Des dirigeants de l'UE et de l'Afrique autour de la table pour discuter des flux migratoires

 |   |  626  mots
Ce lundi 28 août, les chefs d'Etat et de gouvernement européens et africains se sont réunis en France pour un mini-sommet consacré à la question de la gestion et du contrôle des flux migratoires en provenance d'Afrique.
Ce lundi 28 août, les chefs d'Etat et de gouvernement européens et africains se sont réunis en France pour un mini-sommet consacré à la question de la gestion et du contrôle des flux migratoires en provenance d'Afrique. (Crédits : Reuters)
C'est à Paris que se réunissent des dirigeants de l'Union européenne et de l'Afrique ce lundi pour tenter de dessiner ensemble une politique sur les flux migratoires. Deux ans après le sommet de La Valette, la question migratoire incarne un réel serpent de mer, faute de volonté politique forte et de stabilité dans certains pays, à l'image de la Libye.

Pour Paris, Rome, Berlin et Madrid, le sujet est jugé "prioritaire". Ce lundi 28 août, les chefs d'État et de gouvernement européens et africains se sont réunis en France pour un mini-sommet consacré à la question de la gestion et du contrôle des flux migratoires en provenance d'Afrique.

Au programme ? Plancher sur la question migratoire qui fait l'objet de pléthore de réunions entre les pays européens et africains, d'origine et de transit, depuis plusieurs années.

L'ambitieuse rencontre réunit, outre Emmanuel Macron, les présidents du Niger (Mahamadou Issoufou), du Tchad (Idriss Deby), le Premier ministre libyen (Fayez Seraj), la chancelière allemande (Angela Merkel), les chefs de gouvernement italien (Paolo Gentiloni) et espagnol (Mariano Rajoy) ainsi que la cheffe de la diplomatie européenne (Frederica Mogherini).

Des objectifs vastes et bien ambitieux

Selon l'Elysée, l'objectif est multiple. Il s'agit d'aider les "pays concernés à mieux contrôler leurs frontières", de "renforcer l'administration judiciaire des pays traversés", d'aider les régions à développer des activités économiques qui "évitent à leur population d'être dépendante des trafiquants" et de "travailler avec les communautés locales". Et d'ajouter :

"Les dirigeants seront saisis d'une feuille de route qui décline de manière cohérente et globale ce que nous voulons faire ensemble sur l'ensemble des étapes de la route migratoire (...) Cette approche globale, différenciée selon les points de la route migratoire, vise évidemment en priorité à lutter contre les réseaux criminels qui organisent le trafic d'êtres humains. Cela veut dire briser leurs modèles économiques."

> Lire aussi : Immigration : "ferme et solidaire", le paradoxal plan d'action du gouvernement

Bruxelles précise, en outre, que le mini-sommet vise "à combiner et renforcer" le soutien européen notamment en matière "d'amélioration de la situation des migrants dans leur pays d'origine et le long des routes migratoires", "d'assistance pour les retours volontaires" et de "réinstallation de ceux qui ont besoin de protection internationale".

Le Niger, quant à lui, voit le mini-sommet comme "l'occasion d'attirer l'attention de [ses] partenaires sur les résultats, faire le point, et obtenir des appuis". Dans l'entourage du président, on ajoute :

"L'aspect développement ne doit pas seulement être une formule. Nous sommes pressés de voir des actions concrètes pour que les candidats à l'immigration aient des alternatives et cessent de rêver d'Europe (...) Nous allons demander des moyens financiers et plus d'appuis sur le volet sécuritaire, du matériel. Nous devons installer davantage de casernes, de points de contrôle et de sécurité."

La controversée question des hots spots

Enfin, pour Emmanuel Macron, ce mini-sommet est l'occasion de remettre au cœur du débat l'idée des "hot spots", ces centres avancés d'examen des demandes d'asile. Le président français avait exprimé son souhait d'en créer au Niger, au Tchad et en Libye afin "d'éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu'ils ne sont pas tous éligibles à l'asile". Très vite, des observateurs européens et africains ainsi que plusieurs ONG avaient accueilli la nouvelle avec scepticisme.

L'un des responsables ouest-africain avait souligné que "l'annonce sur les hot spots était absurde" et que, "ni le Tchad ni le Niger n'avaient été consultés en amont". Tandis que dans l'entourage du président nigérien, on ajoutait que des "centres de transit" existaient déjà au Niger, à Agadez et à Dirkou. Mais que l'aide européenne serait la bienvenue.

En outre, ce mini-sommet est l'occasion pour la France de renouveler sa volonté de multiplier ses "missions de protection" dans les pays d'origine. Cet été, le pays a envoyé quatre missions préparatoires au Tchad et au Niger.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2017 à 21:52 :
Il faut taxer les migrants et les patrons qui font venir cette main d'oeuvre payée en dessous des minima des conventions collectives ou les font travailler au black.
a écrit le 29/08/2017 à 10:03 :
accueil de migrants aux frais des régions ! donc des contribuables !! cela releve du devoir de l état (aux infos regions 400 a RENNES)... ext ...
a écrit le 29/08/2017 à 9:30 :
cela fait plus de 2 ans que nos politiques ne font rien (souvenez vous des vagues de clandestins de l'été 2015, des bonnes âmes qui ont utilisé la mort d'un gamin sur une plage pour ouvrir les frontières de l'UE qui était infranchissables sans visa auparavant et désormais ouvertes à n importe quel quidam qui dispose d'un bateau et se prétend réfugié politique ou économique)
Rien ne sera décidé a cette conférence et Macron fera son fier en se prenant en photo avec sa femme avec plein de dirigeants, et la France sera toujours confrontée au même problème. Beaucoup de bruit pour rien
a écrit le 29/08/2017 à 9:16 :
Des dirigeants de l'UE et de l'Afrique autour de la table pour discuter des flux migratoires
surtout qu'ils prévoient également une discussion sur le retour en sens inverse des flux migratoires.
a écrit le 28/08/2017 à 22:05 :
Bien
a écrit le 28/08/2017 à 20:00 :
Je vous reviens
a écrit le 28/08/2017 à 19:26 :
La region Sahel posede un atout inedit - un potentiel solaire thermique assez grand pour alimenter tout l'Afrique, tout l'Europe et plus en electricite vert, sans combustible quel que ce soit - solaire thermique, stockable pour utilisation pendant la nuit egalement. Mais qu'est-ce qu'on voit en realite? The "West African Power Pool" Interconnector et le Cote d'Ivoire veut commencer d'importer du gaz naturel pour generer electricite pour alimenter Mali, Niger etc. Quand le Niger et Mali pourrait generer dizaines de GW en solaire thermique, tres abordable et rapide a construire, aucun combustible ou carburant ou emissions - le RoI est un "no brainer".

Donc ca - a nos jours toujours - un exemple de developpement stupide voir criminel d'importer gaz naturel sauf utiliser une ressource naturelle gratuite que l'Afrique possede deja - le soleil. Le niveau de vie de tous nos cousins Africains pourrait etre eleve a un niveau digne d'un etre humain sans probleme avec centrales solaire thermique assez locaux. Mais le World Bank continue son neo-colonialisme - sinon pourquoi un projet si criminelle en Afrique de l'Ouest?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :