Chine : l'activité manufacturière au plus bas depuis 11 mois

 |   |  388  mots
Les entreprises (chinoises) continuent de sabrer dans leurs effectifs, explique HSBC
"Les entreprises (chinoises) continuent de sabrer dans leurs effectifs", explique HSBC (Crédits : Reuters)
Le secteur manufacturier chinois s'est fortement contracté en mars sous l'effet d'une demande morose, selon un indice préliminaire publié mardi par la banque HSBC. Ce mauvais chiffre est le symbole d'un ralentissement économique chinois marqué en ce début d'année.

Encore un mauvais chiffre pour la Chine. L'activité manufacturière chinoise s'est fortement contractée en mars, effaçant le rebond de février. L'indice PMI des directeurs d'achats calculé par HSBC et publié mardi 24 mars -encore provisoire, le mois n'étant pas achevé- s'est établi à 49,2, contre 50,7 en février, son plus bas niveau depuis onze mois.

Pour rappel, un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu"un indice inférieur à ce seuil signale une contraction.

"Les entreprises continuent de sabrer dans leurs effectifs"

Après le fort rebond de février, dû notamment à un sursaut avant les congés du Nouvel an lunaire, le repli de mars "suggère une certaine détérioration de la santé du secteur manufacturier", a observé Annabel Fiddes, économiste de Markit, la firme de données économiques compilant l'indice pour HSBC.

"Les entreprises continuent de sabrer dans leurs effectifs", a-t-elle détaillé, pointant aussi les pressions sur l'accroissement de la production.

"Demande relativement morose"

Certes, le vif déclin des cours des matières premières réduit certains coûts pour les entreprises, mais "une demande relativement morose (...) les oblige à abaisser leurs prix de vente de façon tout aussi rapide" dans le but de garder leurs clients et parts de marché, a ajouté Annabel Fiddes.

Une nouvelle contraction des commandes à l'exportation -bien que moins sévère que le mois précédent- témoigne de l'état toujours maussade de la demande internationale.

Tandis que la très brutale chute de la composante mesurant les nouvelles commandes dans leur ensemble reflète la perte de dynamisme continue de la consommation intérieure.

"Ralentissement économique marqué" début 2015

"Cet indice PMI conforte nos prévisions d'un affaiblissement de la croissance économique chinoise au premier trimestre, à 6,9%", commentaient les analystes de la banque Nomura.

"Le PMI n'est que la dernière statistique en date de toute une série d'indicateurs décevants, décrivant un ralentissement économique marqué pour le début 2015", abondait Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

Pour l'analyste, face aux difficultés persistantes du secteur manufacturier, Pékin devrait poursuivre les assouplissements de sa politique monétaire et accroître ses dépenses publiques pour "empêcher que la croissance ne recule trop en deçà de l'objectif officiel" de 7% pour l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :