Ceta : la Wallonie, mauvaise conscience de l'UE

La région wallonne n'a pas cédé et rejette toujours le traité de commerce euro-canadien. Un refus qui place l'UE devant ses contradictions et ses limites.
Paul Magnette, ministre-président de Wallonie, ne veut pas du CETA tel quel.
Paul Magnette, ministre-président de Wallonie, ne veut pas du CETA tel quel. (Crédits : FRANCOIS LENOIR)

Haro sur la Wallonie ! Jusqu'ici, la très discrète entité fédérale belge n'intéressait à peu près personne en dehors des frontières du Royaume des Belges. Mais depuis que son parlement a refusé d'accorder au gouvernement fédéral belge le droit de signer le traité de commerce entre l'Union européenne et le Canada (Ceta), elle est devenue « l'ennemie public numéro un » des dirigeants européens. Ce lundi 24 octobre, l'ancien premier ministre belge Elio di Rupio, lui-même ancien ministre-président de Wallonie, a dénoncé les « pressions invraisemblables » sur l'actuel chef du gouvernement wallon, Paul Magnette.

>> LIRE AUSSI : La Belgique ne signera pas l'accord CETA dans les délais

Et, de fait, tous les grands d'Europe, de Jean-Claude Juncker à Martin Schulz en passant par François Hollande sont venus demander à la région belge de lever son veto. Comme toujours en pareil cas, lorsqu'un membre de l'UE fait connaître sa différence, l'UE est tentée d'avoir recours à des pressions non exemptes d'un certain mépris. Après avoir tenté d'amadouer les Wallons par de vagues promesses contenues dans une non moins vague « déclaration interprétative » du traité, les autorités européennes ont eu recours à un ultimatum, laissant 24 heures au gouvernement de Namur pour changer sa position. En vain.

Le concert des plaintes s'est alors engagé pour pointer du doigt une simple région capable de damer le pion à la « volonté générale » européenne qui, elle, souhaiterait ardemment le Ceta. Les comparaisons se sont multipliées : laisserait-on la Seine-et-Marne bloquer une loi française ? 500 millions d'Européens peuvent-ils se laisser dicter leur sort par une poignée de Belges irréductibles à la grande marche de la mondialisation ?

Un droit ne vaut que si l'on en fait usage

Ces propos traduisent en réalité surtout une incompréhension de la réalité constitutionnelle belge. La Wallonie, comme les autres entités fédérales de la Belgique, formée de trois régions et de trois communautés, dispose de la compétence commerciale garantie par la Constitution. Pourquoi ne devrait-elle pas faire usage de cette compétence pour refuser ce qui déplaît à sa majorité parlementaire ?

On peut s'en désoler, mais la Belgique, Etat membre de l'UE, est ainsi constituée et c'est le fruit de longues discussions, voulue du reste par les Flamands libéraux. Ce partage des responsabilités a été la condition de la survie de la Belgique. « There is no such thing as a free lunch » (« un repas gratuit n'existe pas »), se plaisent à rappeler sans cesse les doctrinaires libéraux. Et de fait : le blocage du Ceta et, sans doute ainsi de son cousin le TTIP, est le prix à payer pour le maintien de l'unité belge. Car le compromis belge a donné la parole à la région wallonne. Cette dernière en fait logiquement usage. Or, rien n'est moins logique que le fait qu'un Etat se soumette à ses propres règles constitutionnelles et que son comportement dans l'UE en découle.

Faire taire les petits ?

L'argument de la « petite région » qui bloque tout n'est donc pas tenable. C'est, du reste, le propre des vrais Etats fédéraux que de donner des pouvoirs démesurés à des petits ensembles disposant de particularités fortes. C'est ainsi que l'on « compense » la dilution des Etats fédérés dans l'ensemble plus vaste.

Au Sénat des Etats-Unis, chambre aux pouvoirs considérables, tous les Etats ont deux élus, ce qui donne un poids considérable aux petits Etats. L'Allemagne attribue par exemple trois représentants au Bundesrat à la Ville de Brême (600.000 habitants) et seulement deux fois plus à la Rhénanie du Nord Westphalie, trente fois plus peuplée. Le poids des Brêmois est donc démesuré.

Dans l'UE, elle-même, le poids des petits Etats est considérable et, lorsque l'unanimité est prescrite par les traités, Malte, 250.000 habitants, Etat 13 fois moins peuplé que la Wallonie (qui compte 3,5 millions d'habitants), dispose du même poids que l'Allemagne ou la France. On se souvient que, durant la crise grecque, les Européens ne cessaient d'opposer à Athènes la mauvaise humeur des Slovaques, plus nombreux de 1,5 millions que les Wallons, comme une justification de la fermeté de l'UE. Et que Bruxelles a été tentée d'utiliser le mécontentement légitime des 5 millions d'Écossais contre le vote en faveur du Brexit des 46 millions d'électeurs du Royaume-Uni.

L'ambiguïté institutionnelle européenne

En réalité, le blocage wallon irrite l'Europe pour plusieurs raisons. D'abord, parce qu'il met à jour les failles de la construction européenne. L'UE donne en effet de fait un pouvoir considérable aux petits Etats, mais ne tolère pas qu'ils en usent. Aussi a-t-on châtié les Grecs de leur révolte du premier semestre 2015 et a-t-on menacé les Néerlandais lors du référendum sur le traité d'association avec l'Ukraine en avril 2016.

Cette fois, on fait pression sur la Wallonie pour qu'elle cède sur le Ceta en lui proposant un simili-compromis. Mais si, évidemment, l'arrière-pensée politique du président wallon, soumis à la montée du Parti du Travail Belge (PTB) existe sans doute, la décision du parlement de Namur rend compte de la réalité de la population wallonne. Paul Magnette l'a d'ailleurs souligné : entre le risque de bloquer le Ceta et d'irriter l'Europe et celui de se couper de sa population, il choisit la première option. Les Wallons ont pris leurs responsabilités pour ce qui les concernent. Le gouvernement a pourtant maintes fois alerté les autorités nationales et européennes de leurs réserves. Vainement.  Car pour les dirigeants européens, la voix wallonne isolée ne saurait compter.

Peut-on imaginer de telles pressions sur la Cour constitutionnelle de Karlsruhe si cette dernière avait interdit au gouvernement allemand de signer le traité ? On aurait immédiatement rouvert les négociations. Or, dans la logique institutionnelle de l'UE, le refus allemand a exactement le même poids que le refus belge ou maltais. Le problème, c'est que l'UE n'accepte pas cette réalité. Elle s'efforce de tendre en fait vers un « Etat fédéral », qui, en réalité, serait un Etat centralisé qui dissoudrait les volontés nationales dans une vaste volonté générale européenne. Mais, comme elle est incapable d'imposer cet objectif en raison de la résistance des peuples et des Etats, elle tente de contourner la réalité institutionnelle, souvent par des pressions sur les Etats isolés qui tentent d'exercer leurs droits. C'est cette ambiguïté insoluble pour l'instant que l'affaire wallonne met une nouvelle fois en avant.

La fin du mythe de la « mondialisation heureuse »

Mais il y a plus. Ce refus du Ceta par la Wallonie est aussi le refus d'un certain angélisme sur l'ouverture commerciale et la mondialisation. Or, cet angélisme est encore, semble-t-il, la doctrine officielle de l'UE. Depuis le veto wallon, on voit refleurir les chiffres des emplois perdus en cas d'enterrement du Ceta et les scénarios catastrophiques pour la croissance mondiale.

On voit se presser les dirigeants européens comme s'il en allait de l'avenir économique de l'Europe. Mais ce vieux disque sorti des années 2000 ne semblent plus tourner aussi bien. Le parlement wallon a travaillé en profondeur le sujet. Il a écouté, consulté et finalement tranché. Lui aussi a écouté les « experts » et il en a tiré des conclusions opposées à celles défendues par l'UE.

Preuve que, désormais, la « mondialisation heureuse » ne va plus de soi. Comme l'a souligné Paul Magnette, il ne s'agit pas pour autant de refermer les frontières : il s'agit plutôt de renforcer les garanties et les normes afin de changer la donne de la compétition et de ne plus faire de la compétitivité qu'un enjeu de coût et de prix. Le Ceta n'est, il est vrai, qu'une victime collatérale de la « vraie bataille » qui va s'engager, celle du traité transatlantique (TTIP) avec les Etats-Unis. Là encore, c'est le message que veut faire passer la Wallonie : utilisons le Ceta pour fixer une « référence » sur le TTIP.

Remise en cause d'un fondement de la politique européenne

De ce point de vue, la critique wallonne est rude pour l'UE : elle signifie que les bénéfices du libre-échange ne vont plus de soi. Le paradis schumpétérien de la « destruction créatrice » ne passe plus aussi bien. La Wallonie, région qui a beaucoup souffert de la première phase de la mondialisation, sait de quoi elle parle.

La demande de garanties, de protection, n'est pas un rejet complet de la mondialisation et de l'ouverture, c'est une demande d'une autre mondialisation. Le veto wallon se base précisément sur cette demande en fixant un certain nombre de demandes minimales, notamment sur les normes sociales et l'arbitrage. Il contraint donc la « grande coalition » au pouvoir dans l'UE à se remettre en cause. D'autant plus que le rejet ne vient pas d'une région dirigée par la « gauche radicale » ou l'extrême-droite, mais par une coalition entre sociaux-démocrates et chrétiens-démocrates. En fait, Namur demande à l'Europe de prendre en compte une nouvelle réalité : celle de l'après-crise financière.

Une « remise à niveau » que l'UE tarde à accepter, mais qui est cruciale, car son refus alimente les forces eurosceptiques. On aurait donc tort de ne pas écouter ce que dit cette « petite » région belge qui, du reste, n'est pas si isolée : une autre région belge, celle de Bruxelles-Capitale, devrait rejeter le Ceta. De plus, en Allemagne, le feu vert de la Cour de Karlsruhe n'a été accordé que sous certaines conditions, notamment le refus de la procédure d'arbitrage. Elle n'empêchait pas la signature du traité, mais promettait une mise en œuvre très complexe...

Un drame ou une chance ?

Le « non » de Namur n'est pas le drame que se plaisent à décrire les dirigeants européens. C'est seulement le drame d'une politique qui ne prend guère en compte la réalité institutionnelle, politique et sociale de l'UE. Si le libre-échange est une véritable chance pour le Canada et l'UE, un nouvel accord devrait pouvoir être trouvé sur de nouvelles bases. Et il en ira de même pour le TTIP. C'est une opportunité pour l'UE de changer de logique. Jadis, il était de coutume de dire que l'UE sortait renforcée de ses crises. Les difficultés à gérer les plus récentes, rend cette vérité de plus en plus douteuse, mais il est peut-être temps d'y revenir et de comprendre, enfin, ce que signifient ces crises à répétition.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 124
à écrit le 27/10/2016 à 7:59
Signaler
Le nombre important de commentaires est le sine que ce débat sur le CETA doit dépasser le cedre des institution européennes et des parlements nationaux qui veulent laisser les citoyens à l'écart des décisions qui pourtant les concernent directement....

à écrit le 26/10/2016 à 22:40
Signaler
Les autocrates de Bruxelles, dirigeants auto-proclamés, méprisent les peuples .

à écrit le 26/10/2016 à 19:42
Signaler
Brvo les wallonns ! dommage que les représentantants du gouvernement français (parce que ces types n'ont aucune légitmité démocratique, merci Sarkozy) se soient couchés devant les "arguments" des Nord-Americains

à écrit le 26/10/2016 à 19:17
Signaler
Le CETA la théorie du genre, << la mondialisation néolibérale >>. Déléguer au secteur privé la maitrise des choix ou, pour l'exprimer à la manière pudique de journaux comme le Monde ou les Échos, < redéfinir le périmètre de l’État >, c'est l'objectif...

à écrit le 26/10/2016 à 16:22
Signaler
Ouf nous sommes sauvés par la wallonie sinon les oligarques auraient une fois de plus sacrifié le petit au profit de leurs grands intérêts

à écrit le 26/10/2016 à 12:30
Signaler
Très bonne analyse. Laissons de côté la référence au paradis schumpétérien perdu, inévitable de la part d'un incorrigible keynésien doctrinaire. C'est en effet une chance, la chance d'évoluer vers une Europe des régions et du libre échange, où le pr...

le 26/10/2016 à 19:55
Signaler
Vous porriez traduire en français standard ? Ma traduction personnelle est la suivante : "Les institutioropéeenes pourraient être à l'écoute des minorité" "Les institutions Européennes sont dominés par les pays qui étaient des grandes puissances ...

à écrit le 26/10/2016 à 12:00
Signaler
Pourquoi n'auraient-ils pas raison ? A quoi servent les élus si l'union européenne est gérée par des commissaires, des non-élus. Il faut revoir les modes de décisions, élire un président direct et enfin créer les États-Unis-d'Europe dans une Europe ...

à écrit le 26/10/2016 à 11:37
Signaler
je propose qu'on fasse revoter TOUS les députés belges et que le scrutin majoritaire s'applique de cette manière.sinon n'importe quelle région pourra bloquer les projets d'avenir

le 26/10/2016 à 15:24
Signaler
Oui, ces projets d'avenir qui vont mener le FN au pouvoir en 2022 si ce n'est en 2017. Bravo Monsieur Magnette, vous êtes entrain de remettre l'UE sur les rails. Honte à la France, devenue le caniche du monde anglo-saxon!

à écrit le 26/10/2016 à 11:17
Signaler
Bravo pour cet article Merci a nos amis Wallons de tenir bon, seuls contre tous, ils ont raison. C'est un ressaut de conscience de politique communautaire Merci Merci Merci. Nous avons bien compris que le système ultra libéral voulait conforter son...

à écrit le 25/10/2016 à 23:37
Signaler
Monsieur Romaric Godin, Je vous ai vertement critique pour TOUS vos articles sur la Grèce, mais cette fois je m'incline. Cet article est juste, équilibré. J'approuve et je soutiens la Wallonie

à écrit le 25/10/2016 à 21:46
Signaler
Je pense que le cloaque de UE ne sait visiblement pas non plus ce qu'est un état fédéral ( je suis Suisse ). Un état fédéral ne tait pas la voix des cantons ( ou régions ) qui la compose, mais est obligé de les prendre en compte, et une région peut t...

le 26/10/2016 à 8:29
Signaler
Etant Wallon et habitant en Haute Savoie, si je partage naturellement totalement vos propos (qui pourrait aller à l'encontre des évidences que vous évoquez) , je pense qu'il faut ,à l'image de la Suisse, mettre fin à la profession de "politique" en E...

à écrit le 25/10/2016 à 16:13
Signaler
Bravo excellent article, merci monsieur le journaliste, enfin un article très très bien écrit, analyse, synthèse, clair, pesé. Merci, trop rare dans les Médias !

à écrit le 25/10/2016 à 15:43
Signaler
Les politiques et les institutions européennes vont devoir se remettre en causse car après le brexit et le refus wallon il pourrait bien y avoir d'autres réactions de rejet .

à écrit le 25/10/2016 à 15:33
Signaler
Aucun système fédéral ou même communautaire ne peut fonctionner si toutes et chacune de ses entités fédérées et de leurs propres démembrements doit donner son accord distinct et séparé aux décisions de l'ensemble. C'est une règle simple et classique...

le 25/10/2016 à 20:58
Signaler
Aucun système démocratique ne peut fonctionner si toutes les decisions sont prises en catimini ... en comité restraint..à minuit... en essayant de contourner les garde fous démocratiques et l'etat de droit

à écrit le 25/10/2016 à 15:02
Signaler
Que celà fait plaisir de voir tant de reactions de soutien à une region qui s'oppose à une certaine mondialisation à marche force ... J'aimerais seulement que tout le monde sera en accord avec lui-même quand il faudra voter aux prochains scrutins ...

à écrit le 25/10/2016 à 14:51
Signaler
Contrairement aux affirmations erronées, le CETA PROTEGE le droit de chaque partie a légifèrer pour proteger l'environnement ou la santé publique. Quelques Examples: 1- Dés le Préambule DANS le traité: "RECONNAISSANT que les dispositions du prése...

le 25/10/2016 à 16:27
Signaler
Je suis complètement d'accord avec vous et je pense en plus que le CETA est le meilleur deal qu on est négocié. Je ne crois plus qu il sera signé et quand bien même, le mal est fait, on dira que c'est anti démocratique patati patata. C'est le même dé...

le 25/10/2016 à 20:51
Signaler
Le CETA Public ? Vous vous moquez, regardez les embûches pour un citoyen lambda de consulter les textes ?

le 25/10/2016 à 20:57
Signaler
Oui, c'est certain, c'est la meilleure protection qu'on ait eue depuis qu'on n'a plus le droit de brûler les gens pour sauver leur âme. Dire qu'il y en a qui refusent qu'on fasse leur bonheur...

le 26/10/2016 à 0:22
Signaler
tout dépend de la signification qu'on donne à certains mots dans votre plaidoyer, des mots comme 'légitime'... on connaît le 8.9. et on n'en veut pas. il y a des arguments à la pelle contre le CETA par des personnes qui ont étudié le contenu des 1600...

le 26/10/2016 à 12:56
Signaler
@Montjulie: quels embuches? il suffit de consulter le journal officiel (disponible en ligne et dans toutes les langes de l'UE) ou la page Commerce de la Commission Européenne. Donc vous attendez quoi? qu'on vous prenne par la main en plus?

le 26/10/2016 à 13:03
Signaler
@cinta: Qu'y a t il donc que vous ne comprenez pas quand il est écrit noir sur blanc: "Les Parties réaffirment leur droit de réglementer (...) en vue de réaliser des objectifs légitimes en matière de politique, tels que la protection de la santé publ...

à écrit le 25/10/2016 à 13:39
Signaler
Au moins une région qui pense à sa population. Juncker qui dirige l'Europe n'est en réalité qu'un vendu qui pense beaucoup trop libéral et n'a que faire des populations qui souffre des crises générées par les banques et multinationales. Bravo monsieu...

à écrit le 25/10/2016 à 13:36
Signaler
Bravo la Wallonie !!! Tenez bon face aux euro-crates et à cette Commission Européenne qui ne représente plus les citoyens mais uniquement les intérêts privés!

à écrit le 25/10/2016 à 13:29
Signaler
Ce que vous résumez dans votre article, en substance (mais sans le dire explicitement), c'est que l'Union Européenne est en train de se transformer en dictature. "Elle s'efforce de tendre en fait vers un « Etat fédéral », qui, en réalité, serait u...

à écrit le 25/10/2016 à 12:26
Signaler
Le rejet du CETA est logique. Pourquoi l'accepter alors qu'on a refusé le TTIP? Ce n'est parce que cet accord concerne le Canada qu'il sera meilleur que celui envisagé avec les USA. Les multinationales sont partout. Elles profiteront du contenu du CE...

le 25/10/2016 à 14:29
Signaler
Le CETA ne crée pas de tribunal privé. Il crée une instance international d'arbitrage permanente entre l'UE et le canada, pour traiter de cas très précis (ex:l'expropriation non indemnisée ou la discrimination envers l'une ou l'autre partie), dans le...

à écrit le 25/10/2016 à 12:18
Signaler
Deux choses . 1/ Avez vous remarqué le silence de notre classe politique sur cette affaire 2/ les amicales pressions des gens à la tête de l'UE sur les wallons , certainement les mêmes qui vont plus tardivement rejoindre goldman , ou Uber ! 3/ Et...

le 25/10/2016 à 14:33
Signaler
Les amicales pressions viennent en réalité des Etats membres: ce sont les seuls qui aient véritablement le pouvoir dans cette affaire.

à écrit le 25/10/2016 à 12:05
Signaler
c est les états qui ont choisi de garder la main sur ce sujet conjointement avec la Commission alors qu'en principe c'est à elle de gérer cela et aux états de valider in fine. Les états sont donc pris à leur propre jeu. En effet, il n'eut fallu dans ...

le 26/10/2016 à 22:47
Signaler
C'est aux peuples européens qu'il appartient de valider tel ou tel traité restreignant les pouvoirs de leurs états . C'est cela la démocratie . Ce n'est pas aux autocrates de Bruxelles , dirigeants auto-désignés .

à écrit le 25/10/2016 à 12:01
Signaler
sympa à nos cousins wallons de nous prendre l image du pays de l anti business d autant que de l 'autre côté de la Manche il se démène aussi :-) Amis Allemands, Suisses allez un petit effort quoi

à écrit le 25/10/2016 à 11:54
Signaler
Si toutes les régions françaises avaient les droits qu'elles méritent, sans doute cet accord ruineux face à l'Amérique du nord organisé dans la triche serait caduc. En attendant viandes aux hormones, poissons aux antibiotiques, blé ogm! Mr Troadec ...

le 25/10/2016 à 14:34
Signaler
Lisez le CETA, plutot que d'en parler sans l'avoir lu. Viandes aux hormones et OGM sont exclus de cet accord et ne peuvent s'en prévaloir d'aucune matnière.

à écrit le 25/10/2016 à 11:49
Signaler
Un contrat ça se lit en commençant par le dernier paragraphe, celui qui a trait à l'arbitrage. Les Wallons l'ont fait et rendons leur grâce. Les autres ne l'ont visiblement pas fait. Autre point qui me chatouille. Comment peut-on accepter ouvrir nos...

à écrit le 25/10/2016 à 11:20
Signaler
Je vous remercie pour cet article qui tranche par exemple avec l'indigence du dernier édito du Monde sur ce sujet, et vous félicite pour la qualité de votre plume et de votre analyse (comme souvent). Et bien sûr, vive le peuple wallon et ses représen...

à écrit le 25/10/2016 à 10:59
Signaler
Monsieur Godin, Merci pour tous vos articles judicieux, dommage qu'on ne vous voit plus dans "c dans l'air " pour contrebalancer l'ambiance neoliberale. Dans un environnement mediatique aux mains de grand groupes qui remplacent information pas prote...

le 25/10/2016 à 14:39
Signaler
Il n'a jamais été à c'est dans l'air, vous devez confondre. On le voit le soir à 18 h sur bfm business et de temps en temps le matin chez les experts. Il est discret dans les médias, c'est pas Christophe Barbier ou Alain Duhamel qui mange à tous le...

à écrit le 25/10/2016 à 10:57
Signaler
La Wallonie n'a en réalité pas de problème sur le fond du traité avec le Canada, confession signée Paul Magnette hier soir à la TV belge: "Il y a un accord avec le Canada, sur cet accord on est complètement SATISFAIT, mais il y encore des points à cl...

à écrit le 25/10/2016 à 10:57
Signaler
"Entre le risque de bloquer le Ceta et d'irriter l'Europe et celui de se couper de sa population, il choisit la première option". Enfin une profession de vrai démocrate : le représentant du peuple se doit de le représenter et défendre ses intérêts. N...

le 25/10/2016 à 14:46
Signaler
Pour bien connaitre la Wallonie, c'est aussi et surtout à des fin de politique intérieure.Le Ptb, maoiste, plus à gauche que mélenchon, menace le Ps. La Belgique est dans une coalition à la suédoise, entre libéraux francophone Mr, cd and v (droite f...

à écrit le 25/10/2016 à 10:44
Signaler
"500 millions d'Européens peuvent-ils se laisser dicter leur sort par une poignée de Belge". Ah bon, les 500 millions d'Europeens sont favorables ,c'est nouveau .

à écrit le 25/10/2016 à 10:40
Signaler
Petite rappel des faits: 1- TOUS les gouvernements élus des 28 Etats européens ont donné un mandat ultra-détaillé à la Commission Européenne pour négocier le CETA 2- La Belgique, y compris la wallonie, ont également voté ce mandat: même les députés...

le 25/10/2016 à 12:11
Signaler
Ce n'est pas ce qu'a dit Mr Magnette , ces discussions étant secrètes (pourquoi ?). D'autre pas on ne signe que le document fini. Suite aux refus des wallons, le texte a soudainement avancé .. Et sans les refus des wallons ces compromis n'aurait pas...

le 25/10/2016 à 12:28
Signaler
Il ne s'agit pas que seuls les gouvernements soient informés, mais aussi les POPULATIONS. Les gens sont pris trop souvent comme quantité négligeable par les gouvernements, cela ne peut pas durer

le 25/10/2016 à 12:36
Signaler
Tout ce ci est très juste, je vais néanmoins compléter votre tableau. 3bis : le 8 octobre 2015, le gouvernement wallon informe à la commissaire européenne Malstrom de réserves sérieuses par rapport à certain point du texte. Celle-ci ne répondit que ...

le 25/10/2016 à 13:16
Signaler
votre démocratie n’est même pas une dictature du prolétariat, c’est celle des intrigants qui parlent en son nom. Votre majorité est celle des affairistes et de leurs souteneurs qui voudraient s’approprier les espaces de vie dans lesquels les peuples...

le 25/10/2016 à 13:52
Signaler
kida: informez vous, c'est le début de la liberté. https://www.youtube.com/watch?v=B5GhqxWeqzQ&feature=youtu.be

le 25/10/2016 à 14:16
Signaler
@Olivier: 1- le point 5 n'est pas hors-propos: il démontre juste que l'opposition au mecanisme de d'arbitrage est factice, puisque la Wallonie ne s'oppose pas aux mecanismes d'arbitrage qui la lie a de tres nombreux pays alors que ceux-ci ne dispose...

le 25/10/2016 à 14:21
Signaler
@amaldo: 1- Vous semblez découvrir que les politiciens ne disent pas toujours la vertié. Les procédures de négociation commercial sont codifiées dans les traités Européens, et les agenda des différents groupes ou les Etats membre sont tenus informés...

le 25/10/2016 à 14:24
Signaler
@wxc: la décision d'ouvrir des négociations avec le canada, ainsi que le mandat de négociation ont été rendu public. Le traité aussi est public. il n'y a donc rien de secret. Commencez donc par aller le lire plutot que de dire qu'on vous cache des c...

le 25/10/2016 à 15:44
Signaler
@papouasi: seriez vous en train de remetter en cause la légitimité démocratique des gouvernements élus? car ca y ressemble furieusement.

le 25/10/2016 à 17:10
Signaler
@kida. Seriez-vous en train de remettre en cause la légitimité du gouvernement wallon?... car ca y ressemble furieusement… pour autant, la démocratie ne consiste pas à signer un chèque en blanc à une poignée d’individus parfois à peine éduqués pour...

le 26/10/2016 à 15:46
Signaler
KidA, vous oubliez un fait: Les français ont rejeté la constitution européenne en 2005 et N.S leur a fait un doigt d'honneur en 2007. Avant de pleurnicher sur le CETA, il faut refondre l'UE !!

à écrit le 25/10/2016 à 10:30
Signaler
Pour paraphraser Godin: Cet article traduit en réalité surtout une incompréhension de la réalité constitutionnelle belge. En effet, la Wallonie bloque essentiellement sur le mecanisme d'arbitrage en matière di'nvestissement. or ceci n'est PAS du ress...

le 25/10/2016 à 14:50
Signaler
Exact, c'est ce que je viens de dire.Magnette n'a pas des intentions aussi nobles qu'il veut bien le dire, seuls les Francais peuvent le croire. Sans le ptb, le ceta serait signé, surtout si le ps était aux manettes du pouvoir au niveau fédéral.

à écrit le 25/10/2016 à 9:59
Signaler
Merci les Wallons, tenez bon. pour une fois le peuple Européen ( représenté uniquement par les Wallons car on ne nous a pas demandé notre avis ) peut enfin décider de son avenir. #JeSuisWallon

à écrit le 25/10/2016 à 9:57
Signaler
"La « volonté générale européenne ". La volonté générale européenne, c'est la volonté du PPE, c'est à dire la coalition des droites libérales. Les peuples n'ont absolument rien à attendre des libéraux qui oeuvrent uniquement pour leur propre intérêt...

le 25/10/2016 à 10:52
Signaler
Le PPE na pas de majorité seul au niveau européen. La majorité Européenne est le fait d'accord trans-partisan entre le PPE, le PSE et l'ALDE principalement. (centre droit, centre gauche et centre), auquels parfois selon les sujets s'ajoutent les voi...

le 25/10/2016 à 14:56
Signaler
Il y a eu des élections monsieur. Le peuple ca ne veut rien dire. Aux élections européennes le ppe a été majoritaire. La droite est au pouvoir à peu prés partout, à part au portugal, gréce. En suéde et en italie, c'est une gauche trés libérale. Br...

le 26/10/2016 à 14:46
Signaler
A Willem, Vous avez bien raison, on voit ce que cela a donné et le résultat ! Une usine à mouche, une ruche qui ne se nourrit qu'exclusivement de tous les lobbies en tout genre, des plus mafieux comme Goldman Sachs (Barroso en tête et nouvelle...

à écrit le 25/10/2016 à 8:50
Signaler
7 ans pour ça, si ce n'est pas de la paresse... Décidément, aucune décence ces gens là. En plus, pour fournir un traité pareil, franchement, nous avons vue mieux.

le 25/10/2016 à 15:12
Signaler
Vous l'avez lu ? 1000 pages. Je parie que non, comme le traité constitutionnel de 2005, que personne ou presque ici n'avait lu. Vous avez voté contre à cause de la caricature du plombier Polonais, un peu léger comme argument. Moi méme étant allemand...

à écrit le 25/10/2016 à 8:44
Signaler
Et oui, l'Europe de Bruxelles et des lobbies.Si tu n'es pas d'accord on va te saigner. Une conception democrate tres speciale.... Vive les Wallons et les belges. Ne signez pas ce truc, vous serez manges. N'ecoutez plus Bruxelles.

le 25/10/2016 à 10:38
Signaler
"Bruxelles" c'est aussi une région de Belgique, et cette région-là dit aussi "NON" au CETA en l'état. C'est un peu compliqué à comprendre de l'étranger, nos subtilités constitutionnelles, mais c'est ainsi. Bruxelles c'est une ville-région d'un peu pl...

à écrit le 25/10/2016 à 8:35
Signaler
Depuis une quinzaine d’années la « mode » est aux accords bi latéraux l’OMC n’étant plus porteuse de « croissance » pour ceux qui veulent une grande dé régularisation sous couvet d’un meilleur!!!! pour le citoyen. Pour cela des lobbies puissants fr...

le 25/10/2016 à 10:48
Signaler
Ne nombreuses approximations dans vos affirmations. 1. La Commission Européenne a reçu un mandat de négociation ultra-détaillé de la part des gouvernements élus: ce sont les ministres du Commerce des 28 Etats qui accorde formellement un tel mandat. ...

le 25/10/2016 à 14:59
Signaler
Il n'y a pas de mode.. Méme le maroc conclue des accords de libre échange avec l'europe et les Usa. Pourtant le maroc est loin d'étre libéral, surtout avec le Pjd islamiste au pouvoir. Ne plaquez pas vos désirs avec une réalité fantasmée.

le 25/10/2016 à 23:05
Signaler
👍🏻👍🏻👍🏻 T'as bien résumé la chose ! Des incompetents corrompus et qui ne représentent que leur salaire de politicards et de corrompus au service des multinationales qui vont faire la leçon à de vrais HOMMES du peuple !!! Nos politiques français de...

à écrit le 25/10/2016 à 8:11
Signaler
Commence à se vérifier ce que j'ai annoncé par anticipation depuis 2008. 1. L'Union européenne va se désintégrer en plusieurs entités. 2.Les utopistes francs-maçons qui sont à l'origine de ce brouillon d'Europe vont se raidir pour sauver leur artef...

le 25/10/2016 à 15:18
Signaler
Schumann, monnet étaient des atlantistes franc macons patentés pro usa, qui voulaient détruire les états nations et les frontiéres comme Georges Soros. Soros, Attali ont réussit : belgique dans les choux, ukraine affaiblie, Brexit etc..Hongrie, autri...

à écrit le 25/10/2016 à 7:51
Signaler
Les dirigeants wallons ont plus de courage que les dirigeants français au pouvoir ou dans l'opposition. Et après, ils oseront nous parler de populisme et tenteront de nous culpabiliser alors que c'est eux-mêmes qui suscitent les réactions populistes ...

à écrit le 25/10/2016 à 6:54
Signaler
Une fois de plus nos dirigeants ou les prétendants font fi de la démocratie, ou sont les discutions sur ce traité ils veulent nous le faire signer dans le dos quid des engagements sur des normes environnementales, ils n'ont pas besoin de l'accord ...

à écrit le 25/10/2016 à 4:31
Signaler
Merci Monsieur Godin pour cet article éclairé. Après les monstruosités populistes que j’ai pu lire dans la presse ces derniers jours, les jeux communautaires et j’en passe, voici enfin une analyse simple et objective de la situation et ce, avec une b...

à écrit le 24/10/2016 à 22:10
Signaler
Je suis Wallon. Vive la vraie démocratie !

à écrit le 24/10/2016 à 21:41
Signaler
Merci Mr Godin c'est en effet un excellent article et vous démontrez d'une part vis connaissance de l'Europe et d'autre part que vous n'êtes pas un euro septique d'extrême gauche mais un défenseur d'une autre Europe. Dès lors, cette Europe ne pourra...

à écrit le 24/10/2016 à 21:41
Signaler
Il nous reste quelques jours pour bloquer cette folie des traités de libre-échange. Il faut replacer ces traités dans leur contexte : - Ils sont d’abord idéologiques, correspondent aux années Thatcher et Reagan, avant la prise de conscience du récha...

le 25/10/2016 à 0:00
Signaler
Vous etes contre les multinationales ? Alors pourquoi utiliser google et facebook ? Pourquoi acheter du Samsung, des Iphones et des Ipad et des PCs packard bell ou HP, des appareils photo Nikon ou Canon ? Pourquoi acheter des automobiles Volkswagen ...

le 25/10/2016 à 1:23
Signaler
Mais il reste Cuba,le Venezuela,Poutine,Trump et Mélenchon pour assurer un avenir forcément radieux à vos petits enfants.

le 25/10/2016 à 9:00
Signaler
Tout à fait d'accord avec les arguments de cet exposé. La mondialisation ne profite pas au citoyen lambda de l'U.E. Elle lui est même totalement préjudiciable. Combien d'emploi a t'elle déjà détruit sur le continent ? Pour quel profit ? N'aurions nou...

le 25/10/2016 à 9:06
Signaler
Entierement d'accord, merci pour cette analyse.

le 25/10/2016 à 9:06
Signaler
Entierement d'accord, merci pour cette analyse.

le 26/10/2016 à 6:56
Signaler
"La mondialisation ne profite pas au citoyen lambda de l'U.E. "...Il n'y a rien de plus faux. Quand des touristes chinois ou japonais ou américains font vivre l'économie belge ou française, tout le monde dit c'est super. Quand les français et belges ...

à écrit le 24/10/2016 à 21:24
Signaler
<http://transatlantique.blog.lemonde.fr/2016/10/07/demissionner-pour-mieux-voter-letrange-manoeuvre-des-socialistes-pour-eviter-le-blocage-du-ceta/>- A l'assemblée : "La résolution a finalement été rejetée, laissant les mains libres à Matthias Fekl p...

à écrit le 24/10/2016 à 20:39
Signaler
Qui ne dit mot consent . Tous les chefs de gouvernement d'Europe et du Canada se sont tus, aucun chef d'entreprise , aucun économiste n'a parlé, alors qu'ils donnent immanquablement de la voix contre la moindre contestation de leur autorité ? Qu'e...

à écrit le 24/10/2016 à 20:27
Signaler
Bravo à la Wallonie.....un courage dont devrait s'inspirer beaucoup d'européens!!!!

à écrit le 24/10/2016 à 20:07
Signaler
Effet domino enclenché. Et ce sont les Anglais qui ont ouvert le bal. Pas les Britanniques, les Anglais. Ils ont fait coup double et ont embarqué le Royaume-Uni dans la décomposition au même titre qu'ils ont embarqué l'UE dans la décomposition. Chaqu...

le 25/10/2016 à 7:47
Signaler
Erreur mon cher balafenn, le bal a été ouvert par les Français et les Néerlandais, avec le Non à la Constitution Européenne, en 2005, il y a 11 ans....

à écrit le 24/10/2016 à 20:03
Signaler
Et donc maintenant LA question : comment imposer le "traité" par un autre moyen..?? Je vais bientôt à Lille, mais je pense que je vais aller passer une journée à Bruxelles. Avec une pancarte.

à écrit le 24/10/2016 à 19:43
Signaler
Mais qu' est ce que le Canada a de si intéressant à nous proposer ? en terme d' agriculture, agroalimentaire , manufacture , service que nous n' avons déjà en Europe .

à écrit le 24/10/2016 à 19:41
Signaler
Monsieur Godin, Je suis belge (bruxellois) et je tiens à vous remercier, chaleureusement, pour votre remarquable article. Vous êtes un bon connaisseur des institutions de mon pays, ce qui est loin d'être le cas dans la presse française, toutes ten...

à écrit le 24/10/2016 à 19:33
Signaler
Ils ont oublié de mettre la bièrrre dans l'exclusion des marchandises du CETA. C'est pour ça! Ils me font plaisir les amis belges pour le coup, on sent leur côté gaulois.

à écrit le 24/10/2016 à 19:20
Signaler
Une petite région belge qui porte la voix de centaine de millions de gens, c'est cela qu'aurait pu faire la beauté de l'europe si les circonstances n'étaient pas celles-là. Vous êtes très optimiste sur l'europe, ce cas de figure se fait contre el...

à écrit le 24/10/2016 à 19:06
Signaler
Merci, grand merci aux Wallons !! Enfin on va peut être, je dis bien peut être.... respecter un petit peu plus les citoyens européens.... car cette bande d'élus (très mal élus d'ailleurs pour la plupart...) ne travaille que pour quelques multinationa...

à écrit le 24/10/2016 à 18:26
Signaler
Pas sûr que ce soit ces "confettis" comme la Wallonie qui finissent de détruire l'Europe. En fait ils sont même les derniers remparts démocratiques avant la prise en main définitive de l'Europe par les mafias multinationales et les lobbies (ce qui ...

à écrit le 24/10/2016 à 18:25
Signaler
Enfin des dirigeants non frappés de cécité sur ces accords digne d'un marché de dupes. Pour une Europe combative, Vive la Wallonie !

à écrit le 24/10/2016 à 17:53
Signaler
C'est Juncker qui avait voulu faire de ce traité un exemple de démocratie européenne. Ce qui fait qu'en plus du parlement européen, pour une fois consulté, le traité devra être ratifié dans les mêmes termes par 34 autres parlements (certains pays ...

le 25/10/2016 à 10:55
Signaler
Juncker a en fait cedé à la pression franco-allemande, qui ont fait de la politique interne. car l'analyse juridique montre très clairement que ce traité est de la compétence exlusive européenne, donc les parlements nationaux n'ont pas a etre consult...

à écrit le 24/10/2016 à 17:27
Signaler
C'est " Moi Président Je " ET LUI SEUL, qui a exigé le vote des 28 Parlements, sinon il n'y aurait pas eu ce blocage qui va isoler " l'europe " ainsi discréditée pour toute coopération internationale. A présent les coopérations seront Amérique-Asie-P...

le 24/10/2016 à 19:10
Signaler
Eh bien tant mieux !!! Nous serons enfin dans un pays (ou un ensemble de pays) où il fera bon vivre, ou les richesses seront partagées équitablement, où les ilpôts seront payés par tous pour refaire nos routes, payer les infirmières et les médecins d...

le 24/10/2016 à 20:26
Signaler
@Mediator, Si vous croyez qu'il suffit de bloquer la mondialisation pour obtenir ce que vous dites vous pouvez vous faire soigner rapidement. La première cause d'échec vient de nos gouvernements nationaux et de leurs conseillers.

le 24/10/2016 à 21:48
Signaler
Je ne savais pas que c'était "moi président" qui avait demandé la ratification par les 28 (ou 34) parlements, mais je ne peux que le féliciter. cela nous évitera un désastre industriel et agricole.Merci aussi aux Wallons, sans doute les seuls à avoir...

le 25/10/2016 à 10:24
Signaler
Un accord de préférence commerciale avec le Canada n'est pas urgent, nos relations avec eux sont bonnes, mais est on bien sur que celà représente l'opinion de tous les Canadiens, de certains Québéquois en particulier, il y aurait aussi des avis diff...

le 25/10/2016 à 12:29
Signaler
Vous avez été endoctrinés par la propagande de l'U.R.S.S, vous l'etes, par La République Démocratique du Nord : vous y avez séjourné, en qualité de Camarade. Ce que vous décrivez résulte de votre livre de chevet : Karl Marx. Le Socialisme est l'étape...

le 25/10/2016 à 12:32
Signaler
La République Démocratique de Corée du Nord est votre modèle : pourquoi pas.

le 25/10/2016 à 14:56
Signaler
" Médiator " est un Communiste Idéaliste et Isolasionniste : il souhaite que cette " europe " de 27 intérets égoistes et divergents, doit se renfermer en autarcie vis à vis des Amériques-Asie-Pacifique-Afrique-riches pays arabes. Taxer et taxer, et...

à écrit le 24/10/2016 à 17:20
Signaler
Vive les Wallons! Une belle leçon de démocratie à des élites à la solde des lobbies et qui considèrent que leurs intérêts particuliers doivent prévaloir sur ceux de 500 millions d'européens. J'ai honte que la France se fasse donner des leçons de co...

le 24/10/2016 à 18:22
Signaler
Complètement d'accord avec vous. Cette Europe est à refaire de fond en comble. Mais POUR l'intérêt général.

le 25/10/2016 à 16:42
Signaler
Entièrement d'accord avec vous, encore BRAVO aux wallons ! Dommage que d'autres n'aient pas ce courage de faire front face aux lobbies qui veulent nous bouffer.

à écrit le 24/10/2016 à 17:18
Signaler
Pour une fois, quelqu'un ne sait pas coucher devant une assemblée obscure, qui signe des traités dans le dos des peuples. Alors je dis bravo et merci aux Wallons.

à écrit le 24/10/2016 à 17:12
Signaler
Bravo les Wallons !. La "dictature" de bruxelles, incarnée par Barroso, Juncker et autres, qui foule aux pieds les referendum de 2005, qui critique les Anglais du Brexit et qui maintenant lance un ultimatum sur la Wallonie devient insupportable

à écrit le 24/10/2016 à 17:02
Signaler
la Wallonie respecte -elle les critères de Maastricht?Si la réponse est non,elle doit etre exclue de l'Europe.la mondialisation est irréversible,l'accord Certa va dans le bon sens.dans un monde global on ne peut tolérer que certains éléments bloquent...

le 24/10/2016 à 18:14
Signaler
Elu ps où nationale socialiste?

le 24/10/2016 à 20:28
Signaler
J'espére que vous êtes ironique. dans le doute, je vous signale que la grande Allemagne elle même ne respecte pas les critéres de Maastricht. Mais bon on peu sortir tout le monde de l'Europe mais qui paiera les salaires de Bruxelles pour nous fa...

le 24/10/2016 à 21:58
Signaler
C'est le libre -échange qui est un dogme, une vérité révélée par les britanniques au XIX ème siècle lorsque leur industrie pouvait dominer le monde. Les trois traités qui sont en négociation contiennent de nombreuses clauses inacceptables , dont : ...

le 25/10/2016 à 11:16
Signaler
@verklarte: ce que vous dites est faux. Avez vous lu le CETA au moins? Probablement pas. La preuve est dans le CETA lui même qui (je cite): "Reconnait que les dispositions du présent Accord préserve le droit des Parties de Réglementer dans leurs t...

le 25/10/2016 à 15:07
Signaler
@Remi. Mon pays est en excédent budgétaire avec une dette maitrisé à 70 pc. On a certes dépassé les 60 pc maastricht comme nos amis bataves, mais sur ce point la France avec ses 100 pc de dettes (2 200 milliards); ses presque 4 pc de déficit et sa qu...

à écrit le 24/10/2016 à 16:57
Signaler
La Wallonie n'est pas un pays membre de l'UE, c'est la Belgique qui l'est. Pain béni pour ceux qui rêvent de la faire éclater (dont les flamands).

à écrit le 24/10/2016 à 16:52
Signaler
La Wallonie est peut-être la mauvaise conscience de l'Europe. La France de Calais est la HONTE de l'Europe.

le 24/10/2016 à 19:32
Signaler
C'est vrai, la France n'aurait jamais dû laisser se reconstituer la jungle de Calais après sa première évacuation en 2009. Un tel laxisme est effectivement une honte.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.