Ceta : le Canada garde "espoir" d'un accord avec l'Europe

 |  | 296 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Reuters)
Le Canada garde "espoir" de signer jeudi à Bruxelles l'accord de libre-échange avec l'Union européenne (CETA), malgré l'actuel refus de la Wallonie, a indiqué lundi la ministre canadienne du Commerce international, Chrystia Freeland.

De retour à Ottawa, après avoir constaté vendredi l'échec des discussions avec la région belge francophone, la ministre a tenu un bref point de presse au Parlement.

"J'ai espoir. La balle est maintenant dans le camp de l'Europe", a-t-elle dit.

"Le Ceta n'est pas mort et nous travaillons d'arrache-pied" à lever le veto wallon, a-t-elle souligné, adressant ses voeux de succès aux négociateurs européens.

Les autorités européennes et canadiennes n'ont toujours pas annulé le sommet prévu jeudi pour signer cet accord négocié pendant sept ans, et continuent à croire qu'une sortie de crise est possible.

Pour Donald Tusk, c'est "toujours possible"

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, ont eu lundi un entretien téléphonique à ce sujet.

"Les dirigeants sont convenu que l'Union européenne et ses pays membres devraient continuer de préparer le sommet de jeudi, où l'Accord économique et commercial global sera signé", a indiqué le bureau de M. Trudeau.

Un porte-parole du dirigeant canadien a toutefois souligné que le déplacement de M. Trudeau à Bruxelles reste "conditionnel à un accord conclu au préalable" entre la Belgique et sa région francophone, et les 28.

"Ensemble avec le Premier ministre Justin Trudeau, nous pensons que le sommet de jeudi est toujours possible", a abondé dans un tweet Donald Tusk, après son entretien avec le dirigeant canadien.

"Nous encourageons toutes les parties à trouver une solution. Il y a encore du temps", a écrit M. Tusk.

Si le Conseil européen veut croire à une issue positive rapide, la Commission, qui a négocié au nom des Etats membres, est prête à laisser du temps à la Belgique, encore quelques semaines, selon une source européenne.

(avec l'AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2016 à 16:44 :
la Wallonie serait-elle la seule vraie démocratie de l'UE ? Je ne me souviens pas que les charlots qui nous gouvernent nous aient demandé notre avis. Mais peut-être que ceux de Bruxelles ne leur ont pas demandé non plus. Il faut quitter cette UE libre échangiste apolitique au plus vite.
a écrit le 25/10/2016 à 11:27 :
1) la démocratie, ce n'est pas d'accepter tout et n'importe quoi quand on est pas d'accord. 2) si Donald Tusk le Polonais pousse à la roue, il faudrait peut-être regarder de plus près ce qu'il peut et veut en retirer personnellement. 3) le Canada n'existe pas vraiment, c'est un vassal des US. La majorité des grandes entreprises américaines sont présentes au Canada. Cet accord ne serait-il donc pas un moyen détourné d'accéder au marché européen officieusement, c'est-à-dire en acceptant les avantages mais pas les inconvénients ?
a écrit le 25/10/2016 à 11:11 :
Personne n'en veut. En démocratie on en aurait même pas parlé de cet accord...
a écrit le 25/10/2016 à 9:47 :
Lâchez l'affaire, les citoyens des pays européens ne veulent pas de ces accords négociés dans leur dos et pour lesquels seules les opinions des lobbyes ont été prises en compte.
Si la commission européenne survit à ce choc, elle devra apprendre à se comporter normalement et non pas en autocrate.
Réponse de le 25/10/2016 à 11:38 :
"les citoyens des pays européens ne veulent pas de ces accords négociés dans leur dos"

C'est vous qui avez raison mais pourtant nos médias de masse n'hésitent pas à parler de "prise d'otages d'un demi milliards d'européens par la wallonie"

Ce parti pris des représentants des actionnaires que sont les médias qui en plus mentent pour arriver à leurs fins est honteux.

Il semble donc bien, qu'encore une fois, l'europe n'ai pas envie de comprendre elle continue de forcer...
a écrit le 25/10/2016 à 9:45 :
"et nous travaillons d'arrache-pied" à lever le veto wallon,"

Oui on l'imagine parfaitement.

"Gardes ! Arrêtez ces Wallons !"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :