Comment le revenu universel pourrait doper l'économie américaine

En partant d'un modèle de macro-économie d'inspiration keynésienne, qui met donc l'investissement public et la consommation en avant, les chercheurs du Roosevelt Institute ont élaboré quelques scénarios de mise en place d'un revenu universel aux Etats-Unis. Et les estimations sont très positives...
Hugo Baudino

2 mn

1.000 dollars par personne et par mois, voici le revenu universel idéal pour l'économie américaine, selon le Roosevelt Institute.
1.000 dollars par personne et par mois, voici le revenu universel idéal pour l'économie américaine, selon le Roosevelt Institute. (Crédits : Reuters)

Un revenu universel de 1.000 dollars par mois, pour une croissance qui accélère de 12,56% sur huit ans. Les économistes du Roosevelt Institute, organisme plutôt classé à gauche, ont publié une étude relayée par Fortune dont les prédictions font état d'un revenu universel qui relancerait totalement la croissance américaine à moyen terme.

L'étude explore l'impact du revenu universel sur l'économie en se basant sur deux scénarios, qui diffèrent sur le financement de la mesure. L'un utilise un accroissement de la dette fédérale des Etats-Unis, l'autre repose sur une hausse de la fiscalité des ménages. Ensuite, pour chacun des deux financements, trois montants de revenu universel, ou Universal Basic Income (UBI) en VO, sont appliqués : 1.000 dollars par mois pour chacun des adultes, 500 dollars mensuels par adulte ou 250 dollars mensuels versés aux parents pour chacun de leurs enfants.

Un modèle optimiste... pour des estimations très positives

Pour estimer les effets de tel ou tel scénario, le Roosevelt Institute a donc appliqué un modèle économique de type keynésien, le modèle Levy. Ce modèle macro-économique repose, en résumé, sur la relance par l'investissement public et la consommation. En appliquant ce modèle, dont le Roosevelt Institute admet qu'il est plutôt optimiste, un revenu universel, financé par la dette, de 1.000 dollars par personne aux Etats-Unis produirait donc un résultat impressionnant : un gain de croissance de 12,56% sur huit ans. En appliquant le plus petit dispositif, soit les 250 dollars mensuels par enfant, le gain de croissance ne serait que de 0,79%.

Si le financement était effectué par une hausse de la fiscalité, l'effet serait nul, à part si on prend en compte les effets de redistribution. En d'autres termes, il faut partir du principe suivant : "un dollar dans les mains d'un ménage aux faibles revenus entraîne des dépenses de consommation plus importantes". Dans ce cas de figure, un revenu universel financé par une hausse de la fiscalité entraînerait également des retombées positives pour la croissance du pays. Alors, le revenu universel, un dispositif gagnant-gagnant ?

Lire aussi : Mark Zuckerberg se prononce en faveur du revenu universel

Hugo Baudino

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 09/09/2017 à 22:09
Signaler
Ce "revenu de base" n'est pas une solution si par ailleurs on retire les allocations sociales, la Sécurité sociale, etc. Ce serait la précarité généralisée...

à écrit le 09/09/2017 à 12:52
Signaler
Il y a un problème de raisonnement , cet argent distribué sans contrepartie en faisant les poches de la classe moyenne provoquera une perte d'attractivité des dits pays qui verront leurs forces vives s'expatrier . En premier lieu , les principaux ac...

à écrit le 08/09/2017 à 17:39
Signaler
En gros, il y aura les bénéficiaires du RU et les esclaves qui travaillent, comme dans l'antiquité.

à écrit le 08/09/2017 à 17:01
Signaler
Il ne peut être question du revenu universel mais du travail universel ! Dans un cas les prix monteraient en aggravant les inégalités par effet de levier. C'est pourquoi l'on parle de relance keynésienne sans savoir non seulement ce que disait l"écon...

le 09/09/2017 à 9:06
Signaler
Le RU faciliterait le travail universel en rendant possible le SMIC à temps partiel voire un salaire horaire inférieur au SMIC horaire pour certains jobs trop chers pour exister aujourd'hui. C'est l'absence de RU qui provoque le non travail.

à écrit le 08/09/2017 à 14:17
Signaler
(2) Merci beaucoup pour cet article progressiste, articles de plus en plus rares. Avant l'utopie c'était de vivre tous ensemble égaux, libres et frères, les néolibéraux ayant énormément avancé leurs pions , aujourd'hui l'utopie c'est d’appliquer ...

à écrit le 08/09/2017 à 13:28
Signaler
Le plein emploi avec des salaires permettant de vivre pour tout le monde est impossible sans subvention (chez nous : prime d'activité, exonération de charges, emplois aidés). C'est exactement équivalent au revenu universel sauf que le RU est une solu...

à écrit le 08/09/2017 à 13:09
Signaler
"accroissement de la dette" et qui s'appuie la note en finale ? "un dollar dans les mains d'un ménage entraîne des dépenses de consommation plus importantes", oui, mais ils achètent chinois, ce qui est bon pour l'économie chinoise, pas pour l'économi...

à écrit le 08/09/2017 à 12:52
Signaler
Sur le long terme, un accroissement plus rapide de la consommation entraîne un épuisement plus rapide des ressources de la Terre. La fin de la "civilisation" humaine en sera accélérée d'autant. Mais bon on s'en fout parce que c'est loin (dans 30-50 a...

à écrit le 08/09/2017 à 11:23
Signaler
Merci beaucoup pour ces propos progressistes que l'on entend ni ne li quasiment plus. Autrefois l'utopie c'était l'égalité, la liberté et la fraternité pour tous, stade que nous n'avons jamais atteint à cause de l'oligarchie et cette dernière ayan...

à écrit le 08/09/2017 à 11:16
Signaler
C'est une très bonne idée, personne n'en doute, comme de dire si on mettait 1 mio de fortune pour chaque Français, mais les problèmes juridiques sont difficiles à résoudre, comme l'égalité de traitement ou l'égalité de tous devant la loi, car octroye...

à écrit le 08/09/2017 à 11:00
Signaler
Le principal c'est d'accélérer la circulation de la monnaie pour éviter cet effet de manque que génère l'inquiétude!

à écrit le 08/09/2017 à 8:57
Signaler
si vous aviez lu keynes vous sauriez que la consommation est d'importance secondaire chez les keynesiens ( dont le long terme, c'est trois mois) ; par contre elle l'est a long terme chez les monetaristes passe ce rappel theorique, ca n'evalue pas le...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.