Enquête russe : Trump blanchi par les premières conclusions du rapport Mueller

 |   |  674  mots
Donald Trump sort renforcé de cette séquence politique.
Donald Trump sort renforcé de cette séquence politique. (Crédits : Carlos Barria)
L'enquête du procureur spécial Robert Mueller à propos des interférences prêtées à la Russie par le renseignement américain pendant la campagne présidentielle de 2016, a conclu à l'absence d'éléments pour prouver une entente entre la Russie et Donald Trump. Une annonce qui permet à Donald Trump d'envisager la suite de son mandat sous un meilleur jour.

Un ouf de soulagement et une victoire politique pour Donald Trump. Les conclusions de l'enquête Mueller, rendues publiques, dimanche, par le ministre de la Justice Bill Barr procurent une immense bouffée d'oxygène au milliardaire républicain dans la perspective de la prochaine présidentielle où il entend briguer un second mandat de quatre ans. Pour cause, l'investigation a conclu à l'absence d'éléments pour prouver une entente entre l'actuel locataire de la Maison-Blanche et la Russie à la présidentielle 2016.

De plus, le soupçon d'obstruction à la justice, soulevé notamment par le limogeage abrupt du directeur de la police fédérale, James Comey, en mai 2017, que Donald Trump avait lié publiquement à l'« enquête russe », a également été écarté. La conclusion de cette enquête met un terme à une saga de près de deux ans. A un an et demi de la prochaine élection présidentielle, elle écarte définitivement la perspective d'une destitution de Donald Trump par le Congrès.

"Disculpation complète et totale"

De fait, Donald Trump considère les conclusions de l'enquête comme une absolution de tous les soupçons qui ont pesé sur lui. "Pas de collusion, pas d'obstruction, DISCULPATION complète et totale", a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

Il dénonçait depuis des mois une "chasse aux sorcières" orchestrée par les démocrates qui n'auraient pas digéré sa victoire-surprise face à Hillary Clinton. Pour sa part, au lendemain de la publication du rapport, le Kremlin a de nouveau réfuté toute ingérence dans la présidentielle de 2016 aux Etats-Unis. "Nous n'avons pas vu le rapport lui-même" du procureur Mueller, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, "mais notre pays ne s'est jamais ingéré dans les affaires intérieures des autres pays, y compris des Etats-Unis".

L'opposition démocrate ne veut pas en rester là

Les leaders démocrates du Congrès ont exigé dimanche soir la publication du rapport "complet", estimant que le ministre de la Justice n'était "pas un observateur neutre". "La lettre du ministre de la Jutice (Bill) Barr pose autant de questions qu'elle apporte de réponses", ont écrit la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de file de la minorité au Sénat, Chuck Schumer. "Il est urgent que le rapport complet et tous les documents associés soient rendus publics", ont-ils ajouté.

"Loin de la 'disculpation complète' revendiquée par le président, le rapport Mueller n'innocente clairement pas le président", ont de leur côté réagi les démocrates Jerrold Nadler, Adam Schiff et Elijah Cummings, qui dirigent trois puissantes commissions parlementaires du Congrès. Ils ont insisté sur le fait que, sur la question d'une potentielle entrave à la justice de la part du président américain, M. Mueller n'avait pas livré de conclusion définitive.

Trump sort renforcé de la séquence

"Excellente journée pour le président Trump et son équipe (...) Mauvaise journée pour ceux qui espéraient que l'enquête Mueller ferait tomber le président Trump", a tweeté le sénateur républicain Lindsey Graham, qui a joué au golf durant le week-end en Floride avec le président.

Des médias américains estimaient aussi que les conclusions du procureur spécial renforcent Donald Trump pour le moment. Pour le New York Times, la journée de dimanche "pourrait bien avoir été la meilleure de son mandat. Le nuage le plus sombre et le plus menaçant qui planait au-dessus de sa présidence s'est pratiquement dissipé". Mais l'enquête russe n'était "pas une chasse aux sorcières", estime le Washington Post, et "il faudra beaucoup plus d'informations au Congrès et à l'opinion publique pour qu'ils se fassent leur propre opinion".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2019 à 17:13 :
Il me semblait pourtant assuré que la campagne électorale avait été polluée par des campagnes médiatiques et sur le web provenant de la Russie et en faveur de moumoute blonde. Ce qui peut se comprendre étant donné la détestation entre l'équipe Obama et celle du Kremlin.

D'autre part, il y a bien eu des rencontres entre des proches de Trump et des personnes proches de Poutine, ce qui a été admis publiquement par les deux parties.

Et pas moyen d'additionner 1+1 ?

Je pense que l'intégralité du rapport Mueller doit être publiée, et pas seulement un résumé de 4 pages réécrites par un ministre de la justice nommé par Trump.
a écrit le 25/03/2019 à 14:32 :
Il devient de plus en plus pâle ou il a été blanchi?
a écrit le 25/03/2019 à 13:38 :
"blanchit" ?!?
a écrit le 25/03/2019 à 13:36 :
Un non évènement donc, comme je le disais. Mais le problème de rarement se tromper c'est que du coup on se fait censurer. Voilà pourquoi certainement au début d'internet les modérateurs ont laissé envahir leurs forums de trolls leur permettant en plus de générer du clic à fond, y participant régulièrement bien souvent même.

Et c'est bien à cela que l'on reconnait les grandes démocraties efficaces et sereines hein...
a écrit le 25/03/2019 à 13:31 :
Trump blanchi, pas Trump blanchit, il ne travaille pas chez 5 à Sec.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :