Revenu universel : le fondateur d'eBay investit 500.000 dollars au Kenya

 |   |  507  mots
La fortune de Pierre Omidyar est estimée à 8 milliards de dollars.
La fortune de Pierre Omidyar est estimée à 8 milliards de dollars. (Crédits : REUTERS/Tim Shaffer)
Pierre Omidyar, multimilliardaire et fondateur du géant eBay, a investi environ 500.000 dollars dans un projet de revenu universel au Kenya. Cette initiative illustre l'attrait des entrepreneurs de la Silicon Valley pour un revenu garanti pour tous.

Le revenu universel continue d'intéresser la Silicon Valley. Le réseau Omidyar Network de l'entrepreneur américain Pierre Omidyar dont la fortune est évaluée à 8 milliards de dollars par Forbes, vient d'investir 493.000 dollars dans une expérimentation de revenu universel au Kenya. Ce projet est piloté par la plateforme GiveDirectly, une association à but non-lucratif qui vient en aide aux familles situées dans l'extrême pauvreté. Cette initiative provient de la volonté de vouloir expérimenter le revenu universel :

"Il est clair que les transferts d'argent ont un rôle important à jouer dans la réduction de la pauvreté et l'autonomisation des individus. [...] Même si l'on sait que les transferts d'argent dans les pays en développement aident à réduire la pauvreté et améliorer les revenus pour des familles, ce projet n'a pas été testé sur une période à long terme ou avec un pôle important de bénéficiaires."

75 centimes de dollar par jour

Le projet prévoit de verser quotidiennement à 6.000 Kenyans des sommes d'argent fixes peu importe leurs revenus. Le versement de cette somme équivaut à la moitié du revenu moyen dans certaines zones rurales du Kenya. D'après la Banque mondiale, le seuil de pauvreté est fixé à 1,9 dollar par jour. D'après le communiqué, 20.000 autres personnes doivent également recevoir une somme mais pour une période plus courte. 200 villages en tout sont concernés. Des chercheurs de l'université de Princeton et du Massachussets Institute of Technology vont travailler également sur le projet afin d'en évaluer l'impact.

La Silicon Valley s'intéresse au revenu universel

Pierre Omidyar n'est pas le premier entrepreneur de la Silicon Valley à soutenir le dispositif de revenu universel. Le PDG de Space X Elon Musk  a plusieurs fois exprimé la nécessité d'un revenu universel notamment face à l'automatisation du travail. Il avait avait d'ailleurs expliqué sur la chaîne CNBC :

"Je veux être clair : ce n'est pas quelque chose que je souhaite voir arriver (ndlr : l'automatisation du travail) mais je pense qu'elle surviendra probablement. Et si mon évaluation est correcte, et elle va vraisemblablement l'être, a précisé Elon Musk. Alors nous devons penser à ce que nous allons faire à ce sujet".

>> Lire aussi : Pour Elon Musk, l'homme doit devenir un cyborg

Le chercheur et écrivain américain Evgeny Morozov explique que cet attrait des entrepreneurs californiens pour le revenu universel est notamment lié au libertarianisme.

"Bien sûr, il y a d'abord la vieille allergie libertarienne à l'Etat-providence, un spectre que le revenu universel, combiné à un démantèlement total des services publics, pourrait définitivement réduire à néant."

L'autre explication avancée par le penseur est liée à la nature précaire des emplois. Cette dernière "serait mieux supportée si les employés disposaient par ailleurs d'une ressource stable. Conduire une voiture pour Uber serait alors vécu comme un loisir, agrémenté d'un petit bénéfice matériel. Un peu comme la pêche, mais en plus social".

>> Lire aussi : Le Parlement européen rejette le revenu universel

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2017 à 21:42 :
Faut-il applaudir à cet article ?
E-bay investit 500.000 $ . Cela vaut moins que le manoir de Fillon !
a écrit le 24/02/2017 à 3:11 :
0,5 M$...même pas de quoi payer un hublot du yatch commandé par le nabab russe Andrey Melnichenko. Avec cela, il bénéficiera de combien en réduction d'impôts ?
a écrit le 23/02/2017 à 20:57 :
C'est amusant : tous ces gens de la silicon valley qui font tout pour ne pas payer d'impôts, qui font fabriquer au plus bas coût possible donc en distribuant des salaires les plus bas possibles s'intéressent au revenu universel. --- Eclaircissont les tenants et les aboutissants : Ils donnent une petite somme bien moindre que les impôts qu'ils pourraient payer pour une aumône universelle censée faire acceptée les bas salaires proposés. Le but est plus clair ainsi : permettre de pérenniser leurs marges indécentes et leurs fortunes tout en se donnant une meilleur image grâce à un bon plan com'.
Réponse de le 24/02/2017 à 7:46 :
C'est au contraire très logique. S'ils n'ont plus de clients capables de s'acheter leurs produits, ils font faillite. La politique de l'offre à la Française ne marchant pas, les milliardaires savent que la politique de la demande est celle qui marche le mieux...
a écrit le 23/02/2017 à 12:13 :
500 000 dollars à comparer avec le coût en France du revenu universel, pas si universel que cela maintenant, de Hamon dont la fourchette varie entre 350 et 450 milliard d'euros par an ! Comment se faire de la publicité et passer pour un bienfaiteur quand toutes ces multinationales du numérique ne paient pas d'impôts et de taxes et font de l'optimisation fiscale à outrance.
Réponse de le 23/02/2017 à 17:11 :
La preuve, 500000 dollars et combien d'articles sur lui ?

Un très bon investissement en sommes.
a écrit le 23/02/2017 à 11:19 :
Je ne sais pas pourquoi mon commentaire n'est pas passé, certainement à cause de quelqu'un fâché avec les maths, mais donner 500000 euros sur 8 milliards c'est comme donner un euro quand on en possède 16000.

Donc en donnant 500000 euros il donne bien la pièce comme nous donnons un euro au sdf du coin. C'est l'aumône, encore et toujours, milliardaires du net ou canal historique.
a écrit le 23/02/2017 à 10:56 :
Ces visionnaires savent ce que l'économie du partage peut apporter à l'humanité, et ils savent aussi que c'est possible. Mais ce n'est pas la trajectoire souhaité par ceux qui dominent le système économique mondial inéquitable, et qu'ils défendent avec des arguments idéologiques fallacieux.
Réponse de le 23/02/2017 à 21:16 :
oui, en effet, ils comptent les milliards que leur rapportent l'économie du partage des miettes...
Réponse de le 27/02/2017 à 17:20 :
Economie du partage n'est pas synonyme de partage d'argent. Il faut que le visionnaire remette ses lunettes...
a écrit le 23/02/2017 à 8:52 :
Cela ne veut pas dire grand chose, quand un multimilliardaire offre 500000 dollars pour une cause c'est comme quand le citoyen lambda donne un euro au sdf du coin.

Il a donné sa pièce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :