Grande-Bretagne : qui a payé les vacances luxueuses de Boris Johnson ?

La commission parlementaire de la Chambre des Communes chargée de veiller au respect des règles de la vie parlementaire a ouvert une enquête sur les luxueuses vacances aux Caraïbes du Premier ministre.

1 mn

Dans sa déclaration d'intérêts en tant que député, le Premier ministre a indiqué que ces vacances d'une valeur de 15.000 livres (17.300 euros) lui avait été offertes par l'homme d'affaires David Ross, qui a démenti dans un premier temps.
Dans sa déclaration d'intérêts en tant que député, le Premier ministre a indiqué que ces vacances d'une valeur de 15.000 livres (17.300 euros) lui avait été offertes par l'homme d'affaires David Ross, qui a démenti dans un premier temps. (Crédits : Thomas Mukoya)

Une commission parlementaire britannique a ouvert une enquête sur les luxueuses vacances aux Caraïbes du Premier ministre Boris Johnson, afin de déterminer qui les a payées, rapportait la presse britannique dimanche. Selon l'hebdomadaire "The Observer", la commission parlementaire de la Chambre des Communes chargée de veiller au respect des règles de la vie parlementaire a ouvert son enquête en début de semaine. Boris Johnson et sa fiancée Carrie Symonds, qui ont annoncé fin février attendre un enfant, ont passé le Nouvel an sur l'île privée Moustique, de l'archipel caribéen des Grenadines.

Dans sa déclaration d'intérêts en tant que député, le Premier ministre a indiqué que ces vacances d'une valeur de 15.000 livres (17.300 euros) lui avait été offertes par l'homme d'affaires David Ross, un donateur du Parti conservateur. Mais David Ross a semé la confusion en niant, dans un premier temps, avoir remis une telle somme à Boris Johnson, avant de revenir sur ses dires par l'intermédiaire de son porte-parole pour affirmer qu'il s'agissait d'un "avantage en nature". Le parti travailliste, principal parti d'opposition, a exhorté la commission d'ouvrir une enquête. Downing Street, qui avait précédemment souligné avoir tout déclaré dans les formes, n'a pas souhaité commenter cette annonce.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 18
à écrit le 09/03/2020 à 10:03
Signaler
Allez ça commence, les "démocrates" anglais n'ont pas accepté le résultat des urnes, comme aux usa, comme il se fait en france, en israel... C'est malheureux car c'est une tentative de vol du choix du peuple

le 09/03/2020 à 16:29
Signaler
Ca ne serait plus plutôt l' inverse ou en reformulant, les européistes ont durant 3 ans essayé de retourner le vote anglais du Leave ? Pas de chance avec BJ. D 'ailleurs ça rumine à l' Elysée, il faut donc que le Brexit échoue !

à écrit le 09/03/2020 à 9:05
Signaler
Menteur, Voleur…….. populiste quoi, j'espère que l'Europe en aura assez face à un tel personnage qui n'a strictement rien à faire de son pays puisqu'il ne pense qu'à lui….

le 09/03/2020 à 9:44
Signaler
l'Europe discutera avec les dirigeants britanniques que les électeurs du Royaume-Uni éliront démocratiquement. C'est aux britanniques et à eux seuls de décider de s'en débarrasser... ou pas. Ca ne fait qu'ajouter une couche au palmarès déjà chargé de...

à écrit le 09/03/2020 à 8:52
Signaler
Le néolibéralisme ce sont aussi les riches qui payent les vacances à nos dirigeants politiques afin de ne pas payer d'impôts.

à écrit le 08/03/2020 à 23:31
Signaler
Qui paye les tenues luxueuses de Brigitte Macron ?

le 09/03/2020 à 7:36
Signaler
Personne ne lui paie ses habits , ce sont des prêts des grandes maisons françaises qui en plus leur fait de la pub

le 09/03/2020 à 8:54
Signaler
"qui en plus leur fait de la pub " Heu... madame Macron se fait siffler quand elle sort, côté publicité c'est pas terrible hein. Et je ne sais même pas si des ministres jeunes belles et sexy font de la pub aux marques qu'elles portent telleme...

à écrit le 08/03/2020 à 21:48
Signaler
Un partage en nature.... Disons plutôt sa part du pot de vin. Il y a au moins deux parties étrangères très intéressées par le brexit. Les conservateurs US et les russes. Et on imagine tout à fait un Bannon ou un envoyé de Poutine "remercie...

à écrit le 08/03/2020 à 20:58
Signaler
C'est super! Ces médias qui s'occupent de la vie privée de certain quand il défendent une cause antagoniste! Alors que... cela n'a aucun intérêt autre que d'aider la popularité de Bruxelles lors des négociations!

le 09/03/2020 à 9:47
Signaler
Une négociation ce n'est pas une question de popularité. C'est une question de rapport de force et d'intérêt bien compris des uns et des autres.

à écrit le 08/03/2020 à 20:41
Signaler
Ca flippe à la grosse commission et ça arrive avec un très mauvais sondage at home !, trois Français sur quatre n’espèrent rien de l’Europe source, Le Parisien Seuls 26 % des Français voient un « espoir » dans la construction européenne selon...

le 09/03/2020 à 9:50
Signaler
Sauf dumping fiscal, social, environnemental, salarial, le brexit sera une bérézina économique pour le Royaume-Uni. Les 74% finiront bien par se rendre compte qu'on est bien plus inaudible et pauvre sans UE qu'avec.

le 09/03/2020 à 16:26
Signaler
@bruno_bd Ils basculeront pour sortir aussi car les français se réveillent, sortir de la propagande de l' Ue prend assez logiquement un peu de temps ; CHG peut les aider à comprendre . Ainsi "les illusions économiques de l' u...

à écrit le 08/03/2020 à 19:26
Signaler
Qd la fortune sourit aux audacieux, ça fait forcément des jaloux, surtout chez les perdants. Et dieu sait si la pilule a été amère à avaler pour le leader du parti travailliste. Le repos du guerrier : rien de mieux pour affronter ce qui va suivre.....

le 09/03/2020 à 14:14
Signaler
Voilà une bonne remarque à adresser aux LFI.

à écrit le 08/03/2020 à 18:59
Signaler
Les europeistes ne sont pas à cours d’idée pour le faire tomber à tout prix. Il tiendra et l’UE tremblera.

le 09/03/2020 à 7:43
Signaler
Rien à voit avec UE, arrêter de faire croire que cette institution a tout pouvoir, grotesque!!!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.