COVID-19 en 24h : fin des aides, inflation en zone euro, Inde...

 |  | 1147 mots
Lecture 7 min.
L'Inde prévoit d'étendre son gigantesque programme de vaccination aux personnes de plus de 60 ans à partir du 1er mars.
L'Inde prévoit d'étendre son gigantesque programme de vaccination aux personnes de plus de 60 ans à partir du 1er mars. (Crédits : FRANCIS MASCARENHAS)
Alors que les économistes réfléchissent aux obstacles qui menacent la reprise, le gouvernement appelle les entreprises à se préparer davantage à la fermeture du robinet des aides. D'autant plus que le rebond de l'inflation en zone euro rappelle les difficultés que pourrait rencontrer l'Europe à la sortie de la crise. Voici le graphique et les informations éclairantes de ces dernières 24 heures à suivre sur l'actualité Covid, en France et dans le monde.

L'INFO À SUIVRE - Les entreprises appelées à préparer la fin des aides

Beaucoup d'entreprises ne prennent pas assez de mesures pour anticiper la fin des aides accordées par l'État pendant la crise, selon les déclarations récentes de plusieurs spécialistes.

16.000 entreprises n'ont pas sollicité de redressement, de liquidation ou de sauvegarde en 2020, alors qu'elles l'auraient fait en temps normal, estimait ainsi fin janvier Sophie Jonval, présidente du conseil national des greffiers des tribunaux de commerce, lors d'une conférence de presse.

Un rapport remis vendredi au garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti fait aussi le constat que les petites entreprises, les indépendants ou les agriculteurs « n'ont généralement pas recours aux procédures amiables qui pourraient les protéger lorsque leur situation se dégrade ».

"On peut être bon en trésorerie, mais il se peut qu'on ne soit pas aussi bon à la sortie de crise", prévient également Thierry Bacquet, président du Centre d'information sur la prévention des difficultés des entreprises de Paris (CIP Paris).

Une crainte alors même que le gouvernement annonce un nouveau renforcement des aides. Il a annoncé mercredi renforcer la prise en charge des coûts fixes des entreprises les plus pénalisées par la crise, tandis que les conditions d'accès au fonds de solidarité pour la restauration rapide seront durcies, indique le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Il s'agit de prendre en charge 70% des charges fixes des entreprises de plus de 50 salariés et 90% [pour les] entreprises de moins de 50 salariés" qui font plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires mensuel, a détaillé le ministre lors d'un point presse téléphonique.

Les entreprises concernées sont celles des secteurs de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme, dans la limite de 10 millions d'euros sur une année, a-t-il précisé.

Lire aussi : Jusqu'à 7% des PGE pourraient ne pas être remboursés

LE CHIFFRE - 2 milliards d'euros

En 2020, le géant français de l'hôtellerie Accor a subi une perte nette proche de 2 milliards d'euros, et son activité a chuté de 60%, a-t-il annoncé aujourd'hui.

Le sixième groupe hôtelier mondial, qui possède des enseignes comme Ibis, Sofitel, Novotel, Mercure ou Pullman, a vu son chiffre d'affaires tomber à 1,61 milliard d'euros, et a perdu 1,98 milliard d'euros.

Accor Hôtels

De son côté le revenu par chambre disponible du groupe Accor (RevPAR), indicateur-phare de l'industrie hôtelière, a plongé de 62% l'an dernier.

Lire aussi : Perte d'exploitation: l'UMIH propose un soutien juridique aux 150.000 cafés, hôtels, restaurants face aux assureurs

LA PHRASE - « Les analyses soutiennent un profil de sécurité favorable » (FDA, Agence américaine de médicaments)

L'Agence américaine des médicaments a confirmé l'efficacité du vaccin unidose  de Johnson & Johnson, y compris contre des variants, présageant de son autorisation très prochaine aux Etats-Unis.

« Les analyses soutiennent un profil de sécurité favorable sans inquiétudes spécifiques de sécurité identifiées qui pourraient empêcher l'émission d'une autorisation d'utilisation en urgence »

L'efficacité du vaccin était de 85,9% contre les formes graves de la maladie aux Etats-Unis, et il était également efficace contre ces formes graves à 81,7% en Afrique du Sud et 87,6% au Brésil, où des variants sont largement répandus.

Lire aussi : Nouveau coup de canif d'AstraZaneca dans le programme de vaccination de l'UE

LE GRAPHIQUE - Les prix rebondissent dans la zone euro en janvier

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est redevenu positif en janvier, à +0,9%, après cinq mois négatifs, selon les chiffres définitifs de l'Office européen des statistiques Eurostat publiés le 23 février. L'inflation était passée en terrain négatif depuis le mois d'août et jusqu'en décembre, entre -0,2% et -0,3%, alimentant l'inquiétude sur l'état de l'économie européenne.

Ce rebond des prix pourrait toutefois être à relativiser. Plusieurs facteurs techniques expliqueraient en effet ce sursaut, dont notamment la fin de la baisse temporaire de la TVA en Allemagne.

Les plus fortes contributions au taux d'inflation annuel proviennent des services, suivis des biens industriels hors énergie, de l'alimentation, alcool et tabac et de l'énergie. La reflation en 2021 sera principalement alimentée par des effets de base et des prix de l'énergie plus élevés, selon un rapport d'Oxford Economics.

Lire aussi : L'inflation progresse de 0,6% en janvier en France

Made with Flourish

Lire aussi : L'inflation progresse de 0,6% en janvier en France

EN RÉGIONS - Dunkerque confinée le week-end

L'agglomération de Dunkerque sera soumise dès cette fin de semaine à un confinement local pendant les week-ends, pour contrer une incidence « alarmante » de l'épidémie, a annoncé mercredi sur place le ministre de la Santé Olivier Véran.

Lire la suite

Olivier Véran, ministre de la Santé, lors d'une déclaration à la presse, le 20 mai 2020

Lire aussi : L'hôpital de Dunkerque débordé par un tsunami de variants anglais

A Nantes, Xenothera avance dans son traitement contre le Covid

La biotech nantaise Xenothera mène un essai clinique dans une vingtaine d'hôpitaux pour tester l'efficacité thérapeutique d'un traitement anti-Covid-19, a-t-on appris auprès de l'entreprise. Ce traitement, à base d'anticorps polyclonaux, est destiné aux patients en début d'hospitalisation, a-t-elle précisé.

Au total, 67 patients soignés dans 21 hôpitaux français étaient concernés mercredi par cet essai baptisé "Polycor" et dont la phase 2B, autorisée par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a débuté fin décembre.

Lire aussi : Covid-19 : les biotech françaises sont aussi dans la course aux vaccins mais manquent de moyens

À L'ÉTRANGER - En Inde, la vaccination étendue aux plus de 60 ans

L'Inde prévoit d'étendre son gigantesque programme de vaccination aux personnes de plus de 60 ans à partir du 1er mars, y compris dans les hôpitaux privés, a annoncé le gouvernement.

Le nombre de deces dus au coronavirus au mexique depasse le bilan en inde

La campagne indienne visant à vacciner 300 millions de personnes d'ici à juillet a été entamée le mois dernier en commençant par le personnel de santé.

La vaccination des plus de 60 ans et des personnes de plus de 45 ans présentant une comorbidité sera gratuite dans les 10.000 hôpitaux publics. Dans les cliniques privées, près de deux fois plus nombreuses, elle se fera moyennant paiement, a précisé le gouvernement.

Lire aussi : Vaccins contre la Covid : 200 millions de doses administrées dans le monde

L'Afrique du Sud débloque un demi-milliard d'euros pour la vaccination

Le ministre des Finances sud-africain, Tito Mboweni, a annoncé que le pays allouera 568 millions d'euros au programme de vaccination contre le coronavirus.

Le pays, à l'économie durement plombée par le Covid, fait ainsi de la vaccination une priorité dans son budget annuel présenté au Parlement.

Le gouvernement prévoit de vacciner les deux tiers de sa population de 59 millions d'habitants, d'ici la fin de l'année.

Lire aussi : Une "trahison": le Covid-19 en Afrique offre un nouveau marché aux corrompus

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2021 à 8:37 :
Les gars ils gèrent cette crise comme des patates et bien sûr ils commencent à porter la faute sur tous les autres acteurs de l'économie. Un classique un peu rincé quand même.

"Quoi je serais ministre moi !? Mais enfin pas du tout monsieur ! Encore une fake news oui ! Je me promenais simplement et passais par là c'est tout !"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :