France-Algérie : "Au niveau économique, Alger n'est clairement pas demandeur ! "

 |   |  1014  mots
Luis Martinez est spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient, et directeur de recherche au Centre d'études et de recherche internationale de Sciences Po depuis 2005.
Luis Martinez est spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient, et directeur de recherche au Centre d'études et de recherche internationale de Sciences Po depuis 2005. (Crédits : Ceri)
François Hollande a annoncé qu'il se rendrait prochainement en Algérie, après le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui est allé inaugurer mardi dernier une usine de tramway franco-algérienne à Annaba (nord-est). Quatre accords de partenariat économique ont été signés à cette occasion. La Tribune a interrogé Luis Martinez, spécialiste du Maghreb et du Moyen-Orient au CERI, pour faire le point sur les relations entre les deux pays.

La Tribune : On assiste à un processus de renforcement des relations entre l'Algérie et la France. L'intérêt est-il seulement économique ?

Luis Martinez : Il y a bien une volonté de la part du président français, mais c'est surtout la situation au Sahel qui rend indispensable un tel renforcement. L'Algérie, point d'entrée pour l'opération Serval en 2013, a assuré un relais logistique, dans la lutte contre le terrorisme. Cette collaboration militaire, renforcée par le fait qu'Alger a le même diagnostic que Paris sur la menace dans la région, va favoriser un rapprochement qui va aller au delà.

Est-ce l'Algérie qui a besoin de la France ou l'inverse ?

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, les échanges ont reculé au profit d'autres pays d'Afrique du Nord comme le Maroc. Là, il y a manifestement une volonté politique de rééquilibrer les relations, sans doute à notre avantage, pour rattraper le retard. La France n'a pas été capable de profiter de l'euphorie financière qu'a connu l'Algérie au cours des quinze dernières années. Au niveau économique, ce n'est clairement pas Alger qui est demandeur ! Le pays a connu une remise à niveau importante de ses infrastructures : hôpitaux et routes. Mais ce sont des pays comme la Chine ou la Turquie qui ont raflé une grande partie des contrats. La France a mal évalué les besoins de l'économie algérienne : elle est restée sur l'exportation de produits de consommation comme l'automobile, et n'a pas su prendre le tournant, en particulier sur les grands projets.

Assiste-t-on à un retour de la Françafrique en Algérie ou à la naissance d'une nouvelle donne africaine ?

Je crois que nous avons tourné la page de la Françafrique. Le gâchis diplomatique doit être réparé, et la convergence diplomatique, en l'occurrence sur la question du Sahel, va permettre de nouer des relations stables. Pour autant, est-ce la fin de la méfiance ? On le dira le jour où la France obtiendra une commande d'armement. Ce n'est pas pour tout de suite! L'Algérie qui est le 8e importateur d'armes a pour premier fournisseur la Russie. Et à la différence des Allemands ou des Italiens, la France n'a pas su se positionner.

Ce réchauffement sera-t-il suffisant pour attirer les investisseurs ?

Il manque des instruments de lobbying, mais aussi un climat de confiance. La France s'est éloignée de l'Algérie dans les années 1990, quand le terrorisme ravageait le pays. Et contrairement au Maroc et à la Tunisie, l'Algérie n'a pas fait partie du dispositif stratégique de l'Etat français pendant longtemps. Progressivement, nous avons perdu notre lien d'expertise, et nous n'avons pas offert à ce pays une visibilité assez forte. A titre d'exemple, j'ai pu y mener un travail de recherche grâce à un financement... danois. Le Canada, le Danemark y investissent de l'argent, pas nous ! Cette méconnaissance a un impact sur le plan économique, car lorsque les entreprises ou les investisseurs français veulent connaître ce marché, ils n'ont qu'une vision politique obsolète ou d'a priori. Prisonniers du passé en raison de nos liens historiques, nous n'avons pas su créer de relation économique directe avec l'Algérie. On paye donc le désintérêt de ces 15 dernières années. Et pourtant, c'est un pays riche, qui a une croissance économique robuste, et possède 179 milliards de réserves de changes.

Le pays accuse pourtant de sérieux handicaps : un chômage élevé, plus de la moitié de la population a moins de 29 ans, une instabilité politique...

Les handicaps sont présents depuis les années 1960. Les plus importants concernent les aspects juridiques et financiers : la protection commerciale est très limitée et l'Algérie n'a pas réformé son secteur bancaire. Le gouvernement qui est sous tension ne travaille pas dans l'intérêt public. A cela s'ajoutent les interférences du clientélisme. Depuis 30 ans, le gouvernement pratique une politique dont l'objectif est le maintien de la paix sociale. La jeunesse peut représenter un atout pour l'avenir mais à condition que le pouvoir engage des réformes en matière de santé et d'éducation. Or ce n'est pas le cas. Cette jeunesse est jugée de façon hautaine, sans véritable considération, alors qu'elle pourrait constituer une force de développement national.

Le pays est confronté à la baisse des prix du pétrole. Est-ce une menace dans l'immédiat ?

Non, il n'y aura pas de conséquences pour les deux ou trois années à venir. En revanche, si, durant cette période qui va voir les réserves de change chuter et l'endettement augmenter, rien n'est fait pour compenser ces pertes, la situation pourrait devenir critique. Tout le monde semble oublier que l'Algérie a vécu une période de faillite financière en 1994, et  a dû demander l'aide du FMI. Mais il y a une amnésie totale sur cette période.

Laurent Fabius a été reçu par Abdelaziz Bouteflika et s'est dit "satisfait" de cet échange. Mais la santé fragile du président algérien, au pouvoir depuis 1999, qui ne peut assumer pleinement ses fonctions ne rend-elle pas compliqué le renforcement des relations ?

Il y a quelques jours, on a bien vu François Hollande en visite à Cuba se faire photographier avec l'ancien dirigeant Fidel Castro. Concernant Abdelaziz Bouteflika, tout le monde a compris qu'il s'agit d'un personnage symbolique qu'il faut ménager. Les véritables centres de décision, pour la mise en oeuvre et les arbitrages, ne sont pas concentrés à la présidence. D'un point de vue diplomatique, la position actuelle est très claire. La France ne mène pas (ou plus) une politique de soutien à une transition. Quelques mois après son élection, François Hollande s'est rendu en Algérie. La Libye, elle, a été abandonnée. La France n'a pas une approche morale mais sécuritaire et réaliste. Regardez la vente de Rafale en Egypte. En cela, le président est un excellent VRP.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/05/2015 à 19:16 :
La France grande économie dans le bassin Méditerranéen et proche du Maghreb doit plutot se concerter avec l'ensemble des pays de l'UMA pour développer des partenariats économiques gagnants/gagnants durables .
Ce genre de coopération apportera à mon avis de la valeur ajoutée à l'ensemble des pays de l'Union Maghrébine et par ricochet pousser les les produits de cette coopération vers l'Afrique subsahariennne. La France en tant que force motrice dans ce concept doit faire des propositions intéressantes pour gagner la confiance des pays Maghrébins dont certains sont assez riches pour souscrire dans des projets porteur de plus value.
a écrit le 18/05/2015 à 17:47 :
L'UE importe du gaz et exporte des céréales.
Dans l'ordre, principales destinations et producteurs:
(sur les 5 premiers mois de la campagne 2014-2015, sources Eurostat 02/2015)
Blé dur: 357000 tonnes
Algérie 30%, Tunisie 23%, Turquie 17%, Maroc 12%, Cote d'Ivoire 6%.
France 61%, Italie 23%, Grèce 8%, Espagne 6%.
Blé tendre: 12,6 millions de tonnes
Algérie 16%, Iran 13%, Egypte 13%, Arabie saoudite 9%, Maroc 7%, Jordanie 4%, Libye 2%.
France 28%, Roumanie 20%, Allemagne 17%, Lituanie et Pologne 9%, Bulgarie 5%.
Mais: 1,1 million de tonnes
Chine 16%, Egypte 15%, Corée du Sud 10%, Libye 10%, Turquie et Liban 8%, Syrie et Israël 7%.
Roumanie 66%, Bulgarie 22%, France 8%
Orge: 4,1 millions de tonnes
Arabie saoudite 27%, Chine 21%, Algérie 13%, Iran 7%, Jordanie et Libye 6%, Maroc 4%.
France 33%, Roumanie 30%, Bulgarie 9%, Allemagne et Royaume-Uni 5%.
Indications, ce marché étant en perpétuelle évolution selon climat, crises, guerres, offre et demandes, prix et stocks.
a écrit le 18/05/2015 à 15:25 :
Contrairement à plus de 50% des précédents commentateurs, je trouve que ce monsieur ( Luiz Martinez) connait bien son sujet. J'estime que ses réponses/analyse sont très près de la réalité, notamment sur la mentalité et la compétence des opérateurs/investisseurs-exportateurs français- en majorité nuls à mon humble avis. Le résultat de la balance commerciale française est là, depuis de longues années, pour le démontrer.L'absence de prévisions et de vision à long terme de ces opérateurs et du gouvernement français sur les potentialités économiques algériennes sont, à mon avis, et rejoignent ceux de cet économiste, évidentes.
a écrit le 18/05/2015 à 15:23 :
"L'Algérie est une économie ouverte, où le commerce extérieur représente deux tiers du PIB (moyenne 2011-2013, OMC). Structurellement excédentaire, la balance commerciale algérienne a vu son excédent diminuer fortement depuis fin 2012. Entre 2012 et 2014, cet excédent est passé de 21,5 à 4,6 milliards USD. En cause, une baisse notable des exportations et une hausse concomitante des importations. Les exportations d'hydrocarbures représentent la quasi-totalité des exportations, mais leur proportion a baissé du fait du déclin des réserves et de l'essor de la demande intérieure. La hausse des importations s'explique par l'augmentation du coût des produits importés (surtout pour les produits alimentaires et les biens d'équipement). L'Algérie tente de réduire sa vulnérabilité aux coûts des importations de produits industriels, comme en témoigne le lancement de la construction d'un complexe sidérurgique début 2015 qui permettra de diminuer les importations d'acier. En outre, l'Algérie tente de renforcer ses relations commerciales avec les pays d'Afrique subsaharienne. Cette évolution est d'autant plus nécessaire que l'Algérie va subir de la baisse du cours du pétrole alors que l'Union européenne, son premier partenaire commercial, importe presque exclusivement ce produit d'Algérie. Alger devrait abriter le Forum économique algéro-africain avant fin 2015. Les principaux partenaires commerciaux de l'Algérie sont l'Union européenne, les pays de l'ALENA (Accord de Libre Échange Nord-Américain réunissant les États-Unis, le Mexique et le Canada) et la Chine. L'Algérie importe essentiellement des biens d'équipement, des produits alimentaires et des biens de consommation; et exporte presque exclusivement du pétrole, du gaz et des produits dérivés."
a écrit le 18/05/2015 à 15:21 :
"L'agriculture contribue à environ 10% du PIB et emploie 10,8% de la population active. Les principales cultures sont le blé, l'orge, l'avoine, les agrumes, la viticulture, les olives, le tabac et les dattes. L'Algérie est un grand producteur de liège et un important éleveur de bétail.L'industrie contribue à 47% du PIB et emploie près du tiers de la population active. Le secteur du pétrole et du gaz représente la majorité des recettes budgétaires et la quasi-totalité des recettes d'exportation. L'Algérie est le deuxième plus grand exportateur de gaz du monde. Elle est classée au 11ème rang pour les réserves pétrolières et au 7ème pour les réserves prouvées de gaz. Les minerais extraits en quantité significative sont le fer, le plomb, le phosphate, l'uranium, le zinc, le sel et le charbon. Les principales activités du secteur manufacturier sont la préparation industrielle des aliments, le textile, les produits chimiques, les métaux et les matériaux de construction. Traditionnellement, l'Algérie importe les produits pharmaceutiques dont elle a besoin. Depuis quelques années, ces importations diminuent tandis que la production locale augmente fortement.Le secteur tertiaire contribue à plus de 40% du PIB et emploie près de 60% de la population active."
a écrit le 18/05/2015 à 13:46 :
l'écologie algérienne est elle partisane de la réintroduction des espèces dans leur milieu naturel ?
Réponse de le 18/05/2015 à 18:32 :
Vous pensez aux "pieds-noirs"?
a écrit le 18/05/2015 à 11:13 :
Si l'Algerie n'est pas demandeur. Elle a bien tort, car franchement sa situation economique devrait plutot l'encourager a la modestie. Concernant la France, c'est identique. En clair, les 2 auraient interet a s'entendre pour aller de l'avant. Par ailleurs, je suis etonne que la saga Hollande aux Caraibes ne soit pas mieux mise en perspective, et interpretee justement en parallele du rapport a l'Afrique.
a écrit le 17/05/2015 à 22:04 :
les commentaires négatif sur l'algerie ........ Prisonniers du passé en raison de nos liens historiques, le monde a changé
a écrit le 17/05/2015 à 21:26 :
Je ne vois pas le rapport entre ce que ce chercheur dit et les réponses des commentateurs qui viennent sur les réseaux sociaux juste pour déverser leur haine de l autre. Aucun argumentaire ou bien développement du sujet, juste de la haine. Ça fait froid dans le dos. A bon entendeur
a écrit le 17/05/2015 à 20:57 :
Belles informations...merci.
a écrit le 17/05/2015 à 13:34 :
expert à deux balles...ceux qui mettent de l'argent sur le CERI se font volées.
a écrit le 17/05/2015 à 11:18 :
L ALGERIE A UN POTENCIEL ENORME C EST SES JEUNES POUR UN PEUT QUE L ON LES AIDENT A DEVELOPEZ SES ATOUTS QUI SONT LA RICHESSE DE SA TERRE CULTIVABLE/ EN L AIDENT A L IRIGE/ ET LA RICHESE DE SON SOL EN PETROLE/ ET EN MATIERE PREMIERE/ ET EN DEVELOPENT LES INFRACTRUCTURES GRANDE ROUTES ET PORTS MARITIME? ELLES POUREZ MIEUX SE DEVELOPER ET REPRENDRE UN ESSORT ECONOMIQUE???
Réponse de le 17/05/2015 à 12:28 :
Vous avez vraiment lu l'article? Sinon la touche maj de votre clavierne fonctionne pas?...
Réponse de le 17/05/2015 à 13:36 :
@ Aether non non il n'a pas lu l'article de plus vous avez diablement raison le clavier de son ordinateur ne fonctionne plus et c'est là la vérité vraix
Réponse de le 18/05/2015 à 13:10 :
je n'ai strictement rien compris à votre commentaire avez vous bien lu l'article ?
Réponse de le 20/05/2015 à 3:49 :
Je vous rassure, ce ne sont pas des fautes d'orthographe, c'est juste un clavier avec des touches mal placées, la majuscule étant activée d'origine. On dirait que le texte a été écrit par un analphabète trilingue mais ce n'est pas le cas!
a écrit le 17/05/2015 à 10:28 :
Au vue de la situation désastreuse dans son propre pays, je ne pense pas que Hollande va donner des conseils sur la gestion économique de l'Algérie.
Peut-être va-t-il essayer de vendre deux Mistrals??
Réponse de le 18/05/2015 à 12:49 :
C'est une idée, et il y aurait plus de place dans nos rades... Et comme l'Algérie est amie de la Russie, cette dernière pourrait en dernier ressort récupérer les Mistrals sans fausse note vis à vis de l'Otan et de l'EC... Pas mal !
Réponse de le 18/05/2015 à 13:07 :
vous êtes un petit farceur
Réponse de le 18/05/2015 à 13:50 :
Petit je ne sais pas, mais la réalité dépasse souvent la fiction... Et en matière de diplomatie et d'économie c'est souvent le cas...
Une question me tarabuste cependant, la visite au très démocrate sieur Castro nous cache quoi ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :