Flambée des prix de l'électricité : une compagnie britannique de fret remet ses locomotives diesel sur les rails

Alors que le gouvernement britannique s'est donné pour objectif de se débarrasser du diesel sur les rails d'ici 2040, la réalité commerciale vient frapper de plein fouet les industriels dépendants de l'électricité. Parmi eux, Freightliner, une compagnie britannique de fret ferroviaire qui annonce ressortir des locomotives diesel pour tracter des trains de marchandises à la place de ses locomotives électriques qui représentaient 10% de sa flotte.

3 mn

Freightliner, filiale du groupe américain Genesee and Wyoming, fait normalement rouler 23 locomotives électriques en Grande-Bretagne, environ 10% de sa flotte.
Freightliner, filiale du groupe américain Genesee and Wyoming, fait normalement rouler 23 locomotives électriques en Grande-Bretagne, environ 10% de sa flotte. (Crédits : Reuters)

La flambée des prix de l'électricité commence à avoir des répercussions concrètes sur les secteurs qui en dépendent. Alors que la COP26 sur le climat se tiendra début novembre à Glasgow, une autre réalité se dessine pour les entreprises. A l'image de la compagnie britannique de fret ferroviaire Freightliner qui annonce qu'elle va ressortir des locomotives diesel pour tracter des trains de marchandises à la place de ses locomotives électriques, dénonçant le triplement soudain des prix de l'électricité. De fait, en Europe, les prix de l'électricité ont atteint un sommet inédit depuis 10 ans, souvent au-delà de 100 euros le mégawattheure (MWh), selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Résultat, les industriels sont contraints de réagir : "En raison d'une augmentation sans précédent des prix de l'électricité, Freightliner a pris la décision difficile de remplacer temporairement les services de fret électriques par des services diesel, afin de maintenir une option rentable pour le transport de marchandises (...) vitales à travers le Royaume-Uni", a indiqué une porte-parole à l'AFP jeudi.

Le prix de l'électricité facturé par Network Rail, le gestionnaire public des voies ferrées, a en effet plus que triplé entre septembre et octobre, a-t-elle ajouté.

Alors que les Etats s'engagent à adopter des mesures plus favorables à l'environnement, dans le même temps, pour compenser les pénuries et les problèmes d'approvisionnement de l'après-Covid, les énergies fossiles voient leur cours s'apprécier. La demande de brut pourrait ainsi croître à hauteur de 500.000 barils supplémentaires par jour par rapport à la normale, selon l'Agence internationale de l'énergie.

Les cours du pétrole ont d'ailleurs nettement progressé depuis des mois. Le baril de Brent de la mer du Nord évolue actuellement bien au-dessus de 80 dollars.

Les objectifs de décarbonation face à la réalité des industriels

Autre paradoxe, en Grande-Bretagne, le gouvernement vient d'annoncer un objectif de production électrique décarbonée en 2035, grâce aux renouvelables et à du nucléaire pour 20%.

Aussi, le Royaume-Uni s'est donné pour objectif de se débarrasser du diesel sur les rails d'ici 2040.

Mais sur le terrain, les industriels poussent un cri d'alarme. Métallurgie, chimie ou industrie du verre: les secteurs britanniques les plus gourmands en énergie ont appelé lundi au gouvernement pour faire face à la crise.

"La situation actuelle est intenable. Nous avons vu des hausses de 900% des prix (de l'énergie) payés par les entreprises", a décrit l'association des industries chimiques britanniques (CIA) dans une déclaration transmise à l'AFP.

Aussi, Freightliner tente de rendre compatible les exigences environnementales avec ses contraintes commerciales :

"Le rail reste le moyen le plus économe en carbone de transporter du fret en Grande-Bretagne, même avec des locomotives diesel, avec 76% d'émissions de CO2 en moins pour chaque tonne de fret transportée par rail par rapport à la route", a relevé la porte-parole. La réduction est de 99% avec des locomotives électriques.

Freightliner, filiale du groupe américain Genesee and Wyoming, fait normalement rouler 23 locomotives électriques en Grande-Bretagne, environ 10% de sa flotte.

Du côté des particuliers, la crise de l'énergie fait aussi craindre pour les factures des Britanniques cet hiver alors que le plafond des prix de l'énergie pour les consommateurs (plafond imposé par les autorités aux fournisseurs d'énergie, périodiquement révisé) vient d'augmenter de 12% et pourrait encore bondir de 30% d'ici l'an prochain, selon des économistes.

(Avec AFP)

Lire aussi 3 mnLa flambée des prix de l'énergie devrait se calmer début 2022, selon la cheffe économiste du FMI

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 15/10/2021 à 13:39
Signaler
Chérir la cause et critiquer les effets !!! Quid de l'énergie nucléaire, qui permet une énergie décarbonée ? Parce qu'on entend plus les écolos sur la hausse des prix de l'énergie !!!

à écrit le 15/10/2021 à 12:04
Signaler
@Citoyen blasé : LOL ! J'adore ce genre de news : Cela prouve que la réalité est à contre-courant du discours bisounours-moralisateur de l'Europe, à propos de l'énergie "verte", et autres fariboles. La réalité, c'est que nous avons besoin des énergi...

à écrit le 15/10/2021 à 11:05
Signaler
Rien de choquant, la pollution par rapport au transport routier étant bien moindre malgré tout sans parler des lourdes destructions occasionnées sur les infrastructures routières par ces camions.

le 15/10/2021 à 13:30
Signaler
Rouler au diesel au lieu de l'électrique ça ne change rien vs les camions, sauf s'il y a transport de camions sur le train pour lui éviter de détruire petit à petit les chaussées vu leur poids. L'alternative n'est pas train ou camion, c'est déjà en ...

le 15/10/2021 à 13:56
Signaler
44 tonnes un camion, 44000 kilos sachant que nos LREM leur ont autorisé de porter 4 tonnes supplémentaires, sachant qu'une voiture ce n'est même pas deux tonnes il n'est pas difficile de comprendre qui pompe l'argent des routes et autres infrastructu...

à écrit le 15/10/2021 à 10:53
Signaler
Hum ! Encore des propriétaires de maisons individuelles ça hein ! Arriérés ! ^^

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.