Gap se divise en deux entités et ferme 230 magasins

 |   |  333  mots
Gap souhaite réaliser 90 millions de dollars d'économies sur les deux prochaines années.
Gap souhaite réaliser 90 millions de dollars d'économies sur les deux prochaines années. (Crédits : Mike Blake)
Le groupe textile Gap se scinde en deux et pourrait abandonner son nom. 230 magasins pourraient également fermer. L'objectif de l'américain, distancé par H&M et Zara, est d'économiser 90 millions de dollars par an.

La fin d'une époque. Le groupe textile américain Gap, en difficulté depuis des années et distancé par la concurrence (H&M et Zara ainsi que le commerce en ligne), a annoncé, jeudi 28 février, une vaste restructuration qui doit entraîner sa scission en deux entreprises distinctes et cotées séparément en Bourse.

Par ailleurs, 230 magasins à travers le monde (la marque est présente dans une quarantaine de pays), soit 6,3% de son portefeuille total vont fermer dans les deux prochaines années sans qu'aucune indication sur le nombre d'emplois qui vont être affectés par cette restructuration ni les régions concernées ne soient divulgués

90 millions de dollars d'économies et un changement de nom

L'objectif est ainsi d'économiser 90 millions de dollars par an. Pour ce qui est de la scission, la marque bon marché Old Navy, qui a réalisé à elle seule l'an dernier un chiffre d'affaires de 8 milliards de dollars, va devenir une société indépendante et restera basée à San Francisco. Sonia Syngal, à la tête de la marque Old Navy depuis 2016, en deviendra la patronne.

Lire aussi : Inditex (Zara) : bénéfice net en hausse pour le roi du "fast fashion"

Les autres griffes (Gap, Banana Republic, Athleta, Intermix et Hill City) vont être logées sous le même toit.  Cette entité, dont les ventes cumulées étaient de 9 milliards de dollars l'an dernier, se fera appeler pour l'instant "Newco" mais Gap indique que c'est un nom temporaire. S'il était maintenu, le nom Gap ne désignerait plus que les magasins de la marque Gap. Cette nouvelle entité sera dirigée par Art Peck, l'actuel patron du groupe Gap.

Gap espère finaliser cette opération en 2020, après le feu vert de son conseil d'administration et autres procédures règlementaires. A Wall Street, ces annonces étaient saluées puisque le titre flambait de plus de 18 % dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :