Ceta : la Wallonie, mauvaise conscience de l'UE

 |   |  1798  mots
Paul Magnette, ministre-président de Wallonie, ne veut pas du CETA tel quel.
Paul Magnette, ministre-président de Wallonie, ne veut pas du CETA tel quel. (Crédits : FRANCOIS LENOIR)
La région wallonne n'a pas cédé et rejette toujours le traité de commerce euro-canadien. Un refus qui place l'UE devant ses contradictions et ses limites.

Haro sur la Wallonie ! Jusqu'ici, la très discrète entité fédérale belge n'intéressait à peu près personne en dehors des frontières du Royaume des Belges. Mais depuis que son parlement a refusé d'accorder au gouvernement fédéral belge le droit de signer le traité de commerce entre l'Union européenne et le Canada (Ceta), elle est devenue « l'ennemie public numéro un » des dirigeants européens. Ce lundi 24 octobre, l'ancien premier ministre belge Elio di Rupio, lui-même ancien ministre-président de Wallonie, a dénoncé les « pressions invraisemblables » sur l'actuel chef du gouvernement wallon, Paul Magnette.

>> LIRE AUSSI : La Belgique ne signera pas l'accord CETA dans les délais

Et, de fait, tous les grands d'Europe, de Jean-Claude Juncker à Martin Schulz en passant par François Hollande sont venus demander à la région belge de lever son veto. Comme toujours en pareil cas, lorsqu'un membre de l'UE fait connaître sa différence, l'UE est tentée d'avoir recours à des pressions non exemptes d'un certain mépris. Après avoir tenté d'amadouer les Wallons par de vagues promesses contenues dans une non moins vague « déclaration interprétative » du traité, les autorités européennes ont eu recours à un ultimatum, laissant 24 heures au gouvernement de Namur pour changer sa position. En vain.

Le concert des plaintes s'est alors engagé pour pointer du doigt une simple région capable de damer le pion à la « volonté générale » européenne qui, elle, souhaiterait ardemment le Ceta. Les comparaisons se sont multipliées : laisserait-on la Seine-et-Marne bloquer une loi française ? 500 millions d'Européens peuvent-ils se laisser dicter leur sort par une poignée de Belges irréductibles à la grande marche de la mondialisation ?

Un droit ne vaut que si l'on en fait usage

Ces propos traduisent en réalité surtout une incompréhension de la réalité constitutionnelle belge. La Wallonie, comme les autres entités fédérales de la Belgique, formée de trois régions et de trois communautés, dispose de la compétence commerciale garantie par la Constitution. Pourquoi ne devrait-elle pas faire usage de cette compétence pour refuser ce qui déplaît à sa majorité parlementaire ?

On peut s'en désoler, mais la Belgique, Etat membre de l'UE, est ainsi constituée et c'est le fruit de longues discussions, voulue du reste par les Flamands libéraux. Ce partage des responsabilités a été la condition de la survie de la Belgique. « There is no such thing as a free lunch » (« un repas gratuit n'existe pas »), se plaisent à rappeler sans cesse les doctrinaires libéraux. Et de fait : le blocage du Ceta et, sans doute ainsi de son cousin le TTIP, est le prix à payer pour le maintien de l'unité belge. Car le compromis belge a donné la parole à la région wallonne. Cette dernière en fait logiquement usage. Or, rien n'est moins logique que le fait qu'un Etat se soumette à ses propres règles constitutionnelles et que son comportement dans l'UE en découle.

Faire taire les petits ?

L'argument de la « petite région » qui bloque tout n'est donc pas tenable. C'est, du reste, le propre des vrais Etats fédéraux que de donner des pouvoirs démesurés à des petits ensembles disposant de particularités fortes. C'est ainsi que l'on « compense » la dilution des Etats fédérés dans l'ensemble plus vaste.

Au Sénat des Etats-Unis, chambre aux pouvoirs considérables, tous les Etats ont deux élus, ce qui donne un poids considérable aux petits Etats. L'Allemagne attribue par exemple trois représentants au Bundesrat à la Ville de Brême (600.000 habitants) et seulement deux fois plus à la Rhénanie du Nord Westphalie, trente fois plus peuplée. Le poids des Brêmois est donc démesuré.

Dans l'UE, elle-même, le poids des petits Etats est considérable et, lorsque l'unanimité est prescrite par les traités, Malte, 250.000 habitants, Etat 13 fois moins peuplé que la Wallonie (qui compte 3,5 millions d'habitants), dispose du même poids que l'Allemagne ou la France. On se souvient que, durant la crise grecque, les Européens ne cessaient d'opposer à Athènes la mauvaise humeur des Slovaques, plus nombreux de 1,5 millions que les Wallons, comme une justification de la fermeté de l'UE. Et que Bruxelles a été tentée d'utiliser le mécontentement légitime des 5 millions d'Écossais contre le vote en faveur du Brexit des 46 millions d'électeurs du Royaume-Uni.

L'ambiguïté institutionnelle européenne

En réalité, le blocage wallon irrite l'Europe pour plusieurs raisons. D'abord, parce qu'il met à jour les failles de la construction européenne. L'UE donne en effet de fait un pouvoir considérable aux petits Etats, mais ne tolère pas qu'ils en usent. Aussi a-t-on châtié les Grecs de leur révolte du premier semestre 2015 et a-t-on menacé les Néerlandais lors du référendum sur le traité d'association avec l'Ukraine en avril 2016.

Cette fois, on fait pression sur la Wallonie pour qu'elle cède sur le Ceta en lui proposant un simili-compromis. Mais si, évidemment, l'arrière-pensée politique du président wallon, soumis à la montée du Parti du Travail Belge (PTB) existe sans doute, la décision du parlement de Namur rend compte de la réalité de la population wallonne. Paul Magnette l'a d'ailleurs souligné : entre le risque de bloquer le Ceta et d'irriter l'Europe et celui de se couper de sa population, il choisit la première option. Les Wallons ont pris leurs responsabilités pour ce qui les concernent. Le gouvernement a pourtant maintes fois alerté les autorités nationales et européennes de leurs réserves. Vainement.  Car pour les dirigeants européens, la voix wallonne isolée ne saurait compter.

Peut-on imaginer de telles pressions sur la Cour constitutionnelle de Karlsruhe si cette dernière avait interdit au gouvernement allemand de signer le traité ? On aurait immédiatement rouvert les négociations. Or, dans la logique institutionnelle de l'UE, le refus allemand a exactement le même poids que le refus belge ou maltais. Le problème, c'est que l'UE n'accepte pas cette réalité. Elle s'efforce de tendre en fait vers un « Etat fédéral », qui, en réalité, serait un Etat centralisé qui dissoudrait les volontés nationales dans une vaste volonté générale européenne. Mais, comme elle est incapable d'imposer cet objectif en raison de la résistance des peuples et des Etats, elle tente de contourner la réalité institutionnelle, souvent par des pressions sur les Etats isolés qui tentent d'exercer leurs droits. C'est cette ambiguïté insoluble pour l'instant que l'affaire wallonne met une nouvelle fois en avant.

La fin du mythe de la « mondialisation heureuse »

Mais il y a plus. Ce refus du Ceta par la Wallonie est aussi le refus d'un certain angélisme sur l'ouverture commerciale et la mondialisation. Or, cet angélisme est encore, semble-t-il, la doctrine officielle de l'UE. Depuis le veto wallon, on voit refleurir les chiffres des emplois perdus en cas d'enterrement du Ceta et les scénarios catastrophiques pour la croissance mondiale.

On voit se presser les dirigeants européens comme s'il en allait de l'avenir économique de l'Europe. Mais ce vieux disque sorti des années 2000 ne semblent plus tourner aussi bien. Le parlement wallon a travaillé en profondeur le sujet. Il a écouté, consulté et finalement tranché. Lui aussi a écouté les « experts » et il en a tiré des conclusions opposées à celles défendues par l'UE.

Preuve que, désormais, la « mondialisation heureuse » ne va plus de soi. Comme l'a souligné Paul Magnette, il ne s'agit pas pour autant de refermer les frontières : il s'agit plutôt de renforcer les garanties et les normes afin de changer la donne de la compétition et de ne plus faire de la compétitivité qu'un enjeu de coût et de prix. Le Ceta n'est, il est vrai, qu'une victime collatérale de la « vraie bataille » qui va s'engager, celle du traité transatlantique (TTIP) avec les Etats-Unis. Là encore, c'est le message que veut faire passer la Wallonie : utilisons le Ceta pour fixer une « référence » sur le TTIP.

Remise en cause d'un fondement de la politique européenne

De ce point de vue, la critique wallonne est rude pour l'UE : elle signifie que les bénéfices du libre-échange ne vont plus de soi. Le paradis schumpétérien de la « destruction créatrice » ne passe plus aussi bien. La Wallonie, région qui a beaucoup souffert de la première phase de la mondialisation, sait de quoi elle parle.

La demande de garanties, de protection, n'est pas un rejet complet de la mondialisation et de l'ouverture, c'est une demande d'une autre mondialisation. Le veto wallon se base précisément sur cette demande en fixant un certain nombre de demandes minimales, notamment sur les normes sociales et l'arbitrage. Il contraint donc la « grande coalition » au pouvoir dans l'UE à se remettre en cause. D'autant plus que le rejet ne vient pas d'une région dirigée par la « gauche radicale » ou l'extrême-droite, mais par une coalition entre sociaux-démocrates et chrétiens-démocrates. En fait, Namur demande à l'Europe de prendre en compte une nouvelle réalité : celle de l'après-crise financière.

Une « remise à niveau » que l'UE tarde à accepter, mais qui est cruciale, car son refus alimente les forces eurosceptiques. On aurait donc tort de ne pas écouter ce que dit cette « petite » région belge qui, du reste, n'est pas si isolée : une autre région belge, celle de Bruxelles-Capitale, devrait rejeter le Ceta. De plus, en Allemagne, le feu vert de la Cour de Karlsruhe n'a été accordé que sous certaines conditions, notamment le refus de la procédure d'arbitrage. Elle n'empêchait pas la signature du traité, mais promettait une mise en œuvre très complexe...

Un drame ou une chance ?

Le « non » de Namur n'est pas le drame que se plaisent à décrire les dirigeants européens. C'est seulement le drame d'une politique qui ne prend guère en compte la réalité institutionnelle, politique et sociale de l'UE. Si le libre-échange est une véritable chance pour le Canada et l'UE, un nouvel accord devrait pouvoir être trouvé sur de nouvelles bases. Et il en ira de même pour le TTIP. C'est une opportunité pour l'UE de changer de logique. Jadis, il était de coutume de dire que l'UE sortait renforcée de ses crises. Les difficultés à gérer les plus récentes, rend cette vérité de plus en plus douteuse, mais il est peut-être temps d'y revenir et de comprendre, enfin, ce que signifient ces crises à répétition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2016 à 7:59 :
Le nombre important de commentaires est le sine que ce débat sur le CETA doit dépasser le cedre des institution européennes et des parlements nationaux qui veulent laisser les citoyens à l'écart des décisions qui pourtant les concernent directement. ontrairement à ce que martèle l'Europe on est ans un processus anti démocratique où une minorité de techno et d'élus veulent empêcher les peuples de s'exprimer.
a écrit le 26/10/2016 à 22:40 :
Les autocrates de Bruxelles, dirigeants auto-proclamés, méprisent les peuples .
a écrit le 26/10/2016 à 19:42 :
Brvo les wallonns !
dommage que les représentantants du gouvernement français (parce que ces types n'ont aucune légitmité démocratique, merci Sarkozy) se soient couchés devant les "arguments" des Nord-Americains
a écrit le 26/10/2016 à 19:17 :
Le CETA la théorie du genre, << la mondialisation néolibérale >>. Déléguer au secteur privé la maitrise des choix ou, pour l'exprimer à la manière pudique de journaux comme le Monde ou les Échos, < redéfinir le périmètre de l’État >, c'est l'objectif du patronat et des milieux de la Haute Finances..!!
Cet objectif était en passe d'être atteint avec le projet CETA où un << Partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement >>, tel que le TTIP on les même termes anodins pour désigner un accord classique de libre-échange se cache un projet d'une ampleur radicalement différente..???
Sont autant d'outils du Nouvel Ordre Mondial...
Si nous analysons les orientations gouvernementales actuelles, elles sont toutes issue de dispositifs méticuleusement élaborés il y a des décennies par des Fondations mondialistes telle que la Rokefeller, les Guggenhiem ou bien les Rothschild, ces groupes ont acquis une puissance économico-politique grâce à leur réseau transnational de banques privées..!!
Une structure de ce type poursuit un seule but: donner raison à la firme privée...
C'est ce que montre l'exemple de l'accord de libre-échange CANADA - USA - MEXIQUE signé il y a 20 ans qui sert de modèle au CETA ou au TTIP..?
Tout doit être mis en œuvre pour faire échouer cette négociation CANADA - UE, qui transformera, si elle aboutit, les 28 États de l'UE en 28 Colonies CANADIENNE anglo-saxonne, et pour le TTIP ou TAFTA en colonie américaines..???? A vous de voir...
a écrit le 26/10/2016 à 16:22 :
Ouf nous sommes sauvés par la wallonie sinon les oligarques auraient une fois de plus sacrifié le petit au profit de leurs grands intérêts
a écrit le 26/10/2016 à 12:30 :
Très bonne analyse. Laissons de côté la référence au paradis schumpétérien perdu, inévitable de la part d'un incorrigible keynésien doctrinaire. C'est en effet une chance, la chance d'évoluer vers une Europe des régions et du libre échange, où le principe de subsidiarité est à la base de l'ordre constitutionnel et où l'exécutif fonctionnerait selon le principe de la concordance, attentif à la voix des minorités. Même s'il y a encore beaucoup à faire. l'Europe est encore dominée par les Etats-nations, les débris des empires post congrès de Vienne et post décolonisation, qui dépêchent leur missi domici à Bruxelles et gèrent les affaires de manière "top down". En réalité ce qui n'a pas fonctionné dans toute cette affaire, c'est le capitalisme de connivence des technocrates et de leurs experts keynésiens, durs d'oreille, voire franchement sourds. Il faut d'urgence transformer la France en Etat fédéral, promouvoir l'indépendance de l'Ecosse et de la Catalogne et ajouter de nombreuses étoiles sur le drapeau européen. Vive la Wallonie schumpétérienne qui apporte la destruction créatrice dans l'entre-soi des puissants!
Réponse de le 26/10/2016 à 19:55 :
Vous porriez traduire en français standard ?
Ma traduction personnelle est la suivante :
"Les institutioropéeenes pourraient être à l'écoute des minorité"
"Les institutions Européennes sont dominés par les pays qui étaient des grandes puissances au XIX ème siècle et dont les dirigeants font ce qu'ils veulent"( trduction de "top-down" ?)
transformer la France en Etat fédéral
indépendance de l'Ecosse
indépendance de la Catalogne
(et les Basques ?)
Vive la Wallonie schumpétérienne (reste de la phrase imbittable)
a écrit le 26/10/2016 à 12:00 :
Pourquoi n'auraient-ils pas raison ? A quoi servent les élus si l'union européenne est gérée par des commissaires, des non-élus. Il faut revoir les modes de décisions, élire un président direct et enfin créer les États-Unis-d'Europe dans une Europe fédérale, enfin, pour le bien du. Peuple, du citoyen car nous allons dans le mur.
a écrit le 26/10/2016 à 11:37 :
je propose qu'on fasse revoter TOUS les députés belges et que le scrutin majoritaire s'applique de cette manière.sinon n'importe quelle région pourra bloquer les projets d'avenir
Réponse de le 26/10/2016 à 15:24 :
Oui, ces projets d'avenir qui vont mener le FN au pouvoir en 2022 si ce n'est en 2017. Bravo Monsieur Magnette, vous êtes entrain de remettre l'UE sur les rails. Honte à la France, devenue le caniche du monde anglo-saxon!
a écrit le 26/10/2016 à 11:17 :
Bravo pour cet article Merci a nos amis Wallons de tenir bon, seuls contre tous, ils ont raison.
C'est un ressaut de conscience de politique communautaire Merci Merci Merci.
Nous avons bien compris que le système ultra libéral voulait conforter son pouvoir en s'affranchissant des réglementations en place et des pouvoirs politiques nationaux.(idem ex TAFTA)
Cela a été dit , comme l'OMC arrive a bout de souffle pour les profiteurs, mais déjà ces accords contenaient l'idéologie ultra libérale, et l'exploitation ds moins disants.
La solution est les accords entre pays, dont la condition essentielle est le secret de la négociation.
Comment l'Europe peut elle s'engager dans des négociations avec les grands méchants loups aguerris, sans une politique commune de développement agricole,industrielle,pas non plus de diplomatie, ni de défense commune? C"est un leurre.
Nos élus Européens n'ont pas fait leur travail sinon de se soumettre au grand capital.
Exigeons le minimum de cohérence sociale et de politiques communes avant de solliciter des accords supragouvernementaux qui nous méneront à la ruine et à la dépendance.
a écrit le 25/10/2016 à 23:37 :
Monsieur Romaric Godin,

Je vous ai vertement critique pour TOUS vos articles sur la Grèce, mais cette fois je m'incline. Cet article est juste, équilibré. J'approuve et je soutiens la Wallonie
a écrit le 25/10/2016 à 21:46 :
Je pense que le cloaque de UE ne sait visiblement pas non plus ce qu'est un état fédéral ( je suis Suisse ). Un état fédéral ne tait pas la voix des cantons ( ou régions ) qui la compose, mais est obligé de les prendre en compte, et une région peut tout autant bloquer des décisions fédérale.
L'UE telle qu'elle est aujourd'hui n'est qu'un vaste bac à sable pour lobby. Cette "union" n'est pas faite pour les citoyens et ne servira JAMAIS l'intérêt commun. Bravo à la Wallonie. Mort à l'UE, vive une UE citoyenne, fédérale et démocratique.
Réponse de le 26/10/2016 à 8:29 :
Etant Wallon et habitant en Haute Savoie, si je partage naturellement totalement vos propos (qui pourrait aller à l'encontre des évidences que vous évoquez) , je pense qu'il faut ,à l'image de la Suisse, mettre fin à la profession de "politique" en Europe. Contrairement à la Suisse, que sont les politiques européens si ce n'est des "politicards" qui ne gardent leur poste que du fait de leurs multiples compromissions, silences et arrangements divers et variés. ? Ce n'est malheureusement pas une critique puisque c'est le jeu de l'Europe actuelle.
a écrit le 25/10/2016 à 16:13 :
Bravo excellent article, merci monsieur le journaliste, enfin un article très très bien écrit, analyse, synthèse, clair, pesé. Merci, trop rare dans les Médias !
a écrit le 25/10/2016 à 15:43 :
Les politiques et les institutions européennes vont devoir se remettre en causse car après le brexit et le refus wallon il pourrait bien y avoir d'autres réactions de rejet .
a écrit le 25/10/2016 à 15:33 :
Aucun système fédéral ou même communautaire ne peut fonctionner si toutes et chacune de ses entités fédérées et de leurs propres démembrements doit donner son accord distinct et séparé aux décisions de l'ensemble. C'est une règle simple et classique de la doctrine constitutionnelle, historiquement prouvée à maintes reprises. Et, de fait, aucun autre système fédéral , pré-fédéral ou quasi-fédéral ne s'impose cette règle, source d'auto blocage, de conflits incessants et finalement de désunion.
JGGiraud
Réponse de le 25/10/2016 à 20:58 :
Aucun système démocratique ne peut fonctionner si toutes les decisions sont prises en catimini ... en comité restraint..à minuit... en essayant de contourner les garde fous démocratiques et l'etat de droit
a écrit le 25/10/2016 à 15:02 :
Que celà fait plaisir de voir tant de reactions de soutien à une region qui s'oppose à une certaine mondialisation à marche force ...

J'aimerais seulement que tout le monde sera en accord avec lui-même quand il faudra voter aux prochains scrutins nationaux et européens. Et qu'il/elle ne sera pas berné par des enjeux xenophobes/sécuritaires jetés sur la table pour détourner l'attention.

Il y a une voie pour une autre mondialisation respectueuse des gens, de l'environnement et des spécificités de chacun. Magnette n'est pas contre l'abaissement des droits de douane avec le Canada .. il est contre une mondialisation faite sur le dos des gens, sans règle et protection et où les gens payent deux fois l'addition quand ce sont toujours les memes qui engrangent les bénéfices
a écrit le 25/10/2016 à 14:51 :
Contrairement aux affirmations erronées, le CETA PROTEGE le droit de chaque partie a légifèrer pour proteger l'environnement ou la santé publique.

Quelques Examples:
1- Dés le Préambule DANS le traité: "RECONNAISSANT que les dispositions du présent accord maintiennent pour les Parties leur droit de fixer des règles sur leurs territoires et la latitude dont elles ont besoin pour réaliser des objectifs légitimes en matière de politique, tels que ceux visant la santé publique, la sécurité, l’environnement et la moralité publique ainsi que la promotion et la protection de la diversité culturelle"
2- Le Chapitre sur la cour arbitrale en matière d'investissement clarifie dans son article 8-9: "Les Parties réaffirment leur droit de réglementer sur leurs territoires en vue de réaliser des objectifs légitimes en matière de politique, tels que la protection de la santé publique, de la sécurité, de l’environnement ou de la moralité publique, la protection sociale ou des consommateurs, ou la promotion et la protection de la diversité culturelle."
Le 2eme paragraphe indique également: "le simple fait qu’une Partie exerce son droit de réglementer, notamment par la modification de sa législation, d’une manière qui a des effets défavorables sur un investissement ou qui interfère avec les attentes d’un investisseur, y compris ses attentes de profit, ne constitue pas une violation d'une obligation prévue" dans le traité.
La même protection du droit à légiferer est inclue dans les article sur les services financiers (art 13.16) sur la coopération règlementaire (Art. 21.2), sur le droit du travail (Art. 23.2) et sur l'environnement (art 24.3).

Le CETA est public: le mieux est de le lire plutot que de croire aveuglément les on-dit (de toute part)
Réponse de le 25/10/2016 à 16:27 :
Je suis complètement d'accord avec vous et je pense en plus que le CETA est le meilleur deal qu on est négocié. Je ne crois plus qu il sera signé et quand bien même, le mal est fait, on dira que c'est anti démocratique patati patata. C'est le même délire que le Brexit ou la loi travail, l histoire de son chien et la rage quoi. Le plus ironique, c'est que les gens font dans le même temps des grandes affirmations et disent ne pas être informés...Je suis aussi étonné par le nombre gens qui se sentent concernés et donc frustrés de n'avoir pas eu le suivi des négo du type ok pour tes X milliers de pièces auto contre mes X milliers de pièces de machines outils ou ok pour ta norme N2287 si ok pour ma norme C6569..Sans parler du nombre d experts en matière de justice internationale, je suis bluffé par tant d'expertise :-) "La démocratie pire système à défaut de tous les autres".... toujours aussi vrai...
Réponse de le 25/10/2016 à 20:51 :
Le CETA Public ? Vous vous moquez, regardez les embûches pour un citoyen lambda de consulter les textes ?
Réponse de le 25/10/2016 à 20:57 :
Oui, c'est certain, c'est la meilleure protection qu'on ait eue depuis qu'on n'a plus le droit de brûler les gens pour sauver leur âme. Dire qu'il y en a qui refusent qu'on fasse leur bonheur...
Réponse de le 26/10/2016 à 0:22 :
tout dépend de la signification qu'on donne à certains mots dans votre plaidoyer, des mots comme 'légitime'... on connaît le 8.9. et on n'en veut pas. il y a des arguments à la pelle contre le CETA par des personnes qui ont étudié le contenu des 1600 pages du CETA...
Réponse de le 26/10/2016 à 12:56 :
@Montjulie: quels embuches? il suffit de consulter le journal officiel (disponible en ligne et dans toutes les langes de l'UE) ou la page Commerce de la Commission Européenne. Donc vous attendez quoi? qu'on vous prenne par la main en plus?
Réponse de le 26/10/2016 à 13:03 :
@cinta: Qu'y a t il donc que vous ne comprenez pas quand il est écrit noir sur blanc: "Les Parties réaffirment leur droit de réglementer (...) en vue de réaliser des objectifs légitimes en matière de politique, tels que la protection de la santé publique, de la sécurité, de l’environnement ou de la moralité publique, la protection sociale ou des consommateurs, ou la promotion et la protection de la diversité culturelle."?

Ou encore au pargraphe suivant: le simple fait qu’une Partie exerce son droit de réglementere constitue pas une violation d'une obligation du traité.

A chaque section vous avez cette clarification. Donc qu'y a t il que vous ne comprenez pas? ou est ce que vous n'avez aucun argument concret?
a écrit le 25/10/2016 à 13:39 :
Au moins une région qui pense à sa population. Juncker qui dirige l'Europe n'est en réalité qu'un vendu qui pense beaucoup trop libéral et n'a que faire des populations qui souffre des crises générées par les banques et multinationales. Bravo monsieur Magnette. Il est temps que le peuple se réveille.
a écrit le 25/10/2016 à 13:36 :
Bravo la Wallonie !!! Tenez bon face aux euro-crates et à cette Commission Européenne qui ne représente plus les citoyens mais uniquement les intérêts privés!
a écrit le 25/10/2016 à 13:29 :
Ce que vous résumez dans votre article, en substance (mais sans le dire explicitement), c'est que l'Union Européenne est en train de se transformer en dictature.

"Elle s'efforce de tendre en fait vers un « Etat fédéral », qui, en réalité, serait un Etat centralisé qui dissoudrait les volontés nationales dans une vaste volonté générale européenne."

Au reste, une excellente analse, Mr. Godin.
a écrit le 25/10/2016 à 12:26 :
Le rejet du CETA est logique. Pourquoi l'accepter alors qu'on a refusé le TTIP? Ce n'est parce que cet accord concerne le Canada qu'il sera meilleur que celui envisagé avec les USA. Les multinationales sont partout. Elles profiteront du contenu du CETA pour exiger que les états acceptent leurs conditions. Il est inconcevable de créer des tribunaux privé pour régler des conflits entes des entreprises et des états. C'est un déni de démocratie. Un état doit rester maitre pour décider ds règles qui régissent son pays.
Ce n'est pas parce que le CETA contient la liste de quelques dizaines d'appellations controlées qu'il faut l'accepter. Cela ne représente qu'environ 10% de ses appellations.

Dans cet accord, on peut s'inquiéter que seule la région de Wallonie l'est refusée. Bravo à leur courage. Ou est passer le bon sens des différents gouvernants des pays de l'EU. Sont ils vendus aux lobbys? On peut le craindre.
Réponse de le 25/10/2016 à 14:29 :
Le CETA ne crée pas de tribunal privé. Il crée une instance international d'arbitrage permanente entre l'UE et le canada, pour traiter de cas très précis (ex:l'expropriation non indemnisée ou la discrimination envers l'une ou l'autre partie), dans le cadre duquel sera appliqué le droit international des echanges (donc un droit public), par des arbitres selectionné par les deux parties (UE/Canada), avec un certain nombre de garanties en terme d'indépendance.
Pour info: la Wallonie refuse, alors qu'elle est liée sans sourciller a des mécanismes similaires (mais sans les garanties d'indépendence et sans ls clauses de sauvegardes) avec la Chine le Qatar, l'Arabie Saoudite ou le mexique entre autres. la réalité est que les députés wallons instrumentalisent cela pour des raisons d e politiques internes (voir les sondages en wallonie et région bruxelloise parus fin Septembre)
a écrit le 25/10/2016 à 12:18 :
Deux choses .
1/ Avez vous remarqué le silence de notre classe politique sur cette affaire
2/ les amicales pressions des gens à la tête de l'UE sur les wallons , certainement les mêmes qui vont plus tardivement rejoindre goldman , ou Uber !
3/ Et enfin avez vous entendu parler de cette affaire et pendant les 7 années, non.
Aucun débat politique, rien, par contre il faut le signer rapidement..
L'ue marche vraiment à l'envers.
Réponse de le 25/10/2016 à 14:33 :
Les amicales pressions viennent en réalité des Etats membres: ce sont les seuls qui aient véritablement le pouvoir dans cette affaire.
a écrit le 25/10/2016 à 12:05 :
c est les états qui ont choisi de garder la main sur ce sujet conjointement avec la Commission alors qu'en principe c'est à elle de gérer cela et aux états de valider in fine. Les états sont donc pris à leur propre jeu. En effet, il n'eut fallu dans la procédure telle que prévue dans les traités qu'une majorité qualifiée (quelque chose comme 55% de la pop et 65% des pays) ce qui est tout à fait démocratique. Le refus wallon est démocratique et légale mais c'est quand même plus qu'étrange qu'une seule région bloque un accord...
Réponse de le 26/10/2016 à 22:47 :
C'est aux peuples européens qu'il appartient de valider tel ou tel traité restreignant les pouvoirs de leurs états . C'est cela la démocratie .
Ce n'est pas aux autocrates de Bruxelles , dirigeants auto-désignés .
a écrit le 25/10/2016 à 12:01 :
sympa à nos cousins wallons de nous prendre l image du pays de l anti business d autant que de l 'autre côté de la Manche il se démène aussi :-) Amis Allemands, Suisses allez un petit effort quoi
a écrit le 25/10/2016 à 11:54 :
Si toutes les régions françaises avaient les droits qu'elles méritent, sans doute cet accord ruineux face à l'Amérique du nord organisé dans la triche serait caduc.
En attendant viandes aux hormones, poissons aux antibiotiques, blé ogm!
Mr Troadec maire de Carhaix (vieille charrues) a lancé une pétition contre, il a certainement raison, la province agricole doit avoir le droit d'éxister.
Réponse de le 25/10/2016 à 14:34 :
Lisez le CETA, plutot que d'en parler sans l'avoir lu. Viandes aux hormones et OGM sont exclus de cet accord et ne peuvent s'en prévaloir d'aucune matnière.
a écrit le 25/10/2016 à 11:49 :
Un contrat ça se lit en commençant par le dernier paragraphe, celui qui a trait à l'arbitrage. Les Wallons l'ont fait et rendons leur grâce. Les autres ne l'ont visiblement pas fait.
Autre point qui me chatouille. Comment peut-on accepter ouvrir nos marchés publics à hauteur de 90 % alors que le Canada c'est seulement 30%.
Autre point qui me démange; j'ai voté pour un député européen à Strasbourg et non pour un eurocrate de Bruxelles éventuellement sponsorisé par Goldman et Sachs comme Barroso.
Quant à ceux qui croient que les canadiens vont acheter des appellations controlées fromagères alors que le lait cru est interdit chez eux, ils révent. Un canadien ça mange du cheddar en morceau , en boulettes (pour la poutine) en crème (le Chizzwizz qu'on étale sur les patates et même en spray. Par contre nos chaines de supermarché se feront un plaisir d'essayer de nous faire avaler (à pas cher) du boeuf aux hormones et du poulet de 40 j. Nota: j'ai vécu 3 ans là-bas.
En conclusion, merci les Wallons.
a écrit le 25/10/2016 à 11:20 :
Je vous remercie pour cet article qui tranche par exemple avec l'indigence du dernier édito du Monde sur ce sujet, et vous félicite pour la qualité de votre plume et de votre analyse (comme souvent). Et bien sûr, vive le peuple wallon et ses représentants. Et dire que Bruxelles est à quelques mètres...
a écrit le 25/10/2016 à 10:59 :
Monsieur Godin,
Merci pour tous vos articles judicieux, dommage qu'on ne vous voit plus dans "c dans l'air " pour contrebalancer l'ambiance neoliberale. Dans un environnement mediatique aux mains de grand groupes qui remplacent information pas protection d'interets vos commentaires sont une jouvence.
Oui, merci aux Wallons, ils nous ont sauves, la cour de cassation allemande ne l'ayant fait qu'a moitie. En tant qu'Allemande j'avais soutenu cette plainte. Aucun des autres 27 parlements n'a eu le courage et l'intelligence de bouger. Quelle honte! Quelle Europe! Apparemment le Brexit n'a pas suffit.
Veuillez agreer Mr Godin toute ma sympathie
Réponse de le 25/10/2016 à 14:39 :
Il n'a jamais été à c'est dans l'air, vous devez confondre.
On le voit le soir à 18 h sur bfm business et de temps en temps le matin chez les experts.
Il est discret dans les médias, c'est pas Christophe Barbier ou Alain Duhamel qui mange à tous les rateliers...
A part à la Tribune, le quidam moyen ne le connait pas ou trés peu.
a écrit le 25/10/2016 à 10:57 :
La Wallonie n'a en réalité pas de problème sur le fond du traité avec le Canada, confession signée Paul Magnette hier soir à la TV belge: "Il y a un accord avec le Canada, sur cet accord on est complètement SATISFAIT, mais il y encore des points à clarifier entre européens".
a écrit le 25/10/2016 à 10:57 :
"Entre le risque de bloquer le Ceta et d'irriter l'Europe et celui de se couper de sa population, il choisit la première option". Enfin une profession de vrai démocrate : le représentant du peuple se doit de le représenter et défendre ses intérêts. Non de jouer au seigneur de la guerre économique et mondiale avec la caste des élus.
Réponse de le 25/10/2016 à 14:46 :
Pour bien connaitre la Wallonie, c'est aussi et surtout à des fin de politique intérieure.Le Ptb, maoiste, plus à gauche que mélenchon, menace le Ps.
La Belgique est dans une coalition à la suédoise, entre libéraux francophone Mr, cd and v (droite flamande); nva (équivalent de wauquiez ou sarko, droite dure flamande indépendantiste) Le ps ne régne encore qu'en wallonie (le spa flamand a été laminé, et il est bien plus libéral que l'ump francaise, et méme que les mr wallon).

C'est trés compliqué la Belgique. Un proverbe de chez nous en Belgie : si vous avez compris la politique de ce royaume, c'est qu'on vous a mal expliqué !
a écrit le 25/10/2016 à 10:44 :
"500 millions d'Européens peuvent-ils se laisser dicter leur sort par une poignée de Belge".

Ah bon, les 500 millions d'Europeens sont favorables ,c'est nouveau .
a écrit le 25/10/2016 à 10:40 :
Petite rappel des faits:
1- TOUS les gouvernements élus des 28 Etats européens ont donné un mandat ultra-détaillé à la Commission Européenne pour négocier le CETA
2- La Belgique, y compris la wallonie, ont également voté ce mandat: même les députés PS et CDH qui aujourd'hui y sont opposés (1ere hypocrisise).
3- Durant les 7ans de négociation, TOUS les gouvernements élus ont été tenu au courant de TOUTES les négociations (on rappellera au passage que le gouvernement Di Rupo, donc dirigé par le PS a été partie prenante à ces discussions de decémbre 2011 à Octobre 2014 - 2èeme hypocrisie).
4- Les négociations sont terminées depuis de nombreux mois, et tous les gouvernements élus ont été pleinement informés du texte final, lequel a reçu un accord de principe des mêmes gouvernements élus.
5- Les députés Wallons prétendent s'offusquer du mécanisme d'arbitrage avec le Canada, alors que ceux-ci semblent parfaitement satisfaits des accords qu'ils ont signés avec la Chine le Quatar ou l'arabie saoudite, poour ne parler qu'eux, alors meme que ces accords n'ont AUCUNE des clauses de sauvegarde du CETA (3ème hypocrisie).
Réponse de le 25/10/2016 à 12:11 :
Ce n'est pas ce qu'a dit Mr Magnette , ces discussions étant secrètes (pourquoi ?). D'autre pas on ne signe que le document fini. Suite aux refus des wallons, le texte a soudainement avancé .. Et sans les refus des wallons ces compromis n'aurait pas eut lieu si l'on comprend ? Et enfin avez vous vu le silence de nos hommes politiques français sur ce texte ? Est cela la démocratie , secret et silence ? L'ue est désormais aux mains de quelques personnes. Leurs erreurs après avoir subit des pressions est de faire volter le texte par des parlements car ils voulaient ne pas le faire
Réponse de le 25/10/2016 à 12:28 :
Il ne s'agit pas que seuls les gouvernements soient informés, mais aussi les POPULATIONS. Les gens sont pris trop souvent comme quantité négligeable par les gouvernements, cela ne peut pas durer
Réponse de le 25/10/2016 à 12:36 :
Tout ce ci est très juste, je vais néanmoins compléter votre tableau.
3bis : le 8 octobre 2015, le gouvernement wallon informe à la commissaire européenne Malstrom de réserves sérieuses par rapport à certain point du texte. Celle-ci ne répondit que le 12 octobre 2016, soit quelques jours avant la signature du traité.
Sans doute a-t-elle emprunte d'une négligence teintée d'une condescendante pour daigner accorder une quelconque importance à cette petite région belge? En tout les cas, cet épisode démontre le mépris de la démocratie des institutions européennes, et singulièrement de la commission...
Vous noterez que le point 5 est hors propos par rapport au déroulé des évènements liés au CETA.
Cordialement
OC
Réponse de le 25/10/2016 à 13:16 :
votre démocratie n’est même pas une dictature du prolétariat, c’est celle des intrigants qui parlent en son nom. Votre majorité est celle des affairistes et de leurs souteneurs qui voudraient s’approprier les espaces de vie dans lesquels les peuples ont construits parfois difficilement des modèles de sociétés qui leur ressemblaient ; la parfaite illustration du multiculturalisme que vous haïssez. Les guerres n’ont jamais été déclarées par les peuples, toujours par quelques gourous idéologues affamés de gloire qui ont un jour investi un pouvoir centralisé avec une majorité politique faites de petits arrangements plus ou moins discrets. votre europe est une supercherie qui asservit les hommes, décident de leur vie et de leur destin en les vidant de leur conscience politique. Votre europe est morte.
Réponse de le 25/10/2016 à 13:52 :
kida: informez vous, c'est le début de la liberté.
https://www.youtube.com/watch?v=B5GhqxWeqzQ&feature=youtu.be
Réponse de le 25/10/2016 à 14:16 :
@Olivier:
1- le point 5 n'est pas hors-propos: il démontre juste que l'opposition au mecanisme de d'arbitrage est factice, puisque la Wallonie ne s'oppose pas aux mecanismes d'arbitrage qui la lie a de tres nombreux pays alors que ceux-ci ne disposent d'aucune des clauses de sauvegarde du mecanisme CETA.
2- Des déclarations interprétatives ont bel et bien été rajoutée, contrairement a voter affirmation (et contrairement a la reumeur, elles ont une valeur légale, au titre de la Convention de Vienne)
Réponse de le 25/10/2016 à 14:21 :
@amaldo:
1- Vous semblez découvrir que les politiciens ne disent pas toujours la vertié. Les procédures de négociation commercial sont codifiées dans les traités Européens, et les agenda des différents groupes ou les Etats membre sont tenus informés sont publics et facile à tracer (même si c'est fastidieux à faire). Les Etats membres sont toujours tenu au courant du détail de toutes les avancées de négociation et de toutes les avancées de texte, afin de revevoir également leur commentaires, sur la base du mandat de négociation).
2- Des déclarations interprétatives ont été ajoutées, certes, mais le texte du traité n'a pas changé à l'heure actuelle depuis la conclusion des négociations fin 2015. D'ailleurs, il ya deja dans le traité quasiment toutes les clauses de sauvegardes sur l'arbitrage que la wallonie pretend n'avoir pas vu...il suffit de lire le traité, et nortamment tous les articles tombant sous le coup de l'article 8 sur les disputes avec les investisseurs.
Réponse de le 25/10/2016 à 14:24 :
@wxc: la décision d'ouvrir des négociations avec le canada, ainsi que le mandat de négociation ont été rendu public. Le traité aussi est public. il n'y a donc rien de secret. Commencez donc par aller le lire plutot que de dire qu'on vous cache des choses..
Réponse de le 25/10/2016 à 15:44 :
@papouasi: seriez vous en train de remetter en cause la légitimité démocratique des gouvernements élus? car ca y ressemble furieusement.
Réponse de le 25/10/2016 à 17:10 :
@kida.
Seriez-vous en train de remettre en cause la légitimité du gouvernement wallon?... car ca y ressemble furieusement… pour autant, la démocratie ne consiste pas à signer un chèque en blanc à une poignée d’individus parfois à peine éduqués pour certains au prétexte qu’ils auraient recueillis une majorité parfois très relative le temps d’une journée, celui de leur élection. Votre président français gouverne aujourd’hui avec une légitimité de 5%, le taux des satisfaits à 17h18; une donnée qui devrait vous ouvrir de nouveaux horizons sur votre compréhension du mot démocratie, la portée du suffrage indirect, le sens d’une frontière ou des murs de votre logement, la notion de peuple et de culture, la sociologie, les mécanismes électoraux et leur contenu politique… rien d’éternel, surtout pas les lois de quelques individus sortis de nulle part et de nul part.
Réponse de le 26/10/2016 à 15:46 :
KidA, vous oubliez un fait:
Les français ont rejeté la constitution européenne en 2005 et N.S leur a fait un doigt d'honneur en 2007.
Avant de pleurnicher sur le CETA, il faut refondre l'UE !!
a écrit le 25/10/2016 à 10:30 :
Pour paraphraser Godin: Cet article traduit en réalité surtout une incompréhension de la réalité constitutionnelle belge. En effet, la Wallonie bloque essentiellement sur le mecanisme d'arbitrage en matière di'nvestissement. or ceci n'est PAS du ressort Wallon au terme à la fois de la constitution belge (qui le reserve au fédéral) et des traités Européens (qui en fait une copmpetence exclusive européenne).
La réalité est que le PS et le CDH Wallon instrumentalise le CETA pour des raisons de politiques internes, puisque comme par hasard ce debat intervient a udernier moment, lorsque les sondages montrent que PS et CDH sont en chute libre au profit de l'extreme gauche dans les sondages. D'ailleurs, comme l'a confesser Paul Magnette (Ministre-President Wallon) hier soir à la TV: "Il y a un accord avec le Canada, sur cet accord on est complètement SATISFAIT, mais il y encore des points à clarifier entre européens". (Traduction: le traité n'ets pas le probleme, mais il nous que les Européens nous accorde un trophée a présenter en Wallonie)
Réponse de le 25/10/2016 à 14:50 :
Exact, c'est ce que je viens de dire.Magnette n'a pas des intentions aussi nobles qu'il veut bien le dire, seuls les Francais peuvent le croire. Sans le ptb, le ceta serait signé, surtout si le ps était aux manettes du pouvoir au niveau fédéral.
a écrit le 25/10/2016 à 9:59 :
Merci les Wallons, tenez bon.
pour une fois le peuple Européen ( représenté uniquement par les Wallons car on ne nous a pas demandé notre avis ) peut enfin décider de son avenir.
#JeSuisWallon
a écrit le 25/10/2016 à 9:57 :
"La « volonté générale européenne ".
La volonté générale européenne, c'est la volonté du PPE, c'est à dire la coalition des droites libérales. Les peuples n'ont absolument rien à attendre des libéraux qui oeuvrent uniquement pour leur propre intérêt. La collectivité, ils s'en contrefoutent.
La mondialisation est une source de profits pour la minorité qui a les moyens de s'en servir. Pour les autres, c'est déclassement, précarité, normes au rabais.
Si le CETA est un jour signé, alors on peut prédire la fin de l'UE. Le fil est déjà ténu, une petite secousse et...crac. Dommage pour l'Europe mais sans règles et sans démocratie elle n'est pas viable.
Réponse de le 25/10/2016 à 10:52 :
Le PPE na pas de majorité seul au niveau européen. La majorité Européenne est le fait d'accord trans-partisan entre le PPE, le PSE et l'ALDE principalement. (centre droit, centre gauche et centre), auquels parfois selon les sujets s'ajoutent les voix des verts ou de certains ECR (la partie eurosceptique moderée). A eux trois ces partis (PPE/PSE/ALDE) européens representent la majorité politique européenne. Que la majorité décide vous parait donc anormale?
Réponse de le 25/10/2016 à 14:56 :
Il y a eu des élections monsieur. Le peuple ca ne veut rien dire. Aux élections européennes le ppe a été majoritaire.
La droite est au pouvoir à peu prés partout, à part au portugal, gréce.
En suéde et en italie, c'est une gauche trés libérale.
Bref une europe libérale méne..une politique libérale, ne vous en déplaise. Etonnant, non ?!
Elle a été élue pour ca, elle n'allait pas mené une politique socialiste démagogique comme en France rien que pour vous faire plaisir..
Il ne maquerait plus que ca maintenant !
Réponse de le 26/10/2016 à 14:46 :
A Willem,

Vous avez bien raison, on voit ce que cela a donné et le résultat !

Une usine à mouche, une ruche qui ne se nourrit qu'exclusivement de tous les lobbies en tout genre, des plus mafieux comme Goldman Sachs (Barroso en tête et nouvelle recrue), Bayer et sa deuxième tête de Monsanto, malheureusement les plus riches et les plus puissantes et destructrices, jusqu'au minuscule comme Terre des hommes.

Et en cela, les libéraux en sont les spécialistes, avec leur chef Verofschtat, Baby Tatcher, qui trempe dans tous les conflits d'intérêts en est le plus bel exemple..

Des Karel De Gught, architecte du CETA, hurlant au scandale sur les soviétiques du parlement Wallon, et du TAFTA , et l'individu en même temps poursuivit en Belgique pour fraude fiscale.

Le film: "Le président" avec Jean Gabin en est le plus bel exemple de toute cette perfidie qui s'active sous prétexte de démocratie mais s'apparente plus à un appareil oligarchique et ploutocratique !

Les 10 000 lobbies régnant autour de la commission font vivre et corrompre l'ensemble de cette fourmilière, sans contrôle aucun du peuple

Mais la fausse gauche socialiste caviar tremple dans le même miel, on s'attachera à s'occuper du sociétal, allé faire le mariole avec le lobby LGBT dans les rues pour donner le change mais la pestilence sentira tout autant les égoûts !
a écrit le 25/10/2016 à 8:50 :
7 ans pour ça, si ce n'est pas de la paresse... Décidément, aucune décence ces gens là.

En plus, pour fournir un traité pareil, franchement, nous avons vue mieux.
Réponse de le 25/10/2016 à 15:12 :
Vous l'avez lu ? 1000 pages. Je parie que non, comme le traité constitutionnel de 2005, que personne ou presque ici n'avait lu.
Vous avez voté contre à cause de la caricature du plombier Polonais, un peu léger comme argument. Moi méme étant allemand d'origine polonaise, comme beaucoup ici en DE. Et pas mal de noms germaniques en Pologne voisine, tout ceci est lié à nos histoires tourmentées...
a écrit le 25/10/2016 à 8:44 :
Et oui, l'Europe de Bruxelles et des lobbies.Si tu n'es pas d'accord on va te saigner. Une conception democrate tres speciale....
Vive les Wallons et les belges. Ne signez pas ce truc, vous serez manges.

N'ecoutez plus Bruxelles.
Réponse de le 25/10/2016 à 10:38 :
"Bruxelles" c'est aussi une région de Belgique, et cette région-là dit aussi "NON" au CETA en l'état. C'est un peu compliqué à comprendre de l'étranger, nos subtilités constitutionnelles, mais c'est ainsi. Bruxelles c'est une ville-région d'un peu plus d'un million d'habitants, qui a les mêmes compétences et pouvoirs que la Flandre et la Wallonie. Ce n'est pas seulement un des sièges de l'UE (les autres étant Strasbourg et Luxembourg, rappelons-le).
a écrit le 25/10/2016 à 8:35 :
Depuis une quinzaine d’années la « mode » est aux accords bi latéraux l’OMC n’étant plus porteuse de « croissance » pour ceux qui veulent une grande dé régularisation sous couvet d’un meilleur!!!! pour le citoyen. Pour cela des lobbies puissants frappent à la porte des politiques du monde entier pour dire nous avons la solution à la croissance et donc à la misère et pour vous aux bulletins de vote. Le lobby ayant fait son job, les politiques s’en emparent passent cela à des fonctionnaires pour en écrire avec les lobbies les textes. Ces textes sont ensuite discutés entre fonctionnaires (je ne refuse le mot haut car cela donne une certaine compétence à des gens dont on peut au regard de l’économie montrer que la compétence est inversement proportionnelle aux résultats et que si des pays ont des niveaux de chômage type plein emploi selon des critères encore donner par des fonctionnaires bien des emplois, sont au niveau de la misère et même en dessous du seuil de pauvreté) une synthèse est faite pour en Europe les commissaires qui n’ont jamais lu le texte dans son intégralité. Dans un deuxième temps une synthèse est envoyée aux gouvernements nationaux ce qui fait dire que JAMAIS M. Hollande, M. Vals, le secrétaire au commerce comme le ministre de l’économie ne parlons de notre condamné pour abus de biens sociaux le secrétaire aux affaires européennes ont lu partiellement et encore moins dans sont intégralité le texte de l’accord CETA et donc puisse avoir une analyse personnelle. Un politique ne lit que très rarement un dossier monté par les fonctionnaires qui sont en place pendant des décennies peu importe la couleur politique ils s’adaptent. Un politique sortie de l’ENA, de S.po formation très généraliste ou avec une licence d’histoire ou de formation juridique…. est compétent dans pas ou peu de case il doit sa position de communicant et non de responsable politique à l’armada de fonctionnaires qui font le job, eux même souvent sous la coupe de lobbies. Reste le parlement là nous touchons à quelques très rares exceptions au fond de la médiocrité en terme de compétences. J’ai toujours en mémoire ces deux députés de couleurs différentes qui discutaient de football dans l ‘hémicycle et qui au moment de voter l’un dit à l’autre qui se posait la question pour voter, vote comme dit ton président de groupe ou ces deux élus qui avouaient ne rien comprendre au texte qui leur était présenté. J’écoutais ce jour sur une radio un élu belge qui expliquait que depuis 2 ans il étudiait le texte qui se composait de plus d’un millier de pages avec les annexes plus les échanges par mail. Alors voir le Président de la République faire pression sur le parlement wallon encore une honte pour quelqu’un qui ne connait pas même pas l’épaisseur du dossier, un premier ministre qui va se pavaner au Canada sans comme le Président avoir vu le dossier et ne parlons pas de tous ses vassaux de Bruxelles complètement verrouillés par les lobbies et peut-être déjà pour M. Tusk avec son carnet d’adresses une place chez un lobbyiste comme M. Barrosso . Je dis à toute notre classe politique au Président, premier ministre et autres politiques du respect pour les wallons qui eux nous informent grâce à l’étude du dossier ils ne prennent pas 500 millions d’européens en otage comme on l’entend vociférer scandaleusement par les médiocres politiciens français en l’occurrence mais font leur job et nous tiennent informés MERCI AMIS WALLONS je pense qu’une grande majorité d’européens sont derrière vous. Honte à notre classe politique actuelle qui encore une fois comme avec M. Sarkozy sur le référendum ont plus de méprise pour les français et européens que de respect.
Réponse de le 25/10/2016 à 10:48 :
Ne nombreuses approximations dans vos affirmations.
1. La Commission Européenne a reçu un mandat de négociation ultra-détaillé de la part des gouvernements élus: ce sont les ministres du Commerce des 28 Etats qui accorde formellement un tel mandat.
2- Durant l'ensemble des négociations: la Commission européenne tient informé l'ensemble des gouvernements élus d'europe de l'avancée des négociations, et des différents mutures successives du traité, ainsiq que des propositions quisont faite (ca se fait dans le cadre du Conseil de l'UE, il ya une formation spécifique pour cela: au niveau le plus technique des groupes de trabail avec les fonctionnaires des ministeres nationaux, puis au niveau supérieur les representants permanents des Etats membres et au dernier echelon les ministres eux memes).
3- Une fois les négociations terminées et le texte arretés, l'INTEGRALITE des gouvernements élus d'europe sont informées du texte final et on leur demande un accord de principe, avant de lancer le procesus formel de signature/ratification.

DONC, les 28 gouvernements ELUS d'Europe ont recués TOUTES LES INFORMATIONS NECESSAIRE, en temps reel de négociation ainsi qu'a la fin de la negociation.
Ce qui est ubuesque, c'est que le politicvien wallon que vous avez ecouté se plaignent de devoir lire tout cela en quelques jours alors qu'il a recu les information finales il ya deja PLUSIEURS MOIS de cela, et son gouvernement (et sa formation politique) a reçu toutes les information durant la négociation qui a duré 7 ans!
Réponse de le 25/10/2016 à 14:59 :
Il n'y a pas de mode.. Méme le maroc conclue des accords de libre échange avec l'europe et les Usa. Pourtant le maroc est loin d'étre libéral, surtout avec le Pjd islamiste au pouvoir.
Ne plaquez pas vos désirs avec une réalité fantasmée.
Réponse de le 25/10/2016 à 23:05 :
👍🏻👍🏻👍🏻
T'as bien résumé la chose !
Des incompetents corrompus et qui ne représentent que leur salaire de politicards et de corrompus au service des multinationales qui vont faire la leçon à de vrais HOMMES du peuple !!!
Nos politiques français devraient être pendus pour haute trahison envers la nation française St son peuple !!!
a écrit le 25/10/2016 à 8:11 :
Commence à se vérifier ce que j'ai annoncé par anticipation depuis 2008.
1. L'Union européenne va se désintégrer en plusieurs entités.
2.Les utopistes francs-maçons qui sont à l'origine de ce brouillon d'Europe vont se raidir pour sauver leur artefact d'américanisation de l'Europe(objectifs stratégiques conservés).
3.Extérieurement ce raidissement se traduira par des mesures autocratiques, coercitives(expression laudative car il serait plus correct d'employer un langage plus cru!).Par polarité un engagement citoyen irrépressible va conduire les autorités à la faute.Les corps de force ne suivront plus les injonctions et pactiseront avec la foule..
4.De manière concomitante la crise sociale interne aux USA(un certain bordel aux USA après l'élection de novembre!) va aider à débloquer la situation en Europe.
5.De gré ou de force ce destin comparable à ce que fut l'effondrement de l'URSS aura lieu en Europe occidentale et centrale.Le curseur étant juste plus ou moins de victimes durant le processus d'émancipation qui s'amorce déjà maintenant.
6.J'ai volontairement informé la Commission du point 1 pour minorer le nombre de victimes, libre à eux de se comporter en idiots ou non.L'Histoire jugera.
7.Suite à l'intervention des mondes supérieurs(spirituels), l'Europe se reconstruira en symbiose avec le pôle slave.Les forces retardataires occidentales feront tout le nécessaire pour s'opposer à la marche saine de l'Histoire.En vain.
Que vous censuriez ou non mon commentaire n'a aucune importance, de grandes oreilles finiront par le savoir.Les quelques esprits éclairés appartenant à l'oligarchie décadente sauront faire preuve d'humanité pour incarner le processus.
Réponse de le 25/10/2016 à 15:18 :
Schumann, monnet étaient des atlantistes franc macons patentés pro usa, qui voulaient détruire les états nations et les frontiéres comme Georges Soros. Soros, Attali ont réussit : belgique dans les choux, ukraine affaiblie, Brexit etc..Hongrie, autriche à l'extréme droite.
C'est réussit, l'europe explose en plein vol et c'est que le début. Sans parler du probléme russe à l'Est...
a écrit le 25/10/2016 à 7:51 :
Les dirigeants wallons ont plus de courage que les dirigeants français au pouvoir ou dans l'opposition. Et après, ils oseront nous parler de populisme et tenteront de nous culpabiliser alors que c'est eux-mêmes qui suscitent les réactions populistes à force de vouloir ignorer les problèmes et de mépriser le peuple. Ceux d'en haut cotre ceux d'en bas" : c'est très exactement le comportement qu'ils adoptent qui accrédite cette analyse.
a écrit le 25/10/2016 à 6:54 :
Une fois de plus nos dirigeants ou les prétendants font fi de la démocratie, ou sont les discutions sur ce traité ils veulent nous le faire signer dans le dos quid des engagements sur des normes environnementales, ils n'ont pas besoin de l'accord du peuple puisque ils veulent la signature juste des parlements (idem comme 2005) cette Europe est pourrie il faut en sortir et vite......
a écrit le 25/10/2016 à 4:31 :
Merci Monsieur Godin pour cet article éclairé. Après les monstruosités populistes que j’ai pu lire dans la presse ces derniers jours, les jeux communautaires et j’en passe, voici enfin une analyse simple et objective de la situation et ce, avec une bonne comprehension de la réalité constitutionnelle en Belgique.
On peut être pour ou contre le CETA, être liberal, de centre ou de gauche, l’analyse de Monsieur Godin démontre simplement qu’il y a vrai problème de fond depuis la crise financière et que nous tardons a réagir et repenser une UE plus proche de ces citoyens. Et ceci ne fait que renforcer les euro-sceptiques et populistes en tout genre. Agissons vite sinon je mets deux claques au prochain qui me dit "vous voyez bien, les Anglais avaient raison..”. Je regrette juste que cet article ne soit pas en anglais.
a écrit le 24/10/2016 à 22:10 :
Je suis Wallon. Vive la vraie démocratie !
a écrit le 24/10/2016 à 21:41 :
Merci Mr Godin c'est en effet un excellent article et vous démontrez d'une part vis connaissance de l'Europe et d'autre part que vous n'êtes pas un euro septique d'extrême gauche mais un défenseur d'une autre Europe.

Dès lors, cette Europe ne pourra changer que par la désobéissance aux technocrates de Bruxelles qui sont aux services des lobbyistes.

Mais quel sera le prix de la désobéissance wallonne? Les grecs en ont payé le prix fort juste pour avoir exprimé leur opinion (d'une part avoir voté Syriza et d'autre part d'avoir non OXI au référendum de juillet 2015)

a écrit le 24/10/2016 à 21:41 :
Il nous reste quelques jours pour bloquer cette folie des traités de libre-échange. Il faut replacer ces traités dans leur contexte :
- Ils sont d’abord idéologiques, correspondent aux années Thatcher et Reagan, avant la prise de conscience du réchauffement et à l’époque du libéralisme triomphant.
- Les études très documentées de Paul Bairoch montrent que le libre-échange a très peu existé dans l’histoire, et qu’il a été essentiellement un outil au service de la puissance industrielle britannique au XIXe siècle. Il n’est en aucune manière une vérité économique, mais il relève de la croyance.
- Les 3 traités sont conçus essentiellement au service des multinationales et surtout de leurs actionnaires. On fait miroiter par exemple l’ouverture des marchés publics au Canada ou aux États-Unis, mais chacun sait bien que pas un ouvrier européen n’ira travailler là-bas en tant qu’expatrié. Si ces marchés sont ouverts, les salariés et les emplois seront américains (ou mexicains, bien sûr), et les dividendes iront aux actionnaires des entreprises multinationales, actionnaires majoritairement américains, même pour les entreprises du CAC 40. En revanche, s’il y a une catastrophe industrielle (un barrage, un pont, un TGV défaillants), vous pouvez être sûrs que l’on fera appel à l’État européen de l’entreprise qui aura effectué les travaux aux USA.
- La législation américaine permettra aux états américains de ne pas respecter le traité concernant l’ouverture des marchés publics. Elle permet de contester toute mesure qui serait contraire aux intérêts de l’État en question.
- Je ne comprends pas tous les arguments qui semblent affirmer que les traités amélioreront la protection des consommateurs, des producteurs. Si l’on veut protéger les appellations d’origine contrôlée, cela n’oblige pas à baisser la garde sur tous les domaines comme le prévoient ces traités.
- Le secret des négociations et des clauses, et l’engagement incroyable de la commission européenne, dont nous savons qu’elle a été dirigée par Monsieur Barroso, actuellement chez Goldman Sachs, et qu’elle est dirigée par Monsieur Junker, responsable pendant 18 ans de l’évasion fiscale organisée au Luxembourg jettent une très grande suspicion sur ces traités, négociés à Bruxelles sous le regard et l’influence constante des lobbys.
- La compétence des cabinets ultra puissants d’avocats américains permettra aux multinationales d’imposer leurs vues à toutes les entreprises plus petites, et bien sûr aux états ou aux régions. L’exemple de BNP montre que les États-Unis n’ont aucun scrupule lorsque leurs intérêts sont en jeu. L’incroyable naïveté des négociateurs européens met en danger notre forme de civilisation. Quand je dis naïveté, c’est parce que je ne veux pas être méchant.
- Je ne reprends pas tous les arguments présentés par les opposants à ces 3 traités. J’ai beaucoup d’admiration pour le premier ministre wallon qui est le seul à avoir eu le courage de s’opposer aux Américains et à leur cheval de Troie canadien. On ne peut pas admettre un traité qui, moyennant quelques concessions mineures, permet aux entreprises américaines de fouler aux pieds toutes nos législations, grâce aux effets cliquet, aux procédures d'arbitrage, au démantèlement de nos normes.
- Certains font semblant de croire que la culture sera épargnée. Mais derrière le mot culture, les concepts sont très différents. Une bonne partie de ce que nous appelons culture (les films, les séries, la musique, les livres…) s’appelle « Entertainment » aux US et il s’agit de produits commerciaux qui envahiront encore plus que maintenant nos marchés. La défense des quotas de diffusion sera impossible lorsque les cabinets d’avocats s’en seront mêlés.
Comme citoyen européen, responsable et concerné par l’avenir de mes enfants et petits-enfants, je ne eux pas accepter ces traités. Il faut mettre fin à ces négociations coûteuses, effectuées aux frais des contribuables (voyages, hôtels de luxe, innombrables heures de fonctionnaires payés,…). Si l’on veut négocier des accords commerciaux, il faut le faire produit par produit, et refuser tout accord global dans lequel les Européens seront roulés dans la farine par les négociateurs US qui n’ont que 2 objectifs : réduire le déficit commercial américain vis-à-vis de l’Europe et augmenter la profitabilité de leurs multinationales et de leur agriculture, au mépris des engagements environnementaux, sociaux, éthiques.
Je ne veux pas handicaper l'avenir de mes enfants et de mes 13 petits enfants en les livrant aux multinationales US qui seront partie prenante, via leurs filiales Canadiennes, au CETA, et surtout qui sont derrière le TAFTA et sa version la pire, le TISA.
Arrêtons ces folies et cette fuite en avant qui anéantira nos industries et notre agriculture, notre culture et notre civilisation. Ne soyons pas complice de ce naufrage
Réponse de le 25/10/2016 à 0:00 :
Vous etes contre les multinationales ? Alors pourquoi utiliser google et facebook ? Pourquoi acheter du Samsung, des Iphones et des Ipad et des PCs packard bell ou HP, des appareils photo Nikon ou Canon ? Pourquoi acheter des automobiles Volkswagen ou Audi ou Toyota ? Pourquoi acheter des Danones, des Nescafés, des Vittel, du Contrex ? Pourquoi acheter du Coca cola, du Pepsi, du Lipton, du Knorr, de l'Amor ? Pourquoi acheter du du Cajoline, du Skip, du Omo ? Pourquoi acheter de la Corona, du Budweiser, du Becks, de la Stella , de la Heineken ? etc etc etc etc....Les multinationales ne sont pas responsables, c'est notre mode de consommation. C'est nous qui achetons, personne ne nous force à acheter.
Réponse de le 25/10/2016 à 1:23 :
Mais il reste Cuba,le Venezuela,Poutine,Trump et Mélenchon pour assurer un
avenir forcément radieux à vos petits enfants.
Réponse de le 25/10/2016 à 9:00 :
Tout à fait d'accord avec les arguments de cet exposé. La mondialisation ne profite pas au citoyen lambda de l'U.E. Elle lui est même totalement préjudiciable. Combien d'emploi a t'elle déjà détruit sur le continent ? Pour quel profit ? N'aurions nous pas été capable de produire ce qui a détruit nos industries et emplois ? Et comme d'habitude c'est de l'intérieur que viennent toutes les trahisons.
Le libre échange n'est qu'une couillonade qui remplit les caisses des plus grosses multinationales qui n'ont même pas la décence de payer l'impôt dans le pays où elles se sont enrichies.
Voici ce que j'écrivais pas plus tard qu'hier :
BRAVO LES WALLONS !!!
Ils nous prouvent qu'il y a encore des dirigeants qui écoutent leur peuple et qui prennent les décisions en toute impartialité et indépendance des populations concernées. Ils sont à comparer aux anglais qui ont su donner un coup de pied au derrière à ces eurocrates ultra-libéraux. Ces eurocrates qui ne visent que le servage au monde de la finance et des affaires en ouvrant grand leurs poches.
Car c'est bien de cela qu'il s'agit, un pas de plus vers une mondialisation débridée où les Etats renoncent à toutes leurs prérogatives souveraines.
Réponse de le 25/10/2016 à 9:06 :
Entierement d'accord, merci pour cette analyse.
Réponse de le 25/10/2016 à 9:06 :
Entierement d'accord, merci pour cette analyse.
Réponse de le 26/10/2016 à 6:56 :
"La mondialisation ne profite pas au citoyen lambda de l'U.E. "...Il n'y a rien de plus faux. Quand des touristes chinois ou japonais ou américains font vivre l'économie belge ou française, tout le monde dit c'est super. Quand les français et belges achètent des produits textiles, automobile, électronique, électro ménager, fabriqués en Chine, et pas chères, tout le monde dit c'est super. L'essence, le gasoil, le gaz sont importés à 100% pour faire marcher le transport par des multinationales comme Total. Énormément de nourriture , boisson est fournie par l'étranger ( café, thé , coca cola, chocolat) à des prix très bas, grâce aux multinationales. Tout ce que vous achetez est fabriqué à l'étranger à 99% , car s'il était fabriqué en France, vous n'auriez même pas les moyens d'en acheter un 1/1000 donc cette société de consommation repose sur les multinationales et sur le libéralisme et les importations. Bien-sur que le progrès détruit des emplois, ainsi que la recherche du profit. Mais ça a toujours été que des anciens métiers sont remplacés par des nouveaux métiers. Et si vous avez une entreprise de voitures, vous allez les fabriquer où ça pour avoir des prix les plus bas ? Si vous fabriquez vos voitures en Belgique, qui va les acheter car trop chères ? Et bien sur, qu'il reste des emplois en France Belgique, ceux qu'on ne peut pas délocaliser. Une alternative : le protectionnisme, dont on connaît les limites : explosion des prix de tous les articles. Des multinationales ne payent pas beaucoup d’impôts mais c'est la faute qu'il n'y a pas de lois internationales sur les impôts et que tous les pays ont une gestion différentes. Ou bien autre question : pourquoi les impôts sont si élevés en France ou en Belgique ? Dites nous pourquoi la Belgique est tellement un enfer fiscal et assomme les gens avec des taxes ? Sauf les belges riches qui payent moins de taxes et d’impôts que les belges pauvres ... Ok, la finance fait n'importe quoi, mais pourquoi nous ne trouvons pas de solutions internationales ? Enfin vous proposez quoi comme solutions concrètes à part critiquer ? Le protectionnisme ? Relocaliser ? Mais qui aura les moyens pour acheter les produits courants ?
a écrit le 24/10/2016 à 21:24 :
<http://transatlantique.blog.lemonde.fr/2016/10/07/demissionner-pour-mieux-voter-letrange-manoeuvre-des-socialistes-pour-eviter-le-blocage-du-ceta/>- A l'assemblée : "La résolution a finalement été rejetée, laissant les mains libres à Matthias Fekl pour appuyer l’application provisoire le 18 octobre." =>Ca, c'est pour nos "bons représentants français", bons élèves de l'UE. Pas transparents pour les mauvais coups.
<http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/18/tout-comprendre-du-ceta-le-petit-cousin-du-traite-transatlantique_5015920_4355770.html#GbfBqI5FZxyHXjKM.99>
"Tribunaux d’arbitrage
Bien que largement réformée..., la juridiction installée pour régler les différends entre les entreprises et les Etats pose encore des problèmes de neutralité et d’indépendance. Surtout, malgré plusieurs nouveaux garde-fous, la protection des « attentes légitimes » de l’investisseur fait craindre que ces tribunaux ne puissent remettre en question des décisions publiques en faveur de la santé ou de l’environnement." =>1 des bonnes raisons de se méfier de leur grand projet.CETA. Mais au moins, il se trouve qu'il existe des personnes qui sont honnêtes et ils sont de Wallonie. Ne lâchez pas les Wallons ! Belle leçon d'honnêteté et de courage !
a écrit le 24/10/2016 à 20:39 :
Qui ne dit mot consent .
Tous les chefs de gouvernement d'Europe et du Canada se sont tus, aucun chef d'entreprise , aucun économiste n'a parlé, alors qu'ils donnent immanquablement de la voix contre la moindre contestation de leur autorité ?
Qu'en conclure, sinon qu'ils ont tacitement soutenu la Région Wallonne, qui a tiré sur la prise de la machine infernale ?
Schulz, Tusk et Junker ont dit quelques mots , il est vrai .
a écrit le 24/10/2016 à 20:27 :
Bravo à la Wallonie.....un courage dont devrait s'inspirer beaucoup d'européens!!!!
a écrit le 24/10/2016 à 20:07 :
Effet domino enclenché. Et ce sont les Anglais qui ont ouvert le bal. Pas les Britanniques, les Anglais. Ils ont fait coup double et ont embarqué le Royaume-Uni dans la décomposition au même titre qu'ils ont embarqué l'UE dans la décomposition. Chaque région va pouvoir jouer sa partition, libérée de tout carcan : l'Ecosse ceci, la Catalogne cela, et la Wallonie, à juste titre au demeurant... Chacun avec sa logique puisqu'il n'y a plus de logique, que les Européens ont montré l'étendue du mensonge : non, les Etats ne se sont pas unis pour être plus forts ensemble, ils se sont unis pour mieux se phagocyter les uns et les autres... Un exemple par chez moi, en Bretagne dans un domaine qui peut paraître secondaire : la pêche. Forts du brexit, les Anglais - pardon, les Britanniques... - entendent renégocier les accords de pêche, d'autant que les pêcheurs d'outre-manche ont massivement rejeté l'Europe : pour ce faire, ils sont en train de s'allier à... un Etat européen (l'Espagne) pour rogner ensemble les zones et les quotas Français... Où va l'Europe ? Qui est dedans, qui est dehors ? Il n'y a pas de loi. C'est la loi du talion. L'Europe apparaît comme une chimère, pis : un piège à naïfs. Dommage.
Réponse de le 25/10/2016 à 7:47 :
Erreur mon cher balafenn, le bal a été ouvert par les Français et les Néerlandais, avec le Non à la Constitution Européenne, en 2005, il y a 11 ans....
a écrit le 24/10/2016 à 20:03 :
Et donc maintenant LA question : comment imposer le "traité" par un autre moyen..?? Je vais bientôt à Lille, mais je pense que je vais aller passer une journée à Bruxelles. Avec une pancarte.
a écrit le 24/10/2016 à 19:43 :
Mais qu' est ce que le Canada a de si intéressant à nous proposer ? en terme d' agriculture,
agroalimentaire , manufacture , service que nous n' avons déjà en Europe .
a écrit le 24/10/2016 à 19:41 :
Monsieur Godin,

Je suis belge (bruxellois) et je tiens à vous remercier, chaleureusement, pour votre remarquable article. Vous êtes un bon connaisseur des institutions de mon pays, ce qui est loin d'être le cas dans la presse française, toutes tendances confondues.

Cordialement
a écrit le 24/10/2016 à 19:33 :
Ils ont oublié de mettre la bièrrre dans l'exclusion des marchandises du CETA. C'est pour ça!

Ils me font plaisir les amis belges pour le coup, on sent leur côté gaulois.
a écrit le 24/10/2016 à 19:20 :
Une petite région belge qui porte la voix de centaine de millions de gens, c'est cela qu'aurait pu faire la beauté de l'europe si les circonstances n'étaient pas celles-là.

Vous êtes très optimiste sur l'europe, ce cas de figure se fait contre elle, c'est le signe que nous assistons au trépas de l'UE, qui au lieu d'en retenir la leçon va chercher une façon de contourner le "problème".

Elle ira jusqu'au bout de sa logique qui la déchiquette.
a écrit le 24/10/2016 à 19:06 :
Merci, grand merci aux Wallons !! Enfin on va peut être, je dis bien peut être.... respecter un petit peu plus les citoyens européens.... car cette bande d'élus (très mal élus d'ailleurs pour la plupart...) ne travaille que pour quelques multinationales, ou affairistes, qui oublient de payer leurs impôts et mettent a sec les budgets des gouvernements que la classe dite moyenne doit payer a leur place, alors que les paradis fiscaux sont gavés de milliards qui dorment !! Chapeau au gouvernement de Wallonie qui respecte ses électeurs! Il est biien le seul en Europe, cette Europe qui a tué la démocratie. Voir l'exemple grec !!!!
a écrit le 24/10/2016 à 18:26 :
Pas sûr que ce soit ces "confettis" comme la Wallonie qui finissent de détruire l'Europe.
En fait ils sont même les derniers remparts démocratiques avant la prise en main définitive de l'Europe par les mafias multinationales et les lobbies (ce qui est la même chose). De ce point de vue, les Wallons représentent l'ultime chance de survie d'une Europe moribonde.
Tous les européens ont intérêts à encourager les Wallons. D'autant plus que nos gouvernements ont capitulé (ou changé de camp) dans la bataille pour nous défendre.
a écrit le 24/10/2016 à 18:25 :
Enfin des dirigeants non frappés de cécité sur ces accords digne d'un marché de dupes. Pour une Europe combative, Vive la Wallonie !
a écrit le 24/10/2016 à 17:53 :
C'est Juncker qui avait voulu faire de ce traité un exemple de démocratie européenne.

Ce qui fait qu'en plus du parlement européen, pour une fois consulté, le traité devra être ratifié dans les mêmes termes par 34 autres parlements (certains pays comme la Belgique ont plusieurs parlement, d'où le total supérieur à 28).

Je ne sais pas s'il avait sérieusement prévu que ce risquait de coincer mais obtenir 35 votes conformes dans les circonstances présentes me semble tenir de la gageure, quasiment un acte manqué.
Réponse de le 25/10/2016 à 10:55 :
Juncker a en fait cedé à la pression franco-allemande, qui ont fait de la politique interne. car l'analyse juridique montre très clairement que ce traité est de la compétence exlusive européenne, donc les parlements nationaux n'ont pas a etre consulté: seuls les gouvernements élus ET le Parlement Européen aurait du l'etre. Ca se passe toujours mal quand on tord le cou au droit pour des petits calculs politiques court-termistes.
a écrit le 24/10/2016 à 17:27 :
C'est " Moi Président Je " ET LUI SEUL, qui a exigé le vote des 28 Parlements, sinon il n'y aurait pas eu ce blocage qui va isoler " l'europe " ainsi discréditée pour toute coopération internationale. A présent les coopérations seront Amérique-Asie-Pacifique.
Réponse de le 24/10/2016 à 19:10 :
Eh bien tant mieux !!! Nous serons enfin dans un pays (ou un ensemble de pays) où il fera bon vivre, ou les richesses seront partagées équitablement, où les ilpôts seront payés par tous pour refaire nos routes, payer les infirmières et les médecins dans les hôpitaux, recruter du personnel dans les EHPAD pour soigner et respecter nos vieux parents dépendants...etc). Voilà ce que ne fait pas la société actuelle, cette mondialisation qui ne respecte personne !
Réponse de le 24/10/2016 à 20:26 :
@Mediator,

Si vous croyez qu'il suffit de bloquer la mondialisation pour obtenir ce que vous dites vous pouvez vous faire soigner rapidement.
La première cause d'échec vient de nos gouvernements nationaux et de leurs conseillers.
Réponse de le 24/10/2016 à 21:48 :
Je ne savais pas que c'était "moi président" qui avait demandé la ratification par les 28 (ou 34) parlements, mais je ne peux que le féliciter. cela nous évitera un désastre industriel et agricole.Merci aussi aux Wallons, sans doute les seuls à avoir lu et analysé le traité (clauses de cliquet, d'arbitrage, ...)
Le libre échange n'est pas une vérité, c'est une croyance et un dogme d'ordre religieux, mais nous sommes laïques.même en économie.
Réponse de le 25/10/2016 à 10:24 :
Un accord de préférence commerciale avec le Canada n'est pas urgent, nos relations avec eux sont bonnes, mais est on bien sur que celà représente l'opinion de tous les Canadiens, de certains Québéquois en particulier, il y aurait aussi des avis différents au Canada il me semble avoir lu dans la presse canadienne des commentaires en ce sens ainsi que des manifestations publiques. Le Canada n'est pas pour autant isolé il est partenaire de l'ALENA le marché commun Canada USA et Mexique d'une part et du Commonwealth d'autre part. Ouvrir l'Union Européenne au Canada c'est donc s'ouvrir aux produits Mexicains tout autant que Canadiens et Etasuniens ainsi qu'aux autres nations du Commonwealth associées à la Couronne Britannique, celà a toutes les raisons de se discuter en réfléchissant aux conséquences, l'Europe des Six avait bien moins de problèmes que maintenant et la Belgique en était. Bravo à Mr Magnette son discours est clair et il ne rejette pas l'Union Européenne, mais il est souhaitable que les choix soient plus équilibrés entre le Canada et l'Europe ce qui n'est pas le cas actuellement. Il serait aussi excessif de rejeter l'Union Européenne, elle tient aussi compte des nations, mais dans le cas de cet accord, on peut quand même se demander pourquoi nos politiques français n'ont pas fait le même travail que les Wallons, que je sache Mr Trudeau connait aussi notre langue ainsi que Mr Magnette. Les produits mexicains vont donc peut être encore attendre un peu avant d'arriver sur nos marchés. L'ALENA n'est pas visiblement vécu comme le paradis par une partie des Canadiens, quand aux USA il suffit d'écouter Mr Trump pour se faire une idée de l'opinion américaine.
Réponse de le 25/10/2016 à 12:29 :
Vous avez été endoctrinés par la propagande de l'U.R.S.S, vous l'etes, par La République Démocratique du Nord : vous y avez séjourné, en qualité de Camarade. Ce que vous décrivez résulte de votre livre de chevet : Karl Marx. Le Socialisme est l'étape, précédant le paradis Terrestre : Le COMMUNISME.
Réponse de le 25/10/2016 à 12:32 :
La République Démocratique de Corée du Nord est votre modèle : pourquoi pas.
Réponse de le 25/10/2016 à 14:56 :
" Médiator " est un Communiste Idéaliste et Isolasionniste : il souhaite que cette " europe " de 27 intérets égoistes et divergents, doit se renfermer en autarcie vis à vis des Amériques-Asie-Pacifique-Afrique-riches pays arabes. Taxer et taxer, et niveler, et fermer les entrées et sorties de capitaux : en résumé et Concrètement " La République Démocratique de Corée du Nord ". Il s'appelle Médiator, parce-que le chantre de La Démocratie : le chef du pays précité sera son médiateur pour tout obtenir en sous-mains, de la Chine et de La Russie Démocratiques.
a écrit le 24/10/2016 à 17:20 :
Vive les Wallons!
Une belle leçon de démocratie à des élites à la solde des lobbies et qui considèrent que leurs intérêts particuliers doivent prévaloir sur ceux de 500 millions d'européens.
J'ai honte que la France se fasse donner des leçons de courage par une région belge qui a bien du mérite. Chapeau!
Réponse de le 24/10/2016 à 18:22 :
Complètement d'accord avec vous. Cette Europe est à refaire de fond en comble. Mais POUR l'intérêt général.
Réponse de le 25/10/2016 à 16:42 :
Entièrement d'accord avec vous, encore BRAVO aux wallons !
Dommage que d'autres n'aient pas ce courage de faire front face aux lobbies qui veulent nous bouffer.
a écrit le 24/10/2016 à 17:18 :
Pour une fois, quelqu'un ne sait pas coucher devant une assemblée obscure, qui signe des traités dans le dos des peuples. Alors je dis bravo et merci aux Wallons.
a écrit le 24/10/2016 à 17:12 :
Bravo les Wallons !. La "dictature" de bruxelles, incarnée par Barroso, Juncker et autres, qui foule aux pieds les referendum de 2005, qui critique les Anglais du Brexit et qui maintenant lance un ultimatum sur la Wallonie devient insupportable
a écrit le 24/10/2016 à 17:02 :
la Wallonie respecte -elle les critères de Maastricht?Si la réponse est non,elle doit etre exclue de l'Europe.la mondialisation est irréversible,l'accord Certa va dans le bon sens.dans un monde global on ne peut tolérer que certains éléments bloquent par dogme la croissance mondiale
Réponse de le 24/10/2016 à 18:14 :
Elu ps où nationale socialiste?
Réponse de le 24/10/2016 à 20:28 :
J'espére que vous êtes ironique.

dans le doute, je vous signale que la grande Allemagne elle même ne respecte pas les critéres de Maastricht.
Mais bon on peu sortir tout le monde de l'Europe mais qui paiera les salaires de Bruxelles pour nous faire des bébés dans le dos?
Réponse de le 24/10/2016 à 21:58 :
C'est le libre -échange qui est un dogme, une vérité révélée par les britanniques au XIX ème siècle lorsque leur industrie pouvait dominer le monde.
Les trois traités qui sont en négociation contiennent de nombreuses clauses inacceptables , dont :
-l'effet cliquet ( pas possible de changer une loi dans un sens défavorable au profit des entreprises, même si c'est pour des raisons d'intérêt général, de protection de l'environnement ou des citoyens. Bonjour le bisphénol, les perturbateurs endocriniens, ...)
- l'arbitrage qui substitue au droit public un droit privé ( cf. M Tapie)

Les justifications économiques, contenues dans un rapport anglo-saxon d'il y a cinq ans, évaluaient le gain à 1 % de PIB pour l'Europe dans QUINZE ANS. Les simulations n'avaient pas pris en compte des détails comme le cout du pétrole, ( fixe, comme chacun sait) le réchauffement, la guerre de Syrie, la démographie,la pollution en Chine et le ralentissement de son économie ...
Réponse de le 25/10/2016 à 11:16 :
@verklarte: ce que vous dites est faux. Avez vous lu le CETA au moins? Probablement pas.

La preuve est dans le CETA lui même qui (je cite): "Reconnait que les dispositions du présent Accord préserve le droit des Parties de Réglementer dans leurs territoires et la flexibilité des Parties pour atteindre les objectifs politiques légitimes, tels que la santé publique, la sécurité, l'environnement, la moralité publique et la promotion et la protection de la diversité culturelle" (Voir préambule du CETA).

Par ailleurs, les chapitres specifiques du CETA sur l'environnement, la santé et l'arbitrage pour les investissements continennent TOUS la même clause qui préserve dans son intégralité le droit des parties de règlementer pour atteindre ses objectifs légitimes mentionés.

Prétendre le contraire releve donc de l'ignorance ou de la propagande.

Par ailleurs, la cour arbitrale instituée par le CETA ne substitue PAS le droit privé au droit public, celle-ci se doit d'appliquer le droit international des echanges en matière de protection des investissements (donc du droit international public).

Un conseil: lisez d'urgence le CETA avant de le commenter.
Réponse de le 25/10/2016 à 15:07 :
@Remi. Mon pays est en excédent budgétaire avec une dette maitrisé à 70 pc. On a certes dépassé les 60 pc maastricht comme nos amis bataves, mais sur ce point la France avec ses 100 pc de dettes (2 200 milliards); ses presque 4 pc de déficit et sa quasi déflation n'a aucune lecons à nous donner, aucune.
On accueille un million de migrants, vous à peine 30 000 dans la douleur en plus..
a écrit le 24/10/2016 à 16:57 :
La Wallonie n'est pas un pays membre de l'UE, c'est la Belgique qui l'est. Pain béni pour ceux qui rêvent de la faire éclater (dont les flamands).
a écrit le 24/10/2016 à 16:52 :
La Wallonie est peut-être la mauvaise conscience de l'Europe.
La France de Calais est la HONTE de l'Europe.
Réponse de le 24/10/2016 à 19:32 :
C'est vrai, la France n'aurait jamais dû laisser se reconstituer la jungle de Calais après sa première évacuation en 2009. Un tel laxisme est effectivement une honte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :