Captage de CO2 dans l'air : la plus grande usine du monde lancée en Islande

Baptisée Orca, cette usine peut retirer 4.000 tonnes de CO2 de l’atmosphère chaque année. Une goutte d'eau dans l'océan des émissions de gaz carbonique pour le moment, mais qui se différencie en absorbant directement le dioxyde de carbone dans l’air - et non dans les fumées industrielles - pour le déposer sous terre.

3 mn

La technique utilisée se distingue de la méthode habituelle de captage du carbone, qui se fait en général à la sortie des cheminées d'usines fortement émettrices, mais pas dans l'air où la concentration de CO2 est faible.
La technique utilisée se distingue de la méthode habituelle de captage du carbone, qui se fait en général à la sortie des cheminées d'usines fortement émettrices, mais pas dans l'air où la concentration de CO2 est faible. (Crédits : Fabrizio Bensch)

Aspirer le gaz carbonique (CO2) dans l'air pour le pétrifier dans la roche, c'est le projet d'une usine en Islande qui se met en marche aujourd'hui. Baptisée Orca - en référence au mot islandais "orka" qui veut dire "énergie" - l'usine est capable de retirer 4.000 tonnes de CO2 de l'atmosphère chaque année. Une contribution pour l'instant symbolique pour ce site pilote, mais qui pourrait être prometteuse dans la lutte contre le changement climatique.

La quantité de CO2 captée sur un an représente pour le moment l'équivalent des émissions de 1,75 million de litres d'essence, soit la consommation de près de 870 voitures, selon l'Agence américaine de protection de l'environnement.

Lancée par la startup suisse Climeworks, Orca se situe non loin de Reykjavík en Islande, près de la centrale géothermique de Hellisheidi. Elle est constituée de quatre unités composées chacune de deux caissons métalliques, d'une apparence similaire aux conteneurs utilisés pour le transport maritime.

Une méthode originale

La technique utilisée se distingue de la méthode habituelle de captage du carbone, qui se fait en général à la sortie des cheminées d'usines fortement émettrices, mais pas dans l'air où la concentration de CO2 est faible. En effet, Air Liquide, Boréalis, Esso, TotalEnergies et Yara - cinq des plus gros émetteurs industriels français - planchent par exemple sur un projet de captage de CO2 contenu dans les fumées industrielles pour aller le réinjecter ensuite dans des cavités sous-marines au Nord de l'Europe.

Or, au sein de l'usine Orca, douze ventilateurs équipés de filtres, dont l'énergie est fournie par la centrale d'électricité renouvelable voisine, aspirent l'air pour en isoler le gaz carbonique. Grâce à l'association avec Carbfix, un projet islandais de stockage du carbone, le CO2 est ensuite mélangé à l'eau de la centrale avant d'être injecté à 1.000 mètres de profondeur dans le basalte où il se pétrifie pour toujours.

Cette technique reproduit en accéléré - deux ans seulement - un processus naturel appelé la minéralisation qui peut prendre plusieurs milliers d'années. Une réaction chimique du gaz avec le calcium, le magnésium et le fer contenus dans le basalte permet au CO2 de s'insérer dans la roche brune et poreuse sous la forme de cristaux blancs calcaires.

La capture et le stockage du CO2 dans le sous-sol terrestre sont encouragés par le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) pour contenir l'élévation des températures moyennes de 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle.

Lire aussi 10 mnLa crise climatique s'aggravera, même à +1,5°C, alerte le GIEC

Néanmoins, les critiques pointent leur coût très élevé, leur efficacité contestée et soulignent que des décennies pourraient être nécessaires pour opérer à grande échelle. Toutefois, cela ne freine pas les ambitions de Climeworks qui disposait jusqu'ici d'une petite unité pilote de 50 tonnes qui avait été installée en 2017. Le projet est en effet amené à se développer pour offrir de plus grandes capacités dans les années qui viennent.

(Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 09/09/2021 à 19:21
Signaler
Si je calcule bien, il suffit de 10 millions d'installations de ce type, et on pourra récupérer ce que nous avons émis en 2020 (année faste, à cause du covid). Evidemment, il faudra en rajouter quelques millions pour faire face au CO2 que va générer ...

à écrit le 09/09/2021 à 18:31
Signaler
Je ne savais pas que le sous-sol islandais, comme celui de tous les pays sans doute, recelait du calcium, du magnésium, du fer (et pourquoi pas bien d'autres métaux) natifs, c'est à dire non combinés à l'état d'oxydes, de sels.... A défaut de CO2, ce...

à écrit le 09/09/2021 à 18:25
Signaler
Manifestement les scientologues verts sont aussi toxiques en Islande que le soufre des volcans...

à écrit le 09/09/2021 à 15:15
Signaler
Quelqu'un a t-il une idee de ce que rejette un volcan en eruption ?

le 09/09/2021 à 18:26
Signaler
Des cailloux bio? ;-)

à écrit le 09/09/2021 à 11:39
Signaler
En enfermant le CO2 on enferme aussi le O2 de l'atmosphère. N'allons-nous pas manquer d'oxygène ?

le 09/09/2021 à 13:50
Signaler
Le O2 que les arbres vont générer par photosynthèse ? Ben, si on a dix fois trop de CO2, celui qui restera permettra de le fabriquer l'oxygène, on parle d'excès générés par la combustion de produits fossiles (charbon, gaz, pétrole) qui se trouvaient ...

à écrit le 09/09/2021 à 10:53
Signaler
Trop de véhicules, trop d'humains !!!!

à écrit le 09/09/2021 à 10:47
Signaler
"Une goutte d'eau dans l'océan des émissions de gaz carbonique" : Une goutte d'eau, qui restera toujours une goutte d'eau, donc un truc qui ne sert à rien, et qui ne changera rien au futur climatique de notre planète. Un truc inventé par des bien-pen...

le 09/09/2021 à 13:29
Signaler
C'est mal comprendre l'enjeu que de dire ça. Cette unité pilote est un démonstrateur. Il y en aura d'autres, plus optimisées, la technologie sera prête pour le cas où... Personne ne sait à quelles catastrophes nous exposent la libération de tout ce...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.