L’Algérie, un marché à gros potentiel pour les entreprises françaises

 |   |  1344  mots
Forte de 200 Mds de dollars en réserve et d'un plan quinquennal de 286 Mds de dollars, l'Algérie a tout pour représenter un  nouvel eldorado pour les PME française...
Forte de 200 Mds de dollars en réserve et d'un plan quinquennal de 286 Mds de dollars, l'Algérie a tout pour représenter un nouvel eldorado pour les PME française...
Maintenant que Bouteflika a pris la tête du pays, la France doit profiter du renouveau politique pour faire des affaires avec son ancienne colonie. Un terrain propice, à très très fort potentiel...

L'élection présidentielle algérienne vient de se terminer avec la victoire, sans surprise, du président sortant, M. Abdelaziz Bouteflika. Si le climat politique se distingue par une certaine torpeur, il en est différemment des relations économiques entre l'Algérie et la France.

Sonnée par la fulgurante progression des échanges commerciaux entre l'Algérie et la Chine qui est devenue le premier partenaire commercial du plus grand pays d'Afrique (12,4% de part de marché), la France (11,4% de part de marché) semble avoir pris la mesure du terrain perdu et réorganise son offensive commerciale.

En effet, l'Algérie pourrait représenter  un formidable débouché pour la production hexagonale.  Forte de 200 Mds de dollars en réserve et d'un plan quinquennal de 286 Mds de dollars, l'Algérie a tout pour représenter un  nouvel eldorado pour les PME française.

 

Avec la France, des liens anciens et puissants

Colonisée  en 1830, l'Algérie fut française pendant 132 ans. De nombreux liens ont ainsi été créés notamment linguistique et commerciaux.  Des succès commerciaux français ont même vu le jour en Algérie comme la marque de boisson Orangina.

L'indépendance du pays ne signe pas la fin de la présence française en Algérie. De nombreux coopérants demeurèrent dans le pays, notamment pour accompagner l'école algérienne. Aujourd'hui encore, le français reste une langue largement partagée et l'Algérie détient le plus grand nombre de titre de presse en langue française en dehors de la France. C'est aussi le premier pays francophone en termes de locuteurs devant la République démocratique du Congo (RDC). 

Les Français résidant en Algérie sont estimés à environ 30.000 dont plus de 90% sont des binationaux. Les Algériens  en France constituent la première communauté étrangère en France  et est évaluée  à environ 2 millions de personnes selon des chiffres difficilement vérifiables. De ce fait, les liens historiques entre les deux pays constituent un atout unique pour les entreprises françaises désireuses de s'implanter en Algérie.

 

Un pays en plein boom

L'importante manne financière issue des hydrocarbures a permis au pays de se désendetter rapidement (2 Mds de dollars en 2013) et amasser un réserve en devises estimée à 200 Mds de dollars. Le lancement de grands chantiers comme le programme « 1 million de logements » et la construction de nombreuses infrastructures n'ont cependant pas profité aux entreprises françaises. Celles-ci sont peu présentes dans la construction, or l'Algérie investit massivement dans ce secteur. Les entreprises chinoises surtout mais aussi japonaises, turques et désormais portugaises raflent la plus grande partie des contrats de construction.

L'immensité du pays  et la taille de sa population (38 millions) en font par exemple le plus gros marché méditerranéen pour le développement des technologies de l'information  et de la communication. L'emplacement de l'Algérie est stratégique face au marché européen et à la jonction des Etats d'Afrique et de Méditerranée.

Certains groupes français  ont néanmoins décroché de gros contrats comme Alstom pour le tramway et le métro ainsi que Total ou Lafarge qui est leader en Algérie avec une croissance des ventes de 8,9% en 2013 (600 millions d'euros). Si les grandes entreprises nationales ont pu investir et gagner des marchés en Algérie, les PME demeurent faiblement représentées pour des raisons diverses. Des opportunités existent pourtant pour celles-ci, au regard notamment du manque de savoir-faire technique et industriel des entreprises algériennes.

 

Un manque d'expertise que pourraient exploiter les entreprises hexagonales

L'université algérienne peine à former des ingénieurs de haut niveau. Les diplômés sont issus majoritairement des sciences sociales. Or, les besoins en expertise technique sont immenses.  Pour cela, l'Algérie a recours à l'expertise étrangère. Les chinois ont ainsi réussi à se positionner rapidement sur ce marché. Toutefois, la qualité de leurs travaux est décriée et suscite beaucoup de méfiance.

Les malfaçons de l'autoroute est-ouest et les forts soupçons de corruption pour obtenir des marchés font que les Chinois sont aujourd'hui de moins en moins appréciés et beaucoup d'Algériens se demandent pourquoi les Français, qui sont leurs partenaires traditionnels,  demeurent absents ?

 

Confiance dans le savoir-faire français 

Dès lors,  la proximité linguistique, mais également le savoir-faire français sont des éléments  que les entreprises françaises doivent exploiter. Les voitures françaises jouissent ainsi, à l'inverse du désamour hexagonal, d'une solide réputation de ce côté-ci  de la Méditerranée.  De même, les Algériens ont une tendance naturelle à préférer un produit français jugé plus fiable.  Cette confiance  se rencontre également dans les services et la gestion.

La RATP gère ainsi le métro d'Alger et son tramway, Suez, une grande partie de l'alimentation en eau potable d'Alger alors qu'Aéroports de France (ADP) gère l'aéroport de la capitale. L'expertise française ne doit toutefois pas se limiter au domaine industriel.

Le savoir-faire français en matière de tourisme par exemple  pourrait trouver en Algérie une terre vierge où l'investissement pourrait se révéler rentable. Selon l'organisation mondiale du tourisme, l'Algérie est la quatrième destination la plus populaire en Afrique après le Maroc, la Tunisie et l'Afrique du Sud. Le pays a ainsi reçu plus de 2,6 millions de touristes en 2012. même si les trois-quarts étaient des expatriés de retour en Algérie. Un tourisme local pourrait ainsi être parfaitement rentable en attendant un retour au calme dans le Sud algérien au potentiel touristique très fort. Les Algériens voyagent de plus en plus. L'année dernière près d'un million d'Algériens se sont rendus en Tunisie pour les vacances, en grande partie à cause du manque de structures touristiques dans le pays.

 

Un rapprochement entre les deux pays qui pourrait favoriser les affaires

Nommé en 2010, Jean Pierre Raffarin est le représentant de la France pour les questions économiques en Algérie. Il a œuvré pour un rapprochement  entre les deux pays dépassant les passions et facilite désormais les investissements qui tardent à se concrétiser.

La visite du président Hollande en Algérie a par ailleurs permis de débloquer de nombreux dossiers notamment celui de l'installation de l'usine Renault en Algérie qui devrait produire sa première voiture à la fin de cette année.

Les investissements français en Algérie se chiffrent aujourd'hui  à 1,94Md d'euros. En 2013, près de 450 entreprises et entrepreneurs français étaient implantés en Algérie, employant environ 40.000 personnes.

L'amélioration de la conjoncture politique entre les deux pays pourrait ainsi ouvrir davantage les marchés publics locaux aux entreprises françaises. Même si la règle fixant une part majoritaire (51%) pour le partenaire algérien (règle du 49/51) n'a pas été abrogée comme cela était souhaité par de nombreux investisseurs, la France pourrait faire encore de juteuses affaires dans de nombreux domaines.

 

Un relais de croissance pour les PME françaises

La frilosité qui caractérise l'investissement français en Algérie est de moins en moins justifiée à l'heure où de nombreux pays, disposant de beaucoup moins d'atouts que la France, décrochent des marchés lucratifs. Pourtant l'Algérie est l'un des rares pays avec qui la France possède encore une balance commerciale positive.

Le nouveau plan quinquennal accordera encore une large part à la réalisation d'infrastructures et offrira sans nul doute davantage de facilités aux investisseurs étrangers à l'heure où l'Algérie a  un besoin vital  de diversifier son économie.

L'Algérie pourrait constituer un véritable relais de croissance pour de nombreuses PME, voire TPE en panne de contrats. La définition d'une véritable stratégie en partenariat avec les différents services français d'appui à l'investissement à l'étranger apparaît aujourd'hui nécessaire pour accompagner les entreprises hexagonales dans ce marché prometteur.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2014 à 5:42 :
Ne pas oublier que la France était une colonie Arabe et que les Arabes sont rester un bon nombre année .
a écrit le 08/05/2014 à 10:07 :
A chacun son troupeau, et les vaches seront bien gardées, et "pis cé tou " !
a écrit le 07/05/2014 à 14:23 :
En même temps, je pense qu'ils s'en mordront les doigts d'avoir offert tant de contrat aux Chinois. S'ils étaient si fort, ça se saurait, ils savent juste faire pas cher, mais pour la qualité, mieux vaut ne pas espérer !

Sans vouloir défendre les Français sur ce point (les entreprises Françaises de construction ne sont plus à présenter, leur renommé tient à leur savoir faire), ils auraient fait bien mieux, comme beaucoup d'autre entreprises d'autre pays cela dit.

Mais bon, entre l'Algérie et la France, ça a toujours été le désamour, le pourquoi, le comment, peu importe, mais je doute que ça change vite. Mieux vaut regarder du côté du Maroc et de la Tunisie à mon humble avis.
Réponse de le 07/05/2014 à 22:29 :
Sauf que le maroc et la Tunisie n ont pas un sous... A moins que les français veuillent bien faire du bénévolat.....lol
a écrit le 07/05/2014 à 11:36 :
Les Français seront toujours les bienvenus en Algérie, mais il faut surtout éviter le piège de la corruption dans lequel sont tombés les canadiens,les chinois les italiens etc..... certains acteurs politiques et économiques de l'Algérie actuelle sont de véritables voraces.
a écrit le 07/05/2014 à 7:47 :
"Ce site est trop pollué par les ex de l'Algérie Française et par les marocains du Makhzen se faisant passer pour des algériens! Bref! "

Tu as tout dit mon frère :).
a écrit le 07/05/2014 à 7:17 :
l'Algérie la roue de secours de la France j'y crois pas
l'Algérie ne se laissera pas faire.
a écrit le 06/05/2014 à 23:31 :
Ce site est trop pollué par les ex de l'Algérie Française et par les marocains du Makhzen se faisant passer pour des algériens! Bref!
a écrit le 06/05/2014 à 21:32 :
pour l'industrie on aime le made in Germany, USA, SWISS,BRAZIL, SOUTH AFRICA

pour le tourisme le made in TURKEY

pour le BTP le made in RP CHINA or UAE

et pour le blabla le made in fronce
Réponse de le 07/05/2014 à 9:31 :
Tout est dit!!
On a eu 130 ans pour goûter au savoir faire français basé sur l'exploitation, l'apartheid et l'absence de repentance.
Le temps de la France est passé et dépassé,
a écrit le 06/05/2014 à 21:30 :
c'est le dictateur bouteftef pensionnaire du val de grace qui a ecrit cettte inepsie?
Réponse de le 07/05/2014 à 8:20 :
apparemment !
a écrit le 06/05/2014 à 18:06 :
Les français ont leur place en algerie mais il faut que les médias et certains politiques français arrete de prendre les algeriens du haut
Réponse de le 07/05/2014 à 8:21 :
ils feraient mieux de faire travailler les autochtones, autrement dit les 60% de la population de leurs jeunes, dont une immensité ne travaille pas
Réponse de le 07/05/2014 à 18:31 :
et en france il y a combien de jeunes au chomage ou bloques a continuer leur etudes faute de travail avant de critiquer regarde ce qui se passe chez toi
Réponse de le 08/05/2014 à 10:05 :
ben, justement, s'ils travaillaient les jeunes en Algérie, ils seraient moins tentés de " voyager", jusqu'à chez nous.....c'est ce que @ lyno veut certainement dire....
a écrit le 06/05/2014 à 17:09 :
Tom et Jerry, mais la souris est toujours vivant
a écrit le 06/05/2014 à 14:00 :
D'un coté on encourage les entreprises françaises à investir en Algérie et de l'autre on les met en garde pour tout déplacement en Algérie ??????
Lire ci-dessous paru aujourd'hui dans la presse officielle.
En raison de la persistance d’un risque terroriste élevé dans la région (cf. fiche « Infos pratiques » Sécurité au Sahel), la plus grande prudence s’impose à tous nos ressortissants résidant en Algérie ou prévoyant de s’y rendre.

Les déplacements sont en particulier formellement déconseillés à nos ressortissants dans la zone rouge définie par ce site (cf. carte de la rubrique Sécurité), notamment au Sud et à l’Est de l’Algérie.

Dans le contexte des troubles qui se poursuivent depuis plusieurs mois dans la ville et les environs de Ghardaïa, la plus grande prudence est de mise dans cette zone, où les déplacements sont déconseillés sauf raison impérative.

Il en va de même dans certaines zones du Nord-est du pays où évoluent encore des groupes terroristes. C’est le cas notamment de la wilaya de Tizi-Ouzou, où onze militaires algériens ont été tués le 19 avril lors d’une attaque terroriste près de la commune d’Iboudrarene.

Tous les ressortissants français voyageant en Algérie sont appelés à se signaler au Centre de crise du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international en s’inscrivant sur le site Ariane.
Réponse de le 06/05/2014 à 23:28 :
Et bien c'est simple, il n'ont qu'à ne pas venir en Algérie.
a écrit le 06/05/2014 à 13:18 :
un article digne de la France/Algérie dans toutes sa splendeur au mépris du peuple algérien complètement marginalisée et cubanisée par son propre régime .!
a écrit le 06/05/2014 à 9:44 :
h
a écrit le 05/05/2014 à 22:01 :
Des liens anciens et puissants... La bonne blague, allez y...
Un eldorado ou le far west?
Savez vous comment vives certains chinois? Dans des citées binkerisées.
Je vous conseil de bien choisir vos relais sur place.
a écrit le 05/05/2014 à 20:52 :
March& à gros potentiel à condition d'avoir une bonne assurance et e ne pas avoir peur de verser des commissions.
Réponse de le 07/05/2014 à 8:22 :
à chacun sa m....de !
a écrit le 05/05/2014 à 18:03 :
"Profiter du renouveau politique ", il ne manque pas d'humour le sbire !
Réponse de le 06/05/2014 à 20:20 :
hahahahahah

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :