L'Europe face à la flambée des prix de l'électricité

Les prix de l'électricité ne cessent d'augmenter à travers l'Europe, notamment au Royaume-Uni, en Espagne ou en France... Ce qui est de mauvais augure à l'approche de l'hiver et, plus structurellement, pour la transition énergétique car, pour faire face à la demande, la production devra encore accroître sa consommation d'énergies fossiles.
Robert Jules

6 mn

Comme le Royaume-Uni dépend pour son électricité en large part de l'éolien - un quart de la production en 2020 -, l'absence de vent pèse donc lourd, et favorise les émissions de carbone. Photo d'illustration: parc d'éoliennes en mer du Nord.
Comme le Royaume-Uni dépend pour son électricité en large part de l'éolien - un quart de la production en 2020 -, l'absence de vent pèse donc lourd, et favorise les émissions de carbone. Photo d'illustration: parc d'éoliennes en mer du Nord. (Crédits : Reuters)

Il n'y a pas un seul pays européen qui ne voit les prix de son électricité s'envoler depuis quelques semaines. La situation la plus spectaculaire se trouve ces derniers jours au Royaume-Uni. En l'absence de vent en mer du Nord, qui fait tourner normalement les pales de centaines d'éoliennes offshore, les énergéticiens ont dû se tourner vers le charbon et le gaz naturel pour répondre à la demande. Cette pression a envoyé le prix de l'électricité sur le marché spot (au comptant) à un niveau historique en dépassant les 424 livres le mégawattheure. Si les achats au comptant sont marginaux au profit de contrats de long terme, le prix spot est un indicateur de la tendance du marché.

Les prix du gaz naturel et du charbon au plus haut

Or, les prix du gaz naturel et du charbon thermique eux-mêmes sont orientés à la hausse sur les marchés internationaux. Sur le marché ICE de Londres, le prix du gaz naturel a progressé de quelque 90% depuis le mois d'août 2020. L'offre mondiale n'arrive pas à suivre une demande soutenue par la combinaison de la forte reprise économique à travers le monde et la réduction du nombre  de méthaniers disponibles pour acheminer par voie maritime le gaz naturel liquéfié (GNL).

Quant au charbon thermique, son prix de référence sur les marchés internationaux a triplé depuis août 2020.

prix du charbon

Outre ces énergies fossiles, la hausse des prix des quotas de carbone, pour compenser leur combustion, renchérit le coût de production de l'électricité.

prix du carbone


Comme le Royaume-Uni dépend pour son électricité en large part de l'éolien - un quart de la production en 2020 -, l'absence de vent pèse donc lourd, et favorise les émissions de carbone.

En Espagne, le gouvernement prend des mesures drastiques

En Espagne, selon l'association des consommateurs Facua, en septembre, la facture mensuelle des ménages s'élève en moyenne à 108,17 euros, soit 41 euros de plus qu'en septembre 2020, ce qui correspond à une hausse de 62%.

Mardi, le gouvernement de gauche de Pedro Sanchez a adopté une mesure de réduction de la taxe spéciale sur l'électricité, qui passe de 5,11% à 0,5%.

Le plan va également imposer une limite aux bénéfices engrangés par les groupes énergétiques, à 2,6 milliards d'euros. La mesure est prévue pour s'appliquer jusqu'au 31 mars 2022. Ce plan est la deuxième initiative pour limiter l'impact de l'envolée des cours.

En juillet, le gouvernement avait déjà imposé une réduction de la TVA, qui était passée de 21% à 10%, et avait suspendu l'impôt sur la vente de production d'électricité.

Conséquence, ces mesures vont réduire les rentrées fiscales que Madrid voulait consacrer à la transition énergétique.

L'Espagne, qui dépend étroitement du gaz naturel pour la production de son électricité, est un des pays qui ont les prix les plus élevés dans l'Union européenne (voir ci-dessous la comparaison pour les ménages pour le deuxième semestre 2020).

prix électricité ménages

Le prix de l'énergie revient à l'agenda de la France

Quant à la France, la cherté de l'électricité va bientôt se retrouver à nouveau sur l'agenda du gouvernement.

Lire aussi Essence, gaz, électricité... Pourquoi les prix de l'énergie flambent

La semaine dernière, l'Uniden (l'Union des industries utilisatrices d'énergie), dont les 55 adhérents représentent 70% de la consommation industrielle en France, ont alerté sur leurs difficultés au moment où il est exigé de l'ensemble des secteurs industriels de s'engager dans une économie décarbonée.

L'Uniden estime que la hausse des prix pourrait représenter un surcoût de "1 milliard d'euros pour 2022" et "une augmentation d'un tiers de leur facture d'électricité" (voir ci-dessous les prix de l'électricité en Europe pour les industriels au cours du deuxième semestre 2020).

Electricité prix industriels

L'organisation demande au gouvernement de relever le plafond de l'Arenh (accès régulé à l'électricité nucléaire historique), un mécanisme de régulation des prix où EDF revend aux entreprises énergétiques concurrentes une partie de son énergie nucléaire à prix fixe et meilleur marché.

Lire aussi 3 mnElectricité nucléaire : la compétitivité des industriels français en danger

Le plafond actuel est fixé à 100 térawattheures (TWh), mais le gouvernement peut le porter à 150. Toutefois, dans ce cas, EDF supporte le coût de l'augmentation, et si l'entreprise veut le compenser par une hausse du prix de son électricité d'origine nucléaire, il doit obtenir l'aval de la Commission européenne, qui statuera en fonction de l'équilibre des conditions de concurrence. Ce qui peut prendre du temps.

Une flambée qui va alimenter l'inflation

En attendant, les gouvernements à travers l'Europe vont devoir, comme en Espagne, étudier des mesures pour soulager la facture des ménages les plus fragiles, l'électricité étant une dépense contrainte. De même, pour les entreprises, censées accélérer la décarbonation de leurs activités, les prix élevés de l'énergie vont réduire les marges de manœuvre, et se répercuter sur les prix des biens.

Cela va donc alimenter une inflation qui pourrait, si elle était plus que conjoncturelle, placer la Banque centrale européenne (BCE) face à un dilemme : laisser filer la hausse des prix, ou bien agir plus tôt que prévu, en resserrant sa politique monétaire (basée sur des taux bas et 80 milliards d'euros de rachats mensuels de dettes des États et des entreprises).

L'hiver risque d'être chaud pour les décideurs politiques et économiques.

(avec agences)

Robert Jules

6 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 16/09/2021 à 7:46
Signaler
Supprimez nucléaire et ça va s'envoler !

à écrit le 16/09/2021 à 0:35
Signaler
Et ils veulent que l'on prennent des voitures électrique ? On n'est pas maso !

le 17/09/2021 à 4:06
Signaler
Je ne vois pas le rapport ! En revanche, j’en vois un avec la fermeture des centrales nucléaires et l’installation de ces éoliennes ! Éoliennes + gaz !!

à écrit le 15/09/2021 à 20:50
Signaler
Pour le gaz ,ne pourrions-nous pas utiliser le tube venant de Russie comme les allemands ,même si les USA nous l'interdisent .

le 16/09/2021 à 17:12
Signaler
La Russie fournit 16,8% du gaz naturel consommé en France.

à écrit le 15/09/2021 à 18:56
Signaler
EDF, un producteur distributeur national, c'était très bien.. avant ! Avant qu'une foultitude de vendeurs de "jus" qui ne produisent rien s'en mêlent. Les financiers aux manettes évidemment !

le 17/09/2021 à 4:07
Signaler
Voir le Green new deal pour ça ! C’est un deal avec l’Allemagne parce qu’ils ont décidé que l’éolien c’est top alors qu’il faut compenser ce truc moisi avec du gaz !!

à écrit le 15/09/2021 à 17:58
Signaler
Le pire est à venir car avec la flotte des véhicules électriques, il va bien falloir compenser les manques de rentrées de la TIPP. Pour l'instant ce thème n'est pas abordé par les candidats à la présidentielle, surement trop brulant. Les gilets jaune...

à écrit le 15/09/2021 à 16:49
Signaler
Ça fait plusieurs années que le prix de l’électricité augmente sévèrement.

le 16/09/2021 à 14:20
Signaler
faut payer les 80 milliards de dettes d EDF

à écrit le 15/09/2021 à 16:01
Signaler
Plus les prix de l'énergie augmentent, et plus c'est bon pour la transition énergétique, non ? J'avoue que je ne comprend pas l'article

à écrit le 15/09/2021 à 14:20
Signaler
C'est un bon début... vive la voiture électrique! Ne pensez surtout pas au nucléaire pour résoudre un tant soit peu le problème!

le 15/09/2021 à 15:45
Signaler
les hollandais et les belges experimentent deja les panneaux solaires offshores ( au pied des eoliennes offshores, evitant de trouver de nouveaux espaces). Elles produiraient 5 fois plus d energie que les eoliennes offshores dans le meme espace. Ell...

à écrit le 15/09/2021 à 13:37
Signaler
Il y a parfois des gestes qui peuvent faire économiser de l'électricité. Quand j'ai vu que ma VMC consommait 48kWh/mois (quand on va en vacances et coupe tout, on relève le compteur avant et après, facile de savoir sans appareil spécialisé), je l'ai ...

à écrit le 15/09/2021 à 13:00
Signaler
Pas de vent en mer du nord nous dit on ! Et pourtant nous avons beaucoup d'écologistes qui brassent du vent toute la journée.

à écrit le 15/09/2021 à 12:41
Signaler
Celles et ceux qui ecoutent les sirenes du gvt a propos de l'achat d'un vehicule electrik sont prevenus.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.