Feux de forêt en Amazonie : Bolsonaro accuse les ONG de les avoir allumés

 |   |  540  mots
(Crédits : Reuters)
La déforestation au Brésil a bondi de 67% sur un an au cours des sept premiers mois de l'année, a indiqué l'INPE, l'agence spatiale brésilienne dont le travail est lui aussi attaqué par le gouvernement de Bolsonaro. L'INPE a dit avoir répertorié 72.843 incendies dans la forêt amazonienne depuis le début de l'année, soit une hausse de 83% par rapport à la même période l'an dernier.

Le président brésilien Jair Bolsonaro a accusé mercredi les ONG d'avoir déclenché des feux de forêt en Amazonie afin de nuire à son gouvernement, alors qu'un nombre record d'incendies a été constaté dans la région depuis le début de l'année, provoquant une vague mondiale d'indignation sur les réseaux sociaux.

Bolsonaro utilise Facebook pour porter ses accusations sans fondement

"Tout indique" que les ONG se rendent en Amazonie pour "mettre le feu" à la forêt, a déclaré le dirigeant d'extrême droite dans une vidéo diffusée en direct via Facebook mercredi matin.

Bolsonaro, qui n'a pas présenté de preuve pour soutenir son propos, a estimé que l'importante baisse des subventions accordées par son gouvernement aux ONG pouvait être un motif de mécontentement et avoir poussé les ONG à agir de la sorte.

Incendies : + 83% ; déforestation: +67% sur un an

Il a dit que son administration oeuvrait pour contrôler les feux ravageant la forêt amazonienne, qui ont atteint un nombre record depuis le début de l'année selon les données de l'Agence spatiale brésilienne (INPE).

L'INPE a dit cette semaine avoir répertorié 72.843 incendies dans la forêt amazonienne depuis le début de l'année, soit une hausse de 83% par rapport à la même période l'an dernier et un record depuis qu'elle a commencé à recueillir de telles données en 2013. (Voir en pied d'article la photo satellite de la catastrophe prise par la Nasa)

La déforestation au Brésil a bondi de 67% sur un an au cours des sept premiers mois de l'année, a par ailleurs indiqué l'INPE, dont le travail est attaqué par le gouvernement de Bolsonaro.

Bolsonaro en réalité soutient les lobbys agricoles et miniers

Des millions de personnes à travers le monde ont fait part sur les réseaux sociaux de leur inquiétude sur l'avenir de la forêt amazonienne, plus grand puits de carbone au monde se trouvant à 60% sur le territoire du Brésil, qui fait figure de pays clé dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Aux yeux d'experts environnementaux, les déclarations de Bolsonaro sont un "écran de fumée" destiné à masquer les mesures engagées par son gouvernement favorisant les investissements agricoles et miniers au détriment des règlementations environnementales.

"La déforestation accrue et les incendies sont les conséquences de la politique anti-environnementale" de Bolsonaro, a déclaré Marcio Astrini, le coordinateur des relations publiques de Greenpeace au Brésil.

Un chercheur de l'université de Sao Paulo, spécialiste des questions climatiques, a souligné que les agriculteurs avaient recours au feu pour défricher leurs terres et attribué la multiplication des incendies au pic de déforestation illicite constaté cette année.

"Les ONG travaillant en Amazonie n'utilisent pas de feu. Au contraire, elles encouragent les communauté rurales à éviter le feu", a déclaré Carlos Nobre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2019 à 19:54 :
Que la forêt tropicale soit incendiée pour créer des pâturages pour le bétail est tout aussi absurde. Fondamentalement, la consommation de boeuf doit être réduite car la vache émet du méthane, ce qui pose un problème pour le climat. Chaque vache produit plusieurs centaines de litres de méthane par jour. Une vache, à laquelle cinq kilos de foin sont nourris quotidiennement, produit 191 litres de méthane par jour. Ce gaz est environ 25 fois plus puissant que le CO2 et contribue pour une large part à l'effet de serre. Personne n'a besoin de plus de bœuf provenant d'une forêt tropicale détruite par le feu. L'histoire éternelle de la croissance s'est transformée en destruction totale ici. Il ne s'agit pas d'un régime végétalien, les autres animaux n'émettant pas de méthane, vous pouvez donc nourrir les poules avec des vers de farine peu encombrants.
a écrit le 25/08/2019 à 19:52 :
La destruction de la forêt pluviale n’est pas nouvelle, mais un processus qui se poursuit depuis des années. C'est pourquoi l'utilisation du bois tropical est un Nogo depuis un certain temps. La mise en valeur des terres pour la culture du soja est également la faute de l’Europe, car elle produit beaucoup de viande. Tout cela n'est pas nécessaire, car au lieu de farine de soja, on peut nourrir les vers. Ils n'ont pas besoin d'espace et sont simplement empilés les uns sur les autres. L'utilisation des terres agricoles est donc un non-sens total. Si au lieu de soja, les vers de farine de soja, qui sont déjà produits dans des usines aux Pays-Bas, pourraient être utilisés pour reboiser la terre et agir pour le climat. Cultiver du soja comme aliment est une technologie totalement dépassée. Depuis longtemps, la production de vers de farine a fourni de nombreuses autres possibilités techniques formidables qui doivent maintenant être utilisées pour améliorer le climat.
a écrit le 25/08/2019 à 19:42 :
La destruction de la forêt pluviale n’est pas nouvelle, mais un processus qui se poursuit depuis des années. C'est pourquoi l'utilisation du bois tropical est un Nogo depuis un certain temps. La mise en valeur des terres pour la culture du soja est également la faute de l’Europe, car elle produit beaucoup de viande. Tout cela n'est pas nécessaire, car au lieu de farine de soja, on peut nourrir les vers. Ils n'ont pas besoin d'espace et sont simplement empilés les uns sur les autres. L'utilisation des terres agricoles est donc un non-sens total. Si au lieu de soja, les vers de farine de soja, qui sont déjà produits dans des usines aux Pays-Bas, pourraient être utilisés pour reboiser la terre et agir pour le climat. Cultiver du soja comme aliment est une technologie totalement dépassée. Depuis longtemps, la production de vers de farine a fourni de nombreuses autres possibilités techniques formidables qui doivent maintenant être utilisées pour améliorer le climat.
a écrit le 23/08/2019 à 18:38 :
il est claire qu'il sera impossible de raisonné des personnes qui commettent de tel actes de leur plein gré . Le brésil va détruire l'Amazonie , au moins aujourd'hui tout le monde peu voire le spectacle , la question est que font les organisations international , surtout ne oas croire qu'il y a complot .........
a écrit le 23/08/2019 à 10:02 :
Mais Bolsonaro est bien Président, donc si ces feux sont incontrôlables et se propagent jusqu'aux nations voisines, il ne peut y avoir au final qu'un seul responsable qui n'aura pas su les prévenir et les éradiquer, après avoir relancer la sur-exploitation des forets brésilienne : Jair Bolsonaro.
Tout le baratin autour est une fumisterie.
Et son pote Trump ne peut pas l'aider, histoire de se racheter un peu ?
Qui s'en est mis plein les poches sur ce coup?
Quels sont les fonds qui financent et les entreprises et élus qui gagnent sur cette gabegie environnementale?
a écrit le 23/08/2019 à 7:23 :
Bolsonaro est dans la catégorie des superpopulistes
80000 feux allumés par des ONG pro forêt

Même ceux sous coke doivent bien rires là-bas
Il suffirait juste de boycotter le soja et l’huile de palme du Brésil pour régler le problème !

Ah mais non impossible pour gagner 3 sous on ne le fera jamais

Ça reste du cirque ......
a écrit le 22/08/2019 à 16:36 :
Le maintien et l'entretien de la forêt amazonienne est une affaire planétaire et non celle des habitants de la forêt qui n'en ont ni la force ni les moyens. Le feu gaspille l'énergie solaire emmagasinée par les arbres sous forme de carbone (cellulose) Cette charge de conservation peut être répartie sur la consommation de toute énergie solaire fossile et notamment le pétrole. C'est facile de mettre en place.une taxe sur la production de chaque puits pour entretenir les forêts du monde. La Russie le fait déjà pour les forêts russes.
a écrit le 22/08/2019 à 15:54 :
Tt ce bruit fait les affaires de Bolsonaro et de ses soutiens dt ici l'agrobusiness brésilien qui se prépare à inonder le monde de production agricole à très bas prix bourrée d'OGM, hormones, antibiotique, pesticides ds le cadre d'accords de libre échange comme le Mercosur et consorts
a écrit le 22/08/2019 à 13:51 :
bolsonaro détruit par cupidité immédiate, macron détruit par cupidité immédiate : traité du CETA, et bientôt le TAFTA, quelle différence entre eux ????
a écrit le 22/08/2019 à 12:48 :
Cetre affirmation est complètement stupide les ONG sont présentes pour protéger la nature et non pas pour la détruire.la vrai raison est la politique du gouvernement qui ne fait rien pour protéger tous ces espaces et la responsabilité doit être attribuer à tous les agriculteurs qui défrichent en continue pour faire des plantations en utilisant le feu ce qui génère de gros incendies si celui-ci n’est pas bien maitrise.
Il faut interdire purement et simplement ces pratiques afin de limiter la destruction des forêts, mais c'est Au gouvernement de le faire.
a écrit le 22/08/2019 à 11:48 :
Décidément être populiste c'est un métier, ça ne s'improvise pas. Bientôt ils vont accuser Green Peace d'avoir largué la bombe nucléaire sur Hiroshima en 1945.
Réponse de le 22/08/2019 à 16:18 :
C'est clair. Même à supposer qu'il y ait un fou dans une ONG qui ait déclenché un feu, accuser "les" ONG, c'est surréaliste !
Bolsonaro = Trump tropical !
a écrit le 22/08/2019 à 10:46 :
Pour protéger l’humanité, il est important de déclencher une révolution au Brésil (ou une guerre).
Cela permettra de protéger le poumon de la terre tout en nous exploitant les ressources pétrolières.
Le seul problème est qu’une guerre qui ne rapporte aucun gain financier n’a aucun intérêt. On ne se bat aujourd’hui que pour du pétrole ou presque... puis ça sera pour l’eau, et un jour pour la protection de la planète...
Réponse de le 22/08/2019 à 15:44 :
Oui une guerre ( donc tuer des gens ) pour protéger l humanité , tout va bien dans votre tete
Réponse de le 23/08/2019 à 7:57 :
Il faut d'abord persuader Bolsonaro de la folie de sa politique, et le ramener dans le droit chemin. En dernier recours, on enverra des forces spéciales le déposer.
Voilà une cause juste pour une guerre: pour le bien de la planète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :