A contre-courant : pour sauver Flybe Boris Johnson baisse les taxes du transport aérien

 |   |  893  mots
(Crédits : Bloomberg)
Le gouvernement britannique a annoncé mardi qu'il avait trouvé un accord de sauvetage avec les propriétaires de la compagnie régionale Flybe, à l'issue de plusieurs jours de discussions marathon pour lui éviter de faire faillite.

De quoi alimenter le débat de la politique à mener à l'égard du transport aérien à l'heure où ce secteur est remis en cause par la pression environnementale d'une partie de l'opinion et de la classe politique.

Connectivité aérienne

Pour sauver une compagnie aérienne, Flybe, et maintenir la connectivité aérienne d'un grand nombre de villes britanniques qui auraient perdu leur liaison avec d'autres villes britanniques et européennes, Boris Johnson a tranché : à la suite d'un accord avec les actionnaires de la compagnie qui vont remettre au pot, le gouvernement va diminuer la taxe sur les passagers aériens (Air Passenger Duty).

"Signe de l'engagement du Premier ministre (pour diminuer les inégalités de transport régionales au Royaume-Uni), le Trésor va revoir la taxe britannique sur les billets d'avion (Air Passenger Duty)", expliquait ce mardi soir le Trésor dans un communiqué. "Ces mesures ont fait partie des discussions aujourd'hui avec la compagnie aérienne régionale la plus importante d'Europe, Flybe , qui (...) dessert des trajets d'où sont absents les autres transporteurs", notamment depuis Belfast ou Southampton, ajoute le Trésor, sans plus de détail.

Pour autant, une baisse de l'Air Passager Duty ne peut pas être neutre. Le montant de cette taxe qui va de 13 à environ 150 livres par voyageur est exorbitant. En 2018, il s'élevait à 3,7 milliards de Livres (4,3 milliards d'euros), soit largement plus de la moitié des taxes spécifiques du transport aérien européen. Mardi, la presse brtiannique évoquait une baisse sur l'ensemble des vols intérieurs pour l'ensemble des compagnies aériennes, afin d'éviter les accusations de distorsion de concurrence.

Lire iciLa France n'est pas la championne d'Europe des taxes spécifiques au transport aérien

Si elle reste modeste avec ces 2000 salariés et ces huit millions de passagers transportés chaque année, Flybe est une compagnie très importante au Royaume-Uni. Elle relie de nombreuses villes régionales britanniques entre elles et vers une cinquantaine de villes européennes, notamment françaises (la France est le deuxième marché de la compagnie). Flybe est donc capitale pour beaucoup de régions britanniques, notamment l'Irlande du Nord, qui se seraient retrouvées enclavées en cas de disparition de Flybe.

Boris Johnson n'a pas voulu par ailleurs ajouter une troisième faillite après celles de Monarch en 2017 et Thomas Cook en septembre 2018. Les difficultés de Flybe  avait ému la classe politique ces derniers jours. Beaucoup de parlementaires poussaient le gouvernement à intervenir.

Mardi, la presse britannique écrivait que le gouvernement envisageait un report du paiement de la taxe britannique sur les billets d'avion jusqu'à 2023, soit un coup de pouce fiscal de 100 millions de livres (116,5 millions d'euros), en échange d'argent frais injecté de la part de Connect Airways, le consortium d'investisseurs comprenant Virgin Atlantic et les fonds Stobart et Cyrus, qui avait racheté Flybe l'an dernier, déjà au bord de la faillite.

Les commentaires de Lucien Farrell, le président de Connect Airways, allaient dans ce sens.

"Nous sommes très encouragés par les récents développements (...) En conséquence, le consortium d'actionnaires s'engage à continuer à faire fonctionner Flybe  grâce à de nouveaux financements aux côtés des initiatives du gouvernement", a-t-il déclaré, cité dans le communiqué du Trésor.

Selon l'agence de presse britannique Press Association, le montant de ces financements "devrait se situer dans la zone des dizaines de millions de livres".

A contre-courant

Ce sauvetage est à contre-courant des politiques enclenchées par de nombreux autres pays européens, comme la France, l'Allemagne ou la Suisse, lesquels, au contraire, augmentent les taxes soit pour dissuader les passagers de prendre l'avion, soit pour financer d'autres modes de transports moins émetteurs de gaz à effets de serre comme le train. Malgré les faillites d'Aigle Azur et de XL Airways en septembre, la France a mis en place une écotaxe le 1er janvier. Toujours en France, certains poussent le gouvernement à supprimer les lignes aériennes sur les axes assurés par le train en 2h30 de plus (ou moins) que l'avion.

Lire aussi : Taxes à gogo : et si la démocratisation du transport aérien commençait à prendre fin?

Le Labour et les écologistes s'étranglent

Forcément, la mesure de Londres fait grincer des dents. Notamment au sein du Labour et des écologistes.

"Renflouer une société à travers des baisses d'impôts pour tout un secteur n'est pas la manière de faire", a déploré John McDonnell, en charge du programme économique travailliste lors des dernières élections. "Le gouvernement ferait mieux de (...) fournir une assistance ciblée sur certains trajets selon des critères économiques et sociaux", ajoute-t-il.

Du côté des écologistes, on fustige ce sauvetage, à l'heure où le Royaume-Uni s'est engagé à la neutralité carbone pour 2050.

"Le gouvernement ne peut pas prétendre être en tête de la lutte contre l'urgence climatique un jour et rendre moins chère la forme de voyage la plus émettrice de C02 le lendemain", déplore Greenpeace.

"Faire baisser les prix des vols intérieurs en laissant monter les tarifs ferroviaires est l'opposé de ce qu'il faut faire", insiste l'association.

"Ces vols sur de courtes distances sont exactement ceux que nous devons éviter pour tenter de faire baisser les émissions de carbone de l'aviation et éviter un effondrement climatique", renchérit l'association Les Amis de la Terre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2020 à 10:12 :
Enfin un politique qui ne cède pas au chant idéologique des sirènes écolos.
a écrit le 15/01/2020 à 19:04 :
Et pendant ce temp, l'Etat français coule Air France après avoir coulé Xl Airways et Aigle Azur à coup de taxes (taxe Chirac, taxe écolo).
a écrit le 15/01/2020 à 11:36 :
Bel exemple d'un gouvernement qui enfin se rend compte que la fiscalité est fondamentale sur le plan économique. Il suffit de modifier la fiscalité pour que des entreprises revivent et assurent un service à la population orienté directement par sa demande, et non par les lubies de quelques justiciers élus suivant des idées à la mode.
a écrit le 15/01/2020 à 11:11 :
En même temps les taxes britanniques sur les billets d'avion étaient de loin les plus lourdes de l'UE, quasi faramineuses (de 13 à 150€ par billet). Il n'est pas aberrant de revenir à plus de modération fiscale.
a écrit le 15/01/2020 à 8:55 :
Effectivement un responsable politique qui se bat pour les interets de son pays, c'est à contre-courant vu de France....
Réponse de le 15/01/2020 à 11:56 :
Effectivement, en France l’ecotaxe sur le transport aérien (entre 3 et 18€) est dérisoire pour l’intérêt du pays, ce n’est pas ce genre d’action qui va rassurer les prochaines générations.
Réponse de le 15/01/2020 à 16:02 :
Eh bien, oui ! Mais en France on est plus intelligent.
Par exemple, on a la Chiraxe qui ne rentre même pas dans les caisses de Bercy mais qui va à New York dans un Machin de l'ONU dirrigé par un copain de feu Chirac. Un ancien ministre des Affaires étrangères. Lors d'une visite à Jérusalem, il avait demandé aux officiels pourquoi, à la différence des Français juifs, Hollandais juifs, etc., il n'y avait pas de stèle en mémoire des Anglais juifs déportés par Tonton Adolf.
Réponse de le 15/01/2020 à 16:18 :
Les billets d'avions sont très taxés. L'écotaxe s'ajoute à bien d'autres taxes, sur un paris toulouse il y'a 47 euros de taxe avant l'entrée en vigueur de l'écotaxe et sans compter a tva!véridique
Réponse de le 15/01/2020 à 18:06 :
Mais quand on diminue les recettes, il faut aussi diminuer les dépenses. Les Anglais ont certainement beaucoup de défauts mais c'est un peuple pragmatique qui ne demande jamais l'impossible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :