Covid-19 : un endettement mondial à 277.000 milliards de dollars, des remboursements qui s'annoncent très coûteux

 |  | 337 mots
Lecture 2 min.
Aux États-Unis, la dette totale (publique et privée) devrait atteindre 80.000 milliards de dollars en fin d'année, soit quelque 9.000 milliards de plus qu'à fin 2019.
Aux États-Unis, la dette totale (publique et privée) devrait atteindre 80.000 milliards de dollars en fin d'année, soit quelque 9.000 milliards de plus qu'à fin 2019. (Crédits : Reuters)
L'endettement mondial s'achemine vers un niveau sans précédent, explique l'IIF (qui regroupe plus de 400 banques et institutions financières du monde entier) dans une étude publiée ce mercredi, laquelle étude pointe la question cruciale : celle du remboursement d'une masse d'obligations et d'emprunts syndiqués de pays émergents qui vont arriver prochainement à échéance.

L'endettement mondial devrait atteindre un niveau sans précédent de 277.000 milliards de dollars (233.400 milliards d'euros) à la fin de l'année en raison des montants colossaux empruntés par les États et les entreprises pour faire face à la crise du coronavirus, conclut l'Institute of International Finance (IIF) dans une étude publiée mercredi.

L'IFF, qui regroupe plus de 400 banques et institutions financières du monde entier, estime que la dette globale avait déjà augmenté de 15.000 milliards de dollars fin septembre, à 272.000 milliards, une progression imputable pour près de la moitié aux États, principalement développés.

Incertitudes sur le désendettement de l'économie mondiale

La dette globale des pays développés a ainsi bondi à 432% du produit intérieur brut (PIB) à la fin du troisième trimestre contre environ 380% fin 2019.

Pour les pays émergents, ce ratio était proche de 250% fin septembre, et de 335% pour la Chine.

"Il y a d'importantes incertitudes sur la manière dont l'économie mondiale pourra se désendetter à l'avenir sans conséquences négatives importantes pour l'activité économique", estime l'IIF.

Aux États-Unis, la dette totale (publique et privée) devrait atteindre 80.000 milliards de dollars en fin d'année, soit quelque 9.000 milliards de plus qu'à fin 2019.

Un remboursement qui sera "beaucoup plus coûteux"

Dans la zone euro, la dette a augmenté de 1.500 milliards de dollars sur les neuf premiers mois de l'année pour atteindre 53.000 milliards fin septembre.

Les plus fortes augmentations du ratio d'endettement du secteur non-financier ont été enregistrées au Liban, en Chine, en Malaisie et en Turquie, précise l'étude.

D'ici la fin de l'an prochain, ajoute l'IIF, quelque 7.000 milliards de dollars d'obligations et d'emprunts syndiqués de pays émergents arriveront à échéance, dont 15% sont libellés en dollars américains, or la baisse des recettes fiscales de ces pays rend le remboursement de ces dettes "beaucoup plus coûteux" malgré la faiblesse globale des taux d'intérêt.

Lire aussi : Le G20 finances se penche sur la relance et la dette des pays pauvres

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2020 à 9:13 :
Il faudrait le rappeler aux français, qui sont convaincus que l'argent public pousse sur les arbres. Et que oui, un beau jour on nous rappellera qu'il faut passer à la caisse. Bonjour les dégâts à ce moment-là.
a écrit le 18/11/2020 à 21:24 :
quand on analyse un blian on regarde l'actif et le passif
et on regarde la liquide, et le reste
balancer des chiffres comme ca c'est dire que la terre n'est rien dans une galaxie qui a 100.000 milliards d'etoiles, dans 100.000 milliards de galaxies ,et 'en multipliant ca par les 10e13 neurones qu'ona dans le cerveau, un individu n'est rien compare a tout
le pb c'est les etats pas geres
c'est pas trop un pb pour l'allemagne qui a fait les reformes
pour la france qui veut s'autovoter la retraite a 50 ans pourr tous financee par personne sans reforme, ca amenera la guerre; mais attention, une bonne guerre de gauche, bien tolerante ou les gens sont executes avec humanite, et conformement aux non reformes, alors ca va
Réponse de le 01/12/2020 à 3:56 :
La seule réforme significative qu'a faite l'Allemagne c'est l'acception de l'annulation de sa dette de guerre par la France...
a écrit le 18/11/2020 à 20:16 :
Il faut croire que cet endettement n'est pas si grave que ça, vu comme on l'a laissé filer cette année. On nous a dis "C'est pour le COVID-19", mais finalement, c'est un prétexte. Et puis, ou bien une chose est bonne, ou bien elle est mauvaise. Ca faisait des années qu'on nous répétait, que l'endettement, c'était mal, et cette année, comme par magie, ça devient bien ? Il n'y a plus aucune logique, dans tout ça.
a écrit le 18/11/2020 à 18:55 :
Cela n'a plus aucun sens mais cela fait longtemps déjà que tout ceci n'a plus de sens, mais ils s'en sont passés du sens.
a écrit le 18/11/2020 à 17:43 :
Pas besoin d'être devin pour savoir que ces dettes ne seront jamais remboursées
On se demande qui a pu prêter avec de tels risques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :