Etats-Unis : l'élection de Trump confirmée par les grands électeurs

Plusieurs grands électeurs démocrates et républicains ont fait défaut à leur parti, sans renverser l'issue du scrutin.
Trump avait durement critiqué le système électoral en 2012, le qualifiant de "désastre pour la démocratie"...

Selon un décompte de l'agence AP lundi soir, Donald Trump a obtenu au moins 304 voix de grands électeurs : son élection à la présidence des Etats-Unis est donc largement confirmée, la majorité étant fixée à 270.

Pourtant, le scrutin a été historique : six grands électeurs ont en effet rompu avec la tradition en votant contre les directives de leur parti. Un mouvement d'une ampleur inégalée dans l'histoire institutionnelle du pays : depuis 1900, seulement huit grands électeurs ont voté "contre" leur Etat.

Plusieurs grands électeurs tournent le dos à Clinton

Mais cette "fronde" n'a pas bénéficié à Hillary Clinton, bien au contraire. Alors que plusieurs responsables démocrates avaient appelé les 538 grands électeurs du collège à s'abstenir de confirmer le milliardaire dans ses fonctions ou à voter pour la gagnante du vote populaire, ce sont quatre électeurs démocrates qui ont fait défaut à leur candidate. Ils ont préféré voter pour l'ex-secrétaire républicain à la Défense, Colin Powell, ou pour Faith Spotted Eagle, membre de la tribu Sioux impliquée dans la contestation d'un oléoduc dans les Dakotas.

Côté républicain, seulement deux grands électeurs n'ont pas voté pour Trump. Le scrutin qui d'ordinaire est une affaire de routine se déroulait cette année sur fond d'accusations de piratage informatique russe visant à influer sur les résultats de l'élection du 8 novembre. Les résultats définitifs seront proclamés le 6 janvier prochain par le Congrès.

"Désastre pour la démocratie"

"Je travaillerai d'arrache-pied pour unir notre pays et pour être le président de tous les Américains", a commenté dans un communiqué le futur 45e président des Etats-Unis, qui sera investi dans ses fonctions le 20 janvier prochain. Son vice-président Mike Pence, élu sur le même ticket que le candidat républicain, s'est dit honoré par le vote du collège électoral.

L'écart entre le vote populaire, que Clinton a remporté avec près de 2,9 millions de voix d'avance sur Trump à l'échelle nationale, et la composition du collège électoral, dont les 538 membres sont désignés Etat par Etat, a cependant réactivé le débat sur la pertinence d'un système électoral en vigueur depuis 1787. Ironie de l'histoire, Trump avait durement critiqué ce système en 2012, le qualifiant de "désastre pour la démocratie"...

(Avec Reuters)

*Graphique réalisé par Statista

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 20/12/2016 à 21:06
Signaler
Trump va couler définitivement le parti républicain... Les électeurs vont flinguer les candidats qui l'ont soutenu dans deux ans, quand ils auront compris ce que représente dans le réel une politique qui trump énormément. Et Obama pourra se représ...

le 20/12/2016 à 23:34
Signaler
Ben vuoi, et en France, si LePen est élue aux prochaines élections, on pourrait enfin rêver du match retour entre Sarkosy et Hollande en 2022 !

à écrit le 20/12/2016 à 18:09
Signaler
le " suspens " est terminé ...et , en beauté : quand meme ...60 % pour Trump ...!

à écrit le 20/12/2016 à 18:03
Signaler
le " suspens " est terminé ...! ceco dit , c'a fait quand meme du 60 % pour Trump !

à écrit le 20/12/2016 à 17:13
Signaler
Je suis mort de rire 5 grands électeurs non pas voté pour Hillary Clinton. Elle n'arrive même pas à convaincre son propre camp. Nous verrons bien qui le Congrès fait accepter comme ministre.

à écrit le 20/12/2016 à 13:40
Signaler
faudrait la même chose en France en 2017. PS, RP, vert, rouge et autres centriste du balais et direction l'ANPE.

à écrit le 20/12/2016 à 13:35
Signaler
Le système Américain est parfait, la majorité absolue en nombre de voix n'aurait aucun sens, ce serait comme si l'Allemagne décidait pour la Lituanie car ils sont plus nombreux !!! Heureusement qu'il y a ce mode de scrutin ! D'ailleurs si c'est le mo...

le 21/12/2016 à 9:25
Signaler
Clinton a remporté les états économiquement utiles, notamment la Californie, à elle seule 6è puissance économique mondiale. Il y a d'ailleurs de telles différences d'aspirations entre les Etats que si Trump mène une politique trop clivante, il y a u...

à écrit le 20/12/2016 à 13:03
Signaler
Hussein et Hillary dégagent . Tous les bobos sont abasourdis ..

le 20/12/2016 à 18:06
Signaler
c'a oui ! se seulement , on pouvait , en France , mettre notre ...énarchie ...au tapis , comme les américains viennent de le faire avec leur establishment !

le 20/12/2016 à 18:06
Signaler
c'a oui ! se seulement , on pouvait , en France , mettre notre ...énarchie ...au tapis , comme les américains viennent de le faire avec leur establishment !

le 21/12/2016 à 9:17
Signaler
@gegemalaga : vous allez vous réjouir : ni Fillon ni Le Pen ni Valls ni Mélenchon ne sont énarques, sauf élection surprise de Macron le prochain président ne sera pas énarque.

le 21/12/2016 à 9:19
Signaler
@gegemalaga : les Etats-Unis n'ont certes pas d'ENA, mais ils ont Goldman Sachs pour leur fournir leurs élites politiques. Et en matière d'embauche de Goldman-Sachsiens dans ses équipes, Trump fait très fort.

le 21/12/2016 à 9:27
Signaler
Même avec Trump les élites Etats-Uniennes tireront leur épingle du jeu, et les éternels losers qui ont vu en lui une solution en seront pour leurs frais.

à écrit le 20/12/2016 à 10:00
Signaler
On change les règles quand elles sont défavorables! Pour maintenir ce que l'on appelle "La Démocratie"!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.