G7 : Les Européens interpellent Trump sur le commerce

 |   |  905  mots
(Crédits : POOL New)
Les Européens ont interpellé Donald Trump dès son arrivée samedi au sommet du G7 en France en l'avertissant que les guerres commerciales ruineraient l'économie mondiale et qu'ils ne le laisseraient pas s'en prendre à la France sur la taxation des géants du numérique.

Coup d'envoi pour le G7. Le président Emmanuel Macron, hôte du sommet qui s'ouvre dans la soirée à Biarritz (sud-ouest), a averti ce samedi lors d'une brève allocution télévisée "que les tensions commerciales sont mauvaises pour tout le monde".

"Les guerres commerciales conduiront à la récession, alors que les accords commerciaux boostent l'économie", a renchéri le président du Conseil européen Donald Tusk au moment même où le président américain atterrissait en France.

Le président américain a rejoint son homologue français dès son arrivée pour un déjeuner improvisé en tête-à-tête à l'ombre d'une élégante terrasse, l'occasion peut-être d'aplanir certains contentieux avant l'ouverture formelle du sommet samedi soir.

"Le temps est parfait. Nous ferons de grandes choses ce weekend", a promis Donald Trump devant les caméras, alors qu'Emmanuel Macron mettait l'accent sur la gravité des crises du moment. Le président américain, qui aime à jouer les trouble-fête, avait adopté un tout autre ton avant de partir pour la France, dans une série de tweets tonitruants.

Le locataire de la Maison Blanche a brandi la menace de représailles à l'introduction d'une taxe française sur les géants américains du secteur des hautes technologies. "S'ils (les Français) le font, nous imposerons des droits de douane sur leurs vins", a-t-il lancé. "Des droits de douane comme ils n'en ont jamais vus", a-t-il martelé.

L'Union européenne a promis dans ce cas de riposter. "Si les Etats-Unis imposent des taxes, alors l'Union européenne répondra sur le même plan", a averti Donald Tusk.

Le président américain a aussi une nouvelle fois soufflé sur les braises de la guerre commerciale qui oppose les Etats-Unis à la Chine et qui plombe l'économie mondiale. Pékin a annoncé vendredi de nouveaux droits de douane auxquels Donald Trump a riposté en annonçant que la totalité des 550 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis seraient frappés de taxes encore plus lourdes d'ici à la fin de l'année.

"L'appel de la forêt"

Le président français a soigné au millimètre la chorégraphie du sommet, avec en toile de fond le décor des palais de Biarritz, prestigieuse station balnéaire et ancien rendez-vous des têtes couronnées, et de l'Atlantique.

Autour de spécialités du Pays basque, les sept dirigeants se pencheront notamment samedi soir sur un sujet qui s'est imposé à la dernière minute, la multiplication des feux de forêt en Amazonie, l'un des poumons verts de la Terre.

"Nous devons répondre à l'appel de l'océan et à l'appel de la forêt qui brûle aujourd'hui en Amazonie de manière là aussi très concrète", a lancé Emmanuel Macron qui a aussi placé le climat au coeur des enjeux du sommet.

Les discussions pourraient être houleuses alors qu'il a accusé le président brésilien Jair Bolsonaro, dont les positions climato-sceptiques sont proches de celle de Donald Trump, d'avoir "menti" sur ses engagements sur le climat et d'"inaction" face à ces incendies qui dévastent depuis des jours le poumon vert du monde.

Berlin a par ailleurs exprimé ses réticences à l'annonce que Paris bloquerait le projet d'accord commercial entre UE et Mercosur, un sujet qui sera abordé lors du tête à tête entre Angela Merkel et Emmanuel Macron dans l'après-midi.

Mais le président du Conseil européen, Donald Tusk, présent à Biarritz, a reconnu qu'il serait "difficile d'imaginer" que l'UE puisse ratifier un tel accord tant que le Brésil "permettra la destruction" de l'Amazonie.

Sur le nucléaire iranien, Emmanuel Macron entend aussi mettre sur la table une autre pomme de discorde avec Donald Trump, l'accord sur le nucléaire iranien, que les Européens tentent de sauver alors que les Etats-Unis s'en sont retirés.

Manifestation "anti" dans le calme

Il informera ses homologues de la teneur de son entretien avec le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif, qui a jugé, dans une interview à l'AFP, encourageantes les propositions de Paris pour débloquer la crise.

Autre rendez-vous très attendu, le tête-à-tête prévu dimanche matin entre Donald Trump et le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le président américain loue les qualités et les positions, notamment sur le Brexit.

Tout juste arrivé en France, Boris Johnson a réitéré sa position: l'UE doit "laisser tomber" le dispositif pour la frontière irlandaise (backstop), si elle veut éviter une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'UE.

Emmanuel Macron essaiera aussi de faire avancer des dossiers de fond dont il a fait une priorité comme la lutte contre les inégalités et l'éducation en Afrique.

Dans l'espoir de déboucher sur des "initiatives concrètes", partagées avec les autres dirigeants invités, comme l'Indien Narendra Modi ou six chefs d'Etat africains.

Pendant ce temps, l'opposition au G7 continue à se mobiliser dans les villes avoisinantes, Biarritz étant devenu un camp retranché, inaccessible aux plagistes et manifestants.

Plusieurs milliers "d'anti" - anticapitalistes et altermondialistes - ont pacifiquement défilé dans la matinée d'Hendaye à la ville frontière espagnole d'Irun, démentant les craintes des autorités qui redoutent des débordements après la mobilisation sociale des "gilets jaunes" cet hiver.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2019 à 13:01 :
Macron est un peut farfelu c moment Brigitte une prof de français que l on a votez part les français ont voit vraiment des personnes petits mais c est français ont parlent pas de trump ils et fous
a écrit le 25/08/2019 à 22:30 :
macron a surtout annoncé qu' il n'y aurait aucun résultat .donc tout ce foutoir , tout ce pognon foutu en l' air pour rien . chaque président devrait rester chez lui.pour faire avancer les choses a distance
a écrit le 25/08/2019 à 14:18 :
"Interpeller" ne coûte pas cher. Mais pour les décisions finales, ce sera autre chose.
Nous sommes dans un affichage, sans réels débouchés possibles, dans aucun des thèmes abordés. Pire, c'est une immense hypocrisie. La réalité est beaucoup plus simple: au moment où se tient le "G7", le Pdt des USA annonce un "futur grand accord commercial" à Boris Johnson.
Traduction: pendant que les 7 "Grands" font semblant d'être là pour régler les problèmes du monde, le plus grand (USA) propose à l'un des moins grands (Royaume encore Uni pour un temps) la création d'une zone anglo saxonne de libre échange qui s'assoit sur les avis des européens. Trois d'entre eux font parti du G7 (France, Italie, Allemagne). Fidèle à leur stratégie, les américains privilégient le bilatéralisme (USA/GB) contre le multilatéralisme (G7, UE, OMC...) Autrement dit, les américains enfoncent le clou et participent au sabotage de l'Union Européenne et l'on fait semblant de laisser croire que le G7 a encore un sens.
C'est le "futur grand accord commercial (USA/GB) qui va fixer les règles du commerce mondiale et non plus l'OMC. Ainsi s'achève, au sens du travail accompli, la main mise de l'ultra libéralisme anglo saxon sur la planète. Du coup, à quoi sert le "G7"?
La prochaine torpille contre l'UE, ce sera le dossier italien.
A méditer... d'urgence.
a écrit le 25/08/2019 à 9:11 :
Une semaine sans allumer la télé... :

BFMTV: Macron est formidable
CNEWS: Macron est génial
LCI: Macron est le plus fort
ITELE: Macron est le plus grand.

Sur Internet: Macron est un imposteur, l'UERSS, empire prévu pour durer mille ans dans son élan d'ailleurs prévoit d'interdire le fromage au lait cru sur demande certaine des trois milliardaires de Lactalis.

Mais tout va bien on voit que Macron est plus beau sur les photos que Trump, par contre difficile quand même de faire passer Tusk, on dirait un petit garçon placé là par ses parents et qui a un peu oublié sa leçon...
Réponse de le 25/08/2019 à 22:09 :
1000 ans ? c'est rien mille ans, un Reich tout au plus.
a écrit le 25/08/2019 à 1:36 :
Aussi efficace que l'Onu ce groupe. Quelle farce !
a écrit le 25/08/2019 à 0:35 :
Quand l'un veut, l'autre ne veut pas. Le troisième ne veut que s'il mène. Ce sommet a le mérite de montrer comment les gouvernants ne gouvernent pas plus efficacement dans les républiques démocratiques que les républiques populaires. Quant à définir le bien commun à tous le habitants de la planète, c'est le désert de la pensée.
a écrit le 24/08/2019 à 21:41 :
C'est ce que disait aussi l'ancienne administration US, favorable au N.O.M., dont les gouvernants européens actuel sont l'émanation vassale! Toujours ce fameux retard entre les deux cotés de l'Atlantique!,
a écrit le 24/08/2019 à 19:52 :
Au moins, Trump défend son pays, même maladroitement mais il le défend. On ne peut pas en dire autant pour d'autres.
a écrit le 24/08/2019 à 19:45 :
Donald Tusk ha bon on l'écoute celui là ? Comme si Trump en avait quoi que ce soit à glander de cette UE complètement disloquer !
a écrit le 24/08/2019 à 18:33 :
Macron veut répondre à l'appel de la foret ! Il se prend pour tarzan !
Qui fait cheetah ? oh non ! pas vous, Brigitte !
a écrit le 24/08/2019 à 18:31 :
Les USA veulent taxer le vin français, l'UE menace de représailles si c'est le cas.
Voila exactement ce qu'on attend de l'UE. J'ai toujours dit que le Brexit était l'occasion pour l'UE de se remettre en question et que les Etats-membres devaient réapprendre à jouer collectif. Pour l'instant l'UE est sur la bonne voie ...mais il reste à mettre fin aux paradis fiscaux au sein de l'UE.
Réponse de le 24/08/2019 à 23:00 :
La surtaxe sur les vins français aux USA est symbolique, elle représentera quelques dizaines de cents pour des bouteilles à 15 USD puisque c'est un produit de luxe là bas.

L'Europe a également adopté des réponses symboliques en surtaxant les Harley-Davidson, le jus de cranberry, le beurre de cacahuète ou les canoé et bateaux à rames. Des produits peu consommés en France.

Ceci dit, vous avez raison sur le fait que l'Europe doit adopter et imposer un comportement de réciprocité avec ses partenaires. Notamment avec l'administration Trump.
a écrit le 24/08/2019 à 18:14 :
Plutôt que d'attendre que les Américains du Nord appliquent ou majorent des taxes d'importation, que les Européens et les Chinois taxent plutôt les exportations vers les USA. Au moins, cette recette n'ira pas dans les mauvaises poches...
a écrit le 24/08/2019 à 17:12 :
C'est ce que disait aussi l'ancienne administration US, favorable au N.O.M., dont les gouvernants européens actuel sont l'émanation vassale! Toujours ce fameux retard entre les deux cotés de l'Atlantique!,
a écrit le 24/08/2019 à 16:54 :
trump doit etre furieux
outre le fait qu'il se rend compte que sa politique d'intox ne marche pas avec la chine, il essaie de prendre chaque petit pays pour leur tordre le bras
ca marche avec les petits pays africains ou sud americains, par contre avec l'europe il a des menaces de represailles d'un bloc plus gros que les etats unis et ou la richesse par tete y est superieure
et son ' diviser pour mieux regner' ne passe pas! ca doit te lui mettre de ces coleres, deja que le danemark ne veut pas lui ceder le groenland pour un dollar symbolique!
Réponse de le 24/08/2019 à 18:36 :
Le président de Groenland c'est moi ! Groenlandais parmi les groenlandais, repondant au nom de Salengro, jamais m'entendez vous ! jamais je ne laisserai groland à Donald, les Cartoons et autre Comics ça suffit !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :