Covid-19 : la pandémie a déjà tué plus de 65.000 personnes

 |   |  343  mots
Au moins 233.300 cas sont aujourd'hui considérés comme guéris.
Au moins 233.300 cas sont aujourd'hui considérés comme guéris. (Crédits : China Daily CDIC (via Reuters))
Au niveau mondial, plus de 1.206.480 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. 190 pays sont frappés par l'épidémie.

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 65.272 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles dimanche à 11h00 GMT. Plus de 1.206.480 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 190 pays et territoires depuis le début de l'épidémie.

Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant désormais plus que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 233.300 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Aux Etats-Unis le nombre de cas le plus élevé

L'Italie, qui a recensé son premier décès lié au coronavirus fin février, est le pays le plus touché en nombre de morts, avec 15.362 décès pour 124.632 cas. 20.996 personnes sont considérées comme guéries par les autorités italiennes. Après l'Italie, les pays les plus touchés sont l'Espagne avec 12.418 morts pour 130.759 cas, les États-Unis avec 8.503 morts (312.245 cas), la France avec 7.560 morts (89.953 cas), et le Royaume-Uni avec 4.313 morts (41.903 cas).

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté fin décembre, a dénombré au total 81.669 cas (30 nouveaux entre samedi et dimanche), dont 3.329 décès (3 nouveaux), et 76.964 guérisons. En nombre de cas, les États-Unis sont le pays le plus touché, avec 312.245 contaminations officiellement recensées, dont 8.503 décès et 15.021 guéris.

L'Europe totalisait dimanche à 11h00 GMT 47.093 décès pour 642.330 cas, les Etats-Unis et le Canada 8.747 décès (326.117 cas), l'Asie 4.172 décès (117.571 cas), le Moyen-Orient 3.779 décès (74.670 cas), l'Amérique latine et les Caraïbes 1.052 décès (30.539 cas), l'Afrique 388 décès (8.578 cas), et l'Océanie 41 décès (6.675 cas). Ce bilan a été réalisé à partir de données collectées par les bureaux de l'AFP auprès des autorités nationales compétentes et des informations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/04/2020 à 9:48 :
C’est la loi de l’offre et de la demande. Outre-Atlantique, l'épidémie de coronavirus sévit, et les hôpitaux cherchent à renforcer leurs effectifs, en recrutant notamment des infirmiers pour s’occuper des patients infectés par le Covid-19. Pour s’imposer face à la concurrence, les hôpitaux y mettent le prix: le salaire hebdomadaire moyen pour les emplois d'infirmière a grimpé à plus de 3000 dollars (environ 2760 euros) au mois de mars, selon les chiffres du site NurseFly, un site qui recense les offres d’emploi du secteur médical, relayé par CNBC. Avant l’épidémie, en janvier, la rémunération moyenne sur tout le territoire était de 1700 dollars (1560 euros) la semaine, soit plus de 6000 euros par mois!
Certains services d’urgence versent même des salaires de 4000 dollars (soit 3680 euros), soit plus du double que le salaire habituellement proposé. Certaines spécialités (comme les urgences, les services dédiés aux infections) les augmentations ont même dépassé les 100%.Mais tous les Etats ne sont pas encore touchés par ce phénomène. L’inflation des salaires connaît le même chemin que le déplacement de l'épidémie. Dans l'État de Washington, premier foyer de l'épidémie outre-atlantique, le salaire hebdomadaire a grimpé de 90%. Dans cet Etat, certains hôpitaux offrent 120 dollars de l’heure aux infirmières, soit 110 euros. A raison de 40 heures par semaine, cela revient à un salaire mensuel de plus de 18.000 euros. En Californie, également très touché par le Covid 19, l’augmentation atteint 60%.
a écrit le 06/04/2020 à 7:39 :
A lire les commentaires ci-dessous, on se dit que la com du micron a fait ses effets.
La depression des francais.....
a écrit le 05/04/2020 à 19:44 :
covid19 n'est qu'une pichenette, à peine plus virulente qu'une grosse grippe, et on s'aperçoit que nos sociétés n'ont plus aucune résilience.

Le système de santé s'écroule, l'éducation s'écroule, on va vers des pénuries alimentaires si les échanges internationaux ne repartent pas dans le trimestre qui vient.
Le système financier est totalement accroché à de l'argent virtuel, la démocratie et la liberté sont bafouées avec les applaudissements des assignés à résidence. Les dirigeants sont des poupées au main des technocrates et des banquiers.

Qu'est ce que ce sera quand on sera confronté à une VRAIE épidémie de forme variolique, de tuberculose totalement résistante, voire d'un Ebola plus vicieux que l'original.
a écrit le 05/04/2020 à 17:35 :
Il faudrait nuancer le titre accrocheur et ne pas écrire "déjà", mais plutôt "seulement" ou "encore que" 65 000 personnes : à l'échelle des 8 milliards d'êtres humains qui peuplent la planète, pour une pandémie qui accapare l'énergie de pratiquement toute l'humanité, ce n'est pas encore si grave, même si chaque mort est absolument irremplaçable
Réponse de le 05/04/2020 à 22:05 :
chaque mort est un drame individuel, mais a l'echelle mondiale c'est tres peu ( meme en france)
le pb, c'est qu'avec un grippe normale ou la temperature monte a 40, les gens meurent chez eux
la ils ont des detresse respiratoires donc finissent aaux urgences, et c'est plus uniquement des vieux
communication quand tu me tiens
y aura plus de morts par avc et crise cardiaque non prise en charhe ( car pas de place aux urgences) qu'avec le corona lui meme
et on ne parle pas des degats sur l'economie, vu l'organisation de la france
Réponse de le 06/04/2020 à 9:35 :
@ churchill:

je te croyais moins stupide... dommage.
a écrit le 05/04/2020 à 16:17 :
9,6 millions de décès par le cancer en 2018 dans le monde.
Sachant le cancer s’est multiplié par 4 après les Années 2000.

Avec cette pandémie faut se poser la question de l’impact technologique ( internet) sur la biologie ( cellules , organes , bactéries, virus ...)
des vivants : ça devient «  incontournable «  a moins de vivre dans des bunkers aseptisés...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :