Incendies en Amazonie : Brasilia décline l'aide de 20 millions de dollars du G7 et critique Macron

 |   |  631  mots
Après avoir refusé l'aide du G7, Brasilia s'en est de nouveau pris à Emmanuel Macron.
Après avoir refusé l'aide du G7, Brasilia s'en est de nouveau pris à Emmanuel Macron. (Crédits : Reuters)
Le Brésil a opposé dans la nuit de lundi à ce mardi 27 août une fin de non-recevoir à l'aide d'urgence de 20 millions dolproposée par les pays du G7.

"Nous remercions (le G7 pour son offre d'aide, ndlr), mais ces moyens seront peut-être plus pertinents pour la reforestation de l'Europe".  Ces par ces mots que le gouvernement brésilien, par l'intermédiaire d'Onyx Lorenzoni, le chef de cabinet du président brésilien Jair Bolsonaro, a indiqué à la communauté internationale qu'elle refusait l'aide de 20 millions de dollars proposé par le G7 pour lutter contre les incendies en Amazonie. Onyx Lorenzoni s'est ensuite lancé dans une diatribe anti emmanuel Macron.

"Macron n'arrive même pas à éviter un incendie prévisible dans une église qui fait partie du patrimoine mondial de l'humanité, et il veut nous donner des leçons pour notre pays?", a également lancé M. Lorenzoni dans une allusion à l'incendie qui a touché la cathédrale Notre-Dame de Paris le 15 avril dernier.

Tout en priant le président français de s'occuper de ses "colonies", dans le droit-fil des précédentes attaques du président Bolsonaro à l'encontre de son homologue. Le dirigeant d'extrême droite avait amorcé le rejet de l'aide en tweetant : "Nous ne pouvons accepter qu'un président, Macron, lance des attaques déplacées et gratuites contre l'Amazonie, ni qu'il déguise ses intentions derrière l'idée d'une 'alliance' de pays du G7 pour 'sauver' l'Amazonie, comme si c'était une colonie".

"Le respect de la souveraineté de quelque pays que ce soit est le minimum qu'on puisse attendre dans un monde civilisé", avait-il ajouté, après plusieurs jours d'échanges musclés entre les deux dirigeants. Les sept pays les plus industrialisés, réunis à Biarritz, dans le sud-ouest de la France, avaient promis de débloquer d'urgence 20 millions de dollars pour envoyer des avions bombardiers d'eau supplémentaires. Le G7 est tombé d'accord pour un plan d'aide "d'au moins 30 millions" de dollars, a ensuite précisé M. Macron, destiné à la reforestation, au niveau de l'ONU, qui doit être finalisé au cours de l'Assemblée générale des Nations unies fin septembre.

Macron-Bolsonaro : le bras de fer

Dimanche, M. Macron avait par ailleurs déploré les propos "extraordinairement irrespectueux" du chef de l'Etat brésilien à l'encontre de son épouse Brigitte, disant espérer "très rapidement" que les Brésiliens "auront un président qui se comporte à la hauteur". A la veille du G7, M. Macron avait accusé M. Bolsonaro de lui avoir "menti" sur ses engagements en matière d'écologie et annoncé que la France s'opposait désormais à l'accord controversé de libre-échange entre l'UE et le Mercosur, un groupe de pays sud-américains, dont le Brésil.

Lire aussi : Feux de forêt en Amazonie : la Colombie proposera un pacte régional devant l'ONU

Qu'en est-il des feux ? Lundi, le ministre brésilien de la Défense a assuré que les incendies en Amazonie étaient "sous contrôle", après le déploiement de plus de 2.500 militaires et des pluies signalées dans plusieurs des régions concernées. La situation "a été un peu exagérée", a ajouté Fernando Azevedo e Silva, qui a affirmé devant des journalistes à la sortie d'une réunion avec Jair Bolsonaro que le Brésil avait connu certaines années des "pics d'incendies beaucoup plus graves".

Quelque 1.113 nouveaux départs de feu ont été recensés dimanche au Brésil par l'Institut national de recherche spatiale (INPE). Au total, près de 80.000 feux de forêt ont été répertoriés au Brésil depuis le début de l'année -- un plus haut depuis 2013 -- dont plus de la moitié en Amazonie. Dans l'Etat de Rondônia (nord-ouest), frontalier de la Bolivie, la ville de Porto Velho restait couverte de larges nuées de fumées lundi, malgré la mobilisation depuis dimanche par l'armée de deux avions C-130 Hercules.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2019 à 8:12 :
Notre MACRON devrait balayer devant sa porte avant de critiquer les pays etrangers
exemple de l'Amazonie !!!!en France nous faisons pire le gouvernement paie pour faire de la jachère alors que nous importons du soja;il subventionne les methaneries ou l'on détruit des aliments propre a la consommation GARDONS NOS TERRES pour faire vivre la planète
Autre leçon maladroite en Italie alors qu'en France Mr Macron est incapable de Gerer l'immigration L'asile oui MAIS aussi avoir le COURAGE de régler le probleme des illégaux qui maintenant ont meme le culot de manifester
a écrit le 28/08/2019 à 5:15 :
Il faudrait des contrôles antidoping obligatoires pour les dirigeants.
Je me demande si Macron ne se dope pas ?
Il est complétement à côté de la plaque et il ne s'en aperçoit même pas !
Quelle honte!
a écrit le 27/08/2019 à 21:17 :
"Les sept pays les plus industrialisés"
Depuis la création du G7, le classement a un peu changé...
Réponse de le 28/08/2019 à 5:54 :
Comment ça la France, l'Italie, l'Angleterre et le Canada ne sont pas plus industrialisé que la Chine, le Brésil, l'Inde ou même la Russie?

Y a une raison pour laquelle les russes sont pas pressés de revenir, le BRICS c'est plus de 50% de l'économie planétaire.
Le G7 c'est même plus un tiers.
Le vrai G7 ce serait (dans le désordre) USA, Chine, Inde, Allemagne, Japon, Russie, Brésil.
L’Indonésie, la Turquie, la Corée du Sud et le Mexique étant au même niveau que la France, l'Italie et le Royaume Uni (plus pour longtemps que eux ils ont une vraie croissance). Quand au Canada il aurait du mal à avoir une chaise au G20...

Le G7 dans sa formule actuelle est un anachronisme qui sent effectivement bon le néo-colonialisme.
a écrit le 27/08/2019 à 20:51 :
J ai traversé la beauce et la champagne..
Mr Macron elle sont passée ou les forêts Françaises ?
Il a pas tout a fait tord Bolsonaro
En France ont a tout rasé il y a longtemps !!
Reboiser plutot la France au lieu de donner des leçons a tout va !!
et je vois parle pas de l etat des rivieres en France ..
Réponse de le 28/08/2019 à 9:07 :
Quelle inculture ........... Votre anti-macronisme primaire rend vos commentaires stériles Pour info la France possède 30% de forêts et elle s'agrandit depuis 100 ans, la France n'a pas de forêts primaires qu'il faut protéger à tout prix si tu veux que toi et tes enfants aient encore de l'oxygène à respirer dans le futur....
a écrit le 27/08/2019 à 19:18 :
Bolsonaro n'a aucune intention de lutter contre les incendie de forêt qui sont pour lui autant de possibilités exceptionnelles de mettre en culture et en élevage les terrains gagnés sur le forêt ét volés aux population indigène qui n'ont aucun moyen de survivre autrement. Autrement dit, il a choisi le premier prétexte pour refuser l'aide.

C'est un génocide doublé d'un crime écologique contre l'humanité.

Est-ce à dire que Macron a eu raison sur le mercosur? deux fois non.

Il a eu tort de laisser penser qu'il pouvait signer cet accord, parce qu'il l'avait accepté pour de mauvaises raisons de mercantilisme (et de contrats d'armement).
Et il a tort de le refuser maintenant parce qu'il a un différend personnel avec Bolsonaro, ce qui est encore une mauvaise raison.

Bref, ce sont deux types indignes de leurs fonctions sur fond de brasiers.
Réponse de le 28/08/2019 à 5:21 :
En fait Macron a tord quoi qu'il fasse ?
Et pourtant, comme à Hitler, le peuple souverain lui a donné la majorité !
A se demander s'il sait ce qu'il veut le peuple.
Réponse de le 28/08/2019 à 11:56 :
Macron a parfois raison, mais c'est trop rare.

Quant à savoir s'il sait ce que veut le peuple, il suffit de regarder encore quelques mois en arrière pour avoir la réponse.

Si Macron avait eu le commencement du début d'une connexion normale avec les autres êtres humains, on n'aurait jamais eu les gilets jaunes dans les rues pendant 8 mois d'affilé.

Parce que le ras-de-bol, tous les élus locaux, tous les responsables d'organisations syndicales, caritatives, associatives ont tenté de lui faire entendre.
a écrit le 27/08/2019 à 18:18 :
Que Macron arrête de tergiverser,il a promis de ne pas signer le traité avec le Mercosur.Il ne le signe pas et on arrête d'en parler.C'est la mesure la plus efficace pour arrêter la déforestation de l'Amazonie.S'il n'y a pas de débouchés pour exporter le soja,les incendiaires qui veulent récupérer des terres pour planter du soja,arrêteront leur action criminelle (encouragée par Bolsonaro).
a écrit le 27/08/2019 à 15:05 :
Macron a frappé fort en s'opposant au Mercosur, tt comme l'Irlande.
Par cette claque, Bolsonaro joue sa crédibilité auprès des milieux d'affaires et ses commentaires d'apprenti dictateur effarouché ne peuvent que le desservir un peu +
a écrit le 27/08/2019 à 14:23 :
"Ces par ces". Hum...
a écrit le 27/08/2019 à 13:42 :
Quelque chose peut être fait si les conditions d'exploitation de productios en Europe sont modifiées. Le soja ne doit pas être utilisé comme aliment, car la culture du soja affectera la forêt tropicale. Au lieu de soja, vous pouvez également nourrir les vers de farine, qui peuvent être facilement empilés et ne nécessitent aucun espace. Il existe déjà aux Pays-Bas 25 fermes produisant des insectes. À Bergen op Zoom, une installation a récemment été construite dans laquelle des insectes, en particulier des larves de mouche du soldat, sont élevés et transformés en aliments pour animaux à grande échelle. Des protéines peuvent être produites dans l'usine pour nourrir environ cinq millions de saumons par an. Cela peut contribuer à la production durable de poisson, de viande et d'œufs.
a écrit le 27/08/2019 à 13:37 :
L'huile de palme dans les produits et le soja sont fournis aux animaux au lieu de prendre des insectes Ce sont les entreprises qui détruisent la forêt au Brésil. Ici, la politique doit initier des changements pour que cela soit arrêté.
a écrit le 27/08/2019 à 13:30 :
Enfin un résultat tangible du G7 !
a écrit le 27/08/2019 à 12:50 :
L'évocation de l'incendie de Notre Dame ne manque pas de toupet, quand on se souvient de l'incendie du Musée National du Brésil à Rio l'année dernière...en France, on a au moins réussi à éteindre l'incendie avant que çe ne brûle complètement !

L'ire brésilienne montre bien que Macron a visé dans le mille avec sa menace sur le Mercosur. Que les dirigeants brésiliens continuent à s'étouffer dans leur bêtise et leur vulgarité, ce n'est pas eux qui tiennent le couteau par le manche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :