Déforestation en Amazonie : le directeur limogé lance un appel aux scientifiques

Le président brésilien, qui en levant les mesures de protection du « poumon vert » du monde a permis une accélération drastique de la déforestation, avait limogé le directeur de l'Institut national de recherche spatiale (INPE), chargé de mesurer l'évolution du phénomène, accusé de propager de fausses rumeurs, nuisibles à l’image du Brésil. Mais celui-ci a décidé de ne pas se taire.

3 mn

La déforestation de l'Amazonie s'est accélérée de façon drastique depuis le début de l'année 2019.
La déforestation de l'Amazonie s'est accélérée de façon drastique depuis le début de l'année 2019. (Crédits : POOL New)

Ricardo Galvao, limogé de la direction de l'organisme qui surveille la déforestation au Brésil après avoir été critiqué par le président Jair Bolsonaro, a appelé vendredi les scientifiques à ne pas accepter d'être réduits au silence.

"Les scientifiques ne peuvent pas rester silencieux! Nous devons nous manifester avec force. Nous ne pouvons pas baisser la garde!"

C'est ce qu'a déclaré M. Galvao, physicien et ingénieur âgé de 71 ans, lors d'une réunion à l'Université de Sao Paulo (USP) au cours de laquelle il a été ovationné par des centaines d'étudiants et de collègues.

M. Galvao était jusqu'à récemment le directeur de l'Institut national de recherche spatiale (INPE), qui observe et mesure l'évolution de la déforestation au Brésil.

Image du Brésil menacée

Après la publication de données indiquant une forte augmentation de la déforestation en Amazonie au cours des mois précédents, M. Galvao a été accusé en juillet par le président d'extrême droite Bolsonaro de mentir et de nuire à l'image du Brésil.

Le scientifique a défendu l'exactitude des données publiées par l'INPE et a refusé de démissionner, mais il a été destitué début août de la direction de l'institut.

"Les autorités sont toujours indisposées lorsque les données disent des choses qu'elles n'ont pas envie d'entendre", a déclaré M. Galvao lors de son intervention à l'USP.

L'arrivée au pouvoir en janvier de M. Bolsonaro, un climato-sceptique notoire, a suscité de nombreuses craintes pour l'avenir de la forêt amazonienne, considérée comme "le poumon de la planète".

Subvention bloquées par la Norvège et l'Allemagne

La Norvège, principal bailleur de fonds pour la protection de la forêt amazonienne, a annoncé jeudi le blocage de quelque 300 millions de couronnes (30 millions d'euros) de subventions destinées au Brésil, accusé de ne plus vouloir agir dans ce domaine.

 "Ce que le Brésil a montré, c'est qu'il ne souhaite plus arrêter la déforestation", a déclaré le ministre norvégien de l'Environnement et du Climat, Ola Elvestuen.

 Le 10 août, l'Allemagne a elle aussi annoncé qu'elle suspendait une partie de ses subventions au Brésil, soit 35 millions d'euros, jusqu'à ce que les chiffres de la déforestation redeviennent encourageants.

La décision norvégienne a suscité une réaction virulente de M. Bolsonaro.

"La Norvège, ça n'est pas ce pays qui tue des baleines là-haut, au Pôle Nord ? Qui y exploite du pétrole aussi ? Ce n'est pas du tout un exemple pour nous. Qu'ils gardent leur argent et qu'ils aident (la chancelière) Angela Merkel à reboiser l'Allemagne", a lancé le président brésilien.

M. Bolsonaro avait déjà accueilli avec désinvolture la suspension de subventions par Berlin. "Ils peuvent utiliser cet argent comme bon leur semble. Le Brésil n'en a pas besoin", avait-il déclaré.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 19/08/2019 à 17:41
Signaler
Pour compléter, les scientifiques qui osent aller contre la religion réchauffiste sont vites mis au pas soit par réduction budgétaire soit par mise au rencart. En conséquence, la science ne sert plus que les intérêt des financiers, et n'éclaire plu...

à écrit le 19/08/2019 à 13:29
Signaler
Le problème de déforestation peut être combattue dans le «  monde » par une «  loi universelle obligatoire et incontournable » : Pour chaque arbre abattu , plantation « obligatoire » de deux arbres . Impacter le prix sur «  la matière première , a...

à écrit le 19/08/2019 à 11:16
Signaler
Où l'on constate une fois de plus avec ce comportement déplorable de la part d'un dirigeant d'un grand pays, soutenu pour cela par une partie importante de son opinion publique, que l'Humanité tout entière bascule progressivement mais sûrement vers u...

à écrit le 19/08/2019 à 9:38
Signaler
La forêt amazonienne, à l'équilibre, ne stocke plus rien, puisque le CO2 assimilé par les arbres, est relâché lorsque les arbres pourrissent. La question de la biodiversité est différente évidemment. Et l'agriculture, aussi, stocke du carbone. Qui lu...

à écrit le 19/08/2019 à 9:16
Signaler
A quand les premières guerres sur le motif de l’écologie ? Détruire la forêt amazonienne, c’est détruire non pas un bien brésilien mais un bien planétaire.

à écrit le 19/08/2019 à 9:13
Signaler
"La Norvège, ça n'est pas ce pays qui tue des baleines là-haut, au Pôle Nord ? Qui y exploite du pétrole aussi ? Ce n'est pas du tout un exemple pour nous. Qu'ils gardent leur argent et qu'ils aident (la chancelière) Angela Merkel à reboiser l'Allema...

à écrit le 19/08/2019 à 3:39
Signaler
Les gilets jaunes diront que c'est la faute a Macron

à écrit le 19/08/2019 à 0:20
Signaler
Et ils étaient où les pseudos scientifique quand l'état donnait des primes pour que les Français achète des véhicules diesels ?

le 19/08/2019 à 11:09
Signaler
Les véhicules Diesel ont le défaut d'une pollution locale mais d'une moindre émission de CO2. C'est un choix difficile, mais avoir favorisé le Diesel avait son avantage.

à écrit le 18/08/2019 à 21:22
Signaler
auie@, les preuves ,que le réchauffement climatique est provoqué par les activités humaines et notamment l'utilisation des énergies fossiles depuis 2 siècles,s'accumulent. Par contre du côté des climatosceptiques aucune preuve du contraire n'est don...

à écrit le 18/08/2019 à 16:35
Signaler
Pour manifester, boycotons tous ceux qui vient du Brésil. Isolons ce président..

le 19/08/2019 à 9:14
Signaler
Vas y, pars devant on te suit...

à écrit le 18/08/2019 à 14:32
Signaler
Le traité UE-MERCOSUR devrait être draconien sur la non acceptation des produits issus de l'élevage et l'agriculture intensive provenant de toute la GRANDE Amazonie y compris le Pantanal et le MAto Grosso. Et l'UE devrait investir dans la protection...

à écrit le 18/08/2019 à 7:11
Signaler
he ben segolene royal aura une autre idee de taxe sur les francais pour compenser tout ca

à écrit le 18/08/2019 à 0:49
Signaler
Ce que comprend pas, les micro deforestation clandestine sont passible de peine de prison mais quand l état le fait à grandeur mondial et grande échelle, ils en oublient les sanctions et la moral donner et télévisé Les orpailleurs qui font ça pr viv...

à écrit le 17/08/2019 à 18:40
Signaler
Et avec cela, on veut nous imposer une taxe carbone, c'est toujours les mêmes qui se remplissent les poches avec l'aide de vos élus!

à écrit le 17/08/2019 à 17:54
Signaler
l'Europe va t-elle arrêter de commercer avec le Mercosur? Ne plus importer de soja transgenique et la viande à bas coûts bourrée d'antibiotiques ? Évidemment NON ! Bolsonaro n'a aucun souci à se faire, il peut laisser déforester et faire le bonheur...

à écrit le 17/08/2019 à 13:22
Signaler
Quand les médias et les politiciens nous racontent n'importe quoi (le CO2 tue la planète, alors qu'il n'y a aucune preuve ; par contre, il y a des preuves que c'est faux), il ne faut pas s'étonner que des gens comme Trump ou Bolsonaro adoptent l'atti...

le 17/08/2019 à 17:51
Signaler
Encore un champion qui s’y connaît mieux que les scientifiques depuis son canapé avec sa bière à la main...

le 17/08/2019 à 19:23
Signaler
Le CO2 tue indirectement par le réchauffement qu'il provoque. Ce ne sont pas les médias où les politiques qui le disent, ce sont d'abord les scientifiques. Vous vivez peut-être dans une caverne ???

le 17/08/2019 à 19:32
Signaler
Ce n'est pas parce que vous écrivez n'importe quoi que ça en fait une vérité. Croire qu'on peut rejeter des quantités délirantes de CO2 et detruire les forêts sans que cela ait des conséquences dramatique, c'est au minimum se voiler la face...

le 18/08/2019 à 9:42
Signaler
@auie Vu que vous vous permettez de contredire un consensus scientifique, je suppose que soit êtes un scientifique d'envergure qui a découvert des erreurs ou des biais méthodologiques dans les études scientifiques soit vous êtes juste un gars lambda...

à écrit le 17/08/2019 à 12:07
Signaler
On devrait interdire d'empêcher de saccager la planète quand il y a de l'argent en jeu. L'argent ne pousse pas sur les arbres!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.