Eruption volcanique en Islande : le spectre du chaos de l'éruption massive de 2010 ressurgit

Une éruption imminente du volcan Fagradalsfjall, en Islande, a provoqué l'évacuation des habitants de la petite ville portuaire de Grindavik. Le phénomène inquiète le secteur aérien. Et pour cause, il reste traumatisé par le scénario cauchemardesque d'une autre éruption survenue en 2010 : celle du volcan Eyjafjallajökull.
Selon les experts, l'éruption du volcan Fagradalsfjall serait imminente (Photo d'illustration).
Selon les experts, l'éruption du volcan Fagradalsfjall serait imminente (Photo d'illustration). (Crédits : POOL)

La menace plane sur la petite ville de Grindavik, située dans la péninsule de Reykjanes, dans le sud-ouest de l'Islande. Ses 4.000 habitants vivent dans la crainte d'une éruption imminente du volcan Fagradalsfjall. Et pour cause, plusieurs centaines de petits séismes ont été enregistrés ces derniers jours. Or les répercussions pourraient être lourdes, y compris pour le secteur aérien.

Très concrètement, les secousses ont été provoquées par une accumulation massive de magma dans une fissure longue de 15 kilomètres, située entre 2 à 5 km sous terre. La pression du magma souterrain a fait gonfler le sol de plusieurs rues de Grindavik, éventrant la chaussée et fissurant des immeubles de la ville.

Lire aussiCatastrophes naturelles : les primes d'assurance habitation pourraient s'envoler en 2024

Face au danger grandissant, samedi dernier, les autorités islandaises ont pris la décision d'évacuer les habitants de Grindavik et ont déclaré l'état d'urgence.

Eruption imminente

« Le magma se trouve maintenant à une très faible profondeur, nous nous attendons donc à une éruption d'ici quelques heures au plus tôt, mais au moins d'ici quelques jours », a-t-il ajouté. Le scénario le plus probable serait l'ouverture d'une fissure dans le sol près de Grindavik. Malgré tous ces signes, les experts n'excluent pas que le phénomène s'atténue au fil des rouges, voire disparaisse.

« Il y a une fissure d'environ 15 kilomètres de long, et n'importe où sur cette fissure nous pouvons voir qu'une éruption pourrait se produire », précise tout de même Vidir Reynisson. Il n'exclut pas la possibilité d'une éruption au fond de l'océan. Celle-ci n'est toutefois pas sans danger. Elle provoquerait probablement un important nuage de cendres et de gaz dans les airs. Avec des répercussions sur les espèces naturelles, les parcelles agricoles du pays et le trafic aérien.

Le spectre du chaos de 2010

De quoi réveiller les craintes du secteur aérien. L'épisode actuel entre en résonance avec l'incident d'avril 2010 qui avait vu une éruption massive d'un autre volcan islandais, l'Eyjafjallajökull, dans le sud de l'île. Ce phénomène extrême avait paralysé le trafic aérien mondial, entraînant l'annulation de 100.000 vols environ et laissant plus de 10 millions de voyageurs sur la paille.

L'Eyjafjallajokull avait explosé à travers 200 mètres de glace, rendant l'éruption « très violente », décrypte auprès de l'AFP John Smellie, volcanologue à l'Université britannique de Leicester. Comme dans le scénario évoqué en 2023, l'interaction avec l'eau avait créé des particules de cendres plus fines, qui ont ensuite dérivé à travers l'Europe.

« Il est peu probable que cela se produise cette fois, car il n'y a pas de quantité substantielle de glace » dans la zone à risque, nuance Marc Reichow, géochimiste à l'Université de Leicester.

Une activité volcanique très très intense

Les trois dernières éruptions volcaniques survenues en Islande - en 2021, 2022 et l'été dernier - ont toutes eu lieu près du mont Fagradalsfjall dans la péninsule de Reykjanes, où la lave sommeillait depuis huit siècles. Mais elles se sont produites dans des zones quasiment inhabitées.

Lire aussiClimat : les concentrations de CO2 ont atteint des records en 2022

Trente-deux systèmes volcaniques sont considérés comme actifs dans ce pays de feu et de glace, région la plus volcanique d'Europe. La grande île de l'Atlantique-nord se situe à cheval sur la dorsale médio-atlantique, une fissure du plancher océanique qui sépare les plaques tectoniques eurasienne et nord-américaine. Le déplacement de ces plaques est en partie responsable de l'intense activité volcanique. La plupart des volcanologues estiment que ce nouveau cycle d'activité intense pourrait durer plusieurs décennies, voire plusieurs siècles.

Une grosse centrale géothermique menacée

La petite ville portuaire de Grindavik est située à environ 40 kilomètres au sud-ouest de Reykjavik, la capitale de l'Islande. Elle est proche de la centrale géothermique de Svartsengi, principal fournisseur d'électricité et d'eau pour 30.000 habitants de la péninsule de Reykjanes. Grindavik se trouve également à proximité de la station thermale géothermique Blue Lagoon, une destination touristique populaire qui a fermé temporairement en début de semaine, par mesure de précaution.

Autre menace non-négligeable : les gaz toxiques libérés par la future éruption. En 1783, la désastreuse éruption du Laki, dans le sud de l'Islande, avait décimé le bétail de l'île et provoqué une famine généralisée.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 19/01/2024 à 15:28
Signaler
un tunnel geothermique made in france ? mettaliance

à écrit le 18/11/2023 à 18:27
Signaler
Au fil des rouges....? Vous êtes sûrs?

à écrit le 18/11/2023 à 12:30
Signaler
C'est bien, c'est mieux les pseudos, félicitations pour l'évolution les gars même s'il a fallu vous y aider hein je garde un oeil sur ça aussi vous inquiétez pas... ^^

à écrit le 18/11/2023 à 9:02
Signaler
En effet c'était une des deux plus belles journées, avec le confinement lui plus longtemps, que j'ai connu, un ciel complètement dégagé du moindre avion, le bonheur, je croise les doigts ! ^^

à écrit le 17/11/2023 à 18:18
Signaler
Alors , ceux à l'ouest de la faille deviennent Américains, à l'est Européens. !!! Consolatio. ...

à écrit le 17/11/2023 à 16:30
Signaler
Ou, en Islande, l'expression avoir "chaud aux fesses" prend tout son sens.

à écrit le 17/11/2023 à 15:55
Signaler
On est pas sur le même type d'éruption, donc non, le risque que ca refasse comme en 2010 est a priori bien éloigné !

à écrit le 17/11/2023 à 14:36
Signaler
Oui tout a fait ! Mais il faut dire qu'ils ont de l'énergie à revendre, ils habitent au dessus d'une centrale nucléaire ! ;-)

le 17/11/2023 à 18:23
Signaler
Enituop n' à pas cette chance !?

à écrit le 17/11/2023 à 14:34
Signaler
Oui tout a fait, mais il faut dire qu'il ont de l'énergie a revendre, il habite au dessus d'une centrale nucléaire !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.