anglo normandes mais c'est tout. Il n'y a que la france qui trouve génial de se faire piller

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :