Diplomatie vaccinale : la Chine promet à l'Afrique 1 milliard de doses et une annulation de dette

Pékin entend donner 600 millions de doses et apporter 400 millions d'autres doses sous d'autres formes comme le soutien à la création d'unités de production de vaccins sur le continent. Alors que l'économie africaine est touchée par la crise économique liée au Covid-19, la Chine, déjà très présente en Afrique, annonce également renoncer à certaines créances et assure vouloir développer de nombreux projets, notamment dans la santé, l'agriculture ou le numérique.

5 mn

Un centre de vaccination anti-Covid en Afrique du Sud.
Un centre de vaccination anti-Covid en Afrique du Sud. (Crédits : SIPHIWE SIBEKO)

Alors que depuis des mois les institutions internationales et de nombreux centres d'études s'alarment de l'inégalité vaccinale qui pourrait menacer la reprise économique et générer une nouvelle vague épidémique, la Chine accélère. Le président chinois Xi Jinping a promis lundi un milliard de doses de vaccins anti-Covid à l'Afrique, sous la forme de dons ou de soutien à la production locale, afin de combler le "vide vaccinal" accusé par le continent.

"Nous devons poursuivre la lutte solidaire contre le Covid. Nous devons accorder la priorité à la protection de nos populations et combler le fossé vaccinal", a dit le responsable chinois, faisant référence au sévère retard de vaccination observé en Afrique. Il a fait écho à une demande largement répandue des dirigeants africains en préconisant la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins.

"La Chine fournira à l'Afrique un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de dons et 400 millions sous d'autres formes comme la mise en place d'unités de production de vaccins", a dit Xi Jinping, qui a inscrit cette promesse dans un plan à trois ans.

Menace du variant "Omicron"

Sur le continent, l'Egypte a entamé la fabrication de vaccins du laboratoire chinois Sinovac. D'autres projets sont en gestation plus ou moins avancée en Afrique du Sud ou au Sénégal. La Chine a par ailleurs livré plus de 160 millions de doses de vaccins à l'Afrique, a dit le vice-ministre chinois du Commerce Ren Hongbin, dont une bonne part sous la forme de dons.

Cette annonce intervient alors que l'épidémie repart dans le monde, et particulièrement en Europe, où le variant "Omicron" constitue une nouvelle menace prise très au sérieux. Détecté initialement en Afrique du Sud, l'agence de santé de l'UE a prévenue, au sujet de celui-ci, vendredi soir, qu'il représentait un risque "élevé à très élevé" pour le Vieux Continent. Le problème c'est qu'on ignore encore largement les caractéristiques de ce variant.

Dans un rapport, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) souligne qu'il existe toujours "une incertitude considérable concernant la contagiosité, l'efficacité des vaccins [ou] le risque de réinfection". Hier soir, L'OMS a estimé que ce nouveau variant représentait "un risque très élevé" au niveau mondial, a prévenu lundi l'Organisation mondiale de la santé, et le G7 réunit en urgence ses ministres de la Santé à Londres sur la question.

L'inégalité vaccinale retardera la reprise économique mondiale

En plus du milliard de doses anti-covid annoncé, le président chinois a également promis un renforcement de la coopération économique. C'est que l'inégalité vaccinale frappe de plein fouet les pays des économies émergentes, en notamment l'Afrique. Selon le centre de recherche The Economist Intelligence Unit (EIU), l'inégalité vaccinale pourrait avoir un coût mondial estimé à 2.300 milliards de dollars en 3 ans. 2/3 de ces pertes devraient être concentrées dans les pays émergents.

Ainsi, sur la période 2022-2025, les pays d'Afrique sub-saharienne devraient perdre 2,9% de PIB par rapport aux prévisions à cause de la lenteur de la campagne de vaccination, contre seulement 0,1% de perte de PIB pour les pays d'Europe de l'Est.

Le Covid-19 a creusé les dettes africaines

Lors du sommet sur la coopération sino-africaine (Focac) organisé en dehors de Dakar, hier, la Chine a également voulu contribuer à la relance des économies africaines durement touchées par la pandémie. A travers l'Afrique, la production s'est contractée de 2,4% en 2020 à cause de la pandémie, qui a aggravé le chômage, les déficits budgétaires et la dette publique, a dit le ministre de l'Économie sénégalais Amadou Hott.

L'intérêt de la Chine n'est pas neutre. En 2019, les échanges commerciaux entre le continent et l'Empire du milieu se sont élevés à 200 milliards de dollars. Mais le ministre de l'Économie sénégalais Amadou Hott a constaté "la forte résilience de la coopération Chine-Afrique face au choc". Les investissements directs chinois en Afrique ont repris et se sont chiffrés à 2,5 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 2021, a-t-il déclaré.

La Chine fait face au reproche de se servir des dettes contractées par les Etats africains, notamment pour financer de grandes infrastructures comme les aéroports ou les lignes de trains, afin d'accroître son influence sur des pays incapables ou peinant à honorer leurs engagements. Elle est aussi critiquée pour le déséquilibre des échanges commerciaux, ainsi que ses pratiques sociales ou environnementales.

Annuler de dettes

Le ministre sénégalais a demandé une relation chinoise avec le continent moins centrée sur la dette et profitant plus aux économies africaines. "On a beaucoup d'investissements en dette, il nous faut plus d'investissements en fonds propres", a-t-il dit. Il a appelé à un soutien chinois à l'industrialisation et à la digitalisation des économies africaines. Il a sollicité de la Chine qu'elle réalloue à l'Afrique une partie de ses droits de tirage spéciaux.

Le président chinois a répondu aux appels du pied, annonçant l'annulation des dettes liées aux prêts intergouvernementaux arrivant à échéance fin 2021 des pays africains les moins avancés, ainsi que la réallocation à l'Afrique de 10 milliards de dollars de droits de tirage spéciaux.

Il a annoncé non seulement l'envoi en Afrique de 1.500 professionnels médicaux, mais aussi des dizaines de projets dans les secteurs de la santé, de l'agriculture, du numérique, du développement vert ou de la sécurité.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 01/12/2021 à 11:39
Signaler
Les promesses chinoises à l'OMC et à Hong Kong on a bien vu ce que cela a donné...

à écrit le 01/12/2021 à 11:23
Signaler
Ne manquez pas de lire "Terres rares" de Jean Tuan chez C.L.C. Editions (sortie le 09 mars 2020). Un récit épicurien et érudit qui dévoile les menaces que la Chine fait peser sur le monde. Ecrit par un observateur attentif et sans parti-pris de la C...

à écrit le 30/11/2021 à 12:09
Signaler
Au moins cela donne une idée de ce que font les autres ! dans tout les cas, d'ici 10 ans la France n'aura plus rien en Afrique ! sur cette affaire , force est de constater que la position des dits "occidentaux" et particulièrement de la France est c...

à écrit le 30/11/2021 à 9:14
Signaler
Le Africains ne sont pas dupe. Ils ont suffisamment subi les pressions des colons européens pour se douter qu'avec les Chinois ce sera la même chose. En principe en pire, puisque la Chine est une dictature Stalino Communiste.

à écrit le 30/11/2021 à 8:58
Signaler
c est la course a l influence et a l acces des metaux rares...je serai africian je me méfierai des vaccins de sinopharm qui ont prouvé leur " efficacité" au Pérou (voir les articles sur ce sujets)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.